Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Soupinou de Yuu Horii

Titre : Soupinou

Auteur : Yuu Horii

Editeur vf : Komikku

Année de parution vf : 2020

Nombre de tomes vf : 3 (série terminée)

Histoire : Tina et son frère Nicolas vivent dans un petit village cosy en Finlande. Ils y tiennent un magasin de soupe qui fait fureur auprès des habitants. Un jour, Nicolas voit un pissenlit qui flotte près de la fenêtre de leur maison. Il l’attrape puis l’enferme dans un bocal. Contre toute attente, la fleur se transforme en un petit être tout mignon ! Le frère et la sœur fondent littéralement devant lui et l’adoptent immédiatement. Affublé d’un petit pull qu’ils lui ont tricoté, Soupinou devient un membre de la famille et il va leur faire vivre plein de petites aventures toute plus drôles les unes que les autres dans Soupinou !

Mon avis :

Tome 1

Voici l’un des titres de la fournée des nouvelles licences de Komikku, des titres courts qui ont chacun une identité forte. En prenant celui-ci, j’avais envie de quelque chose de mignon et pas prise de tête. C’est exactement ce que j’ai eu !

C’est le premier titre de Yuu Horii que j’ai l’occasion de lire et ce seinen m’a charmée. On y fait la connaissance d’un frère et d’une soeur qui vivent ensemble dans un chalet en Finlande, en plein milieu de nulle part. La soeur y vend des soupes et autres plats du jour, tandis que le frère est bibliothécaire. Ils coulent des jours heureux jusqu’au jour où une drôle de créature pénètre chez eux. On lui donnant à manger ils la voient peu à peu changer sous leur yeux et se transformer en un animal mi-chat, mi-chien, mi-lapin tout mignon.

Nous sommes vraiment en plein dans ce qui se fait de plus mignon dans le tranche de vie avec cette mise en avant d’une créature juste adorable. C’est presque comme suivre les aventures d’une famille élevant un jeune chat. On se retrouve donc face à des chapitres assez courts le mettant en scène dans son quotidien. Il n’y a jamais de grands enjeux mais plutôt des petits moments savoureux. C’est drôle et tendre, jamais moralisateur ni dramatique mais plutôt simple et bon enfant dans une ambiance vraiment chaleureuse. On s’attendrit de la relation naissance entre Soupinou et sa maîtresse ainsi que de chacune de ses découvertes. C’est comme voir un enfant faire ses premiers pas, ses premières bêtises, ses premières découvertes. C’est tout mignon et ça m’a fait pousser bien des « kyaaa » intérieurement.

Il ne faut pas s’attendre à beaucoup de développement des personnages, de leur relation ou de leur vie. Tout ça n’est qu’un décor pour mettre en valeur ce cher Soupinou. Je le regrette un peu. Les recettes de Tina me mettent souvent l’eau à la bouche et j’aimerais bien la voir plus interagir avec ses clients, de même que ça ne m’aurait pas déplu de voir son frère Nicolas dans son travail de bibliothécaire. Mais le choix fait par l’autrice est autre et il ne me déplait pas pour autant. C’est touchant, amusant et mignon aussi de suivre leur quotidien à la maison.

Graphiquement le titre est séduisant également. J’ai beaucoup aimé le soin apporté en arrière-plan aux décors. On ressent parfaitement que le récit se passe en Finlande, entre le froid de la neige et la chaleur des maisons. Le dessin des plats que prépare Tina m’a souvent fait saliver, on ressent presque le goût et l’odeur de ceux-ci. J’ai juste un peu de mal avec les yeux beaucoup trop grands et ronds de l’héroïne qui lui mangent tout le visage et que j’ai déjà vus et revus. Le reste est charmant, en particulier ce cher Soupinou dont le design est d’une efficacité redoutable pour nous donner envie de le cajoler comme l’héroïne.

Ainsi même s’il ne se passe pas grand-chose ici, l’ambiance chaleureuse, le charme des personnages et le cadre dépaysant ont su me conquérir. Sachant en plus que la série sera courte, même si elle utilise à chaque fois le même procédé qu’ici, ça ne me dérangera pas. Ce sera au contraire un bon moment de détente en compagnie de cette créature tellement choupi. Merci à Komikku de penser aussi aux amateurs de mignonneries toutes simples.

(Merci à Sanctuary pour cette lecture)

Tome 2

Comme lors du tome 1, Soupinou s’est une fois de plus révélée une vraie lecture doudou. Par contre, cette fois, j’ai trouvé le titre moins riche, donc un peu en-dessous.

