Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

L’atelier des sorciers de Kamome Shirahama

Titre : L’atelier des sorciers

Auteurs : Kamome Shirahama

Éditeur vf : Pika (seinen)

Années de parution vf : Depuis 2018

Nombre de tomes vf : 6 (en cours)

Histoire : Coco a toujours été fascinée par la magie. Hélas, seuls les sorciers peuvent pratiquer cet art et les élus sont choisis dès la naissance. Un jour, Kieffrey, un sorcier, arrive dans le village de la jeune fille. En l’espionnant, Coco comprend alors la véritable nature de la magie et se rappelle d’un livre de magie et d’un encrier qu’elle a achetés à un mystérieux inconnu quand elle était enfant. Elle s’exerce alors en cachette. Mais, dans son ignorance, Coco commet un acte tragique !
Dès lors, elle devient la disciple de Kieffrey et va découvrir un monde dont elle ne soupçonnait pas l’existence !

Mes avis :

Tome 1

Dès son annonce, je sentais que ce titre avait tout pour me plaire entre son histoire de sorciers et de magie, et ses dessins au trait précis et rêveur. La lecture de ce premier tome a confirmé cette très bonne impression.

Avec Kamome Shirahama nous plongeons en plein coeur d’un univers onirique riche et bien pensé, un monde où la magie est omniprésente. La mangaka a construit un monde plein de magie et de poésie avec un système de magie original et très visuel. Les décors et les costumes sont travaillés et font rêver. On sent les influences des films de Miyazaki mais aussi d’Harry Potter aussi bien dans l’ambiance que dans l’univers et la construction de l’histoire, ce qui donne un titre très agréable à lire.

Dès les premières pages, on sent dans ce seinen le mélange d’une ambiance douce, rêveuse, enfantine, et d’une autre plus adulte, plus mature et donc plus sombre. L’équilibre entre les deux est parfait dans ce premier tome à l’image des personnages.

L’héroïne, Coco, est une fan de magie. Dès qu’on en parle, ça lui met de étoiles plein les yeux. Elle représente la naïveté et la fraicheur à l’état pur. C’est à travers son regard novice qu’on va donc découvrir l’univers de l’Atelier des sorciers. Elle va, par hasard, faire la connaissance de Kieffrey, un sorcier assez jovial, dont le joli visage cache bien des secrets apparemment. Contrairement à pas mal de sorciers, il a pris ses distances avec l’Académie l’ayant formé et semble sur la piste d’une mystérieuse organisation. La rencontre des deux va faire des étincelles et sans le vouloir Coco va découvrir le grand secret qui régit le monde des sorciers. Suite à cela et à un incident qui va se produire, elle va se retrouver enrôlée comme apprentie de Kieffrey. C’est alors l’occasion pour elle de découvrir avec un regard émerveillé un monde tout nouveau qui l’a toujours fasciné. Les camarades qu’elle va alors se démarquent toutes à leur façon. Tetia est amusant et joviale, Trice un peu froide et distance, quant à Agathe, c’est une perfectionniste dans l’âme avec tout ce que cela peut impliquer pour ceux moins doués qu’elle. Ce petit groupe est désormais parti pour vivre bien des aventures.

Aventure, c’est bien le moment qui caractérise le mieux ce que j’ai ressenti à la lecture de ce premier tome. J’ai passé un excellent moment à suivre celles de Coco que ce soit lors de la découverte de la magie, puis de l’univers des sorciers, de l’atelier, de ses camarades, des épreuves qu’elle doit passer ou du village commercial de Carn. Lors de ces 5 chapitres, on passe d’une aventure à l’autre sans reprendre notre souffle et pourtant on en redemande après avoir tourné la dernière page.

Du côté des dessins, la mangaka a un trait assez bluffant. Elle arrive à dessiner des choses ultra pointues et précises avec un trait très seinen, et d’autres tellement douce et enfantine, voire comique. Elle a une grande palette d’émotions au bout de ses doigts et sait parfaitement s’en servir. Ses paysages, ses costumes, ses bestioles ou encore ses artefacts font rêver. Ils sont d’une grande richesse. Les personnages sont superbes, j’adore le design de chacun des personnages principaux. J’ai souvent passé de longues secondes à admirer les uns et les autres.

