Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Rain Man de Yukinobu Hoshino

Titre : Rain Man

Auteur : Yukinobu Hoshino

Éditeur vf : Panini

Année de parution vf : Depuis 2017

Nombre de tomes vf : 4 / 7 (en cours)

Histoire : À la mort de sa mère, Taki Amamiya, jeune homme introverti à la chevelure blanche, se retrouve obligé de travailler pour un institut de recherche parapsychologique. Un jour, il apprend que son frère jumeau, dont il ignorait jusqu’alors l’existence, s’est suicidé. Suite à une série de faits étranges Taki découvre qu’il n’a pas de cerveau…

Mes avis :

Tome 1

Rain Man est typiquement le genre de titre à côté duquel je serais passée si je n’avais pas lu à plusieurs reprises des critiques enthousiastes sur le web. Il a le double handicap d’être publié chez Panini et d’avoir une couverture peu affriolante ce qui m’avait refroidie d’emblée. Pourtant, c’est un titre de SF à l’ambiance cinématographique très prenante, faite de mystères et d’anticipation comme j’aime.

L’auteur, Yukinobu Hoshino, est connu chez nous pour être l’auteur du manga le plus cher publié en France : 2001 Nights Stories, paru en 2012 chez Glénat pour la modique somme de 99€ ! On l’avait déjà découvert en 1996 chez Casterman avec Trou Bleu, terminé en 2 volumes. Deux titres de science-fiction également à côté desquels je regrette d’être passée, surtout le premier.

Dans le titre présent, Rain Man, qui a été publié entre 2015 et 2018 au Japon, il nous réembarque dans une histoire d’anticipation originale mêlant parapsychologie, mythes et légendes, et sciences. Nous suivons un jeune garçon à la chevelure entièrement blanche qui vient de perdre sa mère et qui est forcé de bosser dans un drôle de labo étudiant les phénomènes paranormaux. Au cours d’une enquête sur le terrain, il découvre qu’il a un frère jumeau qui se suicide alors brusquement sous ses yeux. C’est l’élément déclencheur à toute une chaîne d’événement qui vont venir faire basculer sa vie et ses croyances en la science, l’être humain, etc.

J’ai d’emblée trouvé Rain Man intéressant parce qu’il nous embarque dès les premières pages – en couleur ! – dans une ambiance très cinématographique un brin inquiétante qui mélange une SF très contemporaine, la science et les films catastrophes. Avec un découpage simple et sans fioriture, Yukinobu Hoshino développe au fil des pages un scénario froidement efficace faisant monter angoisse et tension autour d’une série de mystères qui prennent pied autour du héros, Taki. Le dessin très typé seinen contribue beaucoup à cette ambiance, rappelant un peu celui d’Iwaaki Hitoshi dans Parasite. Il est froid, précis, détaillé et très réaliste.

L’histoire se développe en prenant son temps. Je n’avais pas lu le résumé avant de commencer et je ne savais pas dans quoi je m’embarquer. J’ai donc été assez surprise par les révélations qui sont tombées. Le premier chapitre est intriguant. Le deuxième marque un peu le pas. Heureusement cela repart de plus belle ensuite, l’auteur mêlant la vaste intrigue qui va entourer Taki à celles plus courtes ayant un lien avec le travail du labo où il évolue. Dans ce tome, il est donc régulièrement question de phénomènes paranormaux : fantômes, manifestations télékinésiques, électriques ou autres, ce qui forcément appâte bien le lecteur. La dernière histoire avec les drôles de phénomènes dans la cité de Hitsujigayama est particulièrement bien écrite par exemple. Partant d’un présupposé, on nous emmène sur quelque chose de complètement différent en utilisant et détournant ce que l’on sait à la fois de la science et des phénomènes paranormaux. C’est très bien joué.

Rain Man est donc un titre de SF intelligent, intriguant, bien écrit, avec un background original mélangeant science et paranormal. Le héros est encore en cours d’écriture dans ce premier tome mais les questions qui l’entourent sont prometteuses. Je recommande ce titre à tous les amateurs d’une science-fiction loin du space opéra et plus ancrée dans notre quotidien.

