L’Héritage de la dague noire de J.R. Ward

couv65138031

Titre : L’Héritage de la dague noire

Auteur : J.R. Ward

Editeur vf : Bragelonne (Milady)

Années de parution vf : Depuis 2016

Nombre de tomes vf : 1 (en cours)

Résumé du tome 1 : Paradis, fille de sang du premier conseiller du roi, a choisi d’abandonner la vie d’une noble pour rejoindre le programme d’entraînement de la Confrérie de la dague. Mais rien ne se passe comme prévu : l’entraînement est un véritable enfer, la lutte entre recrues est rude, et Butch O’Neal, le Dhestructeur, a clairement d’autres soucis en tête que leur formation.
Et pour couronner le tout, le beau Craeg qui fait chavirer son cœur est bien loin du prétendant idéal auquel s’attend son père. Alors que la violence se déchaîne autour d’elle, Paradis est cruellement mise à l’épreuve, et ne peut que se demander si elle sera assez forte pour faire face…

Mes avis :

Tome 1 : Baiser de sang

Série dérivée de la Confrérie de la dague noire, il me fallait absolument essayer cette série après tout l’amour que je porte à la première du nom. J’aime beaucoup l’univers de la Confrérie alors j’étais ravie à l’idée de suivre la nouvelle génération qui promettait d’apporter un peu de sang neuf tandis que la série principale se ramollit un peu. Par certains aspects, ce fut une vraie réussite et sur certains autres un peu moins.

Côté négatif, il faut absolument avoir lu la première série et ce jusqu’au tome 13 pour bien tout saisir et ne pas être spoilé. Côté négatif, il y a aussi la trop forte présence des anciens, en particulier de Butch et Marissa qui n’ont jamais été mon couple préféré, loin de là…

Mais à côté de ça, grâce à ce tome, j’ai commencé à apprécier ce couple. L’auteur a enfin réussi à me les rendre plus sympathiques, les sortant de la caricature qu’elle avait d’eux. J’ai donc trouvé intéressant qu’elle mélange leur crise, crise de couple et crise d’identité plus personnelle, à l’intrigue de sa nouvelle série, le tout sur fond d’enquête policière pour laquelle Butch était le personnage parfait. L’enquête en elle-même n’est pas des plus transcendante mais elle m’a bien plu et tenue en haleine. Alors certes dans les premiers chapitres, ils prennent un peu trop le pas sur la nouvelle génération, mais petit à petit ça s’équilibre mieux et cela devient même passionnant à suivre. Les autres frères que l’on croise ont un rôle plutôt en retrait mais et il y a un grand MAIS ils ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. J’ai été très déçue que J.R. Ward les fasse passer pour des lopettes qui ne peuvent pas vivre sans leur femelle, c’est tellement loin de l’image qu’elle avait donnée d’eux dans sa série principale.

Heureusement à côté de tout ça, il y a la nouvelle génération et j’en suis déjà fan. J’avais de suite apprécié Paradis quand je l’avais découvert et je me doutais aussi que j’allais aimé Peyton malgré son côté « tête à claques » parfois. Les autres ne sont pour le moment qu’esquissés mais Novo et Axe me semblent plein de potentiel. Bien sûr ils ne sont pas sans rappeler non plus leurs prédécesseurs mais j’espère qu’ils s’en affranchiront. Et puis, il y a LE couple de ce tome : Paradis et Craeg donc l’alchimie m’a séduite dès les premières pages. J’aime leur rencontre électrique, j’aime les piques qu’ils se lancent par la suite pour cacher leur attirance, j’ai aimé voir Craeg essayé de résister puis céder peu à peu mais surtout j’ai aimé les voir grandir et se forger leur caractère. C’est un très beau couple. Je regrette juste que l’auteure n’ait pas pris plus le temps pour construire leur relation et qu’on n’ait pas eu plus de scènes avec eux, tellement celles qu’il y a dans le roman sont géniales. Les conflits qui les opposent sont classiques et la conclusion attendue mais ce n’est pas pour ça qu’on lit la série ^^

