Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Dreamin’ Sun : Vis tes rêves ! d’Ichigo Takano

537745

Titre : Dreamin’ Sun (Yume Miru Taiyou)

Auteur : Ichigo Takano

Années de parution vf : 2014-2017

Editeur vf : Delcourt

Nb de tomes : 10 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Shimana est une lycéenne mal dans sa peau depuis le décès de sa mère. N’arrivant pas à trouver sa place au sein de sa nouvelle famille, elle décide alors de fuguer. Chemin faisant, elle rencontre un drôle de jeune homme qui lui propose de lui louer une chambre dans sa maison, mais uniquement sous trois conditions : expliquer les raisons de sa fugue, retrouver les clés égarées de la maison et surtout… révéler son rêve le plus précieux ! Mais Shimana, elle, n’a pas de rêve… Commence alors pour la jeune lycéenne une collocation qui changera sa vie à jamais !

css_yume_miru_taiyou_ch28_150_151

Mon avis :

Tome 1

Super lecture. J’ai adoré le début de cette histoire où les personnages sont à la fois drôles et attachants. Ce sont tous des gens qui se cherchent et donc qui avancent dans la vie en tâtonnant mais sans se laisser aller. Shimana a du mal à se faire à sa nouvelle vie et cherche à la fuir. Pour les autres, on ne sait pas encore vraiment mais on devrait le découvrir. Et j’adore l’humour de l’auteur. Les dessins sont également plein de peps’ et très jolis (notamment en couleur) et j’aime l’utilisation qu’elle fait des trames aussi bien pour les décors que pour les bulles. Une auteur à suivre !

Tome 2

Je suis un peu moins fan de ce deuxième tome où l’histoire se met vraiment trop à tourner autour des romances des différents habitants de la maison. A vouloir donner du pep’s à ses personnages, l’auteur en fait une caricature parfois, c’est dommage. Cela manque de sensibilité dans l’ensemble alors qu’il y a des petits moments intéressants pourtant. Les sentiments de Shimana sont trop superficiels, sa déclaration va trop vite. Par contre, j’ai aimé la réaction mature d’Asahi qui reste fidèle à lui-même avec elle. J’ai aussi aimé qu’elle cherche conseil auprès du proprio avec qui elle a vraiment une relation à part qui me plaît.

Tome 3

Malgré une histoire somme toute classique et au déroulement trop rapide puisque Shimana s’est déjà remise de son premier chagrin d’amour pour retomber amoureuse d’un autre membre de la collocation, je continue à apprécier cette série. La mise en page et les dessins sont de toute beauté. Ils ont un petit côté frais et pêchu que j’adore, on sent tout le potentiel d’Ichigo Takano. Elle continue à développer le thème des adolescents (et des jeunes adultes) qui se cherchent et veulent vivre leur rêve. Cette fois, c’est au tour du frère de Zen d’arriver dans l’histoire et de nous permettre d’en apprendre plus sur leur famille et leurs rêves à lui et à Zen.

Tome 4

Après les histoires des deux frères, c’est au tour du passé de Taiga de pointer le bout de son nez. Je n’aime pas trop la façon dont l’auteure en fait des caisses comme si c’était un secret honteux alors que franchement ce n’est rien du tout. Il cache juste le fait qu’il a dû abandonner son rêve sous la pression de son père. Par contre, j’ai trouvé qu’elle présentait assez bien ce fossé qu’il y a entre les rêves des ados et la dure réalité du monde des adultes qui sont forcés de devenir bien plus pragmatiques en vieillissant. C’est fait de manière assez fidèle. De plus, j’aime bien l’alchimie qui se développe dans le groupe et le chapitre bonus qui révèle un pan des années lycée de Ken et Taiga (ou Taiyo) a accentué cela.

Tome 5

Ichigo Takano ayant un peu dépoussiéré le caractère et les secrets de chaque personnage, il est temps de se consacrer à la principale histoire d’amour de la série, celle de Taiga et Shimano. J’ai encore un peu de mal à les voir ensemble à cause de la différence d’âge. C’est pas naturel pour moi, surtout que Taiga est quelque d’assez mature et posé qui a une vision réaliste de ce que doit être un adulte selon moi, alors ça me perturbe de le voir avec une lycéenne. En plus, la façon dont ils se sont mis ensemble n’est pas très saine, je trouve. Il y a donc du chemin à faire mais il y a déjà des moments adorables entre eux et Taiga fait de vrais efforts pour se rapprocher d’elle. En fait, j’aime bien ce personnage, ce qu’il transmet et pense, contrairement à Shimano que je trouve encore trop immature et qui a un peu un coeur d’artichaut. J’attends de voir comment  leur relation va évoluer mais j’espère vraiment qu’elle va se poser et que Taiga va continuer à s’ouvrir.

