Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Master Keaton de Naoki Urasawa

Titre : Master Keaton (Edition Deluxe)

Auteur : Naoki Urasawa

Sur une histoire de : Hokusei Katsushika et Takashi Nagasaki

Editeur vf : Kana (Big)

Années de parution vf : 2013-2015

Nombre de tomes vf : 12 (série finie)

Résumé du tome 1 : Taichi Hiraga Keaton est un inspecteur en assurance très réputé. Diplômé d’Oxford, cet archéologue et ancien membre du SAS accumule les connaissances. Mais c’est avant tout un homme doué d’un sens logique et d’un esprit de déduction hors du commun. Il a choisi de mettre ses qualités au service de la Lloyd’s, la célèbre compagnie d’assurances londonienne. C’est ainsi que Master Keaton parcourt le monde pour résoudre des enquêtes toutes plus troubles les unes que les autres.

Mon avis :

Tome 1

En fan d’Urasawa et ancienne étudiante en Histoire, je me devais d’essayer cette série où le héros est un archéologue. Le premier tome est un tome d’exposition où la plupart des histoires sont auto-conclusives et pourraient être lues indépendamment sans que ça gêne. J’ai cependant dû m’y reprendre à deux fois pour terminer ce premier tome et je ne compte pas continuer la série ensuite.

Lire la suite « Master Keaton de Naoki Urasawa »

Bilans livresques

Bilan de mes lectures en Juin

bilan-livresque-decembre-2013-10765194

Encore un petit mois mais je suis plus satisfaite que le mois dernier parce que j’ai repris un rythme plus décent malgré le manque de temps parfois. Et là avec les vacances qui se profilent je vais pouvoir bien augmenter mon rythme, enfin ! J’ai beaucoup aimé plusieurs suites de mes séries chouchou et j’ai eu peu de déceptions. Et vous, comment s’est passé votre mois de juin ? (Cliquez sur les images pour lire ou relire mes avis).

Lire la suite « Bilan de mes lectures en Juin »

Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Levius Est de Haruhisa Nakata

Titre : Levius Est

Auteur : Haruhisa Nakata

Editeur vf : Kana (Big)

Année de parution vf : Depuis 2017

Nombre de tomes : 2 (en cours)

Résumé du tome 1 : Levius se trouve toujours dans un état critique, les médecins/mécanos ne parvenant pas à stabiliser son bras mécanique et son compresseur de vapeur. Zack aussi est toujours en soins intensifs, l’utilisation de son oeil gauche l’ayant mené aux portes de la mort. Mais Bill, le médecin/mécano attitré de Levius sort Zack de son sommeil pour lui demander d’essayer d’aider A.J.

Note : Suite de la série Levius chez le même éditeur.

Mes avis : 

Tome 1

Me voici déjà avec la suite de la saga en trois tomes, Levius, que j’avais beaucoup aimée. Ce premier tome reprend un an après la fin du match entre Levius et A.J. Le mangaka passe une grande partie du tome à combler ce trou d’un an, nous expliquant ce qui est arrivé à chacun avant de présenter les nouveaux enjeux qui ne sont pas tellement éloignés des anciens. On retrouve en effet Amethyst comme grand « méchant » sauf que maintenant Levius fait partie des Niveaux 1. Lire la suite « Levius Est de Haruhisa Nakata »

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

The Winner’s Curse de Marie Rutkoski

Titre : The Winner’s Curse

Auteur : Marie Rutkoski

Editeur vf : Lumen // vo : Bloomsbury

Année de parution vf : Depuis 2017 // vo : 2015-2016

Nombre de tomes vf : 1 (en cours) // vo : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.
Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.
Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

Mes avis :

Tome 1 : The Winner’s Curse

Nouvelle lecture en vo, j’ai été attirée par ce titre à cause de sa superbe couverture qui n’a pourtant rien à voir avec le contenu. En effet, l’histoire de ce livre prend place dans une Antiquité revisitée à la sauce fantasy. L’auteure nous dépeint une société de guerriers, les Valerians,  qui ont vaincu il y a une dizaine d’année les Herrans. Ils ont réduit ces derniers en esclavage et vivent désormais dans leurs villas tout en continuant à faire la guerre aux peuples voisins.

Lire la suite « The Winner’s Curse de Marie Rutkoski »

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Three Dark Crowns de Kendare Blake

Three-Dark-Crowns

Titre : Three Dark Crowns

Auteur : Kendare Blake

Editeur vo : Harper Teen

Année de parution vo : Depuis 2016

Nombre de tomes vo : 1 (en cours)

