Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

L’amour à l’excès de Nana Haruta

3260122422_1_7_h1LfyVdZ

Titre : L’amour à l’excès

Auteur : Nana Haruta

Editeur vf : Panini (shojo)

Année de parution vf : Depuis 2016

Nombre de tomes vf : 7 (en cours)

Résumé du tome 1 : Tsubasa, une toute jeune lycéenne, pense avoir trouvé l’âme soeur en la personne de Sugiyama un camarade qui, elle en est persuadée, l’a secourue sur le chemin du lycée un jour où elle avait fait un malaise. Mais devant l’empressement de la jeune fille, Sugiyama se défile et lui demande de ne plus l’importuner. Pour se consoler de ce cuisant échec, Tsubasa accepte d’aider sa meilleure amie au club de basket. Sa rencontre avec l’équipe va totalement bouleverser son existence.

Mes avis :

Tome 1

Alors que sa précédente série n’est toujours pas terminée chez nous (Stardust Wink), nous retrouvons Nana Haruta avec sa nouvelle romance : L’amour à l’excès. Le titre est à l’aune de son héroïne qui est excessive en tout et en particulier dans ses relations avec les autres. Même si le titre reste un shojo ultra classique qui va sûrement user et abuser des codes du genre, j’ai aimé que l’auteur décide de l’aborder sous cet angle avec une héroïne qui en fait toujours trop mais qui essaie de changer. Tsubasa est drôle, fraîche et naïve à souhait. A l’inverse sa meilleure amie est froide et posée, elle a la tête sur les épaules ce qui est parfait pour la manager d’un club de basket. D’ailleurs, j’ai aimé l’idée d’introduire ce club et de suivre les aventures de celui-ci et des filles qui y sont les managers. Il est amusant de retrouver des joueurs tous plus beaux les uns que les autres, c’est tellement réaliste *rires* ! Mais chacun d’eux est plus qu’une belle gueule, ils sont tous gentils et compréhensifs. Akki, qui va devenir le chéri de Tsubasa, est du genre beau brun peu causant. Il a du mal avec les filles mais pas avec Tsubasa bien sûr et il est très attentif aux autres en plus d’être un goinfre, ce qui le rend très mignon et attachant. A côté de lui, on a Toba, le beau gosse, qui a compris les sentiments de Tsubasa et va soit l’aider soit lui mettre des bâtons dans les roues, on ne sait pas encore. Mais l’ensemble donne un titre qui donne la pêche et le sourire parce qu’il est drôle et léger. Les dessins sont encore une fois très beaux, j’aime le style très girly de Nana Haruta. L’histoire bien que classique se suit sans déplaisir et la mangaka sait nous donner envie de lire la suite.

Tome 2

Dans la droite ligne du tome 1, on continue à suivre avec un certain plaisir les aventures de Tsubasa. C’est toujours ultra classique mais ça se laisse lire sans déplaisir. J’ai été contente de voir Tsubasa se lier de plus en plus au petit groupe, que ce soit avec les garçons ou avec Yuri, l’autre manager. J’ai aimé voir cette dernière ainsi que Toba la conseiller dans son histoire avec Akki. Il faut dire qu’elle en a bien besoin tellement il est bouché. Néanmoins j’aime bien cette candeur chez lui, il vit vraiment dans son monde et en même temps il se préoccupe aussi de ceux qui l’entoure quand ils ne vont pas bien. Tsubasa, elle, étant celle qu’on voit le plus souvent, a plus tendance à m’agacer avec ses hésitations et ses manières de gamines. Il faudrait qu’elle grandisse un peu et j’espère que les conseils de Yuri et Toba vont l’y aider. Enfin, comme d’habitude la mangaka n’a pas pu s’empêcher de faire apparaître une rivale à Tsubasa, une ancienne amie d’Akki et son ancienne manager, c’est dur de faire plus cliché… Bien sûr, je n’ai pas aimé, c’est trop facile, surtout qu’elle est assez antipathique. J’aimerais tant que les auteur(e)s de shojos arrêtent d’utiliser cette idée à tord et à travers… Maintenant rendez-vous au prochain tome pour voir si les petits changements qu’on a senti chez Akki dans le dernier chapitre vont aboutir à quelque chose de plus concret.

Tome 3

Même si c’est ultra classique, j’aime toujours suivre cette petite série. Je trouve vraiment le groupe sympathique. Ce tome se répartit en deux parties, la première consacrée à la rivale de Tsukasa, la seconde consacrée à l’éveil des sentiments de Toba. Autant la première partie m’a agacée et ennuyée parce que vue et revue, autant j’ai bien aimé la seconde parce que Toba est un personnage que j’apprécie. Il est mature, a le coeur sur la main et est assez taquin. Le fait qu’il commence à s’intéresser à Tsubasa au même moment où Akki réalise que lui aussi craque pour elle pourrait être agaçant mais moi j’aime bien. Je pense qu’ils arriveront à gérer la chose sans que ça dégénère et qu’au contraire ça promet une jolie rivalité entre eux.

