Une braise sous la cendre / An Ember in the Ashes de Sabaa Tahir

couv21986912 couv65998142

Titre : Une braise sous la cendre / An Ember in the Ashes

Auteur : Sabaa Tahir

Editeur vo / vf : Razorbill / Harper Voyager / Pocket Jeunesse

Années de parution vo / vf : Depuis 2015

Nombre de tomes : 2 (en cours)

Résumé du tome 1 : Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai. »
Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.

Mes avis :

Tome 1 : Une braise sous la cendre / An Ember in the Ashes

A force de lire les avis dithyrambiques de certaines bloggeuses, j’ai absolument voulu tester cette série, en VO qui plus est, et comme avec A Court of Thorns and Roses, ce n’est pas le coup de coeur que j’attendais. Cependant par rapport à ce dernier, j’ai beaucoup plus apprécié l’histoire. Expliquons-nous.

En fait, ce qui m’a vraiment gênée lors de ma lecture, c’est la plume de l’auteur. Je l’ai trouvée très fade et très plate. Le fait de choisir le présent comme temps de la narration m’a aussi pas mal perturbée et dans l’ensemble je n’ai pas trouvé qu’elle avait ce petit quelque chose qui donne envie de vite vite tourner les pages. En plus du style, j’ai trouvé qu’il y avait des vrais problèmes de rythme dans l’histoire avec de longs moments où l’on s’ennuyait, notamment au début (genre les 100 premières pages environ) et d’autres où les choses se répétaient un peu. Les personnages, eux aussi, ne sont pas toujours très bien définis et ont tendance à ne pas être très cohérents. Cependant malgré ces défauts, j’ai tout de même beaucoup aimé l’histoire une fois que les Epreuves ont commencé et j’ai fini par m’attacher à certains personnages malgré leurs décisions sans queue ni tête ^^

En ce qui concerne l’histoire, je l’ai trouvée plutôt originale. J’ai beaucoup aimé l’idée de planter le décor dans un univers qui est un savant mélange de Rome antique et de Contes de mille et une nuits. L’ambiance est le gros plus de ce roman ! L’auteur fait aussi en sorte que l’atmosphère soit toujours lourde et pesante, pleine de violence et qu’on ne sache jamais quand le couperet va s’abattre et sur qui. Pour une roman destiné à la jeunesse, elle est dans la veine de ces auteurs qui osent parler de violence et qui savent aller loin, et j’espère que contrairement à d’autres, elle continuera à le faire et n’adoucira pas les traits par la suite. N’ayant pas forcément lu grand-chose du résumé pour ne pas me spoiler, je ne m’attendais pas à ce que l’histoire parte dans les directions qu’elle a prises. J’ai donc été agréablement surprise par l’arrivée des Epreuves pour choisir le nouvel Empereur, par le rôle controversé de la Résistance, par le rôle des Augures et par plein d’autres événements. C’est un autre gros point positif, on ne sait jamais trop sur quel pied danser. Le huis clos est une excellente idée pour ce type de roman, ça renforce encore l’atmosphère pesante et la fatalité de ce qui se passe. Mais tout n’est pas que violence, il y a aussi un vrai volet aventure dans l’histoire, porté par la volonté d’Elias de gagner sa liberté et celle de Laia de regagner la sienne et celle de son frère. Cet aspect positif contrebalance un peu toute la noirceur du récit. Il fallait cette petite touche d’espoir pour pouvoir avancer.