Enfin même si je regrette que l’auteur soit passée si vite dessus, j’ai beaucoup aimé tous les passages avec le recrutement et l’entraînement des nouvelles recrues et j’espère qu’on continuera à voir cet aspect de leur vie dans les prochains tomes consacrés aux autres petits nouveaux. Ça m’a un peu rappelé l’époque de Jon, Blay et Vhif que j’avais adorée. Maintenant, ça va être dur d’attendre jusqu’au suivant.

Ma note : 16/20

Les larmes d’Artamon de Sarah Ash

couv53448343  couv34020103

Titre : Les larmes d’Artamon

Auteur : Sarah Ash

Editeur vf (poche) : Le livre de poche

Années de parution vf (poche) : 2008-2009

Nombre de tomes : 3 (série terminée)

Histoire : Gavril Andar mène dans le Sud une vie paisible… jusqu’au jour où de féroces guerriers viennent bouleverser cette sérénité. Ramené de force dans le royaume hivernal d’Azhkendir, il apprend que le roi, son père qu’il n’a jamais connu, a été assassiné, et que dans ses veines coule le sang brûlant du Drakhaoul.
Dès lors, le destin du jeune Gavril est scellé. Prisonnier de Kastel Drakhaon, cerné pas les glaces, il est censé venger la mort de son père. Mais le jeune homme doit lutter pour garder son âme humaine et retenir les sombres instincts qui menacent de s’emparer de lui. Car être Drakhaon ne signifie pas seulement accéder au trône d’Azhkzndir: cela implique de devenir un guerrier-dragon, d’un puissance extraordinaire… et de puiser dans le sang d’innocents pour survivre!

Mes avis :

Tome 1 : Seigneur des Neiges et des Ombres

Je voulais vraiment aimer cette saga mais ce ne fut malheureusement pas le cas. J’ai été gênée dès le début par le côté très immature des personnages ainsi que par leur manque de profondeur. Sarah Ash a beau leur faire vivre plein d’aventures, leur prêter des dialogues sérieux, je n’arrive pas à trouver ça crédible et j’ai eu en tête les héros de la série TV Shannara pendant une grande partie de ma lecture… Autant dire que ça ne m’a pas du tout aidée à entrer dans l’histoire.

L’histoire en elle-même aurait pu être intéressante mais tout se déroule aussi très rapidement, on n’est pas emporté par un souffle épique et on devine assez rapidement comme les choses vont se dérouler. J’ai par contre beaucoup aimé l’univers créé où la magie ne semble pas présente partout. Il y a des pays où elle est même absente et relève presque plus du mythe que de la réalité. D’un autre côté, il y a des pays où celle-ci est essentielle pour ses dirigeants. Ce sont justement ces pays qui vont s’affronter et créer la tension nécessaire à toute bonne histoire de fantasy. J’ai également aimé la mythologie qui entoure le Drakhaoul, créature mi-dragon, mi-vampire. C’est vraiment original et en cela j’ai adoré les dernières pages où il tient la vedette. J’ai aussi aimé la mythologie entourant ses différents rivaux, aussi bien la famille Arkhel que le sorcier du roi Eugène, mais l’ensemble reste tout de même assez binaire et sans finesse malheureusement.