Cette série démarre donc sur les chapeaux de roues pour moi. Tout m’a plu : l’univers, les personnages, l’histoire, la narration et les dessins. En plus, Pika a eu l’excellente idée de proposition une édition collector de ce premier tome avec un petit artbook magnifique regroupant des illustrations couleurs et des crayonnés qui font rêver, le tout avec des explications supplémentaires sur les personnages et l’univers. Je suis comblée.

Tome 2

Kamome Shirahama nous présente ici un deuxième tome tout aussi intéressant et qualitatif que le premier. Elle continue à creuser son univers et à nous en faire découvrir la richesse au détour des aventures de Coco. Cette fille est l’épicentre de deux mondes mais aussi de deux façons de voir la magie apparemment, elle conserve cependant toute sa naïveté et est loin d’être le personnage le plus charismatique de la série. L’autrice joue plus sur sa capacité à s’ébahir de tout et sa naïveté légendaire. C’est mignon tout plein mais ça contraste beaucoup avec l’ambiance sombre qu’elle cherche aussi à donner en sous main avec la Confrérie du capuchon.

Dans ce tome, ces derniers commencent à passer à l’action et à chambouler l’univers de Coco mais ça reste encore discret, même si ça nous permet à nous lecteur de voir les fillettes travailler ensemble pour élaborer un plan, ce que j’ai beaucoup aimé. Elle fait également la rencontre d’un nouveau sorcier, Olugio, la sentinelle de l’atelier, inventeur de génie mais très à cheval sur les règles qui va remettre en question sa place auprès de Kieffrey. Enfin, on voit les sorciers entrer en action pour aider les humains, ce qui nous permet maintenant d’observer la scène de l’autre côté du miroir en quelque sorte et de comprendre combien c’est risqué pour eux même s’ils le font quand même.

J’ai vraiment aimé la richesse des situations proposées dans ce tome ainsi que le fait de ne jamais vraiment savoir vers où l’histoire allait m’amener. Après, nous ne sommes encore qu’au début de ce qu’elle peut proposer, je pense. Par contre, les dessins sont toujours aussi réussis. J’ai rarement eu le sentiment d’un tel réalisme dans un monde complètement imaginaire comme celui-là. L’aspect crayonné de son trait me plait de plus en plus et colle tellement bien à l’atmosphère. J’en redemande.

Bonus : Les couvertures réversibles de Pika sont dispo cette fois et j’adore pouvoir choisir entre ces deux superbes propositions.

Tome 3

Pour ce nouvel opus, l’éditeur a encore bien fait les choses en nous proposant une édition collector avec non seulement la fameuse couverture réversible toujours aussi jolie mais aussi un carnet relié bleu avec des dorures représentant l’héroïne de toute beauté.

Les aventures se poursuivent dans ce tome où l’ambiance est de plus en plus sombre. Le titre s’ouvre sur les conséquences de l’infraction des filles : pratiquer de la magie devant des « ignorants » avec les conséquences que l’on sait. L’ambiance est tendue parce que la milice est très à cheval sur les règles et suspecte quelque chose de grave. On a donc une belle confrontation entre ces derniers et les filles, mais aussi avec Kieffrey, qui va les remettre à leur place. Mais malheureusement, maintenant ils se doutent du lien entre Coco et la Confrérie du Capuchon. Coco a donc de nouveaux soucis qui planent au-dessus d’elle.

Et elle n’avait pas besoin de ça, tant elle est déjà inquiète pour son avenir. Elle désire vraiment progresser pour sauver sa mère mais il ne faut pas brûler les étapes pour ça. Coco fait vraiment peur, parce qu’elle peut être une menace pour elle-même dans son désir d’aider les autres. Kieffrey semble ne pas avoir encore pleinement réalisé cela. C’est bien beau de faire une héroïne positive et altruiste comme elle, mais c’est à double tranchant et on le perçoit de plus en plus.

Dans le même genre, j’ai beaucoup aimé voir de plus en plus la double personnalité de Kieffrey. Il a lui aussi un but caché qui risque de l’emporter trop loin. Il semble vouloir réinstituer une magie plus proche des origines et surtout plus proche du peuple qu’il doit aider, ce qui est en contradiction avec les règles de ceux qui régissent son monde et peut se révéler dangereux comme on l’a vu à plusieurs reprise.

