Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Le dilemme de Toki de Kiri Gunchi

Titre : Le dilemme de Toki

Auteur : Kiri Gunchi

Éditeur vf : Glénat (shonen)

Année de parution vf : 2019

Nombre de tomes vf : 3 (série terminée)

Histoire : Mitsuharu le lycéen rencontre Toki l’extraterrestre, venu sur Terre pour un but bien précis : réunir les ingrédients nécessaires pour déterminer son sexe ! Voyant Mitsuharu seul et incapable de tisser des liens avec son entourage, Toki lui propose de choisir son sexe pour pouvoir lui offrir son amitié ou son amour. Mais à mesure que leurs relations s’approfondissent, le choix devient de plus en plus difficile tout autant pour Mitsuharu que pour Toki…

Mon avis :

Tome 1

Malgré sa jolie couverture, je n’étais pas très tentée par ce nouveau shonen de chez Glénat. Il faut dire déjà que c’est un genre où j’ai du mal à trouver des titres qui me passionnent à part à la marge et qu’en plus le résumé ne m’attirait pas. Il a fallu la chronique de l’ami Xander pour mieux comprendre les thèmes développés par Kiri Gunchi et ainsi me donner très envie de donner sa chance à ce titre court.

Le dilemme de Toki porte assez bien son titre, en effet ce/cette jeune extraterrestre a la possibilité de pouvoir choisir son sexe sur sa planète. Sauf que faute de matière première nécessaire à cela, iel (= il ou elle) a dû venir sur Terre. Après sa rencontre avec Mitsuharu, Toki qui ne sait trop quoi choisir décide de lui offrir la possibilité de choisir, veut-il plutôt d’un ami ou d’une amoureuse ?

Je dois dire quand même qu’au début, j’étais encore un peu hésitante face à cette idée de départ. Je n’aimais pas trop l’idée qu’on se dirigerait peut-être vers une comédie romantique adolescente, surtout que l’auteur a quand même le chic pour dessiner des plans assez douteux avec les personnages féminins de l’histoire. Mais petit à petit, il a su se montrer bien plus fin qu’attendu et j’ai eu une bonne surprise.

Dans ce titre, on parle avant tout de l’adolescence, ce moment charnière si sensible et compliqué dans la vie de chacun. Le héros est quelqu’un qui navigue un peu entre deux eaux. Il s’est toujours laissé porter par les événements mais il commence à réaliser que sa vie et surtout ses relations avec les autres sont assez vaines. Du coup, il commence à avoir envie de quelque chose de plus substantiel et c’est là que Toki débarque. Alors au début, on le sent encore plus paumé, mais petit à petit, il fait montre de plus de volonté et parvient à faire entendre sa voix et à agir, bref à se trouver. C’est une jolie fable sur le passage vers l’âge adulte. Il y a d’ailleurs plusieurs réflexions assez justes dans ce titre sur les relations sociales, les relations amoureuses, l’amitié, les adultes qui ont les mêmes problèmes que les jeunes, etc. Et j’ai aimé cela. Je ne pensais pas trouver ça ici.

Après, il y a tout de même des petits éléments scénaristiques qui m’ont fait tiquer, comme entre autre le fait que le choix proposé par Toki implique qu’un garçon ne puisse être ami avec une fille… ou encore le fait que parce qu’il a les traits fins et de longs cheveux Mitsuharu commence doucement à le traiter comme un fille. Bref, la question du genre est assez maladroitement traitée mais ce n’est peut-être pas le coeur du sujet.

A côté de tout cet aspect psychologique, il y a aussi ce qui a fait vibrer la fan de SF en moi bien sûr, c’est-à-dire tout ce qui touche à Toki et sa planète. J’ai trouvé l’idée de l’asexuation (empruntée pour partie à Ursula Le Guin ?) très intéressante. J’aime l’idée qu’on puisse ainsi décider de son sexe à l’adolescence. Je suis assez très intéressée par tout le côté organique de la « technologie » du monde de Toki : son vaisseau, ses médicaments… Cela créé un environnement surprenant et original, qui correspond bien en même temps à la culture japonaise et son animisme.

Graphiquement, le titre est vraiment beau par moment. Je suis archi fan de la couverture et du design de Toki. Le côté androgyne est parfaitement rendu, de même que sa curieuse différence liée à son côté extraterrestre. Mais les autres personnages sont soignés également, de même que les décors. La composition des planches est assez classique par contre et je n’ai pas du tout aimé certains cadrages trop racoleurs à mon goût, heureusement ils étaient peu présents.

Le dilemme de Toki se révèle donc être une bonne surprise, malgré quelques détails qui m’ont dérangée. Les dessins sont beaux, l’histoire est bien menée, le cadre est original et en plus il n’y aura que 3 tomes. N’hésitez pas à vous laisser tenter !