C’est dommage parce qu’il y avait du potentiel avec ce jeune héritier qui ne veut pas de son héritage, ainsi qu’avec le pays voisin qui souhaite le conquérir pour reformer un ancien empire. Il y a aussi tout un mystère qui entoure certains bijoux répartis dans l’ensemble des royaumes : les larmes d’Artamon, qu’on aborde à peine dans ce premier tome alors que c’est le nom de la saga. On sent donc qu’il y a quelque chose de bien plus vaste derrière, quelque chose qui remonte aux temps anciens et qui potentiellement sera bien plus intéressant que ce premier tome d’introduction. Il y a aussi bien sûr encore bien des mystères autour du Drakhaoul parce qu’on n’en a pas fini avec lui. Ses interactions avec la jeune Karila, fille d’Eugène, m’ont ainsi beaucoup intriguée. Ce sont ces quelques éléments qui potentiellement me donnent envie de lire la suite mais pas du tout ce tome où l’immaturité des personnages et le manque de profondeur de l’intrigue m’ont plombé la lecture.

En effet que ce soit Gavril, Elysia sa mère, la belle Astasia ou encore son amie Kiukiu, tous sont d’une naïveté confondante. Ils passent beaucoup trop de temps à se plaindre et sont tout bonnement ennuyeux à suivre. Même les personnages secondaires comme Kostya et ses soldats, les membres de la maisonnée de Gavril, les hommes politiques que rencontre Elysia, manquent cruellement de charisme. Les seuls qui potentiellement sont intéressants sont Eugène, sa fille Karila, la grand-mère de Kiukiu et le Drakhaoul. Les autres sont plus un frein à l’histoire. De même, l’auteur a complètement raté les relations qui se nouent au cours de l’histoire ne rendant pas du tout crédible l’amitié de Gavril et Jaromir, ou encore la romance entre Kiukiu et le premier. C’est encore une déception. Vous le comprendrez, je ne vais pas lire la suite de ci-tôt.

Ma note : 13 / 20

 

Meg Corbyn d’Anne Bishop

couv10328950

Titre : Meg Corbyn

Auteur : Anne Bishop

Editeur vf : Milady

Années de parution vf : Depuis 2014

Nb de tomes vf : 2 (en cours)

Résumé du tome 1 :

Mon avis : Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…

Tome 1 : Lettres écarlates

Je ressors de cette lecture avec un avis mitigé aussi bien au niveau de l’histoire, des choix de narration que des personnages, la seule chose à laquelle j’ai complètement adhéré, c’est la mythologie choisie et développée ici.

Concernant l’histoire, celle-ci peine vraiment à démarrer et l’on une très grande partie du livre à attendre qu’elle décolle sans que cela n’arrive. De plus, le choix de nous plonger directement dans le présent de Meg, en ne distillant que très peu d’informations sur son passé n’aide pas. Cela donne une histoire assez plan plan, banale, fait d’un quotidien mou où il ne se passe pas grand-chose et avec des événements récurrents dont répétitifs, comme l’illustre le fameux « je vais te bouffer » de Simon qui revient sans cesse… A cela s’ajoute le choix d’une narration coupée, hachée, qui n’arrange rien. Dès qu’on a l’impression que ça y est, l’histoire va s’emballer, on change de point de vue et on passe à un autre personnage, ce qui nous coupe dans notre élan, et quand on revient à ce qui nous intéressait, ça a déjà changé et au final rien n’a été lancé… Bref, il faut qu’elle s’améliore grandement là-dedans si elle ne veut pas laisser trop de lecteur sur le carreau ^^’

