Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Le Quartier de la lumière d’Inio Asano

Titre : Le quartier de la lumière

Auteur : Inio Asano

Éditeur vf : Kana (Made In)

Année de parution vf : 2007

Nombre de pages : 214

Résumé : « Le quartier de la lumière » nous conte en deux histoires, liées par un personnage commun, la vie des habitants d’un quartier de Tokyo.
La première histoire met en scène un jeune homme, Tasuku, « accompagnateur ». Autrement dit quelqu’un dont l’activité consiste à donner des conseils aux suicidaires; il les aide non pas à renoncer à leur projet mais bien à franchir le dernier pas. Son amie, Haruko, autrefois agressée, ne rêve que de vengeance.
Dans la seconde histoire, nous suivons deux hommes, Hôichi et Satoshi, vaguement liés à la mafia, et qui se retrouvent un beau jour avec un bébé sur les bras dont ils pourraient chacun être le père. Pour sortir de leur misère, ils prévoient de kidnapper un directeur de société, mais tout ne se déroulera pas comme prévu…

Mon avis :

Je ne pouvais pas rester sur mon précédent échec avec cet auteur. Je suis donc allée explorer encore un peu plus en arrière sa bibliographie et je suis tombée sur Le quartier de la lumière que je n’avais pas encore lu et qu’il a sorti seulement 4 ans après ses débuts, avant son grand succès : Solanin. Mais il a beau être au début de sa carrière, on y sent déjà une grande maîtrise que plus d’un lui envierait.

Dans Le quartier de la lumière, il fait le pari de nous parler des histoires croisées de plusieurs habitants d’une cité un peu huppée. On pourrait se dire que ce ne serait pas forcément passionnant à suivre, mais non Asano fait du Asano et profite de ce cadre pour faire à nouveau une critique grinçante de la société japonaise. Ce titre parle en effet du suicide et de son accompagnement par des gens souhaitant se faire du fric, de prostitution des lycéennes, de familles qui se désagrègent, des petits boulots, de la dure vie de mangaka ou encore de violences urbaines. Des thèmes qui parsèmeront son oeuvre par la suite.

Avec ce oneshot, je n’ai pas du tout eu l’impression de me retrouver dans le titre d’un débutant. Les dessins sont ultra maitrisés et correspondent encore au style qu’on connait désormais à l’auteur. Les décors sont fouillés, les visages ronds et expressifs, l’humour parfaitement adapté et dosé. La narration est tout aussi excellente, il passe le relai d’une histoire à l’autre sans la moindre fausse note, tout est fluide et bien pensé, avec de longs chapitres pour développer les histoires les plus poignantes et des plus courts entre pour souffler un peu et faire retomber la tension. La galerie de personnages imaginée pour nous est également très réussie, très réaliste et en même temps pleine de pathos. Il y a ceux auxquels on va s’attacher d’emblée parce qu’ils sont simples et touchants et ceux pour qui cela va être plus progressif, où il va falloir laisser le temps à l’histoire de nous montrer qu’ils ne sont pas que détestables. Le mangaka est très doué pour cela et pourtant l’exercice n’a rien de facile.

Dans ce titre, il réussit donc le pari osé de nous intéresser à la vie de ce quartier dans lequel certains vivent une petite vie pépère avec quelques drames à leur niveau, mais où d’autres ont réellement des problèmes bien plus importants qui nous prendront à la gorge, mais tous sont en quête d’un bonheur qui pourrait être à portée de main mais qui semble leur échapper malheureusement parfois. De mon côté, j’ai adoré cela. J’ai eu le sentiment qu’Asano avait trouvé le juste équilibre et il a su me toucher avec des histoires que j’aurais pas lu de moi-même sans l’avoir connu avant parce que je ne suis pas fan des histoires de prostitution et de violences urbains entre autres. Mais l’auteur le fait avec une telle justesse et une telle humanité qu’il est dur de rester indifférent.

Le quartier de la lumière est une vraie réussite pour moi. Comme quoi, comme je le disais, il ne faut pas rester sur un échec et vu que j’ai lu qu’il était dans la même veine que Un monde formidable qu’il avait sorti un peu avant, il va falloir que je me procure celui-ci aussi pour me faire une idée ^-^

Ma note : 16 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6 commentaires sur “Le Quartier de la lumière d’Inio Asano

    1. Dis donc toi !
      C’est juste que j’ai eu le malheur de commencer par Solanin alors les autres font fade en comparaison lol
      Après j’avoue que je ne suis pas toujours sensible aux propos du monsieur qui doit peut-être toucher les hommes mais brosser à rebours pas mal de femmes ^^!

      Aimé par 1 personne

      1. Je te taquines, mais en effet, une fois que t’as lu Solanin, c’est dur de revenir au niveau.
        Après, j’avoue que Opale a un peu du mal avec lui, pour les soucis féminins également.
        Perso, j’adhère pas à tout (comme dans Errance) mais disons que je m’y attarde pas trop non plus 😁

        Aimé par 1 personne

      2. Merci à Opale de penser comme moi, lol
        Je comprends qu’on puisse adhérer, c’est l’un des rares auteurs à croquer comme ça sans phare la société actuelle, c’est rude mais nécessaire aussi.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s