Résumé du tome 1 : Sur l’île de Fennbirn, à chaque génération né un groupe de triplettes : trois reines égales dans leur prétention au trône et chacune en possession d’un type de magie différent. Mirabella, une farouche « élémentaire », peut allumer des flammes ardentes ou lancer de terribles tempêtes d’un claquement de doigt. Katharine, « l’empoisonneuse », peut avaler des quantités mortelles de poison en ayant à peine mal au ventre ensuite. Arsinoe, « la naturaliste », est censée pouvoir faire fleurir les plus rouges des roses et contrôler les plus féroces des lions. Mais pour être couronnée Reine, il ne suffit pas d’avoir du sang royal. Chaque soeur doit se battre pour ça et il ne suffit pas juste de gagner… gagner est une question de vie ou de mort pour chacune d’elle. La nuit où les soeurs auront 16 ans, la lutte va commencer et la dernière qui sera encore debout gagnera le droit de porter la couronne. (résumé traduit par mes soins ^^) 

ThreeDarkCrowns_Katharinefd1b213e231688056b840e0a287899924641b38809e46c82e22e7712e6e845f4

Mon avis :

Je crois définitivement que le Young Adult n’est pas pour moi en ce moment… Malgré des avis ultra positifs sur la toile, je vais me montrer bien plus réservée avec cette série de fantasy pour les jeunes adultes, voire les ados.

Je ne connaissais pas Kendare Blake avant de découvrir ce titre et j’ai trouvé qu’elle avait une plume assez pauvre mais qu’elle avait pas mal d’imagination. L’univers qu’elle parvient à créer dans Three Dark Crowns est très intéressant et assez original. Nous sommes dans une société matriarcale où la Reine se retire à chaque fois après avoir accouchée de triplettes pour que l’une d’elle 16 ans plus tard prenne sa place après avoir tuée ses deux soeurs. Chaque soeur a un pouvoir en sommeil qui est déterminé à sa naissance et dès l’âge de 6-7 ans, elle est élevée dans la famille de son pouvoir : « les naturalistes », les « empoisonneurs » et les « élémentaires ». Sauf que dans la génération en cours, seule une soeur a fait la démonstration de son pouvoir et que les deux autres considérée comme des faibles sont susceptibles de se faire éliminer par l’institution qui chapeaute tout ça : le Temple et ses prêtresses.

L’univers est donc particulièrement intéressant à mon sens mais malheureusement tout reste bien trop en surface et rien n’est vraiment développé. Rien n’est approfondi tout est balancé vite fait sans creuser et même l’ambiance reste assez froide. Je ne suis jamais vraiment parvenue à rentrer dans l’histoire à cause de ça. J’ai même trouvé que les personnages étaient fades ce qui est fort dommage parce que c’est la devanture de tout titre. Les trois soeurs sont peu approfondies et ne varient pas vraiment d’un bout à l’autre du tome. Par contre, j’ai apprécié chacune d’elle à sa façon que ce soit Mirabella, la plus puissante, qui ne veut pas tuer ses soeurs ; Katharine, la fragile empoisonneuse qui tombe amoureuse sans le vouloir mais est trahie ; ou ma favorite : Arsinoe, la naturaliste garçon manqué pour qui l’amitié compte énormément et qui s’attache facilement les gens. Par contre, il y a pas mal de personnages secondaires et si j’arrive à les remettre quand leurs noms viennent sur le tapis, je suis incapable de m’en rappeler après avoir fermé le livre…

En parlant des personnages, j’ai eu beaucoup de mal avec les potentiels fiancés et amoureux de nos trois soeurs, enfin surtout avec un : Joseph, le coeur d’artichaut. Ami d’enfance d’Arsinoe, il me plaisait bien au début parce qu’il l’avait aidée à essayer de s’enfuir. Malheureusement au détour d’un naufrage, il tombe sur Mirabella et s’en trop savoir comment, ils finissent par coucher ensemble et tomber amoureux. C’est complètement ubuesque et pas du tout crédible et en plus, ça met en l’air une bonne partie des personnages et de l’intrigue, rendant celle-ci beaucoup trop cul cul pour ce type d’histoire. Du coup, l’auteur nous pollue l’histoire avec leur romance régulièrement et ça m’a vite agacée. D’un autre côté, il y a Billy, un autre prétendant, officiel cette fois, dont j’ai beaucoup aimé la personnalité et la relation avec Arsinoe. Je le trouve très prometteur et j’espère que leur amitié va changer de nature parce que c’est un chic type sur qui on peut compter. Et puis enfin, il y a Pietyr, qui est sensé apprendre à Katharine à attirer les hommes mais qui finit par tomber amoureux d’elle mais qui va aussi la trahir, ce qui me rend curieusement pour la suite.

Mais le coeur du roman et ce que j’ai préféré, c’est tout le processus pour que l’une des triplettes devienne Reine. J’ai aimé l’idée de ce Temple qui contrôle tout, qui a sa favorite et qui veut la faire gagner à tout prix. J’ai aimé l’idée de ce show où chacune se présente au peuple et à ses prétendant et fait montre de son pouvoir. Et surtout, j’ai aimé toute la préparation en amont dans chaque famille pour mettre en avant les qualités de sa prétendante ou pour camoufler ses faiblesses. On sent bien tous les éléments de politique et les alliances qu’il y a derrière même si c’est balancé assez vite et qu’une fois de plus rien n’est vraiment approfondi. De ce fait, on sent bien que dans les dernières 50 pages, l’auteur accélère énormément le tempo, avec des chapitres de plus en plus court, pour faire monter la tension et finir son premier tome en apothéose avec trois soeurs que la vengeance dévore.

