Livres - Fantasy / Fantastique

Mage de Bataille de Peter A. Flannery

Titre : Mage de Bataille

Auteur : Peter A. Flannery

Éditeur vf : Albin Michel Imaginaire

Années de parution vf : 2018-2019

Nombre de tomes : 2 (en vf) – 1 (en vo) – Terminé

Histoire : Falco Danté est un gringalet dans un monde en guerre peu à peu conquis par l’armée infernale des Possédés. Pire, Falco est méprisé, mis à l’écart, à cause de son père qui fut un immense mage de bataille avant de sombrer dans une folie meurtrière.
Alors que la Reine tente de rassembler toutes les forces armées pour repousser les Possédés, Falco prend une décision qui va l’amener aux marges du désespoir : il va entrer à l’académie de la guerre, une école d’excellence pour les officiers. Là, il devra surmonter ses doutes, ceux de ses amis et même ceux de la Reine. Le monde brûle ; seul un mage de bataille pourra sauver ce qu’il en reste.
Falco réussira-t-il à libérer son pouvoir, à invoquer un dragon à sa mesure ou succombera-t-il à la folie… comme son père ?
Porté par son héros meurtri, condamné à se dépasser face au mal absolu, Mage de bataille a rencontré un formidable succès dans les pays anglo-saxons.

Mon avis :

Tome 1

En préambule, je remercie Elbakin et Albin Michel Imaginaire de m’avoir permis de lire le premier tome de ce roman que j’ai gagné grâce à un de leurs concours ^^ J’avais envie de lire ce titre depuis son acquisition après avoir lu que c’était de la bonne fantasy épique classique en un tome aux USA où elle avait rencontré un certain succès. J’attendais donc passer un moment simple et dépaysant. Fut-ce le cas ?

Tout à fait. Dès les premières lignes, j’ai su que j’allais aimé grâce à la plume simple mais entraînante de Peter A. Flannery (et de son traducteur). Pas de fioriture ici, on va à l’essentiel et c’était ce que je voulais. Il nous embarque très vite dans son univers dépaysant fait de dragons, de mages, de thaumaturges ou encore de possédés. On y est plongé de plein pied dès le début sans forcément tout comprendre puisque cette compréhension ne viendra que peu à peu au fil de la lecture. Mais du coup, ce fut très immersif.

On y suit un jeune homme chétif et malade, Falco Danté (oui comme l’Enfer de Dante…), dont le père fut un mage de bataille qui faute de pouvoir tuer son dragon devenu dangereux mit tout le monde en danger. Falco doit vivre avec ce poids sous le regard de tous, vu qu’ils sont forcément au courant. On découvre avec lui, une ville, un pays, un univers très rude et surtout fort manichéen, dans lequel « les gentils » sont en proie à une terrible guerre contre « les méchants » possédés. Les gentils sont dans une phase de recul et ils ont besoin de toutes leurs forces pour tenir. C’est dans ce contexte que Falco commet une grosse bourde mettant toute sa ville en danger et la jetant sur les routes où les habitants sont sous le danger constant d’attaques ennemies. Sur cette route, Falco va se révéler et trouver en quelque sorte sa voie.

J’ai beaucoup aimé l’univers de ce titre, fait de magie, de dragon, de menaces étrangères. C’est simple, c’est déjà vu mais c’est bien raconté et le rythme de la narration est bon, passant d’une séquence à l’autre rapidement et sans temps mort. J’ai trouvé l’ambigüité autours de la nature des Possédées fascinante. J’ai aimé tout l’enrobage militaire autour des mages, des thaumaturges et des soldats. On en parle beaucoup. On suit de vraies batailles. On voit (un peu trop rapidement) leur recrutement, leur entraînement et leurs premiers mouvements. Pour moi, c’était très bien dosé, ni trop, ni pas assez. De plus, il y a aussi quelques tensions au sein du gouvernement central qui ont suscité mon intérêt. J’ai aimé l’inimitié entre les différentes familles. J’ai aimé voir les thaumaturges essayer de prendre le pouvoir. Une fois de plus, ce n’est rien de révolutionnaire mais c’est bien raconté.

Le seul point négatif que je vois dans ce titre pour le moment (hormis le fait qu’il soit coupé en deux en français… ouille le porte-monnaie ! mais je comprends pourquoi ^^), ce sont les personnages que je trouve trop lisses et peu attachants. Falco est l’archétype du héros gringalet qui va gagner en puissance et se faire ensuite respecter de tous. D’ailleurs, on oublie bien vite son énorme bourde des débuts… Ses amis sont le fils du forgeron costaud repéré pour ses talents de combattant, la belle fille noble archère et courageuse, les frères déracinés toujours prêts à aider… Ses ennemis sont non moins clichés avec le fils de noble dont la famille en veut à celle de Falco, où les thaumaturges qui ont peur de ses pouvoirs latents. Le seul qui m’a bien plu et que j’ai trouvé un peu plus intéressant, c’est Mérédith son ennemi-allié-instructeur qui se rebelle contre son père.

