Livres - Fantasy / Fantastique

Toutes les saveurs de Ken Liu

Titre : Toutes les saveurs

Auteur : Ken Liu

Editeur vf : Bélial’ – Une heure lumière

Année de parution vf :  2021

Nombre de pages : 125

Histoire : Idaho, XIXe siècle.
La guerre de Sécession a pris fin voici quelques années, et c’est désormais le temps de la ruée vers l’or. La ville d’Idaho City, en plein coeur de ce territoire de l’Union, est en effervescence, depuis qu’elle accueille une forte minorité chinoise. Celle-ci est exploitée dans les mines d’or par des Blancs sans scrupules. En dépit des préjugés, la jeune Lily Seaver, fille d’un notable de la ville, se lie d’amitié avec un Chinois lorsque celui-ci la protège de deux bandits à la petite semaine.
Prénommé Lao Guan mais surnommé Logan – nom plus facile à prononcer pour les Américains -, ce Chinois se fait remarquer parmi les siens en raison de sa taille de géant et de la teinte de sa peau, aussi rouge qu’une prune. Au fil du temps, Logan raconte à Lily les contes de Guan Yu, le dieu chinois de la guerre.
Et la jeune fille de s’interroger : qui est véritablement Logan, et quel lien entretient-il réellement avec la figure mythologique de Guan Yu ?

Lire la suite « Toutes les saveurs de Ken Liu »

Livres - BD / Illustrations

Mademoiselle Baudelaire de Bernard Yslaire

couv11198354

Titre : Mademoiselle Baudelaire

Auteur : Bernard Yslaire

Editeur vf : Dupuis (Aire Libre)

Date de sortie : le 23 avril 2021

Nombre de pages  : 160

Résumé : Deux cents ans après sa naissance, Baudelaire continue de marquer les générations et le poète plane sur l’œuvre d’Yslaire depuis les origines. C’est pourtant Jeanne Duval, celle que le poète a le plus aimée et le plus maudite, que le dessinateur a choisie pour revisiter dans ce chef-d’œuvre la matière sulfureuse et autobiographique des Fleurs du mal. De Jeanne, pourtant, on ne sait presque rien, ni son vrai nom, ni sa date de naissance, ni sa date de décès. Aucune lettre signée de sa main ne nous est parvenue. Restent quelques témoignages, des portraits dessinés par Baudelaire lui-même, une photo de Nadar non authentifiée, sans oublier les poèmes qu’elle lui a inspirés. Jeanne, « c’est l’invisible de toute une époque » qui réapparaît dans la résonance féministe de la nôtre. Elle qui était stigmatisée comme mulâtresse, créole et surnommée « Vénus noire » en référence à la « Vénus hottentote », aimante tous les préjugés d’un siècle misogyne et raciste.

Lire la suite « Mademoiselle Baudelaire de Bernard Yslaire »

Livres - BD / Illustrations

Les Quatre de Baker Street de Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand et David Etien

Titre : Les Quatre de Baker Street

Auteurs : Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand (scénario), David Etien (dessins et couleurs)

Editeur vf : Glénat – Vents d’ouest

Année de parution : Depuis 2009

Nombre de tomes  : 8 (en cours)

Histoire : Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !
Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l’East End londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d’un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d’espions des rues… Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve… en s’adjoignant les services d’un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l’époque victorienne ! Lire la suite « Les Quatre de Baker Street de Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand et David Etien »

Livres - BD / Illustrations

M.O.R.I.A.R.T.Y de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Stevan Subic

 

Titre : M.O.R.I.A.R.T.Y

Auteurs : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau (scénario), Stevan Subic (dessins), Scarlett Smulkowski (couleurs) et Nicolas Siner (couverture)

Editeur vf : Delcourt

Année de parution : Depuis 2018

Nombre de tomes  : 3 (en cours)

Histoire : Dans un Londres steampunk, Sherlock Holmes affronte un automate joueur de cartes au club de Diogène, tandis que le docteur Jekyll survit à des blessures par balles infligées par la police à Mr Hyde. Lire la suite « M.O.R.I.A.R.T.Y de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau et Stevan Subic »