J’ai donc aimé suivre leurs aventures, aussi bien celles d’Elias que de Laia, ce qui n’était pas gagné. En effet, du côté des personnages, je ne suis pas du tout fan de Laia qui est l’archétype des personnages féminins qui m’agacent. Même si elle mûrit et devient plus forte, je n’arrive pas à accrocher. Elias est pour moi le vrai héros de ce roman ou devrait l’être. C’est son histoire qui m’a le plus accrochée, son désir de liberté, sa grandeur d’âme et ses sacrifices. C’est un personnage complexe comme je les aime. A côté de lui, j’ai adoré Helen qui n’a pourtant pas une tâche simple et dont les réactions d’ado amoureuse m’ont parfois agacée. Cependant, elle a une telle force et un tel sens de l’abnégation qu’elle n’a pu que me conquérir. A côté d’eux, il y a toute une flopée de personnages secondaires qui m’ont tour à tour agacée, énervée, séduite, enthousiasmée. J’ai un petit faible pour Izzy et Cook (dont j’espère découvrir le passé et l’identité un jour) ainsi que pour Keenan et Cain. Je reste réservée concernant la Commandante et j’espère qu’elle cache plus que cette terrible violence dont elle fait preuve. Sabaa Tahir a eu beaucoup de flair en créant ses personnages dont aucun n’est blanc ou noir.

L’autre point très positif de ce roman, c’est l’univers que l’auteur a créé. Je l’ai trouvé vraiment riche et original avec sa mythologie se rapprochant des Contes de mille et une nuits et son décor à la fois romain et arabe. J’ai de suite été séduite par cette société de classes où les anciens dominants ont été réduits en esclavage et où une dictature militaire s’est installée. L’idée de la Résistance est bonne aussi mais celle-ci est encore trop floue à mon goût, notamment son passé avec la Lyonesse. J’espère qu’on aura l’occasion de revenir dessus notamment grâce à Cook. L’ambiance pesante due à la terreur installée par l’armée est prenante et on imagine très bien à quoi peuvent ressembler les prisons de l’Empire, notamment Kauf qu’on retrouvera dans le 2e tome, ainsi que l’école militaire où ont grandi Elias et Helen. Alors, c’est normal que l’affrontement de ces deux mondes détonne et donne lieu à quelque chose d’explosif. Enfin, je n’en parle que maintenant mais il y a le rôle très important des Augures dans ce petit monde. Ce sont encore des créatures très mystérieuses mais elles amènent l’histoire dans d’autres sphères. Elles nous emportent dans une dimension magique voir divine avec ces affrontements entre puissances surnaturelles qui semblent se profiler. Pour le moment, on n’en parle peu dans ce tome à part avec elles et le Nightbreaker (?) mais on sent que ce sera bientôt au coeur de l’histoire et que toutes les épreuves bien humaines qu’ils ont dû surmonter ici sont nécessaires à d’autres qui auront une dimension bien plus titanesque. En tout cas, j’espère que mes espoirs là-dessus ne seront pas déçus.

Dernière petite note, pour la fan que je suis , il fallait que je vous parle un peu du côté romance. C’est l’un des aspects que j’ai le moins aimé dans le roman. J’ai trouvé que l’auteure nous faisait un peu tourner en bourrique avec les sentiments de ses personnages. Si je comprends très bien la relation Elias-Helen que je trouve aussi très belle, j’ai beaucoup beaucoup de mal avec celle entre Elias et Laia que je ne trouve pas du tout naturelle et logique. Je comprends pourquoi il est attiré par elle mais tout va trop vite, et elle, elle est trop indécise avec Keenan. Je n’aime pas le triangle ou plutôt le carré qui se dessine. Pour moi, Laia n’est pas faite pour Elias, je la vois plus avec Keenan et j’ai trouvé les différents rapprochements très maladroits et artificiels.

An Ember in the Ashes est donc un roman jeunesse ambitieux avec un univers riche et intéressant mais surtout sombre, violent et intriguant. Il est dommage que la plume encore jeune de l’auteure et le caractère de certains personnages gâchent un peu la lecture parfois. Mais le titre reste plein de promesses.

Tome 2 : Une flamme dans la nuit / A torch against the night

J’ai retrouvé les mêmes qualités et les mêmes défauts que dans le premier tome, à savoir une écriture encore débutante, un triangle amoureux trop présent mais un univers riche et intéressant avec plein d’action.

