Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Route End de Kaiji Nakagawa

Titre : Route End

Auteur : Kaiji Nakagawa

Editeur vf : Ki-Oon

Année de parution vf :  Depuis 2018

Nombre de tomes vf  : 7 (en cours)

Histoire : Un nettoyeur de cadavres aux trousses d’un serial killer : un thriller meurtrier dans la veine de Seven !
Taji travaille pour une entreprise de nettoyage spécialisée dans les cadavres en décomposition. Les macchabées découverts sur le tard laissent des traces insupportables pour le commun des mortels, mais lui a le cœur bien accroché. La mort, il la connaît depuis l’enfance. Il a vu le corps de sa mère se balancer au bout d’une corde. Le traumatisme lié à ce suicide est ancré en lui, et chaque nettoyage est une catharsis.
Son quotidien est bouleversé quand son quartier devient le théâtre de meurtres en série. Les victimes sont découpées en morceaux, puis alignées pour former un mot, le même à chaque fois : « END’. Taji est chargé du nettoyage de la dernière scène de crime en date. L’affaire prend une tournure personnelle pour lui lorsqu’il découvre que son patron, véritable figure paternelle, est peut-être impliqué dans ces morbides mises en scène…
La chasse à l’homme est lancée ! Personnages complexes et meurtres mystérieux, tous les ingrédients sont réunis pour une enquête palpitante signée Kaiji Nakagawa, le nouveau talent du thriller psychologique !

Mon avis :

Tome 1

J’aime bien lire des thrillers de temps en temps mais je ne suis pas non plus une adepte du genre ayant souvent le coeur trop sensible. Pourtant quand je cherchais des recommandations dans le genre en manga, on m’a souvent cité celui-ci ces derniers temps, alors même si le sujet m’inquiétait un peu j’ai sauté le pas grâce à l’offre 1 tome acheté = 1 tome offert qui avait cours avant le confinement.

Saga terminée en 8 tomes, dont le dernier est à paraitre chez nous en juin normalement, Route End est le premier titre de Kaiji Nakagawa à arriver sous nos latitudes. Il y dépeint une enquête policière autour d’un tueur en série qu’on surnomme « End » parce qu’il découpe toujours ses victimes en morceaux pour former ce mot… Le héros de l’histoire, Taji, travaille dans une société nettoyant les maisons après qu’il y ait une mort à l’intérieur. Il se retrouve sans le vouloir mêlé à toute cette affaire, après que son patron soit devenu l’une des victimes, et la police n’allant pas assez vite à son goût, il décide d’enquêter à son tour même si ça peut se retourner contre lui.

Vous l’aurez compris en lisant le synopsis, Route End utilise tous les codes du genre. On retrouve un mystérieux tueur qui emploie une méthodologie bien glauque. Il y a des mystères autour de ses meurtres puisqu’on retrouve encore un corps sous un corps en quelque sorte au bout d’un moment. Le patron du héros semble cacher quelque chose également. Il y a également énormément de coïncidences ou hasards heureux qui semblent lier l’ensemble des personnages à toute cette histoire. Vraiment tout est fait pour accrocher le lecteur.

Le rythme est de suite prenant. L’histoire démarre en nous présentant la particularité du métier de Taji et bam sans temps mort, on se retrouve confronté à une première victime. La seconde ne tarde pas à suivre, de même que les premières questions surgissent et les premiers liens inattendus se font. C’est très bien mené. L’auteur sait comment installer une ambiance propice au mystère et donner ainsi envie à son lecteur de tourner les pages sans discontinuer.

De plus, il a su créer toute une panoplie de personnages que la vie n’a pas épargné et qui ont une relation très particulière à la mort. Le héros a retrouvé sa mère pendue sous ses yeux. L’enquêtrice vient de perdre son frère dans de dramatiques circonstances. Les collègues de travail de Taji ne peuvent s’empêcher de braver un tabou sur les lieux qu’ils nettoient afin de chercher une forme de réconfort ? D’exorciser quelque chose qui les ronge ? On ne sait encore mais on devine que ce sera bouleversant.