Tome 4

Ici la mangaka partage à nouveau son tome en 2 partie. Dans la première, Tsukasa fait part de ses sentiments à Akki et apprend à accepter son absence de réponse mais aussi essaie de conserver leur relation telle qu’elle. Un triangle amoureux se met également en place, comme on pouvait le pressentir, entre Toba, Tsukasa et Akki. Et alors qu’on pourrait croire que ce dernier va enfin se bouger parce qu’il a un rival et qu’il est quand même un peu conscient qu’il n’éprouve pas que de l’amitié pour Tsukasa puisqu’il est jaloux par moment, Nana Haruta casse la dynamique et se recentre sur le club de basket. J’avoue que j’ai été très très frustrée par ce choix. Je comprends qu’elle ne veuille pas abandonner cet aspect de l’histoire surtout qu’il est intéressant mais ce n’est pas bien géré. Un coup on n’en parle pas du tout, un coup on ne parle que de ça ou presque… J’aimerais bien que l’ensemble soit mieux mélangé et qu’elle ne fasse trop trainer en longueur l’histoire d’amour.

Tome 5

Même si c’est toujours aussi classique et que la romance principale avance peu, je continue à aimer ce petit shojo. Il y a dedans une touche de fraicheur si on peut dire qui me plait. Bien sûr, ça m’agace de voir qu’il ne se passe toujours rien entre Akki et Tsukasa, que celui-ci est toujours super obtus et qu’elle est toujours aussi passive. Mais j’ai bien aimé voir un peu plus Toba sur ce volume et surtout le voir être enfin honnête, comme ça on ne tourne plus autour du pot. Après j’ai été déçue par les scènes de basket qui sont très faibles scénaristiquement. Elles n’apportent rien ici à la série. Par contre, même si c’est vu et revu, je me suis amusée de l’organisation de la fête du club pour noël. Cette série ne mange pas de pain mais me détend bien et je ne lui demande pas plus au final.

Tome 6

J’ai aimé ce tome que j’ai trouvé très bien mené par l’auteure. Encore une fois, rien de fou, ça reste classique mais j’aime la façon dont la romance est écrite. Toba est un personnage très intéressant et j’aime sa dynamique avec  Tsubasa. Il la touche et la bouscule, de même qu’Aki qui se réveille enfin. Le trio est désormais un vrai triangle amoureux et ce n’est pas trop tôt. Bien sûr, on n’est pas encore arrivé vu la naïveté confondante de l’héroïne mais je suis contente qu’Aki exprime enfin ses sentiments. J’aime toujours quand la jalousie des personnages se réveille et les pousse à se révéler comme ici. Après, j’aurais peut-être aimé que les efforts de Toba marchent et que Tsubasa se tourne vers lui, ça aurait été une jolie leçon, mais on n’est pas dans ce type de shojo. On a donc plein de jolis moments romantiques et tout mignons dans ce tome, mais je crains que la complication créée à la fin du tome n’amène pour la suite un côté superficiel plutôt inutile. A voir. J’aurais préféré que l’arrivée des nouveaux élèves souffle un vent nouveau.

Tome 7

J’ai eu un peu plus de mal avec la lecture de ce nouveau tome. Malgré l’introduction de nouveaux personnages sympathiques, j’ai trouvé le début très poussif. Comme l’héroïne qui n’aime pas trop sa nouvelle classe et a du mal à retrouver sa place, j’ai trouvé que l’histoire avait du mal à retrouver son rythme. Toba que j’apprécie pourtant beaucoup m’a semblé fade et sans aucune nuance ici, alors que d’habitude c’est tout l’inverse. J’ai aimé voir Aki tour à tour gêné et jaloux mais il reste encore beaucoup trop passif à mon goût. Tsubasa se laisse trop porter par les événements, heureusement qu’elle décide de se reprendre en main à la fin mais j’ai peur qu’elle n’ait été freinée dans son élan par la nouvelle manager. Celle-ci est une vraie pile électrique. C’est aussi un peu le cliché de la rivale sympa mais qui peut quand même se montrer agaçante sans le vouloir parce qu’elle n’a pas les codes de la vie en société. Bref, je commence à trouver que la romance tourne en rond, il faudrait un grand coup de pied dans la fourmilière pour réveiller tout ça.

Ma note : 14 / 20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s