Livres - Science-Fiction

Silo de Hugh Howey

couv37960666

Titre : Silo

Auteur : Hugh Howey

Editeur vf : Le livre de poche

Années de parution vf : 2016-2017

Nb de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Dans un futur postapocalyptique indéterminé, quelques milliers de survivants ont établi une société dans un silo souterrain de 144 étages. Les règles de vie sont strictes. Pour avoir le droit de faire un enfant, les couples doivent s’inscrire à une loterie. Mais les tickets de naissance des uns ne sont redistribués qu’en fonction de la mort des autres.
Les citoyens qui enfreignent la loi sont envoyés en dehors du silo pour y trouver la mort au contact d’un air toxique. Ces condamnés doivent, avant de mourir, nettoyer à l’aide d’un chiffon de laine les capteurs qui retransmettent des images de mauvaise qualité du monde extérieur sur un grand écran, à l’intérieur du silo.
Ces images rappellent aux survivants que ce monde est assassin.
Mais certains commencent à penser que les dirigeants de cette société enfouie mentent sur ce qui se passe réellement dehors et doutent des raisons qui ont conduit ce monde à la ruine.

Mon avis :

Tome 1 : Silo

Le résumé était alléchant, la lecture le fut beaucoup moins. J’ai eu énormément de mal à lire cette histoire qui pourrait très bien s’arrêter à la fin de ce tome au passage. J’ai vraiment ressenti un manque de rythme, d’action tout au long de l’histoire. Je n’ai pas aimé la narration beaucoup trop plate, avec trop de détails qui gênait la fluidité de la lecture. Je n’ai réussi que tardivement aussi à m’attacher aux personnages qui sont d’habitude un moteur pour me faire lire une histoire. Bref, la lecture a été longue et pénible et je ne sais pas si je lirai un jour les deux autres tomes de cette saga.

Lors des premières pages, nous suivons tour à tour : un shérif qui a perdu sa femme et qui vient lui aussi d’être condamné à mort ; puis la maire qui doit nommer le nouveau shérif et l’adjoint de ce dernier ; et enfin la nouvelle shérif. Au début, j’ai cru qu’on allait carrément suivre un personnage différent à chaque partie et je me demandais même où on allait aller. Finalement, on est resté avec le dernier personnage : Juliette, une ancienne mécanicienne, et on a même eu droit à l’introduction de toute une petite troupe de personnage : Lukas, Bernard, Peter, les collègues de Juliette, Solo… qu’au final j’ai bien aimé suivre après avoir fait abstraction de la narration…

Du côté de l’histoire en elle-même, elle a des éléments très intéressants puisque c’est celle d’un groupe d’individus qui vit dans un silo d’une centaine d’étage et qui ne peut en sortir parce que la Terre a été ravagée lors d’une ancienne guerre et qu’elle est maintenant invivable. Certains « rebelles » vont commencer à ce demander qu’est-ce qu’était cette guerre, comme elle est arrivée, qui l’a gagnée, comment ils sont arrivés dans les silos, etc. Et c’est vraiment tout ce côté-là de l’histoire qui m’a intéressée ainsi que la question de savoir s’il y en avait d’autres et si la Terre était vraiment si toxique que ça. Malheureusement, ce n’est qu’une infime partie du roman ce qui m’a vraiment frustrée.

Au final, je n’ai donc pas adhérer au concept de l’auteur pour cette histoire et je suis restée sur ma faim.

Tome 2 : Origines

Ayant pu me faire prêter les deux tomes restant, me voilà redonnant une chance à ce titre. Malheureusement, j’ai eu les mêmes difficultés que lors de la lecture du premier tome même si c’est pour des raisons différentes.

Cette fois, on repart aux origines du projet des silos pour arriver petit à petit à rejoindre l’histoire telle qu’on l’a connue dans le tome 1. Si de ce point de vue c’est assez réussi, l’auteur arrive à nous mener avec beaucoup de talent d’une époque à l’autre, la narration elle est encore bien bancale.

Tout le début de l’histoire est très intéressant, bien prenant. On découvre comment le projet a été mis en branle à travers le regard de Donald, « architecte » du projet. C’est très intéressant de voir comment même les politiques ont été manipulés à l’époque de la mise en place du projet, de voir le rêve qu’on leur a vendu pour cacher la réalité de la chose. C’est très bien fait et tellement réaliste, crédible que c’en est glaçant. De plus, l’auteur joue avec maestria sur une double temporalité avec ces deux personnages qu’on suit à des moments différents et qui vont peu à peu se rejoindre.