En lien avec la narration, il y a bien sûr les personnages, pour qui j’ai aussi un avis mitigé. Dans cette histoire, on suit environ 4 points de vue : celui de Meg, celui de Simon, celui des policiers et celui d’Asia. Autant dire de suite que ce sont les deux derniers qui m’ont vraiment cassé les pieds tout du long en cassant le rythme même si je peux comprendre leur intérêt dans ce qu’ils apportent comme éléments au récit, mais n’empêche, je n’ai pas aimé du tout. Par contre, j’ai beaucoup aimé suivre Meg et Simon. Meg dont j’aimerais vraiment apprendre plus, beaucoup plus sur son passé à l’Institut (j’espère que ce sera le cas par la suite) et Simon dont les changements subtil et son incompréhension face à ses sentiments m’ont bien fait rire. Ce qui m’amène à la relation Meg-Simon que je ne voyais pas du tout comment elle pouvait se profiler au début, mais qu’un petit rien a suffit à rapprocher peu à peu sans que ce ne soit déjà clairement dit. Ce que j’aime par rapport à beaucoup de roman du même genre, c’est qu’ils ne sont pas déjà ensemble à la fin du tome 1 et qu’on sent que ça va être compliqué pour qu’ils comprennent ce qu’ils éprouvent et l’assument, mais c’est très mignon de les voir. Et leur rapproche est dû à mon personnage préféré de l’histoire, le petit Sam. Ah ! Quelle bonne idée de l’avoir ajouté à l’histoire, j’ai adoré le suivre aussi bien en louveteau traumatisé au début qu’en petit garçon coquin et malicieux par la suite, qui mène son monde à la baguette ^^ D’autres personnages de l’Enclos m’ont plu aussi comme Hiver, Henry, Vlad, Erebus, Tess, Blair… en gros la plupart des Autres de l’Enclos.

Je trouve d’ailleurs la mythologie autour des Autres très réussie et intrigante car elle ne se rapproche de rien de connu ou plutôt d’habituel pour ce genre de créatures, que ce soit pour les Autres mais aussi pour Meg la Cassandra sangue, dont je me demande quand même si on ne peut pas la considérer comme une Autre au vu de ses pouvoirs. En plus, l’auteure a eu l’idée de faire le pont entre les deux avec le « sang doux« .

Au vu de tout cela et malgré les nombreux défauts que j’ai noté, j’ai quand même très envie de lire la suite pour continuer à voir comment Meg s’adapte à leur monde et comment les Autres fléchissent un peu vers le sien. De plus, il reste encore tellement de mystère autour de son passé, mais aussi de ce qui se passe à l’Ouest dans les autres enclos, que ça ne peut que donner envie !

Ma note : 14 / 20

Tome 2 : Volée noire

Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai dit au-dessus sur le tome 1, puisque le deuxième de la saga présente les mêmes qualités et les mêmes défauts. Mais j’ajouterai que j’ai eu énormément de mal  re-rentrer dans l’histoire. Parfois, je n’arrivais plus à situer certains personnages et j’avais aussi oublié certains enjeux. Le début laborieux de ce deuxième tome ne m’a pas aidée. J’ai trouvé la narration hachée, saccadée,  et donc pas très agréable à suivre. A chaque fois que j’avais l’impression d’accrocher à nouveau, l’auteur changeait brusquement de point de vue et tout le travail était à refaire. D’habitude, j’aime bien suivre les points de vue de plusieurs personnages mais là ce n’est pas très bien fait malheureusement. Et au final, il n’y a qu’à la fin, quand ces changements se sont calmés, que l’histoire s’est posée et que j’ai vraiment appréciée.

C’est bien dommage parce qu’à nouveau, il y a plein de choses intéressantes dans cette série : une mythologie qui s’étoffe et gagne en profondeur (j’aime l’introduction des Intuits et des Autres du reste du continent), une intrigue palpitante (l’empoisonnement des Autres, le démantèlement des usines à cassandra sangues), et des personnages en constante évolution (Meg et Simon qui se rapprochent sans le comprendre + la meute de Meg). J’ai aussi aimé voir plus d’interaction entre les humains et les Autres, les voir s’entraider.

Par contre, la fin est beaucoup trop rapide. Tout est précipité d’un coup comme si l’auteur avait eu un nombre limité de pages et c’en était rendue compte qu’à la fin… Cela m’a un peu gâché la lecture. Il faut vraiment qu’elle trouve un équilibre entre le côté limaçon du début et cette vitesse extrême de la fin.