Le monde de Coco n’est donc plus simplement une jolie fable pour les enfants où une petite fille découvre la magie et se fait des amies en apprenant des sorts avec son gentil maître. C’est un monde plus sombre et complexe que l’on découvre au fil des pages avec ses règles à double tranchant, ses injustices et ses drames. Il suffit de voir le sort du pauvre Tarta, empêché de faire ce qu’il veut juste parce qu’il n’est pas dans la norme. C’est parfaitement injuste et l’autrice aime montrer qu’avec un peu d’astuce on peut contourner toutes les difficultés pour arriver à ce qu’on veut. Ainsi grâce à ce moment, un peu de lumière pénètre ce tome plus sombre que les précédents où les membres de la Confrérie du Capuchon apparaissent de plus en plus en filigrane. Il me tarde de découvrir la suite.

Tome 4

Nouveau tome, nouveau coup de coeur. Cette série décidément ne baisse pas en qualité, tout comme l’édition proposée par Pika, qui en plus de sa couverture réversible, proposait cette fois des illustrations à colorier et les crayons qui vont avec.

Pourquoi un nouveau coup de coeur ? Parce que premièrement ce tome met Trice en avant et que c’est un très joli personnage. La demoiselle est un peu la version sorcière de notre cher Peter Pan. Elle ne veut pas grandir. Elle ne peut pas faire confiance aux adultes. Elle veut rester elle-même et utiliser « sa magie ». Pour cela, elle fait preuve d’une grande force de caractère qui me touche. L’autrice nous dévoile ici un peu comment elle en est arrivée là et surtout nous montre que ce n’est pas une tare mais plutôt une qualité à exploiter. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’autrice transforme quelque chose qu’on pourrait considérer comme un caprice ou un défaut. Elle nous fait comprendre qu’il faut écouter tout un chacun et qu’il y a de bonnes raisons derrière chaque choix motivé.

Pour cela, trêve de bavardages, la mangaka nous plonge en pleine action, avec la seconde épreuve à passer par Trice et Agathe pour devenir des sorcières accomplies. C’est l’occasion aussi d’en apprendre plus sur leur univers et sur ceux qui utilisaient la magie avant. Mais ce serait trop facile si rien ne venait corser les choses. Ainsi d’abord, le lieu est un lieu de pouvoir sombre et dangereux. Ensuite, elles sont accompagnées d’un jeune sorcier, qui comme elles a des aspérités et se révélera lors de cette épreuve. Et enfin, il y a bien sur un caillou qui vient brusquement se glisser dans leur soulier à la fin et va venir tout bouleverser.

J’aime beaucoup l’intelligence dont l’autrice fait preuve pour construire son récit. Elle part d’une construction assez classique à chaque fois : une élève qui a un problème qu’on explique, une mise à l’épreuve de celle-ci pour qu’elle se dépasse, et un événement dramatique et dangereux qui vient faire avancer le fil rouge narratif de la série. Mais à l’intérieur elle y glisse de vraie leçon, du mystère et de la tension dramatique, ce qui fait que le mélange rend le titre vraiment addictif. Je suis fan et la fin en cliffhanger est une vraie torture !

Tome 5

Encore un tome magique ! Il n’y a pas à dire plus la série avance, plus l’intrigue se révèle, plus j’aime ! Le message que l’autrice nous transmet à travers cette délicieuse et complexe intrigue est plus profond qu’une banale histoire d’apprenties sorcière. C’est une vraie ode à la vie et à la différence, ce que j’apprécie énormément.

Dans ce tome aux couleurs de Tetia, l’examen de nos chers sorciers se poursuit mais les mystérieux membres de la Confrérie du Capuchon ont décidé de venir le perturber pour tester leur « enfant de l’espoir ». Nos chères têtes blondes se voient donc obligées d’intervenir pour sauver leurs amis. C’est classique mais très réussi. On voit nos amies travailler ensemble, se protéger les unes les autres, tenir compte des faiblesses et des qualités de chacune pour avancer, bref s’entraider de la plus belle des façons car c’est ensemble qu’elles trouverons les meilleurs solutions. On le voit bien pour ce pauvre peuple transformés en métal, mais aussi pour ce cher Ynnis transformé en loup écailleux.