A final, Three Dark Crown, est le début d’une série à l’univers prometteur mais qui souffre d’une plume immature. L’auteure n’a pas assez creusé son univers, elle se contente de l’exposer superficiellement et c’est fort dommage. Les personnages sont à l’aune de l’histoire, tout va trop vite et les romances sont pour le moment très agaçantes et polluent trop l’histoire. Je donnerai quand même sa chance à la suite pour voir.

Ma note : 13 / 20

Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

Six Of Crows de Leigh Bardugo

16230257_205505236583190_127490494954471424_n

Titre : Six of Crows

Auteur : Leigh Bardugo

Editeur vo : Henry Holt and Company

Années de parution : 2015-2016

Nombre de tomes : 2 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Ketterdam : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Brekker, dit « les Mains Sales ». Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant…

20113362

Mes avis :

Tome 1 : Six of Crows

Nouvelle lecture en Vo avec cette duologie. J’ai craqué devant le beau coffret que vous voyez en photo plus haut, comparé à l’édition française toute simple. Et même si je n’étais pas entièrement convaincu par le résumé, je lui ai laissé sa chance.

J’ai d’abord eu du mal lors des premiers chapitres. J’avais l’impression d’avoir été propulsée dans un monde dont je ne connaissais rien mais que les autres semblaient connaître, c’est sûrement dû au fait que cette duologie fait suite à la trilogie Grisha qui se déroule dans le même univers. De plus, le fait que le tome se découpe en chapitres alternant le point de vue des 5 protagonistes principaux n’aide pas vraiment au début à bien se plonger dans l’histoire. Mais petit à petit, la mayonnaise prend et on est de plus en plus accro à leurs aventures et leurs histoires.

L’histoire de départ est assez simple, réunir une bande de malfrats pour aller libérer un scientifique ayant inventé une dangereuse drogue, mais très vite s’y ajoute des histoires de vengeance, de politique, de coeur… On est rapidement plongé dans les bas-fonds de Ketterdam où Kaz fait un peu la loi et on apprend à faire connaissance avec ses acolytes : Inej/Wraith, Jesper et Nina, les deux filles ayant une forte personnalité ce qui fait plaisir. En plus, elles vont avoir une place centrale dans l’histoire, notamment après l’arrivée des autres acolytes : Wylan (le plus effacé pour le moment) et Matthias. Mais leur mission principale va vite recouvrir plein d’autres petites missions qui vont à chaque fois prendre un autre tour que prévu. L’histoire est donc assez prenante. On suit l’avancement de leur mission et tout ce qui s’y greffe. On n’a pas un moment pour souffler et l’auteur parvient à garder un bon rythme tout du long. L’histoire est donc l’un des points forts de ce premier tome puisqu’on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre.

L’autre gros point fort, c’est clairement les personnages. J’ai eu du mal avec eux au début. Je trouvais qu’ils faisaient beaucoup trop jeunes et un peu toc, mais au fur et à mesure des chapitres, je me suis accrochée à eux. J’ai aimé la façon dont ils se dévoilent au fil des missions et j’ai eu un vrai coup de coeur pour les deux couples : Nina-Matthias et Inej-Kaz. Le premier couple est typique de ce que j’aime. Des gens qui se détestent au début mais qui en apprenant à se connaître évoluent, s’acceptent et tombent amoureux. Comme en plus, l’un est Fjerdan et l’autre Grisha, ça m’a donné très envie de lire la série précédente de l’auteur. Le second couple met plus de temps à se mettre en place mais leur relation est d’autant plus forte surtout quand on connait leur passé respectif. Et les dernières pages le mettent au coeur du prochain tome pour mon plus grand plaisir. En dehors de ces 4 personnages, il y a aussi Jesper et Wylan dont les rôles sont plus effacés malheureusement, et aussi tout plein de petits rôles qui tiennent bien leur place sans être trop développés.

J’ai également fini par apprécier l’ambiance de la série entre intrigues politiques, conflits interraciaux, romances compliquées, petites pointes de magie et casse du siècle. Le titre n’est cependant pas exempt de défauts : les personnages sont trop jeunes, Ketterdam est décevante par rapport à une Camorr par exemple (cf. Les salauds gentilshommes), l’ensemble est un peu léger et rapide parfois. Mais l’auteur sait vraiment faire monter la pression et nous rendre addict petit à petit, nous donnant très envie de lire la suite et fin.

