Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

La fleur millénaire de Kayenoshi Izumi

la_fleur_millenaire_chez_kaze_manga_2514

Titre : La fleur millénaire

Auteur : Kayenoshi Izumi

Années de parution vf : 2013-2017

Editeur vf : Kazé

Nb de tomes : 15 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Fille de la reine officielle du pays de Â, Aki n’a de princesse que le titre. Seule pour s’occuper de sa mère malade et délaissée par le roi, elle doit supporter fièrement les mesquineries de la seconde reine. Un jour, elle croise le chemin de Hakusei, un jeune esclave aux yeux bleus qui décide de lier son destin au sien. Destin qui la mène à rencontrer Seitetsu, un commerçant qui la prend sous son aile et la forme aux “six arts” indispensables à une princesse. Mais ces nouvelles compétences se révèlent dangereuses lorsqu’elle ridiculise son demi-frère, le jeune prince, à l’occasion d’une partie de chasse, attirant sur elle et les siens la rancœur du couple royal. Une rancœur mortelle…

Joou.no.Hana.600.385289

Mes avis :

Tome 1
Un début très prometteur pour cette série qui sort des sentiers battus, tout du moins dans les shojos parus en France. Je retrouve avec plaisir ce qui me plaît chez cette auteure, à savoir son humour décalé, ses superbes dessins et sa mise en page dynamique ; et ici, j’ajoute le brin d’aventure qui me manque sur d’autres séries. Pour moi, le shojo d’aventure qui commence le mieux depuis 7 Seeds.

Tome 3
J’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur le passé de Seitetsu. Son côté tragique m’a touchée et j’espère qu’on en verra d’autres pans plus tard. Dommage par contre que la princesse Aki soit aussi obtus, je plains Hakusei. Mais surtout, il me tarde de retrouver un peu d’action de leur côté, et que l’affrontement avec la reine du pays de Do reparte.

Tome 4
Un tome très riche aussi bien en sentiment qu’en action et réflexion. Les complots se nouent et se dénouent peut-être trop rapidement justement, mais l’histoire a le mérite de bien avancer et de ne pas stagner. J’aime l’évolution d’Aki et sa prise de conscience aussi bien de sa place que de ses sentiments. J’attends maintenant de voir ce que nous réserve l’avenir maintenant que Seitetsu est parti.

Tome 5
L’auteur clôt assez magistralement cet arc tout en sentiment, complot et drame. C’est du très bon shojo d’aventure. Seitetsu était vraiment LE personnage à suivre avec son charisme incroyable et son sens du sacrifice. Par contre, j’ai du mal avec la Reine de Do, son dessin est souvent raté quand ils veulent montrer à quel point elle est méchante. Voyons ce que nous réserve la suite pour Aki.

Tome 6
L’auteur lance son nouvel arc. On a donc de nombreuses pistes qui sont posées quitte parfois à ce que ce soit un peu fouillis ou rapide. Mais j’aime voir la princesse tiraillée entre ce qu’elle voudrait et ce qu’elle doit faire, entre son côté fille du peuple et son côté princesse. Hakusei est aussi adorable de la supporter à tout moment. Par contre, je n’aime pas les machinations du prince de Sô.

Tome 7
Je confirme Sô est toujours un personnage exécrable mais il a au moins le mérite de faire bouger la princesse. La relation qu’elle a noué dans ce tome avec Hakusei est arrivée bien trop vite et ne fait vraiment pas naturelle dommage il y avait moyen de mieux amener les choses. Maintenant, on a les éléments en main pour les futures intrigues à venir entre les différentes nations, vite plus d’action

Tome 8
Encore un très bon tome dont je n’ai pas vu passer les pages, avec cette fois des révélations sur le pays de Sô et ses princes. Le Premier Prince est d’ailleurs de plus en plus intéressant même si un peu trop rentre dedans. J’aime ses confrontations avec Aki et le fait qu’il la pousse à aller plus loin. L’histoire est bien équilibrée entre les 2 parties : princesse d’un côté, Hakusei de l’autre.