Du côté de l’univers, c’est de plus en plus prenant. Car si l’action est de plus en plus au rendez-vous, l’autrice n’oublie pas d’agrémenter son histoire de nouveaux mystères et révélations. Révélations sur Coco, sur le passé de Trice, sur le fonctionnement des sorciers,… Mystères autour de Kieffrey, du passé des magiciens, de ce que veulent frères les sorciers au capuchon,… Ça donne un mélange vraiment savoureux qui ne peut que pousser le lecteur à vouloir la suite.

De plus, l’ambiance générale est vraiment très séduisante, entre utilisation de la magie et réflexion sur la façon dont il faut agir pour faire le bien (est-ce que tout est permis pour cela ?). On réfléchit également au pouvoir des mots sur les gens mais aussi à la complexité de nos désirs qui peuvent nous apporter le contraire de ce que l’on voulait au départ. Le personnage de Trice, ma préférée chez les apprenties, est vraiment l’emblème de cela. C’est très riche.

Ainsi avec ses dessins une nouvelle fois sublimes – je passe un temps fou à en admirer la finesse à chaque fois -, son intrigue dynamique et ses mystères de plus en plus séduisants, la série est vraiment l’un des toutes meilleures que j’ai pu lire cette année !

Tome 6

La série continue son joli bonhomme de chemin au côté de notre quatuor de sorcières en herbe, le temps d’un tome assez calme mais dense en informations et ajouts à l’univers tout de même.

Nous avons laissé les filles après leur terrible examen où les surprises furent nombreuses et bouleversantes. Kamome Shirahama calme donc naturellement le jeu ici mais elle n’en oublie pas ce qui vient de se passer et tous les questionnements lancés à cause de la Confrérie restent bien présents en arrière-plan. Cependant pour ne pas laisser retomber la mayonnaise, elle nous embarque dans la découverte d’un nouveau pan de son univers : l’Académie, où énormément de sorciers vivent et notamment les plus importants. C’est l’occasion d’apprendre de nouvelles choses. On découvre ainsi comment se déroulent les premières années de vie des jeunes sorciers et sorcières. On fait la connaissance de l’un des 3 plus grands sorciers également, Berdalute, qui a un drôle de caractère.

Avec ce nouveau décor, on croise de nouveaux personnages, de nouveaux sorts et on a donc une nouvelle donne. Les autorités suspectent qu’il s’est passé quelque chose lors de l’examen, les filles sont donc sur la sellette. Ça permet d’avoir différent niveau de lecture ici, celle de l’histoire vue par les fillettes et celle de l’histoire vue par les adultes et là c’est plus sérieux. Sous des dehors d’histoire enjouée, où nos charmantes apprenties cherchent à séduire Berdalute pour valider leur examen, on a une histoire plus sombre avec un Kieffrey qui ne s’est pas réveillé, et un Olubo qui doit veiller sur elles en attendant. J’ai beaucoup aimé la mise en avant de ce personnage réservé mais sur qui les filles peuvent compter. C’est quelqu’un de fiable qu’on a envie d’avoir comme ami.

C’est donc un tome assez étrange à lire. On est partagé entre l’euphorie de Coco qui adore découvrir ce nouveau lieu, faire la rencontre de plein de gens intéressant et chercher des sorts avec ses amies, et la réserve d’Olubo et d’autres adultes qui sentent bien que quelque chose se passe en sous-main avec ce qui mijote la Confrérie. J’ai aimé cette complexité qui commence à poindre compensé par la joie naïve de la jeunesse. L’ambivalence a du bon.

Graphiquement, c’est toujours aussi beau, on passe beaucoup de temps à admirer les pages et le dernier sort conjoint des filles est superbe. Le design des nouveaux personnages m’a plu aussi, il montre la variété du trait de l’autrice et sa grande imagination.

Dans la lignée des autres, ce tome est donc un vrai régal à lire. Malgré son côté moins flamboyant que les précédents, il recèle des petits trésors de complexité. Le changement de rythme et de ton des dernières pages est d’ailleurs un régal et il me tarde ce que cette possible future association va donner, car elle n’est pas anodine.