Ma note : 15 / 20

687474703a2f2f6466657030786c6277733179732e636c6f756466726f6e742e6e65742f7468756d627333662f62632f33666263653235613733303035366436353261326361656461383933393232302e6a7067

Tome 2 : Crooked Kingdom

J’ai donc enchainé directement avec le second et dernier tome de la série. Tout comme avec le premier, j’ai un avis un peu partagé. Par rapport à tout ce que j’ai pu lire en Young Adult, cette série fait clairement partie du haut du panier parce que l’auteur n’a pas infantilisé ses lecteurs, qu’elle a construit une histoire forte et cohérente avec des personnages plutôt crédibles et très bien développés. Mais il y a un gros bémol sur les multiples rebondissements qu’on vit encore dans cette suite, qui font qu’au bout d’un moment, on se lasse un peu des tours et détours qu’on doit faire pour arriver au but final. En plus, j’ai trouvé le décor et l’ambiance bien moins prenant que dans le premier tome, il faut dire que Ketterdam manque cruellement de charisme par rapport à la Cour des Glaces.

Dans ce tome, nous continuons donc à suivre les péripéties de Kaz et sa bande, qui après s’être fait avoir à la fin du tome 1, cherchent à se venger et à récupérer ce qui leur avait été promis. Bien sûr, cela va vite se révéler plus compliqué que prévu. Contrairement au tome 1, j’ai trouvé qu’on restait un peu trop en vase clôt. Cela n’a pas l’envergure que cela devrait avoir puisque l’on se contente d’une petit guéguerre entre les différents gangs de Ketterdam et une maigre intervention du Cercle des Marchands et des puissances étrangères. C’est dommage parce qu’on sent pourtant que l’univers pourrait être très riche s’il était mieux exploité. Peut-être le retrouverons-nous dans de futures parutions de l’auteure, en tout cas, j’espère ! Pour en revenir à l’histoire, nous suivons donc les différents plans de Kaz pour se venger et avant tout récupérer Wraith, ce qui ne tarde pas. Sa vengeance est plus complexe à mettre en branle et va devoir impliquer tout le monde. Ils vont une nouvelle fois risquer leur vie mais c’est aussi ce qui fait le sel de la série et aucun ne sera à l’abri comme le démontre la terrible fin qu’on va vivre ! (Pourquoi a-t-il fallu qu’elle choisisse de faire mourir CE personnage ? Je suis très déçue, je l’aimais vraiment beaucoup…)

Mais c’est encore une fois du côté des personnages que le plus gros du travail est fait et donc que j’ai pris le plus de plaisir. J’ai beaucoup aimé le développement des personnages de Jesper et Wylan dans ce tome, je les trouvais trop en retrait avant et je suis ravie que l’auteur en ait fait quelque chose d’intéressant. Leur petit couple, que j’avais bien vu venir, est très bien trouvé, ils se complètent à merveille. J’ai aussi beaucoup aimé, comme dans le tome 1, les 2 autres couples. D’abord celui de de Nina et Matthias qui continue à se développer dans ce tome. Matthias aide Nina a lutter contre son addiction d’abord, puis à comprendre et accepter ses nouveaux pouvoirs. Celle-ci l’aide à accepter celui qu’il est vraiment et à trouver sa voie, dommage que ça leur prenne autant de temps… Le second, celui formé par Kaz et Inej m’aura vraiment déchiré le coeur tout au long du tome, mais j’en aurai été récompensée dans les dernières pages et je suis contente d’avoir pu voir leur petit happy end.

Cette série n’aura pas été le coup de coeur attendu mais j’ai beaucoup aimé suivre les aventures du gang de Kaz. Les personnages sont vraiment attachants et l’auteure a su développer un univers vraiment addictif que j’espère bien retrouver !

Ma note : 15 / 20

flat1000x1000075f-u1

Livres - Fantasy

L’Empire Brisé de Mark Lawrence

couv60281506-png

Titre : L’empire brisé

Auteur : Mark Lawrence

Editeur vf : Milady (poche)

Années de parution vf (poche) : Depuis 2015

Nombre de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : A treize ans il est le chef d’une bande de hors-la-loi sanguinaires. Il a décidé qu’à quinze ans, il serait roi. L’heure est venue pour le prince Jorg Ancrath de regagner le château qu’il avait quitté sans un regard en arrière, et de s’emparer de ce qui lui revient de droit. Depuis le jour où il fut contraint d’assister au massacre de sa mère et de son frère, il avance porté par sa fureur. Il n’a plus rien à perdre. Mais, de retour à la cour de son père, c’est la traîtrise qui l’accueille. La traîtrise et la magie noire. Or le jeune Jorg ne craint ni les vivants ni les morts. Animé d’une volonté farouche, il va affronter des ennemis dont il n’imagine même pas les pouvoirs. Car tous ceux qui ont pris l’épée doivent périr par l’épée.

Mon avis :

Tome 1 : Le prince écorché

Ce livre est une vraie arnaque !