Pour le reste, le titre monte en puissance au fil des pages, partant d’un début un peu flou, nous entraînant sur des routes dangereuses, pour arriver à une capitale de tous les dangers où chacun va se révéler et l’intrigue se complexifier avec l’arrivée de nouveaux personnages. La coupure choisie par Albin Michel Imaginaire n’est peut-être pas la plus judicieuse vu qu’il n’y a pas de vrai cliffhanger et que ça doit juste être la moitié du tome, mais au moins, je peux attendre tranquillement jusqu’en janvier sans sentiment de manque, même si je lirai la suite et fin avec plaisir.

Mage de Bataille est donc de la High Fantasy classique mais de bonne facture, où la belle narration et l’univers prenant peuvent en intéresser plus d’un, même ceux habitués à lire tout plein de fantasy plus complexe, pour peu qu’ils aient gardé leur âme d’enfant, ou plutôt qu’ils fassent preuve de bienveillance.

Tome 2

J’aurai un peu tardé à lire ce second tome, même si j’avais passé un bon moment à la lecture du premier, parce que je savais que j’allais avoir un récit et une fin assez classique et en cela mes attentes ne furent pas déçue. Dans cette suite, on retrouver les mêmes défauts et les mêmes qualités qu’au début, mais Peter A. Flannery passe la seconde et ça fait du bien.

Les premiers chapitres furent compliqués, je l’avoue, non pas à cause de l’écriture qui est toujours aussi fluide et facile à lire, mais parce que je ne me rappelais que des très grandes lignes de l’histoire et que là, comme le tome a été coupé en 2, on se retrouve plongé en pleines batailles sans la moindre explication. C’est un peu rude. Il aurait été bien de la part de l’éditeur, de faire ce qui se faisait autrefois chez Pocket par exemple, mettre une page de résumé du début du tome.

Ainsi, le premier tiers du livre ne m’a pas forcément passionnée. On était balancé d’une bataille à une autre où tout semblait de plus en plus désespéré et je commençais moi aussi, comme les soldats, à ressentir une certaine lassitude. Heureusement, l’auteur a pris la bonne décision au bout d’un moment de nous offrir enfin la lueur d’espoir attendue avec son héros qui passe enfin l’épreuve que tout mage de bataille doit réussir pour prendre ses fonctions, et à partir de là, tout change. L’histoire se complexifie à nouveau, les secrets tombent et l’action nous avale non-stop jusqu’à la fin. Autant vous dire que je n’ai pas boudé mon plaisir.

Dans cette suite, j’ai adoré voir les différentes forces converger. Les personnages gagnent ainsi en carrure. J’ai particulièrement aimé, la Reine Catherine et son chevalier Sir William, celle-ci est une Reine comme on en voit pas assez. Elle m’a un peu rappelé Eowyn du Seigneur des Anneaux mais en plus sombre et réaliste, bref plus actuelle. J’ai aussi apprécié les actes de bravoures des amis de Falco, que ce soit la percée de Malaki, le sens du sacrifice de Bryna, ou la tragédie que va vivre Alex. Mon chouchou reste et restera Mérédith dont la soif de vérité est vraiment l’élément central de l’intrigue de ce tome, sans lui, ça ne se serait pas du tout déroulé ainsi. Enfin, même c’est ultra cliché, j’ai beaucoup aimé l’évolution de Falco, sa maitrise grandissante de ses pouvoirs ainsi que sa nouvelle relation avec Onyx. Je regrette cependant d’avoir dû les laisser si tôt alors que nous n’en étions encore qu’à une ébauche.

Du côté de l’intrigue, on a effectivement un titre de high-fantasy on ne peut plus classique, mais le fait que l’auteur s’axe sur les combats est très plaisant. On doit passer les trois quarts du tome sur les champs de bataille ou à suivre le déplacement et l’entrainement des troupes. On se sent ainsi plongé au coeur de l’action même si elle laisse souvent un sentiment désespéré. Au passage, les scènes sont très bien mises en scène et on parvient parfaitement à visualiser ce qui se passe. L’ajout par moment d’éléments plus politiques, puis d’éléments plus magiques permet de bien rythmer la lecture. Ainsi, on suit la Reine qui essaie de trouver des alliés à l’intérieur comme à l’extérieur, mais aussi les puissances des autres pays qui hésitent à se battre. Côté magie, ce sont les révélations sur celle-ci qui m’ont le plus plu. On découvre au bout d’un moment un énorme secret qui change complètement notre perception de l’histoire et son univers. J’ai adoré !

Et même si la fin m’a semblé un peu facile, si certaines décisions ont été prise contre le bon sens et certains personnages un peu oubliés, j’ai vraiment passé un bon moment de lecture.

Ma note : 15 / 20

8 commentaires sur “Mage de Bataille de Peter A. Flannery

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s