Livres - BD / Illustrations

Miss Charity (BD) de Marie-Aude Murail, Loïc Clément et Anne Montel

Titre : Miss Charity

Auteurs : Loïc Clément, Anne Montel (dessins et textes) et Marie-Aude Murail (histoire d’origine)

Editeur vf : Rue de Sèvres

Année de parution : 2020

Nombre de tomes  : 1 (en cours)

Histoire : En 1880, Charity est une petite fille de la bonne société anglaise. Endeuillée par la mort de ses petites soeurs, sa famille lui accorde peu d’attention ; aussi se réfugie-t-elle auprès de sa bonne, Tabitha. Elle élève également des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope et apprend Shakespeare par coeur, espérant qu’un jour quelque chose rompra sa solitude. Lire la suite « Miss Charity (BD) de Marie-Aude Murail, Loïc Clément et Anne Montel »

Livres - Classique

Orgueil & préjugés (illustré) de Jane Austen et Margaux Motin

Titre : Orgueil & préjugés

Auteur : Jane Austen

Illustrateur : Margaux Motin

Éditeur vf : Tibert

Année de parution vf : 2017

Nombre de pages : 355

Histoire : Orgueil et préjugés est le plus connu des six romans achevés de Jane Austen. Son histoire, sa question, est en apparence celle d’un mariage: l’héroïne, la vive et ironique Elizabeth Bennett qui n’est pas riche, aimera-t-elle le héros, le riche et orgueilleux Darcy ? Si oui, en sera-t-elle aimée ? Si oui encore, l’épousera-t-elle ? Mais il apparaît clairement qu’il n’y a en fait qu’un héros qui est l’héroïne, et que c’est par elle, en elle et pour elle que tout se passe.

Lire la suite « Orgueil & préjugés (illustré) de Jane Austen et Margaux Motin »

Livres - Classique

Un coeur simple de Gustave Flaubert

Titre : Un coeur simple

Auteur : Gustave Flaubert

Editeur (poche) : Folio

Année de première parution : 1877

Nombre de pages : 42

Résumé : Félicité, orpheline, fille de ferme trahie par son amoureux, a derrière elle un passé de misères et de douleurs lorsque Mme Aubain l’engage comme servante. Le bonheur est au rendez-vous de cette rencontre, mais bientôt Félicité doit affronter de nouvelles épreuves. Seul soutien dans ses malheurs, Loulou, son perroquet…

Lire la suite « Un coeur simple de Gustave Flaubert »

Séries Tv - Films

Doctor Thorne

Titre : Doctor Thorne

Une série créée par : Julian Fellowes (Downton Abbey)

Année : 2016

Pays : Royaume-Uni

Genre : Drame – Historique

Durée : 3 épisodes de 48 minutes (terminée)

Avec : Tom Hollander, Stefanie Martini, Harry Richardson, Rebecca Front, Ian McShane…

Histoire : Mary Thorne (Stefanie Martini) a été élevée par son oncle, le docteur Thomas Thorne (Tom Hollander) à Greshambury, un village du comté (fictif) de Barsetshire. Elle a grandi en compagnie des sœurs Gresham, Augusta (Gwyneth Keyworth) et Beatrice (Nell Barlow), et de leur frère Frank (Harry Richardson), dont la famille possède le grand domaine qu’est Greshamsbury Park.
Mary et Frank sont épris l’un de l’autre, mais ils vont devoir surmonter de nombreux obstacles s’ils veulent pouvoir s’unir, à commencer par le problème financier. La première n’a pas d’argent, tandis que la famille du second est endettée. La mère de Frank (Rebecca Front) demande donc que son fils fasse un mariage d’argent pour sauver le domaine familial. Elle le pousse vers une riche Américaine, Miss Martha Dunstable (Alison Brie).