Mais dès la réunion faite, on retombe dans une routine narrative. Il ne se passe plus grand-chose. Les révélations sont peu nombreuses. Le rythme est lent. Les événements du quotidien sont assez barbants à suivre et les personnages pas forcément attachants. On n’est plus tout à fait dans le huis clos du premier tome, ici c’est très différent. On rencontre plusieurs personnages, on a moins le sentiment d’enfermement, mais cela reste mou et fade. Seuls les chapitres où l’on suit Donny/Donald m’ont plu. J’ai aimé voir la façon dont il remettait en question le système, dont il essayait de le contourner et s’en jouer pour sortir du paradigme dans lequel il se trouvait forcé à vivre.

Silo reste un titre fort avec de très bonnes idées. L’auteur fait une critique cynique de nos dirigeants. Mais il pèche vraiment au niveau de la narration. Il manque le petit twist, l’accélération, qui en ferait un titre addictif. Je reste sur ma faim. J’aimerais que le dernier tome m’apporte ce qui me manque mais j’en doute un peu.

Tome 3 : Générations

Même s’il y a du mieux dans ce tome où j’ai trouvé le rythme bien meilleur, Silo ne restera pas dans les annales des sagas de SF pour moi. Les idées de départ sont excellentes mais le traitement est bien trop fade pour moi.

Dans ce dernier tome, nous continuons à suivre les personnages rencontrés dans les deux précédents opus. Leur destin sont souvent cruels et leur parcours prenant. J’ai aimé suivre à nouveau Juliette dans sa quête de réunion avec Solo d’abord puis de survie de son peuple ensuite. C’était très intéressant de voir à la fois comment elle manageait assez mal son silo malgré l’aide son cher Lukas, de suivre les travaux d’excavation puis la réunion avec Solo et les enfants. La suite m’a plus surprise, je ne m’attendais pas à ce retournement de situation. J’ai également aimé suivre le parcours de Charlotte et de son frère Donny qui étaient déjà présents lors de la construction des silos. C’est intéressant de les voir tenter d’aider les autres silos tandis que tout va de mal en pis pour eux. Les personnages sont vraiment l’une des forces du titre parce que malgré le côté aseptisé et fade de l’univers parfois, eux ont su gagné en épaisseur au fil des pages et ainsi on finit vraiment par s’attacher à eux et à leur désir de liberté. De plus, j’ai vraiment aimé que l’auteur se servent de tout ce qu’elle avait construit auparavant pour donner un vrai sens à son histoire dans ce tome. C’est le condensé des deux premiers.

En effet, du côté de l’histoire, les destins des créateurs et de leurs créatures se rejoignent ici. Le début est assez calme et prévisible, il fait directement suite à la fin des précédents tomes. On suit sans surprise les efforts de Juliette pour rejoindre l’autre silo. Mais la suite avec les événements du silo 1 sont plus surprenants. Je ne pensais pas qu’ils oseraient aller jusque là mais j’en ai été ravie. On en apprend encore plus sur la construction des silos et leur but, c’est glaçant. Le tournant qui s’opère vers la moitié redynamise toute la fin de l’histoire. Celle-ci est une vraie quête de liberté pour sortir de cet univers confiné dans lequel ils sont depuis trop longtemps enfermés. C’est comme un nageur piégé sous l’eau qui fait tout pour remonter à la surface pour ne pas se noyer, et nous suivons ça nous aussi en retenant notre souffle. C’était passionnant de voir les deux femmes, chacune dans leur silo, tout faire pour s’en sortir, survivre et ainsi découvrir la vérité sur le monde extérieur au passage. La fin est un vrai message d’espoir. Elle est logique mais très bien narrée. J’ai beaucoup aimé, c’est une fin ouverte très réussie.

Si je n’avais pas eu autant de mal avec le rythme imposé par l’auteur, l’univers clos et la fadeur de l’ambiance, j’aurais vraiment pu être fan de ce titre, ce qui est d’autant plus dommage que la fin est vraiment réussie et que c’est rare d’avoir des héros femmes dans les romans d’anticipation comme celui-ci.

Ma note : 13 / 20

Publicités

3 commentaires sur “Silo de Hugh Howey

  1. Woa !!!! Je pensais être la seule à avoir ressenti ça pour cette trilogie, mais tu me rassures ! Comme toi je pense que l’auteur avait des idées fabuleuses, malheureusement j’ai trouvé beaucoup de cliché, beaucoup de redite dans le tome 2 et des longueurs du coup énorme dans le 3 ! Des scènes superbes ont rattrapé beaucoup de chose à mon avis, ce qui me fait dire encore aujourd’hui que c’est une très bonne mini-série SF d’anticipation, sans parler de la fin que j’ai trouvé magnifique !
    Donc bon, pas mal de défauts, mais je suis heureuse d’avoir lu ça parce que c’était quand même assez original dans les idées (beaucoup plus classique dans la façon de traiter lesdites idées par contre, dommage ^^)
    Bisous !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s