Ma note : 17 / 20

33 commentaires sur “L’atelier des sorciers de Kamome Shirahama

  1. Merci pour ton article (et de m’avoir dit sur Twitter) jaime beaucoup comment tu en parles, et meme so de base la magie n’est pas ce que je préfère surtout si ca me rappel HP(c’est bien – Jai lu le tome 1 et j’en suis au 2) je me laisserais peut-être tenter à l’occasion.

    Aimé par 2 personnes

  2. Salut! Premier article que je lis sur le blog ^^ ça fait des années que je lis tes avis sur Livraddict ça change d’en avoir un plus long ^^
    C’est vraiment le manga que moment je ne vois que lui, il me fait énormément envie mais je ne me le prends pas et j’attends mon anniversaire car qui sait ? peut ^tre quelqu’un va me l’offrir 😉
    Ravie d’avoir encore lu un avis plus que positif sur ce titre ^^

    Aimé par 2 personnes

  3. Je viens de lire le premier tome, il faisait partie de la sélection des 48h de la BD ^^ Beaucoup aimé aussi ! Mais toi qui a lu les 4, tu le vois vraiment comme du seinen ? Manganews le classe à partir de 12 ans … c’est toujours le cas au fil de l’histoire ? ou le côté sombre n’est pas à destination des plus jeunes ?

    (Je mets le seinen à partir de la 4ème en fait :P)

    Aimé par 1 personne

    1. D’abord ravie que tu l’aies aimé.
      Pour ma part, effectivement je trouve qu’on peut le lire dès 12 ans voire même avant, en tout cas pour le moment. Il y a de légers moments où ça peut faire un peu peur mais vraiment rien de rien de méchant ^^’ C’est sûr que comparé à pas mal de seinen, il fait tout gentillet 😉

      J'aime

      1. Mais oui pour l’instant je le mets en kodomo, comme Dresseuse de monstres ^^ Merci pour ta réponse 🙂 je t’avoue que j’étais très enthousiaste en le voyant dans la sélection des 48h BD !

        Aimé par 1 personne

      2. Je ne sais pas si j’irais jusqu’au kodomo mais shojo ou shonen d’aventure oui ^^
        Les 48h ont fait un bon choix cette année, c’est sûr, même si j’aurais aimé découvrir des titres moins connus et/ou moins récents, et surtout que je n’avais pas 🙂

        Aimé par 1 personne

  4. En fait je mets les kodomo et shojo ensemble comme y’en a pas beaucoup, donc ça peut marcher 😛
    J’aurais aimé plus de mangas déjà XD et du shonen ! Comme Black Clover y a deux ans je crois bien qui était tellement cool !

    Aimé par 1 personne


  5. je ne peux pas tout copier / coller mais cette partie est très bien dite 😉 "On réfléchit également au pouvoir des mots sur les gens mais aussi à la complexité de nos désirs qui peuvent nous apporter le contraire de ce que l’on voulait au départ"

    Aimé par 1 personne

  6. Je ne suis pas encore à jour mais dès qu’on reçoit à la médiathèque les tomes 5 et 6, je me jette dessus.
    Sans être un coup de cœur, j’aime beaucoup l’esthétique de la série et le fait que la mangaka prenne son temps pour poser son univers. Du coup je pense que la série va vraiment gagner en intérêt au fil des volumes.

    Aimé par 1 personne

    1. Je te comprends, effectivement l’univers tarde un peu à prendre de l’ampleur, l’autrice prend un peu trop son temps mais j’espère comme toi que ce sera pour une intrigue plus dense et explosive.
      En attendant, je me régale visuellement et je suis ravie d’avoir pris la version collector cette fois avec le petit livre d’illustrations 🙂

      J'aime

      1. Moi je ls emprunte en médiathèque donc pas de collector.
        En fait j’en avais parlé dans mon article, c’est la qualité et le défaut de la série. Elle prend beaucoup son temps pour développer son univers et les règles qui le sous-tendent et clairement, c’est super positif parce que c’est bien plus crédible et mieux construit que dans la plupart des mangas. Mais en contrepartie, l’intrigue avance peu.
        Ca reste une série que j’apprécie beaucoup, mais on est pas encore au niveau du coup de coeur.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s