Adaptée d’un roman d’Anthony Trollope

Lire la suite « Doctor Thorne »

Livres - Science-Fiction

La Cité du futur de Robert Charles Wilson

Titre : La cité du futur (Last Year)

Auteur : Robert Charles Wilson

Editeur vf : Denoel (Lune d’encre)

Année de parution vf : 2017

Résumé : Pour cinq ans seulement, jusqu’en 1877, la cité de Futurity dresse ses immenses tours jumelles au-dessus des grandes plaines de l’Illinois. Depuis Futurity, des hommes du futur viennent visiter le XIXe siècle. Et, contre une fortune en métaux précieux, les autochtones peuvent dormir dans la tour n° 1, véritable vitrine technologique d’un incompréhensible XXIe siècle.
C’est dans cette cité, construite à partir d’un futur parallèle, que travaille, comme agent de sécurité, Jesse Cullum, un autochtone. Parce qu’il a sauvé le président Ulysse Grant d’une tentative d’assassinat, Jesse se voit proposer une promotion : assisté d’une femme du XXIe siècle, il va devoir mener l’enquête.
Mais que va-t-il réellement découvrir ? Un complot pour tuer le président… ou les inavouables secrets de Futurity ?

Mon avis :

Surfant sur la vague de la mode des voyages dans le temps de l’an dernier, Robert Charles Wilson nous revient avec un roman à la fois différent et très ressemblant à ce qu’il a fait par le passé. Avec La Cité du Futur, nous sommes propulsés dans la dernière année de colons du futur venus dans l’Amérique de la fin du XIXe siècle.

Lire la suite « La Cité du futur de Robert Charles Wilson »

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Promesses en rose de Kaho Miyasaka

promesses-en-rose-754367

Titre : Promesses en rose

Auteur : Kaho Miyasaka

Editeur vf : Panini (shojo)

Année de parution vf : Depuis 2016

Nombre de tomes : 3 (en cours)

Résumé du tome 1 : Iroha, une jeune fille de 16 ans, vient de perdre son père et vit désormais avec sa belle-mère qui a dilapidé l’héritage familial. Un jour qu’Iroha se recueille dans son jardin, elle surprend un jeune homme en train de sentir ses roses. Pensant qu’il s’agit d’un voleur, elle tente d’appeler au secours, mais tombe accidentellement dans les bras du bel inconnu. La jeune fille ne sait pas encore que cette rencontre va bouleverser sa vie…

news_im1cdfb4yhi3bwq

Mes avis :

Tome 1

Sous cette couverture très belle et accrocheuse et derrière un petit mot de l’auteur attirant se cache une histoire somme toute très classique. Je m’attendais à quelque chose de bien plus mature, creusé et immersif. Malheureusement l’histoire reste à l’aune de ce qu’a autrefois fait l’auteur, c’est donc très plat et superficiel.

Les dessins, les décors et les costumes sont jolis mais n’ont rien de transcendants. Il existe bien des séries mieux réalisées et plus belles avec une vraie atmosphère historique, ce qui n’est pas le cas ici. On a l’impression de lire un de ses shojos habituels transposés dans le passé. L’histoire invite à une légère revisite du conte de Cendrillon, c’est assez bien fait mais du coup il n’y a pas vraiment de surprise. Le ton de l’ensemble est très léger alors que je m’attendais à quelque chose de plus sombre. Les personnages sont ultra caricaturaux mais restent mignons à suivre. Pour le moment Retsu reste très mystérieux mais je devine déjà un peu ce qu’il cache, dommage. Iroha est un peu comme les dernières héroïnes de Kaho Miyasaka, une fonceuse et une forte tête attachante. Les personnages secondaires eux sont vraiment antipathiques, il n’y a rien à sauver chez eux. L’histoire, elle, se met en place et avance rapidement. Du point de vue historique, elle n’est pas du tout crédible, elle fait plutôt conte de fée ou romance qui a besoin d’un décor historique mais c’est tout. Donc à part les jolis décors et costumes ne cherchez rien de plus.

En bref, c’est une romance qui se laisse lire mais qui n’est pas à la hauteur des ambitions annoncées de la mangaka. Cela reste mignon et on a envie de découvrir la suite mais c’est tout.