Ma note : 14 / 20

Vampire City de Rachel Caine

couv47942837

Titre : Vampire City

Auteur : Rachel Caine

Années de parution vf : Depuis 2010

Editeur vf : Hachette (BlackMoon)

Nb de tomes : 9 (en cours)

Résumé du tome 1 : A seize ans, Claire Danvers est une étudiante de génie, promise à un avenir brillant. Ses parents l’envoient pourtant s’enterrer à Morganville, dans une université au fin fond du Texas. Très vite, elle devient le souffre-douleur de la mafia manucurée du campus.

Claire trouve alors refuge dans la maison de ses rêves. Elle se lie bientôt d’amitié avec ses trois colocataires, Eve la gothique, Shane le rebelle au coeur tendre et Michael, musicien prodige qui ne sort qu’après le coucher du soleil.

Mais Claire n’est pas encore tirée d’affaire. Car à Morganville, certaines personnes ont les dents longues et, la nuit, les ombres sont habitées…

Mon avis :

Vampire City, tome 01 : Bienvenue en enfer

Dès les premières pages, une ambiance assez angoissante et réaliste même se dégage. En effet, on tombe sur une jeune surdouée, Claire, admise à la fac en avance et qui se retrouve persécutée par « la reine » du campus. Sa vie bascule quand en voulant lui échapper, elle cherche un logement en dehors du campus et découvre un monde qui lui était inconnu. Morganville a ses propres règles dont les étrangers et donc souvent les étudiants ignorent tout, et un mystérieux danger semble planer. Bon, on devine assez rapidement ce qu’il en retourne mais j’ai aimé la façon dont c’est amené et les codes qui régissent ce petit monde. On suit ici des héros qui font tout pour survivre dans un monde hostile. Ils sont sans cesse entourés de dangers et doivent lutter.
Claire en fait la découverte grâce à sa rencontre avec un groupe de jeunes avec qui elle va cohabiter dans une grande baraque en ville. Chaque de ses futurs coloc’ a une personnalité bien affirmée : Eve, la gothique qui joue les dures mais ne l’est pas du tout, Michael, le musicien beau gosse qui semble dormir toute la journée et joue les petits chefs et Shane, le beau gosse ténébreux un brin idiot et mollasson. Ils nous deviennent vite sympathiques surtout qu’ils vont jouer les grands frères et soeurs ultraprotecteurs avec Claire.
Et grande fleur bleue que je suis, ce que j’ai aussi beaucoup aimé, c’est que pendant un grand moment, on se demande pour lequel de nos deux garçons, Claire va craquer. Elle semble assez indécise pendant un moment avant de faire son choix.
Et pour finir, le petit plus que j’ai trouvé très sympathique, c’est l’extrait du journal de Eve, à la fin du roman, qui nous offre son point de vue sur les moments clés du roman.

Riley Jenson de Keri Arthur

couv32067835

Titre : Riley Jenson

Auteur : Keri Arthur

Années de parution vf : 2009-2012

Editeur vf : Milady

Nb de tomes : 9

Résumé du tome 1 : Riley Jenson est une créature rare : un hybride de vampire et de loup-garou. Avec son frère Rhoan, elle travaille à Melbourne pour une organisation chargée de faire respecter la loi parmi les êtres surnaturels et de protéger les humains. Si Rhoan est un gardien enthousiaste – autrement dit un assassin -, sa soeur, elle, se contente d’un poste administratif… jusqu’à ce que Rhoan disparaisse lors d’une mission. Ça ne pouvait pas tomber plus mal : plus loup-garou que vampire, Riley est extrêmement lunatique et, la semaine avant la pleine lune, son besoin de s’accoupler devient irrépressible. Certes, elle a deux partenaires toujours prêts à la satisfaire, mais elle va devoir maîtriser ses pulsions si elle veut retrouver son frère !

