Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

J’en croque pour toi ! d’Iragi Nanori

Titre : J’en croque pour toi !

Auteur : Iragi Nanori

Editeur vf : Akata (L)

Année de parution vf : 2020

Nombre de pages :158

Histoire : Ito, jeune salaryman a succès, enchaîne les coups d’un soir. Il n’a aucun mal à séduire les femmes, et n’a jamais pensé à établir une relation sur le long terme. Pourtant, quand arrive Kawai, un nouvel employé, dans l’entreprise où il travaille, le tombeur ne peut s’empêcher d’être perturbé. Ce jeune homme, plus potelé que la moyenne, créé en lui d’étranges sensations, notamment quand il mange. Pour essayer de comprendre ce qu’il ressent, Ito commence par se moquer de Kawai… Mais ces taquineries de mauvais goût ne cacheraient-elles pas autre chose ?

Mon avis :

Toujours dans leur quête de proposer des titres diversifiés montrant toute la variété de l’univers manga, Akata a choisi de publier deux yaoi le mois dernier : J’en croque pour toi est l’un deux. Mais comme toujours avec cet éditeur, ce n’est pas un titre choisi au hasard et c’est ce qui fera sortir le titre du lot même si je n’ai pas été 100% convaincue.

La volonté de l’éditeur français est de montrer que les autrices de boy’s love sont en train de faire évoluer profondément la grammaire du manga, en renouvelant aussi bien les shojo que les seinen. D’ailleurs de nombreuses dessinatrices qui ont débuté dans ce secteur signent désormais des seinen voire des shonen avec parfois un vrai succès. Il faut dire que les éditrices de boy’s love ont souvent donné une grande liberté à leurs mangakas, ainsi sans limite graphique, avec des vraies partis pris, celles-ci ont vraiment transformé et fait évoluer le genre.

Iragi Nanori est l’une de ces jeunes autrices. J’en croque pour toi est son premier titre paru chez nous et l’un de ses tous premiers travaux publiés également au Japon, mais déjà elle a fait le choix d’y aborder des sujets très modernes et dans l’air du temps : le harcèlement, la grossophobie, la peur du coming-out, l’acceptation de sa sexualité.

J’ai beaucoup aimé le développement de ces thèmes dans le manga. J’ai trouvé que l’autrice donnait un air très actuel à son titre avec ces sujets. Ceux-ci sont traités de manière honnête et sans trop de dramatisation, ce qui parfois peut m’agacer dans certains titres qui en font trop. Ici, on ose poser des mots sur ces choses mais ça reste quand même léger.

Et paradoxalement, c’est cette qualité qui fut également un défaut pour moi. J’ai été très agacée d’emblée de suivre un homme, Itô, qui se comporte comme un gamin et embête sans cesse (enfin « embête », on devrait plutôt dire « harcèle ») le petit nouveau de sa boîte parce qu’il le trouve mignon, en mode « qui aime bien, châtie bien ». Le fait de présenter ce harcèlement sous forme de jeu au début, m’a fait voir rouge ! Heureusement, c’est corrigé par la suite et il se rend compte de son erreur, mais malheureusement ça a vraiment nui à mon appréciation d’Itô jusqu’au bout… Il avait certes des côtés maladroits et attachants mais j’ai eu du mal à oublier ses réflexions passées et je l’ai trouvé en général un peu superficiel. Kawai, lui, manque de consistance et est trop défini par son poids et sa passion pour la nourriture.

Ainsi, l’autrice veut parler de sujet fort et dans l’ensemble elle le fait bien, mais avec quand même certaines maladresses qui pèsent ensuite sur la construction et le développement des personnages. Itô en est l’exemple type, mais il y en a d’autres autour de lui, dans le lieu où il travaille. Cela leur donne une dimension très humaine, très représentative de la vie en entreprise, mais cela empêche le lecteur de prendre plaisir à les suivre et la lecture en est un peu moins bonne du coup, dommage.

Pourtant, c’est intéressant de parler de ce microcosme qu’est le milieu de l’entreprise et qui ressemble tant au collège / lycée : les interactions qui s’y déroulent, ce que cela fait ressentir à ceux qui y travaillent et y vivent, les petits mots qui peuvent blesser, les plaisanteries qui n’en sont pas, etc. L’autrice met bien en avant qu’il faudrait vraiment se montrer plus respectueux de l’autre et faire attention à ce que l’on dit parce que ça peut avoir de tragique conséquences.

Tous ces thèmes m’ont plu, rien à dire. En revanche, je n’ai pas été emballée par la romance. Oui, c’est chouette de montrer un homme beau gosse attiré par un type mignon mais un peu rondouillard. C’est mignon mais ici j’ai trouvé l’ensemble très peu crédible. Le thème autour de la découverte de l’homosexualité, bisexualité (ou autre) d’Itô aurait dû être plus travaillé, là c’est trop survolé. Celui autour de sa difficulté à faire son coming-out pareil. Y a de l’idée mais on reste trop en surface. Le couple est mignon mais sans plus. Tout arrive trop vite, ils ne se parlent pas assez, Kawai est trop passif vis-à-vis d’Itô et à d’autres moments c’est ce dernier qui manque de pep’s. Ça donne quelque chose d’assez mou qui ne m’a pas convaincue. Pourtant l’autrice essaie vraiment de donner vie à leur romance en la faisant vivre, mais ce n’est pas ma tasse de thé. Seul le petit chapitre bonus final m’a plu et amusée car on retrouve le côté taquin d’Itô mais de manière plus positive car cela montre son attachement à Kawai.

J’attendais beaucoup des yaois choisis par Akata, j’ai apprécié de trouver dans celui-ci autre chose qu’une romance avec les sujets de société abordés, mais ce ne fut pas une lecture inoubliable parce que j’ai trouvé les personnages maladroitement caractérisés. C’est donc une lecture un peu moyenne par rapport au second titre paru en même temps qui lui m’a bien plus emballée alors qu’il est plus classique dans sa forme. On en reparle demain.

©Nanori Iragi 2019  /© 2020 Editions Akata

4 commentaires sur “J’en croque pour toi ! d’Iragi Nanori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s