Tome 2

Ce deuxième tome m’a plus plu que le premier. J’ai eu un peu de mal à me rappeler l’histoire vu que ça fait près d’un an, mais c’est revenu petit à petit. L’histoire est toujours aussi classique mais les personnages s’étoffent. Au début, je trouvais Retsu assez imbuvable tellement il était arrogant et sûr de lui, mais il a su montrer d’autres facettes. Iroha reste fidèle à elle-même, mais elle s’ouvre peu à peu à lui et parvient à lui faire confiance. C’est un long chemin qui les attend.

Encore une fois, ce n’est pas aussi sombre qu’annoncé mais ça reste plaisant. J’ai aimé qu’on revienne sur le passé d’Iroha et l’origine de sa cicatrice. J’ai aimé qu’on revienne également sur son précédent fiancé et qu’on s’en débarrasse. Et j’ai aussi aimé que ça permette à Retsu de se dévoiler. On sent que l’auteur veut une romance plus sombre et mature mais avec les mimiques qu’elle donne au couple, c’est dur de les trouver crédible. Au moins, je trouve ça amusant de mon côté. J’aime bien les voir se chamailler et essayer de piéger l’autre. Ils sont mignons tous les deux et Retsu fait tout pour essayer de la conquérir sous ses airs bravaches, ce qui fait battre notre coeur de midinette.

Après ses intentions étant désormais claires, il va falloir qu’Iroha se fasse une raison concernant ce mariage et surtout qu’elle murisse un peu parce qu’elle est encore très immature. Surtout qu’un certain personnage de leur passé à tous les deux fait son apparition dans les dernières cases et va venir les embêter dans le prochain tome, je parie.

Tome 3

Voilà une série dont je n’attendais absolument pas le retour, perdue dans les abysses des séries arrêtées par Panini. Kaho Miyasaka qui a fait les grandes heures de l’éditeur avec des titres comme Kare First Love ou Binetsu Shojo, revient donc avec sa dernière série toujours en cours au Japon avec 8 tomes, et de nouveau disponible chez nous.

Malheureusement, le temps a passé depuis ma découverte des premiers tomes et la série n’a pas super bien vieilli. Si à l’époque, j’avais déjà un peu de mal avec une héroïne particulièrement immature à qui on promettait un joli destin en épousant le beau gosse riche du coin dans un décor de Japon à l’ancienne, 5 ans plus tard ça devient difficilement lisible.

Les dessins de Kaho Miyasaka sont toujours aussi jolis. Ils s’en dégagent beaucoup de vivacité, d’humour mais aussi de finesse et une belle profondeur dans les teintes sombres, ce qui est parfait vu le sujet de l’histoire et le coeur bien noir d’égoïsme de pas mal de personnages. L’autrice d’ailleurs, en mode auto-dérision, se moque d’elle-même d’avoir choisi autant de personnages aux cheveux noirs. Cependant, tout cela est bien superficiel et c’est tout le problème.

En reprenant ma lecture de cette série, j’ai été surprise de voir à quel point elle était cul-cul. Je n’ai rien contre les romances un peu immature, mais ici c’est quand même particulièrement gratiné, au point de mettre même mal à l’aise, car un héros mature qui aime une héroïne aussi gamine, ce n’est pas très sain pour moi. Malgré le grand nombre de scènes qui se veulent romantiques, il m’a été impossible de trouver leur romance crédible, le décalage entre les deux est trop grand. Du coup, je suis plutôt partie en mode : « je lis une parodie et je vais m’en amuser ». La lecture est bien mieux passée ensuite.

Sur ce mode de la drôlerie, je me suis amusée du trouble fête qui vient semer la zizanie entre eux mais pas forcément en visant celui/celle qu’on croit. J’ai également souri des premiers temps de nos tourtereaux sous le même toit et du rapprochement gênant mais tendre que cela implique. J’ai ri lors de l’arrivée de la famille qui bien sûr tente de leur mettre des bâtons dans les roues.

Kaho Miyasaka maîtrise parfaitement sa narration et enchaîne les pseudo péripéties pour ses héros. C’est du vu et revu. C’est totalement farfelu et pas crédible. C’est même nian-nian à souhait, mais c’est léger et amusant finalement. A lire pour qui veut une romance lycéenne amusante et classique dans un décor légèrement historique mais sans profondeur prise de tête.