Tome 9

La série ne perd rien en qualité, on continue à suivre les luttes de pouvoir des uns et des autres avec toujours autant de plaisir. Il est agréable de voir un shojo qui est plus basé sur les affrontements que sur les couples, même si l’amour est présent en filigrane il n’a pas la place centrale et n’est là que pour souligner l’histoire. Ainsi chacun se bat se son côté pour atteindre son but. En cela, j’ai aimé l’histoire de l’ancien premier prince de Sô et j’espère qu’il aura une vraie place dans l’histoire par la suite. Son frère m’intéresse tout autant depuis que j’ai découvert la famille d’où il vient et ses ambitions cachées. Une très bonne série d’aventure !

Tome 10

Je suis assez gênée à l’idée de commenter ce tome, sa lecture m’a profondément perturbée. Je l’ai trouvé glauque et malsain. J’ai détesté l’évolution de Sô après l’enlèvement d’Aki même si je peux en comprendre les raisons, je n’approuve absolument pas. Son père est complètement fou et le dessin de Kayenoshi renforce cette idée avec son choix de ne jamais montrer son visage. Heureusement, la fin me fait percevoir une lueur d’espoir avec une vraie alliance Sô-Aki. De l’autre côté de l’histoire, avec Hakusei et le frère de Sô, je me sens plus à l’aise et j’aime beaucoup les suivre. Sans le savoir, Aki et lui se ressemblent assez. J’espère qu’il va vite redevenir sur le devant de la scène, même si ça me rend triste pour sa garde du corps. En tout cas, ce manga malgré ses défauts ne me laisse vraiment pas indifférente.

Tome 11

Avec ce tome, on conclut enfin un arc important de la série, celui de la quête de pouvoir du prince de So et il était temps ! J’ai finalement pas mal aimé ce personnage qui est bien plus fouillé que certains autres et qui a le mérite de tout faire pour arriver au but qu’il s’était établi. En revanche, comme le tome est auto-centré sur lui, son frère et leur père, on en oublierait presque Aki sans les quelques apparitions qu’elle fait. Je suis peut-être mauvaise langue mais je la trouve vraiment trop spectatrice ici. Elle est passive et attend que ça se passe, alors qu’elle venait tout juste de monter en puissance en se déclarant « Roi du pays de A », c’est dommage. Heureusement, je me suis régalée avec le frère aîné de Tan, il a une personnalité hors du commun et ses relations aussi bien avec son frère qu’avec Suisen sont magnifiques. Maintenant grâce à la prise de pouvoir de Tan, Aki a un nouvel allié de poids, et avec le sceau qu’elle a récupéré, on entame peut-être enfin l’arc le plus intéressant de la série, ça me tarde !

Tome 12

Mes attentes ont été grandement déçues dans ce tome. Tout est bien trop larmoyant pour moi. Je n’ai pas du tout aimé qu’on passe de tomes entièrement consacrés à Tan, à un tome entièrement consacré à Aki. Cela manque cruellement de finesse et d’équilibre. En plus, en passant après les deux frères, Aki manque vraiment de charisme. Elle passe sont temps à se plaindre, à fantasmer sur Hakusei et une vie qu’elle n’aura pas. C’est agaçant. Je n’aime pas quand la série vire fleur bleue comme ça, ce n’est pas pour ça que je la lis. Du coup, j’ai trouvé tout le côté politique bien trop noyé sous les sentiments romantiques de l’héroïne. Il affleuré parfois un peu mais manquait de développement. Ce tome est clairement en trop pour moi.

Tome 13

On est à fond dans le drame le plus pur et le plus shakespearien avec ce tome. Aki est de plus en plus tiraillée entre son devoir et son amour pour Hakusei. Elle fait tout pour y résister mais souffre terriblement. Lui, aussi n’est pas en reste. C’est triste de les voir si déchirés mais tellement compréhensible, il fallait bien que la réalité les rattrape. J’ai aimé que ce drame se joue sur fond de guerre, la guerre entre Aki et la Reine de Â. Toutes les deux sont de vraies stratèges, et comme le dit la dernière, elles se ressemblent terriblement. Kaneyoshi Izumi met très bien en scène la lutte qu’elle se mène et les différents tenants et aboutissants. J’aime autant les moments de batailles, que de stratégie, de calme ou de fatigue. Un très bon tome qui relance bien la série.

