L’épouse du Dieu de l’eau de Mi-kyung Yun

bride-of-water-god-21e94e8-copie-1

Titre : L’épouse du Dieu de l’eau

Auteur : Mi-kyung Yun

Années de parution vf : Depuis 2010

Editeur vf : Clair de lune

Nb de tomes : 16 (en cours)

Résumé du tome 1 : Soah est choisie pour devenir l’épouse d’Habaek, mais au lieu de mourir entre les mains d’un monstre, Habaek la sauve et l’emporte au royaume de l’eau.Soah apprend alors à vivre dans un monde nouveau et étrange rempli de dieux. Elle se retrouve prise dans diverses intrigues entourant Habaek et il lui est de plus en plus difficile de savoir en qui elle peut avoir confiance, pourtant, au milieu de cette agitation, elle tombe amoureuse de Mui, ignorant que le jeune homme est la vraie forme d’Habaek enfant…

Mes avis :

Tome 1
Ce premier tome nous plonge directement dans l’action avec une introduction rapide des principaux personnages qui permet de laisser planer un mystère sur la plupart. Ils sont certes un peu nombreux pour un début et l’histoire peut être un peu fouillie par moment, mais les dessins sublimes font vite oublier ces défauts. Que ce soit au niveau des décors ou des costumes, c’est magnifique !

Tome 2
L’intrigue se complexifie ainsi que la psychologie des personnages. Les dessins sont toujours aussi beaux et grâce à eux, on a droit à de jolis moments entre Soah et Habaek/Mooi. Mais j’ai mal à comprendre leur rapprochement bien trop rapide à mon goût. Reste encore pas mal de personnages à découvrir et des secrets à percer. J’adore !

Tome 3
Les choses s’accélèrent entre Soah et Habaek, notamment dans la 2e partie du tome. Mais cela n’est pas très bien amené. On a presque l’impression qu’il manque un chapitre de transition… L’auteur va un peu vite en besogne et compte trop sur les non dits, mais au moins ça a le mérite de faire avancer l’histoire et d’en découvrir plus sur la famille de Soah. A suivre.

Tome 4

L’histoire avance toujours aussi vite. Après un bref retour dans son horrible famille, voilà déjà Soah de retour au palais. Les sentiments d’Habaek/Mooi sont désormais évidents entre sa douceur, sa jalousie et sa possessivité, mais Soah ne s’en rend toujours pas compte. Elle est vraiment trop naïve, c’est agaçant. De son côté, elle n’a pas l’air de trop savoir où elle en est non plus. Et en prime, il y a encore des gens de l’entourage d’Habaek qui mijote quelque chose pour les séparer. On peut vraiment dire qu’on leu mène la vie dure. N’empêche grâce à cela, l’histoire est passionnante, pleine de rebondissements et avec de beaux moments romantiques desservis en prime par de sublimes dessins !

Tome 5

Encore un très beau tome avec d’intéressantes révélations sur le passé d’Habaek, Houyé et Nakbine. Le complot qui a l’air de se tisser autour du couple se révèle aussi peu à peu, ce qui donne des moments intéressants et plein de tensions. Le nouveau personnage qui est arrivé m’intéresse peu personnellement et m’agace plus qu’autre chose. Je ne vois pas grand intérêt à sa venue, ça fait un peu redite. Par contre, j’ai trouvé fort intéressante la métaphore autour de l’eau et d’Habaek.

Tome 6

Ce nouveau tome est marqué par un beau retournement de situation dans la dernière partie, retournement auquel on pouvait s’attendre vu les indices laissés en route. Toutefois, il n’a rien de bien subtile, il est même un peu décevant car il reprend une intrigue déjà traitée. Par contre, à côté de ça, je m’interroge de plus en plus sur cet « empereur » dont il est souvent fait mention et sur son rapport avec Habaek. J’espère avoir bientôt des réponses.

Tome 7

Encore de nouvelles révélations, le rythme de l’histoire ne baisse pas. Il est juste dommage que TOUT le tome soit consacré au passé d’Habaek, Houyé et Nakbine, notamment à leur rencontre, et que du coup l’histoire présente soit mise en pose, parce que les dernières avancées étaient intéressantes. En tout cas, comme je l’espérais, l’empereur prend un place de plus en plus importante, et on comprend mieux certains tenants et aboutissants maintenant. L’histoire est vraiment bien menée dans l’ensemble !

Tome 8

Le voile continue de se lever et chacun cachait bien son jeu comme on pouvait l’espérer. Nous voici de retour avec l’histoire présente où chaque personnage révèle sa place dans ce vaste jeu de dupes auquel on assiste. C’est vraiment très bien pensé et quand on se rappelle des tomes passés, on se dit que l’auteur avait pensé à tout, mais mon dieu que c’est compliqué ! En tout cas, le rythme de l’histoire ne baisse pas, de même que la qualité des dessins. Vivement la suite.