Je trouvais le résumé vraiment accrocheur et je m’attendais à une bonne histoire bien sombre où la politique et la vengeance se mêleraient autour d’un groupe de hors-la-loi violent mais soudé autour du futur roi. Je n’ai eu droit qu’à l’histoire d’un sale gosse vulgaire et violent qui ne pense qu’à lui. J’ai dès les premières pages détesté ce nouveau anti-héros. Il n’est pas original, il est caricatural et passe son temps à mal parler, à faire n’importe quoi et à être violent sans raison particulière. Les autres personnages ne sont qu’esquissés, c’est lui qu’on voit tout le temps, qui est tout le temps mis en avant et franchement c’est très agaçant. Qui peut croire qu’il n’a que 14 ans quand on lit ce qu’il fait / a fait ? Ce n’est pas du tout crédible !

Côté histoire, elle est d’un classique ! Je me suis vraiment ennuyée. Ce n’est qu’une suite de scènes plus abracadabrantesques les unes que les autres. C’est aussi assez prévisible au niveau du déroulement  et quand on voit où on est amené à la fin du tome 1, on se dit un tiers de l’histoire juste pour ça ?! Non, décidément je n’ai pas du tout accroché et ce n’est pas l’univers qui va faire changer les choses avec ce mélange d’Histoire européenne revisitée grâce aux petites mentions de livres et philosophies bien connues, le reste est vraiment pauvre. L’auteur dépeint à peine les lieux où se rendent les personnages et on a l’impression d’avancer presque en aveugle dans ce monde ou en tout cas avec de bonnes grosses œillères. Côté magie, c’est la portion congrue également avec ces « mages » qui « envoûtent » leurs victimes pour les manipuler. Quant à l’intrigue politique, elle est vue et revue.

Vous l’aurez compris, cette lecture a été un désastre, j’ai dû me forcer pour terminer ce roman, je vais donc m’arrêter là et juste remercier Milady de n’avoir proposé ce roman qu’à 3€99 !

Pas de note

Livres - Fantasy·Livres - Romance / Romance historique

Prince captif de C. S. Pacat

couv63693526  couv31041030  couv3372676

Titre : Prince captif

Auteur : C. S. Pacat

Editeur vf : Milady

Années de parution vf : 2015-2016

Nombre de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

Mes avis :

Tome 1 : L’esclave

Après avoir lu plusieurs critiques mitigées, j’avais vraiment peur de tester le tome 1 de cette série malgré les bons avis sur la suite mais ce fut un vrai coup de coeur. J’ai dévoré ce premier tome en une petite journée (alors que je travaillais pourtant…) et j’ai été dégoûtée de ne pas avoir la suite sous la main de suite.

J’ai de suite été happée par l’univers créé par C. S. Pacat et son écriture très vive et dynamique. Le monde dans lequel navigue Damen est à mi-chemin entre le récit historique initiatique, la romance et la fantasy (pour le côté aventure). Le contexte est riche et bien construit. On découvre deux nations autrefois en guerre qui tentent de se réconcilier avec l’avènement d’un nouveau roi qui s’est très vite débarrassé de son rival en le donnant comme esclave au pays avec lequel il souhaite conclure une alliance. La politique est l’un des enjeux clés de l’histoire et j’avoue avoir adoré suivre les méandres de celle-ci à la cour de Vère.

Cependant, ce n’est pas la seule richesse de cette saga. Les personnages sont aussi très charismatiques. J’ai de suite été sous le charme de Damen qui ne baisse jamais les bras et qui est fidèle à ses convictions malgré la situation précaire dans laquelle il se trouve. Mais il ne serait rien sans son Némésis : Laurent, qui est le personnage emblématique de la saga pour moi. Il a l’apparence d’un gamin pourri gâté et son attitude parfois, mais c’est un grand stratège et politicien qui sous sa froideur semble cacher de profondes blessures. La relation entre les deux est explosive vu qu’ils ont des personnalités très fortes. J’ai donc adoré suivre leurs prises de bec. Mais ce ne sont pas les seuls personnages intéressants de la saga, j’ai également beaucoup aimé voir Damen interagir avec son « entourage » au harem ainsi qu’avec le Mignon du Régent, avec celui-ci (même si je le trouve plus classique et moins intéressant) ou encore avec les puissances étrangères. L’oeuvre est riche en personnages intéressants à suivre.

L’ambiance est un autre élément de la réussite de la série. Dès les premières pages, j’ai été happée par la noirceur du récit. J’ai vraiment eu la boule au ventre et la nausée parfois. J’ai souvent eu peur pour Damen et j’ai été écoeurée par les pratiques de la cour de Vère. Pourtant, en même temps, cela a créé une vraie urgence dans ma lecture, me faisant tourner les pages à toute vitesse dans l’angoisse de la suite. L’ambiance perverse, érotique et nauséabonde de Vère donne une saveur toute particulière au récit. On suit avec appréhension les machinations de Laurent. On se demande comment va tourner sa relation avec Damen, tout en espérant qu’il trouve le repos avec lui. Et surtout, j’ai trouvé génial que les relations LGBT apparaissent si ouvertement normales dans ce récit, ça fait du bien un peu d’ouverture d’esprit. J’ai même trouvé amusante la présentation qui est faite des relations entre nobles et mignons/maîtresses à la cour de Vère qui contribue avec une grande force à l’ambiance à la fois sordide et très politique du titre.