Tome 6

Après avoir mis le couple ensemble, il fallait s’assurer des sentiments de chacun, c’est ce à quoi s’est occupée la mangaka ici. Cela donne un tome un peu cul cul par moment où on tourne en rond assez souvent mais où j’ai été contente de voir Zen et Asahi aider nos deux amoureux. C’est aussi mignon de voir Taiga montrer petit à petit ses sentiments. Il est tellement maladroit. Je suis toujours gênée par la différence d’âge et de maturité, ça risque de mettre du temps à passer. En parallèle, on a l’impression qu’il se prépare quelque chose du côté du boulot de Taiga, c’est distillé par de petits indices discrets mais répétitif donc j’attends de voir ce qu’il va se passer.

Tome 7

Ça y est nous voici à l’étape des complications. C’était trop beau de les voir se rapprocher, il fallait compliquer les choses. Je ne suis pas fan de ce genre de ressort scénaristique même si j’avais un peu vu venir celui-ci. Le père de Taiga est une vraie crapule à faire espionner son fils et à vouloir lui dicter sa vie. Ce dernier se laisse un peu trop faire à mon goût aussi, c’est agaçant. En parallèle, j’ai aimé en apprendre plus sur Miura et son passé et j’ai été touchée par sa situation. Le chapitre bonus sur lui qui ouvre le tome est adorable.

Tome 8

Dans ce tome un peu plus épais que les précédents, l’histoire commence à se répéter et à me lasser. On n’en a toujours pas fini avec les mauvais tours que joue le père de Taiga. En plus, ce type est une vraie pourriture avec ses fils. Du coup, la romance avance par moment pour mieux reculer à d’autres, c’est agaçant. J’en ai assez de voir Taiga taire ses sentiments. Le seul point positif, c’est que tout commence à se révéler. Il y a de moins en moins de secret comme celui d’Asahi qu’on apprend assez brusquement et que je trouve trop gros pour être vrai, c’est dire la maladresse de l’auteure ici. On sent vraiment qu’elle manque encore de maîtrise au niveau de la narration malgré tous les bons sentiments qu’elle met dans son récit.

Tome 9

A un tome de la fin, l’histoire commence mollement ici par un voyage à la plage qui loin de tout régler montre à quel point les personnages peuvent être immatures et agaçants parfois. Ça m’a agacée de voir Taiga renoncer et vouloir pousser Shimana dans les bras de Zen. Et ça m’a agacée aussi de voir Zen et Shimana penser qu’il suffit qu’il démissionne et devienne prof pour tout résoudre. C’est tellement gros que ce n’est pas passé. Heureusement la seconde partie est plus réussie. On voit Taiga se réveiller avec l’aide d’Asahi (décidément je l’aime bien même s’il est souvent plus en retrait que les autres), et surtout Shimana et lui sortent enfin ensemble pour de bon, ce n’est pas trop tôt. Bien sûr rien n’est résolu parce que comme dans la vraie rien n’est aussi simple quand on est adulte et qu’on travaille, mais au moins Taiga est plus honnête avec lui-même et les autres. On découvre aussi sa mère qui a l’air d’une femme vraiment haute en couleur et qui me plaît du coup ^^ Seul point négatif dans cette fin, la petite Saeko qu’on nous balance comme ça pour que Zen ne finisse pas tout seul, bof.

Tome 10

La fin aura été un peu rocambolesque, à l’image de la série. La première partie consacrée aux au revoir avec le Proprio était assez longue et inégale. J’ai trouvé le chapitre où il se déguise pour aller au lycée ridicule. On nous présente un Taiga tellement différent de ce qu’il est d’habitude que je n’ai pas accroché. La suite est plus mignonne et plus riche en émotions. Chaque personnage a droit à sa fin heureuse. Zen finit par trouver l’amour et être publié mais reste un très bon ami pour Shimana et je l’aime beaucoup pour ça. Asahi fait la paix avec sa situation familiale (inutilement) compliquée et la fin ouverte qui le concerne me plaît bien. Shimano trouve sa voie (si on peut dire) en suivant Taiga à la fac et en l’épousant. C’est peut-être la partie qui me dérange le plus car ça montre l’image d’une jeune fille tout sauf indépendante qui ne se réalise que parce qu’elle suit et épouse son copain (très peu pour moi). Taiga, lui, avec l’aide de ses amis finit par vaincre son père qui est quand même le pire salaud de l’histoire et je ne comprends pas que l’auteure essaie rapidement à la fin de nous le faire passer pour un gentil è_é Même les personnages secondaires ont droit à leur happy end, Saeko avec Zen, Miura avec sa copine du lycée et Ren qui devient champion du monde.

Ichigo Takano nous a livré une petite histoire d’amour mais surtout d’amitié drôle et rafraichissante. Elle balbutie encore pour trouver son style mais c’est graphiquement très beau et plein d’énergie. J’ai passé un bon moment avec cette petite troupe.

Ma note : 15 / 20

Yume.Miru.Taiyou.full.385372

Publicités

4 commentaires sur “Dreamin’ Sun : Vis tes rêves ! d’Ichigo Takano

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s