Mon avis :

Tomes 1 – 2

A voir les couvertures qui ne sont pas follement folichonnes, je me suis dit, eh ben voilà une énième série sur les loups garous. Mais au final après avoir lu les deux premiers tomes, je dois dire que je lui trouve quand même quelques qualités. En effet, le caractère singulier de l’héroïne mi-vampire, mi-loup-garou, pimente l’histoire. On découvre une héroïne déchirée entre ses deux natures. Parfaitement habituée à sa nature de loup-garou, elle lutte contre son côté vampire, qui pourtant est au cœur de nombreuses convoitises. Dans le monde où elle vit, une institution « gouvernementale » régit par les vampires et autres bêtes nocturnes, aimerait bien qu’elle se mette à travailler pour eux au plus haut niveau comme son frère, hors elle s’y refuse. Cette lutte hante les deux premiers volumes et continue à nous intriguer, sa nature d’hybride devant rester secrète va-t-elle céder et révéler ce qu’elle est ou pas ? Et qui sont ceux, qui déjà au courant, cherchent à l’utiliser et pourquoi ? Ainsi sur fond de fantastique, on retrouve le thème du complot scientifique un brin louche.
Mais gros bémol, il y a énormément de scènes de cul gratuites dans cette série. Franchement, l’héroïne a tout d’une nymphomane parfois, et je ne pense pas que ça apporte énormément au récit, c’est bien là le problème V.V
Mais le tout se laisse lire avec plaisir, c’est fluide, sympathique et un brin intrigant, juste ce qu’il faut.

Night World de L.J. Smith

 couv59330834 couv57191678

Titre : Night World

Auteur : L.J. Smith

Années de parution vf : 2009-2012

Editeur vf : Michel Lafon

Nb de tomes : 9

Résumé du tome 1 : Le Night World ne se limite pas à un endroit précis. Il nous entoure. Ses lois sont très claires : sous aucun prétexte son existence ne doit être révélée à qui que ce soit d’extérieur. Et ses membres ne doivent pas tomber amoureux d’un individu de la race humaine. Sous peine de conséquences terrifiantes. Découvrez ce qui arrive à ceux qui enfreignent les règles…
Il n’y a plus aucun espoir pour Poppy : sa maladie est incurable. Elle se prépare donc au pire. Jusqu’à ce que James, le plus beau garçon du lycée qu’elle aime en secret, lui fasse le plus fabuleux des cadeaux : un baiser vertigineux qui lui donne accès à son âme. Elle apprend ainsi que James partage ses sentiments depuis toujours, mais fait partie du Night World.
Bravant les interdits de son monde, le jeune homme propose à Poppy de le suivre jusqu’à la mort, et même au-delà. Mais il lui faudrait pour cela devenir un vampire…

Mon avis :

Après le Journal d’un vampire, j’avais espoir que l’auteur de serait améliorée, alors j’ai voulu testé Night world. Bien mal m’en a pris, ce fut une énorme déception pour moi, au point que j’ai dû me forcer à finir le premier volume et que je n’ai aucune intention de lire la suite.
J’ai trouvé que tout était cousu de fil blanc, les personnages, les situations, tout est très prévisible et fade. Les personnages en deviennent même agaçant tant on aimerait qu’ils aient un peu de caractère. En plus cette idée d’utiliser une héroïne malade pour qui le vampirisme serait la seule issue, ç’a été le summum du ridicule pour moi. Je me demande comment on peut utiliser une idée aussi ampoulée, franchement !

Journal d’un vampire de L.J. Smith

 couv3152029

Titre : Journal d’un vampire

Auteur : L.J. Smith

Années de parution vf : Depuis 2009

Editeur vf : Hachette (BlackMoon)

Nb de tomes : 11 (en cours)

Résumé du tome 1 : Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante et lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ? Le récit captivant de deux frères vampires déchirés par l’amour d’une même femme. Un triangle amoureux d’une dangereuse sensualité.

