Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Ginza Neon Paradise d’Unohana

Titre : Ginza Neon Paradise

Auteur : Unohana

Éditeur vf : Taifu (Yaoi)

Année de parution vf : 2018

Nombre de pages : 209

Histoire : Trois ans ont passé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais Aoi n’a toujours aucune nouvelle de son ami d’enfance parti au front : Takahito. Pourtant, un soir comme tant d’autres, un homme apparaît à l’entrée du club qu’il fréquente. Cette silhouette qui lui semble si familière n’est autre que Takahito. D’abord surpris, Aoi ne peut contenir sa rage quand ce dernier lui dit avec un certain détachement qu’il est rentré il y a de ça deux ans, mais qu’il n’a pas trouvé le temps de prévenir ses proches. En l’espace de quelques secondes, Aoi laisse alors éclater toute la souffrance qu’il a dû supporter durant ces deux dernières années. Qu’est-il arrivé à son ami après la guerre ? Pourquoi il n’a donné aucun signe de vie ? Désormais, Aoi veut des réponses aux nombreuses questions qui le tiraillent.

Lire la suite « Ginza Neon Paradise d’Unohana »

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

On entend son cri, Sans que l’on voie ses larmes, Corbeau sous la pluie d’Unohana

Titre : On entend son cri, Sans que l’on voie ses larmes, Corbeau sous la pluie

Auteur : Unohana

Éditeur vf : IDP – Boys Love (Hana)

Année de parution vf : 2018

Nombre de pages : 192

Histoire : Aizawa Seiji, beau, sociable et nonchalant, est récemment tombé sous le charme de son voisin, Ugôda Rin. Celui-ci, qui fréquente la même université, est pourtant du genre ronchon et caractériel. Et c’est sans compter ses difficultés familiales, que les rumeurs se plaisent à rapporter, car Rin est l’héritier bâtard d’un grand groupe financier.
Mais dans la chaleur de l’été, au milieu du chant des cigales et de l’atmosphère humide de Kyôto, Aizawa aura peut-être l’occasion de pousser Rin à s’ouvrir aux autres… Au cœur de l’été, dans la chaleur de la vieille capitale, se dévoilent les affres de l’amour.

Lire la suite « On entend son cri, Sans que l’on voie ses larmes, Corbeau sous la pluie d’Unohana »