Malgré un triangle amoureux encore plus présent que dans le premier tome et qui est particulièrement agaçant, je pense que j’ai préféré ce tome au premier. En effet dès les premières pages, on est pris par les aventures d’Elias, Laia et Helen dont on découvre enfin la voix. La fuite d’Elias et Laia est très prenante dans les premières pages mais l’est un peu moins par la suite jusqu’à leur arrivée à Kauf où là l’histoire redevient palpitante. On retrouve donc malgré le road trip et l’arrivée des chapitres racontés par Helen, le même problème de rythme que dans le premier avec de longs passages à vide. Heureusement le chassé croisé entre les fugitifs et Helen et la Commandante est passionnant et compense un peu le reste. En fait, c’est surtout tout le côté romance qui m’agace dans cette série. Je le trouve inutile et mal fichu. Je ne ressens toujours aucune palpitation à suivre les changements de sentiments incessants de Laia. Pourtant je suis une grande fan de romances mais ici c’est vraiment trop mal amené et construit pour être intéressant et crédible, c’est dommage. A la limite, je vois plutôt bien se profiler quelque chose entre Helen et Harper qui ont été une des révélations de ce tome pour moi.

Car en plus de l’action, des chassés croisés et du road trip, ce sont les personnages qui ont su rendre ce tome intéressant. Si je n’arrive toujours pas à apprécier Laia qui est une vraie girouette et dont je ne crois pas à l’évolution vers quelqu’un de plus mur et débrouillard, j’ai par contre beaucoup apprécié de découvrir Helen grâce à ses chapitres. En effet, l’auteur retranscrit parfaitement les choix difficiles qu’elle doit faire et combien ça lui brise le coeur à chaque fois ce qui la rend bien plus humaine que dans le premier tome. Ensuite, il y a Elias, qui en dehors de son amourette agaçante, a encore fait des choix difficiles et subit une lente agonie dans ce tome. Le choix qu’il fait à la fin est superbe et tellement logique, j’adore. Mais ce ne sont pas les seuls personnages intéressants du tome, j’ai adoré l’équipe formée autour d’Helen avec Dex, Faris et surtout Harper (mon coup de coeur ><). J’ai aussi été très contente de découvrir la famille d’adoption d’Elias et des membres des Tribus. J’ai également été vite séduite par le petit Tas qui est tellement courageux et il me tarde d’apprendre à découvrir Darin. J’ai aimé détesté le bourreau de Kauf qui fait bien froid dans le dos. Je reste également fan de la duplicité et de la folie de la Commandante. J’ai beaucoup aimé les révélations sur le Nightbringer même si j’en ai vu une arriver un peu avant qu’il ne se produise. Je suis sûre que c’est un personnage qui gagne à être connu.

Justement puisqu’on parle de lui, je trouve la mythologie de cette saga de plus en plus riche et intéressante. On sent bien que tout n’est pas blanc ou noir dans cette histoire et qu’on risque d’être surpris. Tout ce qui tourne autour du Nightbringer et des anciens peuples magiques : jinn, effrits… qui peuplaient le monde avant est super intrigant. De même, je ne m’attendais pas du tout à cette révélation à la fin sur le père d’Elias. Je penchais dans une autre direction, dommage. A côté de ça, il y a aussi les pouvoirs que les filles développent et celui qu’Elias va acquérir probablement dans le prochain tome. La magie pénètre de plus en plus la série mais l’auteur n’oublie pas pour autant l’aspect politique. Les plans de la Commandante sont de plus en plus limpides et en même temps on se demande comment elle va y arriver vu que Marcus n’est pas aussi dupe qu’on le croyais. J’espère que Sabaa Tahir développera un peu plus encore cet aspect par la suite avec aussi bien les machinations de Keris que ceux de Marcus pour l’en empêcher, surtout que comme ça, ça permet de voir un peu plus Helen qui est prise en plein milieu de leur guéguerre.

A Torch against the Light est donc une très bonne suite dans la veine du premier tome. Il faut juste faire abstraction de la romance pour vraiment se régaler avec l’univers à la fois magique et machiavélique de Sabaa Tahir. Vivement le tome 3 !

Ma note : 16 / 20

Publicités

2 réflexions sur “Une braise sous la cendre / An Ember in the Ashes de Sabaa Tahir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s