Tome 9

Dans ce tome, c’est au tour des parents d’Habaek (enfin on voit son père !) et des dieux ennemis Shennong et l’Empereur de révéler leur passé pour mon plus grand plaisir. En plus, bonus, on voit le moment où Habaek découvre ses pouvoirs. Cette fois, le flashback est bien géré et ne prend pas tout le tome, il laisse bien la place à l’histoire d’avancer. Une fois de plus, on découvre ce que l’Empereur essaie de manigancer et comment il se sert des femmes pour atteindre Habaek. Il y a d’ailleurs un côté assez misogyne dans l’histoire quand on voit le rôle des femmes :/ Maintenant que les deux camps sont bien dessinés, j’attends que la guerre prenne un peu plus forme.

Tome 10

Toujours autant d’évènements arrivent dans ce nouveau tome. L’intervention du père d’Habaek se révèle cruciale et permet à Soah de faire le point sur ses sentiments et ceux de celui qu’elle aime, ainsi que de voir une piste pour rompre la malédiction d’Habaek. Je commence également à apprécier Nakbine finalement. Et les parents d’Habaek me font de la peine. Bref tout plein d’émotions ici.

Tome 11

Un volume placé sous le signe des séparations et de retrouvailles, ce qui donne lieu à de très beaux moments bien émouvants. Cependant le mélo prend un peu trop de place ici au détriment des intrigues. Heureusement, elles semblent ressurgir sur la fin avec le père d’Habaek en tête. D’ailleurs j’ai beaucoup apprécié de découvrir sa jeunesse ainsi que celle de Seowangmo. L’auteur a la bonne idée de combler tous nos manques au niveau de l’histoire.

Tome 12

Le tome que beaucoup devait attendre, puisqu’on a enfin la cérémonie de mariage et la « nuit » de noces, mais de mon côté, j’ai trouvé que ça prenait trop de place pour pas grand-chose et ça m’a un peu agacée. Heureusement, la fin remonte le niveau avec l’arrivée d’Houyé que rebat les cartes et relance l’affrontement entre les deux camps. J’espère que cela continuera dans ce sens et que la romance ne prendra plus autant de place.

Tome 13

Encore un tome trop centré sur la romance malheureusement… Forcément avec le couple maintenant marié, ils ne pensent plus que l’un à l’autre et oublient les enjeux plus importants, comme la guerre par exemple. D’ailleurs, j’ai trouvé Soah particulièrement pénible et geignarde dans ce volume ! Heureusement la fin tragique de Mura et du Dieu du vent relève un peu le niveau. J’aime aussi beaucoup les rêves du passé que l’auteur glisse à chaque fin de tome maintenant ^^

Tome 14

L’histoire d’amour est toujours au coeur malheureusement et elle fait prendre une terrible décision à Habaek qui aura de lourdes conséquences, surtout qu’on lui a joué un bien mauvais tour. C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus plu ici, les machinations/intrigues entre les dieux. Mais j’en ai assez des turpitudes de l’Empereur et d’Houyé, ces deux-là m’agacent. Soah n’a toujours pas retrouvé sa morgue non plus, et Habaek se laisse aller à se morfondre… Espérons que tout ce petit monde retrouve vite du poil de la bête.

Tome 15

L’histoire continue de s’enliser avec le couple dans le royaume des hommes. Des pseudo triangles amoureux se forment qui sont parfaitement inintéressants malheureusement. En plus, je n’aime pas les malentendus qui naissent à cause de la nouvelle malédiction. Heureusement, la partie dans le royaume céleste est bien plus intéressante avec les révélations sur Taeuljinin – qui cache bien son jeu, j’en suis sûre – mais c’est beaucoup trop court :/

Tome 16

Encore et toujours trop de mélo dans ce volume. Décidément, la série a grandement perdu en qualité depuis qu’Habaek et Soah sont vraiment ensemble. Tout est trop lent, trop mou. L’intrigue a perdu en vigueur malgré les quelques moments où elle ressurgit au détour d’une conversation entre les « aînés ». C’est vraiment dommage parce qu’elle avait un rythme bien soutenu. Bref 3 tomes sur le couple dans le monde des humains, c’est trop, surtout qu’il y a peu d’évolution et qu’on tourne en rond. Il est toujours question de mortels vs immortels, de couple que le destin sépare comme Vega et Altair. Décidément, les Coréens aiment les mélodrames… Et maintenant qu’en plus, je ne sais pas quand je vais avoir la suite, je suis d’autant plus frustrée !

Note  sur l’édition : L’édition de Clair de Lune est assez catastrophique, entre une traduction bourrée de fautes de français et parfois incompréhensible, et des pages avec des bulles coupées au milieu faute de marge, le prix n’est clairement pas justifié. En plus, le calendrier des sorties est on ne peut plus chaotique. Pas de nouvelle d’un nouveau tome depuis juin 2014 où un bloc que 6 tomes était sorti, scandaleux !

Note globale de la série : 15,5 / 20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s