Le mystère est partout dans ce premier tome, du passé de chacun des personnages aux lieux qui les entourent, comme le drôle d’appartement où emménage le héros ou encore le chemin caché, menant à un lieu assez singulier, qui se cache derrière son immeuble. L’auteur travaille son ambiance en tout point.

Seul petit défaut du titre : les dessins. Ils sont très simples, un brin figés et maladroits et n’ont rien les faisant sortir du lot, à l’image des couvertures… Mais on en vient bien vite à l’oublier tant on est pris par ce qu’il se passe. En tout cas, ce n’est en aucun un frein pour apprécier ce titre.

Les conseils qu’on m’avait donnés se sont révélés justes. Route End est un thriller terriblement efficace car très bien pensé par son auteur qui a travaillé son histoire dans les moindres détails. Tout est fait pour happer le lecteur dès les premières pages et on se laisse faire avec grand plaisir. J’ai hâte de découvrir la suite de l’enquête surtout que ce premier tome se termine sur un cliffhanger glaçant.

Tome 2

La qualité de ce thriller se confirme avec ce deuxième tome terriblement efficace dans lequel l’enquête commence à se déployer.

Après un saisissant cliffhanger, l’entame de ce nouveau tome est très dynamique. Le mangaka sait tenir ses lecteurs en haleine et accélérer, tendre son intrigue au bond moment pour la faire avancer. Il a prouvé dans ce tome qu’il manie les arcanes des romans policiers comme les meilleurs.

Kai Nakagawa étoffe ainsi son histoire, développant à la fois l’enquête autour d’End et les révélations et recherches sur le passé des autres personnages. L’équilibre est très bien trouvé, ce qui donne une lecture fluide et dynamique où on enchaine rapidement les chapitres.

Bien sûr parfois on peut avoir l’impression que les événements qui s’enchainent sont un peu gros mais c’est le propre de ce genre d’histoire et ça ne m’a pas choqué ici. Au contraire, je trouve qu’on saisit bien les différentes étapes de l’enquête, le rôle du métier de nettoyeur et surtout le caractère de chacun des protagonistes. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les révélations sur le duo Yuka-Omi qui sont aussi tristes que je l’attendais. Le duo Igarashi-Taji fonctionne plutôt bien également, l’un ayant le sang chaud tandis que l’autre a la tête froide. Les autres enquêteurs sont sérieux et font bien le job.

Du coup, l’ambiance est toujours aussi prenante. On alterne bien les différents moments et les mondes qui s’entrecroisent se font bien échos. Le nombre de personnages croisés et participant de près ou de loin à l’intrigue s’étoffe, ce qui donne du corps à celle-ci. Le changement de lieu en fin de tome est bienvenue pour souffler un peu et voir l’histoire emprunter un autre chemin.

J’aime vraiment de plus en plus ce titre que je trouve parfaitement construit pour maintenir le suspens. La preuve, il se termine à nouveau par un cliffhanger, certes moins tendu que le précédent mais peut-être déterminant (même si je pense en avoir deviné la teneur ^^). Ce thriller est une valeur sûre.

Ma note : 16 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9 commentaires sur “Route End de Kaiji Nakagawa

  1. Ma foi, c’est bien tentant ! Je me le note mais il est plus vraisemblable que j’attende que la série soit terminée et que je l’emprunte en bibliothèque à ce moment-là – c’est typiquement le genre de série dont je dévore les tomes. Merci pour la découverte 😉

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais lu le premier tome et j’avais bien aimé, mais j’ai pas continué depuis. Par chance mon épouse est à jour et elle va prendre le dernier tome qui sort justement bientôt. Je pourrais tout lire d’un coup comme ça 😅

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s