Amateurs de chaleur, mignonnerie, câlinerie et autres bons petits plats, le nouveau Soupinou est là ! L’autrice nous a encore concocté 13 petits chapitres adorables où l’on suit l’évolution et la vie quotidienne de notre chère boule de poil. Évolution majeure en début de tome, et ce sera bien la seule, Soupinou a grandi et peut désormais parler ou plutôt interpeler à l’aide de quelques syllabes les gens qu’il aime bien.

Au rendez-vous des petites scènes toutes mignonnes où on le voit évoluer comme le ferait un petit enfant ou un jeune animal de compagnie. C’est mignon tout plein et ça fera écho chez beaucoup d’entre nous à nos expériences personnelles. Le titre parfait en cas de déprime car on rit de ses petites bêtises, on sourit des câlins qu’il fait à tout va et on s’amuse de sa gloutonnerie. Le frère et la soeur sont toujours aux petits soins pour lui et notent bien tous ses progrès et l’y encouragent même.

Mon seul regret, c’est que les personnages font du surplace. Il n’y a qu’un seul nouveau personnage et aucun nouvel élément à vraiment se mettre sous la dent. A part, peut-être dans le dernier chapitre, où un nouveau membre rejoint la famille mais j’attends pour me prononcer car il ne suffit pas d’être mignon, quand même !

Soupinou ne sera pas une lecture qui restera dans les annales, mais sa chaleur et sa bonhommie font du bien lorsqu’on les lit par exemple après une journée de travail exténuante alors qu’on cherche un peu de chaleur sous un plaid. C’est attendrissant et les dessins sont vraiment chouettes, en particulier ceux des plats de l’héroïne qui donnent vraiment faim !

Tome 3

Soupinou c’est vraiment la lecture parfaite à faire quand on a un petit coup de blues ! Entre les bonnes recettes, les moments chaleureux et les personnages choupi, ça ne peut que nous mettre du baume au coeur.

Avec ce dernier tome, l’autrice reprend exactement les mêmes ingrédients sans chercher à en faire plus. Avec des chapitres courts et déconnectés les uns des autres, nous suivons la petite vie tranquille de cette famille atypique dans la froide Finlande. Ce pays est joliment mis à l’honneur par des ambiances hivernales pourtant extrêmement chaleureuse aussi dans en intérieur, qu’en extérieur. Les décors sont simples mais parfaitement réussis et donnent envie de découvrir ce pays.

La cuisine reste un des thèmes centraux. Et alors que je suis pas une fan de soupes, je me suis souvent surprise à saliver devant les plats préparés par l’héroïne, qui ont toujours une nature chaleureuse, familiale et amicale en plus. Ils sont dessinés de façon fort appétissantes et je goûterais bien la recette écrite sous la jaquette, sur la quatrième de couverture.

Les relations, elles, sont toujours aussi belles et attachantes. C’est adorable de voir comment grandissent Soupinou et son nouveau camarade Soupi, dans ce foyer chaleureux. Nico et Tina se débrouillent comme des chefs, avec beaucoup d’amour et de bienveillance, dans une éducation très positive qui valorise chaque petit progrès des créatures. C’est vraiment très agréable et apaisant.

Soupinou et Soupi forment un duo implacable de mignonnerie. L’un joue les grands frères avec l’autre, tandis que l’autre découvre tout avec des yeux neufs comme son aîné autrefois. On a vraiment l’impression d’être en présence d’enfants choyés. C’est adorable de voir Soupinou prendre de l’assurance, parler, jouer, guider, bref faire des progrès aussi bien en tant qu’individu qu’en tant que grand frère. Soupi, lui, est plus la caution mignonne ++, mais touchant de le voir faire certains apprentissages également.

Ainsi, même si ça reste 100% anecdotique, la lecture de ce dernier tome fut encore une réussite. Cela regorge de scènes attachantes qui mettent le sourire aux lèvres. Ainsi, c’est presque avec une pointe de tristesse qu’on les quitte parce qu’on les aurait bien retrouvés encore de temps en temps dans leur petite vie sans soucis, mais c’est tout de même sans regret qu’on le fait car l’autrice a su nous accompagner jusqu’au bout. Un très bon titre feel good.

Ma note : 14,5 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Yuu Horii 2018 / © Komikku éditions 2020

8 commentaires sur “Soupinou de Yuu Horii

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s