Undercurrent de Tetsuya Toyoda

undercurrent-1

Titre : Undercurrent

Auteur : Tetsuya Toyoda

Editeur vf : Kana (Made-In)

Année de parution : 2008

Nb de tome : 1 (série terminée)

Résumé : Kanae gère un établissement de bains publics avec son mari Satoru. Tous deux sont aidés dans leur tâche par la tante de Kanae. Lorsque Satoru disparaît mystérieusement, les rumeurs vont bon train : accident, fuite, liaison secrète. Beaucoup jugent la jeune femme, trop autoritaire, trop indépendante. Dans l’impossibilité de continuer à assumer la gestion de l’établissement sans son mari, Kanae accueille un jeune homme, M. Hori, envoyé par le syndicat des bains publics pour l’aider. Voici présenté dans un manga au graphisme clair, le quotidien d’un établissement de bains publics lieu de rencontres et de séparations où le tragique croise le comique, où les sentiments de plénitude se mélangent aux regrets profonds.

Mon avis :

Undercurrent est un titre que je voulais découvrir depuis un bout de temps, longtemps intriguée par sa couverture avec cette femme si paisible alors qu’elle semble reposer dans l’eau, voire même s’y noyer. Et cette couverture est bien à l’image du titre : paisible alors qu’il parle d’un sujet très dur. Le dessin, la narration et le découpage des planches sont somme toute assez classiques, mais diablement efficaces. Il se dégage un je ne sais quoi de ce titre qui donne toujours envie de tourner la page pour lire la suite. Et puis certaines pages sont empreins d’une vraie poésie comme celles liées à l’élément aquatique, élément clé de l’histoire.

L’histoire en elle-même, celle de cette femme dont le mari a disparu et qui tente de continuer sa vie est bouleversante, surtout qu’elle est l’occasion de remuer un passé qu’elle avait depuis longtemps enfoui profondément en elle. On sent depuis le début qu’elle est bien plus fragile que les autres le croient mais ce n’est que tardivement qu’on comprend vraiment pourquoi. Elle a toujours essayé de vivre pour les autres, à la place de cette amie qu’elle a perdue, et c’est de là que vient la cassure qu’on sent en elle. Du coup, même si l’histoire au début est assez simple et banale, puisqu’on suit son quotidien, elle devient peu à peu plus tragique, plus profonde et j’y ai été très sensible. De même, M. Hida, l’autre personnage clé de l’histoire selon moi est assez mystérieux. On se doute aussi qu’il cache quelque chose mais ce n’est que dans la dernière partie du livre qu’on comprend quoi et que son comportement et ses regards s’expliquent. L’auteur a très bien su conserver le mystère. Les autres personnages qui les entourent apportent une légèreté et de l’humour à l’histoire. Ils aident à redonner le sourire à Kanae, aussi bien sa tante, le papi du quartier, son amie que le détective malgré son rôle dans l’affaire. Même le mari à sa façon apporte une légèreté à l’histoire, parce qu’au final c’est quelqu’un d’assez triste. Il a essayé de bien faire les choses avec Kanae mais a été rattrapé par ses mensonges et en partant il lui apporte une vraie leçon de vie. Personne ne connait vraiment les autres et ne se connait soi-même.

Le titre dégage donc à la fois humour, légèreté, tendresse et tristesse. C’est une leçon de vie douce – amère, dont la fin très ouverte laisse chacun libre d’imaginer la suite. Pour moi, j’imagine une suite bien plus heureuse pour chacun puisqu’ils sont enfin libérés de leurs secrets.

Ma note : 18 / 20

undercurrent undercurrent_extrait-e1415698995789

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s