J’ai donc été complètement séduite par tous les aspects de la série malgré ma réticence première et j’attends l’arrivée de la suite de pied ferme pour découvrir vers quelles aventures s’est embarqué Laurent en affrontant son oncle.

Ma note : 17 / 20

Tome 2 : Le guerrier

Je suis partagée concernant ce tome, autant j’ai adoré le développement des relations des personnages, autant la tension du premier tome et les intrigues politiques m’ont manqué.

J’ai trouvé le début assez perturbant avec le départ en campagne et le troupe complètement désunie et faite de bras cassés, mais j’ai été ravie de voir comment Laurent va la reprendre en main avec l’aide de Jord et Damen. Ces deux derniers m’ont vraiment plu. J’ai adoré voir la façon dont chacun gagne sa place de chef. J’ai aussi trouvé que l’évolution de la relation Laurent-Damen était le gros point fort de ce tome. Je me suis beaucoup amusée de leurs petites escapades. J’ai aimé voir Laurent changer, devenir moins froid et apprendre à faire confiance à Damen. Bien sûr, du coup, j’ai trouvé la fin parfaite avec la reconnaissance des talents de Damen et l’apothéose de leur relation. Les quelques pages où ils passent une nuit à l’auberge et celle où ils passent la nuit ensemble après la dernière bataille sont superbes ! Un vrai coup de coeur où chacun révèle ses failles à l’autre.

Par contre, j’ai eu un vrai manque du côté des intrigues politiques. Malgré le côté glauque de l’ambiance à la cour de Vère celle-ci en me gardant sur le qui-vive était passionnante à suivre. Ici, l’ambiance est plus fade, plus classique avec la mise au pas de la troupe de soldats et les tentatives du Régent mais celle-ci étant au loin la pression est moins présente. Les jeux d’alliances qui se mettent en place sont sans surprise et même la trahison qui arrive à la fin n’a rien de vraiment surprenante, je suis un peu déçue de ce côté-là. J’ai vraiment trouvé ce tome moins palpitant à cause de tout ça mais la fin est telle qu’on ne peut qu’avoir envie de lire la suite et que je l’attends de pieds fermes.

Ma note : 16 / 20

Tome 3 : Le roi

Un dernier tome magistral à la hauteur de cette saga qui fut un vrai coup de coeur et qui a su combler toutes mes attentes !

J’ai retrouvé dans cet ultime tome une grande partie de la tension et des intrigues politiques du tome 1 que j’avais tant aimées. Suivre Laurent et Damen dans leur reconquête était passionnant. Je me suis souvent laissé mener par le bout du nez et j’ai souvent été surprise par les retournements de situation dont l’auteure n’a pas été avare. J’ai beaucoup aimé le mélange qui s’est opéré entre la guerre et la politique dans ce tome, faisant se rejoindre ces deux traits qui avaient été développés dans les tomes précédents. De plus, le duo Laurent – Damen mène parfaitement la danse et j’ai encore été surprise par les méandres de la pensée de Laurent mais aussi par les brefs coups de génie de Damen. Ainsi les 100 dernières pages sont juste passionnantes à suivre et on ne peut alors lâcher le livre.

Concernant ces deux personnages, j’ai vraiment été super touchée par leur rapprochement et la façon dont ils baissent la garde dans ce tome pour se mettre entièrement à nu l’un devant l’auteur. C’est juste sublime ! L’alchimie qu’il y a entre eux était palpable malgré des débuts assez froids dont j’avais bien deviné la raison ^^ Du coup, dès qu’ils sont réellement ensemble je trouve que l’histoire devient bien plus lumineuse et que ça les change véritablement, on sent qu’un poids est parti. Les révélations sur le passé de Laurent, cependant ne sont pas une découverte pour moi, l’auteure ayant laissé trainer de nombreux indices mais même si cela est horrible, c’était nécessaire à la construction de ce personnage si beau et si complexe.

Enfin, j’ai une fois de plus beaucoup aimé les personnages secondaires avec cette fois en plus de Jord, le grand ami de Damen : Nikandros et le médecin de Laurent : Paschal, ils se sont révélés d’une grand fidélité et d’un grand courage. J’ai aussi été ravie de retrouver le Régent que je trouve vraiment diabolique et que j’ai adoré détester. Par contre, j’ai trouvé Kastor très décevant, il était bien trop faible au final, alors que Jocaste, elle, était bien plus complexe et intéressante.

Maintenant que j’ai terminé cette saga, je suis triste que ce soit déjà fini et j’aurais aimé avoir quelques chapitres supplémentaires pour voir Damen et Laurent régner un peu ensemble.