Tome 14

Un tome riche en émotions qui apporte enfin la conclusion sur l’affrontement entre Aki et la Reine de Â. J’ai beaucoup aimé les batailles à proprement parler et surtout la façon dont Aki orchestre tout de main de maître. C’est un stratège de génie et ses idées s’accordent à merveille avec celles toujours aussi tordues de Sô. Ce sont tous les deux de grandes bêtes politiques ! En même temps que ses affrontements brutaux se joue un jeu plus subtile d’alliances et de mésalliances. J’ai aimé la façon dont la mangaka nous manipule habillement jusqu’au dernier moment. Cela donne un tome très dynamique où des drames plus intimes se jouent en parallèle. La fin qu’Aki vient mettre à sa relation avec Hakusei redonne ses lettres de noblesse à celle-ci. On retrouve la simplicité des débuts et surtout leur belle amitié. Mais ce n’est pas pour autant fini, un dernier tour de force nous attend dans les dernières pages qui relance la donne pour les prochains tomes, c’est très bien joué !

Tome 15

Ce dernier tome conclût la série d’une façon à la fois douce et amère à l’image de celle-ci. Comme le dit la mangaka dans son petit mot au début du tome, chacun verra ce qu’il veut dans la conclusion, il la percevra heureuse ou triste, à chacun de s’en faire son opinion.

De mon côté, j’ai beaucoup aimé toute la mélancolie qui se détache ici dès les premières pages. Les adieux entre Hakusei et Aki sont tragiques et tellement beaux à la fois. Ils ne peuvent que frapper le lecteur. De même, les décisions que prend Aki par la suite sont cruels mais décisifs. On trouve enfin la meneuse qu’on attendait depuis le début même si pour cela elle a dû sacrifier une partie importante d’elle-même. L’auteur nous fait ressentir ce basculement avec une certaine brusquerie et une véritable accélération dans le rythme de l’histoire. La guerre n’a que trop durée et il était temps d’y mettre un terme. Aki ayant fait son choix, c’est normal que la conclusion suive de prêt. En cela, j’ai trouvé qu’Izumi Kaneyoshi maîtrisait très bien son récit.

Par la suite, Aki montre qu’elle souveraine elle souhaitait être grâce à toutes les expériences qu’elle avait vécus. Et j’ai trouvé intéressant que cela nous soit raconté à travers le regard d’une femme qui avait tout pour haïr Aki au début, comme celle-ci avait tout pour haïr sa belle-mère. Le parallèle est très bien fait. On ressent bien tout le poids qui pèse sur les épaules d’Aki, mais aussi le travail qu’elle accompli et les sacrifices qu’elle consent toujours pour le bien de son royaume. J’ai également été ravie de revoir ses anciens compagnons de route et leurs descendants pour voir ce qu’il était advenu d’eux.

Pour ce qui est de la romance, même si j’ai été triste qu’elle se termine ainsi, je salue l’audace de l’auteure. Je trouve qu’elle a osé prendre la bonne décision pour que ça colle à son récit et qu’on ne tombe pas dans le ridicule. Le dernier retournement est peut-être un peu maladroit mais je veux croire, non pas que la magie ou l’amour les a réunis, mais qu’Aki rêve que ce sera le cas après sa mort, ce qui va plus avec le côté dramatique dont la série a voulu se draper sur la fin.

La fleur millénaire restera une jolie romance teinté d’aventure et de politique. Même si elle s’est parfois perdue, elle aura su se rattraper sur la fin et surtout livrer de jolis moments d’émotions. J’ai entendu dire que l’auteur allait faire une autre série dans cette veine, je la testerai avec plaisir ^^

Ma note : 15 / 20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s