Mon avis :

Tomes 1 – 2

Cette série a été publiée pour la première fois au début des années 1990, mais faute de succès l’auteur l’avait stoppée. Avec le renouveau de la mode des vampires, elle la reprend à la fin des années 2000, en profitant pour rééditer sa série en regroupant un peu les anciens volumes.
Est-ce à cause de cette bizarrerie, toujours étant que la lecture de cette série ne m’a pas beaucoup enchantée. On sent dès les premières pages que c’est une littérature clairement à destination des jeunes adolescents, d’où un style bancal et fade. L’histoire, elle-même, est souvent incohérente. On sent que parfois l’auteur ne semble pas savoir plus que nous où elle va et du coup l’intrigue ne présente pas beaucoup d’intérêt tant elle semble superficielle. L’auteur aurait mieux fait de ne pas reprendre sa série, de ne pas la faire traîner en longueur à l’aide de rebondissements plus farfelus les uns que les autres.
La seule chose qui m’a plu dans ces romans, c’est le traitement de Damon qui est encore plus sombre. Mais pour les autres personnages, les défauts qu’on leur voit dans la série télé sont ici multipliés par dix V.V
Celle-ci ayant eu la bonne idée de ne garder que le meilleur des romans, c’est-à-dire l’idée de base, avant de très vite s’en éloigner.

La Communauté du sud de Charlaine Harris

couv24671626

Titre : La Communauté du sud

Auteur : Charlaine Harris

Années de parution vf : 2005-2014

Editeur vf : J’ai lu

Nb de tomes : 13 + 3 HS

Résumé du tome 1 : Les vampires vivent désormais parmi les humains grâce à un substitut leur permettant de se nourrir sans tuer. Mais la méfiance règne toujours à Bon Temps, petite ville de l’Amérique profonde. L’arrivée de Bill, ténébreux vampire du me siècle va bouleverser la vie de la jeune serveuse télépathe, Sookie, d’autant qu’une vague de crimes s’abat sur la ville.

Mon avis :

Avis général Tomes 1 – 6 :

Comme beaucoup je pense, j’ai découvert la série grâce à son adaptation télé et j’en suis ensuite venue à lire les livres pour savoir ce qui allait arriver.
Depuis Entretiens avec un vampire, j’adore tout ce qui touche aux vampires, alors avec True Blood, je pensais arriver en terrain conquis. Mais pas du tout, le monde créé par l’auteur nous prend un peu à contre-pied. En effet, ce ni plus ni moins que le nôtre sauf que depuis quelques années les vampires ont fait leur coming-out grâce à la création du sang synthétique. Avec cette base posée, on se retrouve dans un coin paumé en pleine Louisiane, un petit village avec son lot de caricatures d’américains mais il y en a une qui sort du lot et que tout le monde trouve bizarre : la jeune serveuse Sookie. Celle-ci, on ne sait pas pourquoi au début, peut lire dans les esprits et du coup n’est pas comme tout le monde, même si elle s’y emploie tant bien que mal avec son physique de bimbo blonde et son petit boulot au Merlott’s. Bon je vous ferai gré de brosser le portrait de tous les personnage. Sachez qu’on retrouve à peu près les mêmes que dans la série télé à l’exception de Tara qui est absente (en fait, il y a bien une amie un peu paumée de Sookie qui m’y fait penser mais ce ne sont pas les mêmes personnages pour autant) ainsi que de Jessica et d’autres personnages secondaires qui apparaissent ou pas dans la série mais sont dans le livre. Celui-ci étant beaucoup plus riche au niveau de la communauté de Bon-Temps entre autre.
Chaque roman présente une intrigue, souvent un meurtre ou un mystère à résoudre et Sookie y est inlassablement mêlée. Plus le temps passe, plus on se plonge dans le monde surnaturel, rencontrant vampires, déesses, garous, fées, … Tout ce petit monde à des secrets qu’il aimerait bien cacher mais que notre miss poisse découvre toujours sans le vouloir. Les romans s’attardent plus sur le développement des intrigues, des personnages et du monde créé que la série télé. Ils sont donc plus savoureux pour le curieux et en plus je trouve que les personnages en général y sont moins agaçants. Sookie fait moins cruche, on découvre plus vite que Bill est un salaud (pas besoin de tourner 107 ans autour du pot), Eric et Alcide sont encore plus charismatiques (non, je n’ai pas de faible pour eux ><). Et je trouve que c’est moins trash que la série télé même si bien sûr il y a parfois des scènes un peu chaudes. Le tout se laisse lire d’une traite, le style est fluide même si ce n’est pas de la grande littérature (comme beaucoup de romans de bit-lit) mais au moins c’est honnête et l’auteur sait se renouveler. Elle semble savoir où elle va et même si parfois on peut craindre une certaine redondance aux niveaux des situations, elle évite toujours cet écueil de justesse.