Tome 2

Alors que j’avais été enchantée par le tome 1, j’ai commencé à déchanter ici. J’ai souvent trouvé le titre inutilement compliqué et tortueux avec beaucoup beaucoup de texte et de théories scientifiques dont le néophyte doit aller vérifier la véracité tout seul vu qu’il n’y a aucun accompagnement critique de la part de l’éditeur… C’est dommage parce que j’aime toujours cette ambiance qui mélange fantastique, mythes japonais et science-fiction vintage avec une ambiance presque de complot scientifique.

D’ailleurs le tome s’ouvre sur la résolution du mystère de la dernière fois dans la cité. C’est très prenant. On a droit à la fois à des explications scientifiques pour les cartésiens et à quelque chose de beaucoup plus fantaisistes pour les mystiques. Ça met dans l’ambiance.

La suite, elle, est entièrement consacrée à Taki et Rain. On revient sur la notion de cerveau et de conscience avec l’invention par une entreprise d’un robot très humain ^^ Et là alors que ça pourrait être passionnant on s’embourbe par moment avec les explications à rallonge, les répétitions, les divagations. En même temps, c’est très fort et c’est un thème que j’aime beaucoup dans la SF alors je suis partagée. J’aurais aimé être plus emportée par l’aventure. Ce sera peut-être le cas dans la suite puisque comme tout dérape dans les dernières pages, on a enfin un peu d’action. A voir…

Tome 3

Heureusement avec ce tome, j’ai renoué avec ce que j’avais aimé dans le tome 1. Après il n’est pas exempt de défauts loin de là. Il y a un schéma conducteur qui commence déjà à être répétitif et c’est fort dommage pour une série aussi courte. On sent que l’auteur tourne un peu en rond autour des mêmes thèmes et que l’ensemble avance peu.

On se débarrasse rapidement de B-Rain en début de tome avec un tour de passe passe dont je ne suis pas friande. C’est dommage parce qu’il portait des interrogations très intéressantes sur la conscience mais la réponse de Taki à base de mondes parallèles ne m’a pas du tout convaincu. C’est malheureusement, le sujet qui a été choisi pour la suite de l’histoire apparemment, on le retrouve donc dans les chapitres qui suivent. Ainsi la deuxième histoire, qui reprend des choses déjà vu dans le premier tome (on se demande pourquoi…) ne fait qu’asseoir ça avec une certaine lourdeur avec un retour inutile et illogique de Mme Mimori.

Heureusement arrive ensuite la troisième histoire du tome, une histoire à base de maison hantée et d’interrogation sur l’origine et les pouvoirs de Taki et de sa famille. L’ambiance est top. Ça fait très gothique. On frissonne à souhait. J’ai beaucoup aimé même si ç’a été un peu trop rapide sur certains aspects. J’aurais aimé que ça dure plus longtemps et qu’on développe cette ambiance. Mais si on commence à faire des recherches sur la famille de Taki dans les prochains tomes, ce sera parfait. (Par contre, mon dieu comme la couverture spoile la fin…)

Tome 4

Décidément cette série est en dent de scie. J’ai à nouveau pris grand plaisir à la lecture de ce tome qui revient longuement sur les Rain man, leur origine, leur lien avec la famille de Taki, etc.

C’est passionnant. On a l’impression de suivre une chronique familiale pleine de mystère dans laquelle on a en plus insérer des sciences. Ça parle d’expériences génétiques, de lignages et de pouvoirs extraordinaires. Ça m’a vraiment bien plongée dans l’ambiance. Après, je continue à trouver que c’est extrêmement tiré par les cheveux. Il y a aussi parfois un mélange des genres assez glissant, notamment quand ça commence à parler des périodes expansionniste du Japon et des expériences faites à ce moment-là. Mais cette introduction subite de l’Histoire avec un grand H dans notre aventure parapsychique est la bienvenue pour moi.

Pour autant, j’aime quand revienne sur le personnage de Taki et sa relation avec son frère Ren, leurs origines et leurs pouvoirs. J’ai trouvé ça passionnant et très tordu à la fois. Je n’arrive pas à savoir vers quelle direction on se dirige, ce qui est à double tranchant. Si on reste dans la lignée de ce tome, je vais me régaler, parce que j’aime cette SF à l’ancienne. Mais si on part trop dans des délires scientifiques qui ne mènent à rien et qui fond pschitt, je serai très déçue. A voir.

Ma note : 14,5 / 20

4 commentaires sur “Rain Man de Yukinobu Hoshino

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s