Tome 2

Je craignais un peu ce tome 2 malgré ma bonne impression après la lecture du premier. Mais très vite, l’auteur nous oriente nous plus vers un récit où un individu cherche s’il a envie de devenir un homme ou une femme, mais vers un petit récit de SF bien sympathique.

En effet, dès le premier chapitre de ce tome, Toki semble avoir fait son choix et débarrassée de cela, l’histoire peut prendre son envol et non se concentrer sur la romance, mais plutôt sur l’amitié et ses valeurs. Mitsuharu est toujours le moteur de l’histoire, c’est lui qui va entraîner tout le monde dans les aventures qu’ils vont vivre, qui va les pousser à avancer selon ses propres valeurs et ça ne me déplait pas, parce que je trouve les autres personnages un peu trop lisses et attentistes en comparaison, ce qui est bien dommage.

Du coup, le fait que l’auteur nous embarque dans une petite aventure autour du peuple de Toki dont certains membres sont déjà présents sur Terre m’a surprise et séduite. J’ai aimé en découvrir un peu plus sur eux, sur comment ils naissent, grandissent. Bien sûr, ça reste très superficiel et raconté bien trop rapidement, mais c’est normal vu le format. On n’a pas le temps de s’appesantir et de vraiment développer les relations entre les personnages en si peu de tomes. C’est dommage parce que ça donne une vision que je n’aime pas trop de la femme…

Pour le reste, j’ai encore trouvé tout ce qui avait trait à l’univers d’où vient Toki intéressant pour ne pas dire original. J’ai aimé la mise en avant de l’amour filial et de l’amitié sous toutes ses formes. Ça reste une bonne surprise et un titre dynamique et agréable à lire.

Tome 3

Voilà déjà le dernier tome et on sent une certaine agitation du coup chez le mangaka qui réalise qu’il n’a plus que 4 chapitres pour boucler son histoire. Il décide donc d’écarter tout ce qui est superflu pour se concentrer sur la quête de Toki ainsi que sur sa relation avec Mitsu.

Cette saga m’aura plu jusqu’à la fin de part son concept. J’aimais bien cette histoire de SF avec un héros qui doit choisir son sexe et récolter ce qu’il faut sur Terre pour cela. Mais même si j’ai aimé les thèmes, je ne peux pas non plus cacher les nombreuses faiblesses du titre. Soyons honnête, d’abord on a déjà vu meilleur narrateur que Kiri Gunchi. Le déroulé de son histoire est ultra prévisible et la précipitation mise à la terminer n’est pas bon signe. Il suffit de voir comment les deux personnages trouvent ce qu’il manque à Toki en deux coups de cuillères à pot alors que ça avait tant trainé jusqu’alors. On a également vu plus fin psychologue que l’auteur. En effet, ses personnages ont des pensées et raisonnements ultra simplistes, ce qui est dommage avec un sujet aussi délicat que la recherche d’une identité genrée. Du coup, même si c’est mignon de sentir la fraicheur et l’envie d’une belle amitié chez les héros, on ne peut s’empêcher de trouver que ça fait un peu toc aussi. La plus grande représentante de ce côté artificiel étant la romance entre Mitsu et Adachi qu’on se coltinera jusqu’à la fin et dans laquelle on sent le héros très peu investi… Non les sentiments ne sont pas la force du mangaka.

C’est dommage parce que vraiment tout ce qui tourne autour des extraterrestres est vraiment sympa. J’ai aimé la quête de Toki, ses questionnements sur le genre, le fait qu’il se moque d’être un homme ou une femme mais veuille plutôt ressembler à quelqu’un qui suscite son admiration parce qu’ainsi il se sent bien. J’ai aimé également les artéfact de la série, à commencer par les vaisseaux vivants. J’ai trouvé intéressante le fonctionnement qu’ils esquissent de la planète de Toki et de la société qui y vit. Vraiment il y a plein de petites choses, qui si elles étaient mieux exploitées, auraient pu faire de ce titre un chouette titre de SF. Mais malheureusement l’auteur n’a pas su qu’en faire et ça s’en est ressenti à la lecture.

En conclusion, Le Dilemme de Toki fut une bonne lecture détente avec un univers à fort potentiel mais avec une mise en oeuvre plutôt erratique et maladroite qui fait que la série ne restera pas dans les mémoires.

Ma note : 13,5 / 20

9 commentaires sur “Le dilemme de Toki de Kiri Gunchi

  1. Même si les thèmes abordés paraissent intéressants, le traitement de la question de genre et les plans douteux et racoleurs dont tu parles vont me faire passer mon chemin, à moins que je tombe dessus en médiathèque. Ça ne sera pas une priorité en tout cas. Merci de ton avis qui pour une fois va épargner mon porte-monnaie^^

    Aimé par 1 personne

    1. Pas de souci, je peux comprendre. J’avoue que sur la question du genre, je préfère les titres d’Akata. Celui-ci, c’est plus le mélange avec l’aspect SF qui m’a convaincue. Et comme on ne peut pas tout acheter, je comprends que tu doives faire des choix 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s