Ma note : 17 / 20

Livres - Fantasy

Les monarchies divines de Paul Kearney

couv18104246  couv4264396

Titre : Les monarchies divines

Auteur : Paul Kearney

Editeur vf (poche) : Points (Fantasy) et Le livre de Poche

Année de parution vf (poche) : 2006-2008

Nb de tomes : 5 (série terminée)

Histoire : Les différents royaumes qui gouvernent le monde sont entrés en guerre. Aekir, la grande cité ramusienne, vient de tomber sous le joug de l’armée du sultan Aurungzeb. La ville est en flammes, des milliers d’habitants fuient la guerre et s’exilent aux quatre coins des Cinq Monarchies. À Hebrion, le roi Abeleyn IV est de plus en plus inquiet de la place prise par les Inceptines, ordre religieux fanatique, qui veulent éliminer toute trace de magie sur le monde. Le mage Bardolin va prendre sous son aile une jeune lycanthrope et tenter de survivre à la folie de l’Église. Enfin, revenant à Abrusio à bord de sa caravelle, le noble Hawkwood va voir toute une partie de son équipage arrêtée. Sa seule chance de survie est d’accepter le marché que lui propose un cousin du roi : aller à la recherche du continent légendaire qui se trouverait de l’autre côté des mers. Son équipage : les magiciens et les sorciers devenus indésirables dans la cité. Le seul problème est que personne n’est jamais revenu vivant de ce périple impossible.

couv59536972  couv36797669 couv4730738

Mes avis :

Tome 1 : Le voyage d’Hawkwood

Après Les mendiants des mers, je voulais absolument tester l’autre série de Paul Kearney dont j’avais tant entendu parler à sa sortie. Malgré quelques défauts sur lesquels je reviendrai, je n’ai absolument pas été déçue.

Dans cette série, Paul Kearney élabore un scénario complexe qui mêle magie, politique, religion, guerre, exploration, mythologie fantastique… C’est un récit très dense aux influences diverses dans lequel on retrouve aussi bien le décor de l’Europe de la fin du Moyen Âge avec ses guerres contre les arabo-musulmans que les voyages d’explorations maritimes que l’on connait bien. C’est aussi un récit aux multiples points de vue, ce qui m’a souvent gênée et m’a handicapée pour rentrer dans l’histoire. On suit aussi bien l’expédition du capitaine Hawkwood que les manoeuvres politiques du roi Abeleyn avec ses pairs ou encore la guerre contre les Medruks et les machinations des religieux des Inceptines. Cela fait beaucoup de fronts différents, beaucoup d’intrigues amorcées et beaucoup de personnages à retenir, ce que je ne suis pas toujours parvenue à faire. Par contre, cela donne un récit très dense, passionnant et plein de rebondissements même si souvent quand on a l’impression que ça y est ça démarre, hop on lâche l’affaire pour changer de point de vue ce qui est très frustrant.

J’ai toutefois beaucoup aimé la mise en place de l’expédition d’Hakwood et Murad pour le continent de l’ouest. Toute la partie maritime m’a beaucoup plu, de même que le fait que le bateau soit un refuge pour les persécutés de la religion des Inceptines. J’ai ainsi aimé y retrouver le mage et sa jeune protégée. Tout le mystère qui entoure les premiers voyages vers ce continent et le fait que cela semble se répéter à nouveau dans ce voyage m’a vraiment accrochée. J’ai été très surprise par l’attaque finale et les révélations que cela promet.

J’ai également apprécié tout le pan de l’histoire qui concerne le roi Abeleyn qui après avoir été trop faible face aux Inceptines doit désormais rétablir son autorité quitte à se brouiller avec les autres rois avec lesquels il formait un alliance. Seul problème, j’ai vraiment du mal à retenir qui est qui parmi eux et à les situer, cela reste encore très flou de mon côté mais j’espère des éclaircissements par la suite.

De même, si j’ai parfois apprécié ce qu’il se passait sur le front face aux Medruks, j’ai souvent trouvé ça trop bavard, avec trop de détails sur les batailles, ce qui m’a empêchée de pleinement apprécier, alors que quand l’auteur allait à l’essentiel c’était bien plus dynamique.

Enfin, du côté des religieux, cela reste pour l’instant très mystérieux. Entre ce qu’ils déclarent et font et ce qu’on apprend sur eux, il y a mille lieux donc je pense que l’auteur devrait mieux creuser de leur côté dans les prochains tomes ce qui me plaît parce que je les trouve assez charismatiques.

Au final, ce tome 1 des Monarchies divines souffre d’une narration un peu trop découpée et parfois lente qui rend l’entrée dans l’histoire difficile, mais il est plein de potentiel de par son univers original et ses personnages rudes et hauts en couleur. C’est un titre sombre avec de vraies références et un mythologie intrigante dont je compte bien me procurer la suite.