La Communauté du sud, tome 11 : Mort de peur

Grosse déception. Non seulement l’intrigue tarde énormément à démarrer, mais en plus elle n’est vraiment pas folichonne. On devine de suite qui est derrière. La fin relève un peu la donne mais le tout est si répétitif que c’en est lassant. Je commence à désespérer de retrouver le plaisir des débuts… Du coup, je m’arrêterai là, c’en est fini pour moi !

Minuit de Lara Adrian

couv41048160

Titre : Minuit

Auteur : Lara Adrian

Années de parution vf : Depuis 2011

Editeur vf : Milady

Nb de tomes : 11

Résumé du tome 1 : Lucan Thorne est leur redoutable chef. Il a juré de protéger les siens, mais aussi l’humanité de la menace qui plane sur eux. Une mortelle n’a pas sa place dans cette vie de combat… jusqu’à ce que Lucan rencontre Gabrielle Maxwell, photographe de renom. Témoin d’un crime atroce, la jeune femme est la cible des Renégats.
Pour la sauver, Lucan n’a d’autre choix que de l’entraîner dans les profondeurs où il règne. Gabrielle est soudain confrontée à un destin extraordinaire où se mêlent danger, séduction et les plaisirs les plus sombres…

Mon avis :

Minuit, tome 01 : Le baiser de minuit
Pâle copie de la Confrérie avec des héros bien moins charismatiques. Tout est assez téléphoné au niveau du scénario et on s’ennuie légèrement, heureusement la fin est un peu plus palpitante mais également bâclée. Par contre, j’ai aimé le fait que le monde des humains soit présent à part entière

Rachel Morgan de Kim Harrison

couv63327909

Titre : Rachel Morgan

Auteur :  Kim Harrison

Années de parution vf : Depuis 2007

Editeur vf : Milady

Nb de tomes : 11

Résumé du tome 1 : Sexy, chasseuse et… sorcière ! Rachel Morgan est une jeune trentenaire comme les autres… mais il ne faut pas se fier aux apparences : c’est une sorcière ! Elle a mis ses sortilèges au service des flics de Cincinnati car vampires, garous, fées et autres créatures de la nuit ont fait leur coming out ! Mais tout ça, c’est fini. Après sept ans passés à traquer les criminels qui se cachent parmi les êtres magiques, Rachel Morgan démissionne et lance sa propre agence. Le seul problème, c’est que personne n’est censé quitter cette police très spéciale, et Rachel se retrouve illico traquée par des tueurs munis d’un bel assortiment de malédictions bien vicieuses. Le seul moyen de s’en sortir ? S’associer avec une vampire envoûtante et pour le moins inquiétante… et faire tomber le baron de la drogue local. Mais question danger, c’est passer de Charybde en Scylla…

Mon avis :

Rachel Morgan, tome 01 : Sorcière pour l’échafaud
Bof bof bof. J’ai eu la sensation que ce volume n’était qu’une longue introduction. Personnages fades, action faible et peu intéressante, le tout est très poussif et ne révolutionne pas le genre. La suite se fera sans moi u_u