Ma note : 15 / 20

Livres - Fantasy

Les Mendiants des mers de Paul Kearney

couv2024019  couv68764000

Titre : Les mendiants des mers

Auteur : Paul Kearney

Editeur vf (poche) : Le livre de poche

Année de parution vf (poche) : 2010

Nb de tomes : 1 (en vf série interrompue) 2 (en vo série interrompue)

Histoire : Dans un monde abandonné par son créateur a autrefois existé une race très ancienne, « Ceux d’Avant », doués de pouvoirs que l’humanité peut à peine imaginer.
Selon certaines légendes, ils furent les derniers des anges. D’autres prétendent qu’ils étaient des démons. Rol Cortishane a grandi dans un petit village de pêcheurs isolé sans savoir quelle était au juste place en ce monde. Mais le sang de cette race depuis longtemps oubliée coule dans ses veines et va décider de sa destinée. Marqué du sceau de Ran, accusé de sorcellerie et de magie noire, Rol doit fuir son village et trouver refuge dans la Tour du mage Michal Psellos, un personnage sombre et effrayant qui règne en maître.
Là, il sera formé pour devenir un assassin, sous la direction de la séduisante mais trouble Rowen. Psellos utilise cette dernière comme son jouet, ce que Role à beaucoup de mal a supporter. Car la rencontre de Roi et Rowen n’est pas due au hasard, et tous deux vont bientôt découvrir le secret qu’ils partagent sur leur passé. Ce secret les conduira à prendre leur destin, un destin qu’ils devront tracer dans le sang…

Mes avis :

Tome 1 : Le sceau de Ran

Ça fait longtemps que j’entends parler de Paul Kearney et je tenais à découvrir sa plume avec Les mendiants des mers parce que j’ai toujours aimé les sagas maritimes. Si j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, je ne l’ai pas trouvée aussi sombre qu’on me l’avait annoncé. Par contre, je l’ai trouvée vite prenante et entraînante avec un sens du détail maîtrisé ni trop ni trop peu. Il arrive aussi très rapidement à dépeindre un univers riche et complexe qui intrigue. Bref, tout le décor est très bien planté dès les premières pages.

La magie est présente mais de manière subtile au début puisqu’on se concentre plus sur la formation du héros et ses particularités physiques, ce n’est vraiment que dans la seconde partie qu’elle commencera à prendre sens. Justement pour parler de l’histoire, l’auteur a eu la bonne idée de découper son récit en deux parties ici. La première s’attarde sur la jeunesse et la formation de Rol, qui vient de perdre sa famille et ne sait pas bien qui il est. Elle est assez sombre et un peu glauque parfois. La seconde prend place des années plus tard et on le découvre sous un nouveau jour en tant que second sur un bateau, prêt à vivre de grandes aventures dans lesquelles son passé va avoir une place importante.

J’ai aimé ce mélange de roman d’apprentissage, de quête personnelle, de magie et de politique. L’histoire avance vite, on ne s’ennuie pas. L’apprentissage de Rol est rude, il ne se fait pas sans heurts aussi bien physiques qu’émotionnels. J’ai aimé le côté sans concession de Paul Kearney qui veut nous faire comprendre que tout n’est pas rose pour qui veut gagner en puissance. Le maître de Rol et Rowen, Psellos, en est le parfait exemple même s’il restera assez mystérieux pour moi. Il est extrêmement cruel avec Rol et Rowen et ne leur épargne rien, mais en même temps c’est lui qui leur apprend tout ce qu’ils savent sur eux-même ensuite et notamment sur leurs origines. Celles-ci sont au coeur de l’histoire, elles forment même en quelque sorte la mythologie de la série et même si cette question d’un Ancien peuple d’une race supérieur n’a rien de neuf, c’est une idée que j’aime et qui m’intrigue. J’aimerais que ce soit un peu plus développé par la suite mais j’en doute.

Avec la seconde partie s’ajoute des aventures maritimes comme je les aime entre batailles navales, missions de secours, échouage en mer et marche en milieu hostile. C’est beaucoup plus vivant et moins sombre que la première partie. Rol y est bien plus intéressant vu qu’il n’est plus l’adolescent énamouré et en butte à la figure paternelle des débuts. C’est un homme fait maintenant et j’aime le trio qu’il va former avec Elias et Gallico. Il y a une bonne dynamique entre eux et sans vouloir trop en révéler ils lui seront d’une aide précieuse quand son pouvoir émergera pour qu’il ne se retrouve pas à nouveau seul. Mais seul, on ne laissera jamais vraiment l’être parce que sans le vouloir, il se retrouve toujours mêlé à des intrigues qui le dépassent et avec Rowen qui cherche à récupérer son trône, on sent qu’on va être servis par la suite.

Ce premier tome a donc été un plaisir à lire. Il est court mais intense. Les bases de la mythologie de la saga sont bien posées. Paul Kearney a une plume vive et sans fioriture qui dynamise bien le récit. C’est donc fort dommage que la série ait été interrompue aussi bien français qu’en anglais même s’il y a un tome supplémentaire chez ces derniers que je me suis empressée de commander.

Ma note : 17 / 20

Tome 2 : This Forsaken Earth 

A suivre