Livres - Science-Fiction

Apprendre, si par bonheur de Becky Chambers

Titre : Apprendre, si par bonheur

Auteur : Becky Chambers

Editeur vf : L’Atalante

Année de parution vf :  2020

Nombre de pages : 137

Histoire : Quatre personnes, quatre planètes : un groupe d’astronautes part en mission pour explorer des planètes susceptibles d’abriter la vie.
Hommes et femmes, trans, asexuels, fragiles, déterminés, ouverts et humains, ils représentent la Terre dans sa complexité.
Au fil des ans et des atterrissages, ils découvrent des animaux étranges, de « simples » bactéries, et les dilemmes éthiques de l’explorateur bienveillant mais forcément intrusif.
Observer, c’est influencer. Exister, c’est agir.
Il faut savoir jusqu’où aller trop loin ; pour rencontrer l’Autre, il faut le mettre en danger.

Mon avis :

On m’avait vendu Apprendre, si par bonheur comme un titre de SF positive avec une belle aventure simple mais bien menée, ce fut tout à fait le cas et j’ai eu un petit coup de coeur pour son autrice : Becky Chambers.

Celle-ci arrive chez nous avec cette novella chez l’Atalante en 2020 mais aussi quelques années plus tôt avec le premier tome d’une quadrilogie : l’Espace d’un an, qui est sorti en poche chez Le livre de Poche en 2020 aussi après avoir reçu le Prix Hugo.A chaque fois, je trouve que les résumés de ses titres ne paient pas de mine, mais si j’en juge par le plaisir que j’ai pris avec Apprendre, si par bonheur,c’est l’arbre qui cache la forêt ! Je suis donc tout à fait prête à poursuivre l’aventure à ses côtés.

Apprendre, si par bonheur est une courte novella d’un peu plus de 130 pages qui est du pur space opera comme j’aime. Nous suivons un équipage humain, envoyé dans l’espace pour une mission scientifique : étudier l’écosystème de plusieurs planètes triées sur le volet mais séparées par de longues distances qui les obligent à d’importantes périodes de stase. Cependant au fur et à mesure de leur mission, les contacts avec la Terre sont de plus en plus ténus et les découvertes de plus en plus surprenantes.

J’ai beaucoup aimé dans un premier temps découvrir la vie et l’ambiance à bord du vaisseau avec nos quatre scientifiques hommes et femmes. L’héroïne avec son caractère simple et carré à la fois nous permet de le faire tranquillement, sans esbroufe, et pourtant de manière assez sérieuse et précise. On s’imagine bien la vie à bord, les réveils après les stases, les changements physiques, les peurs liées à l’éloignement progressif de la Terre, les troubles liés à l’enfermement avec les mêmes personnes. La narration a beau être classique, elle est pure et crédible, rendant cela passionnant.

Il en va de même pour la caution scientifique de l’histoire. L’autrice n’en fait pas des caisses mais elle bâtit un récit totalement crédible car elle s’appuie sur des échanges avec des scientifiques qu’elle a rencontrés. Ainsi quand elle décrit les évolutions scientifiques des humains pour permettre de voyager sur de longues distances pendant longtemps et de se rendre sur des planètes très différentes de la nôtre, ça fonctionne. C’est à la fois complexe et compréhensif, rendant le récit passionnant et immersif.

J’ai beaucoup aimé suivre les missions de l’héroïne et de ses camarades. On les voit plonger de plus en plus dans leur mission avec les modifications mentales et physiques que cela implique. Le rapport au corps et au mental est très bien travaillé. Se réveiller à leur côté est toute une aventure, comme de débarquer sur une planète ou de l’étudier. Chacune est différente, chacune oblige à une adaptation différente et chacune à ses dangers. L’épisode de la planète avec seulement 4 petits îlots et ses créatures sangsues qui ne lâchent pas le bateau m’a vraiment filé les jetons !

Enfin, la dimension humaine du récit est assez incroyable. En peu de pages, l’autrice nous fait le récit, encore une fois crédible, d’un équipage pour qui la mission prime au début, au point de ne pas trop se préoccuper de ce qui se passe si loin d’eux, dans le temps aussi bien que dans l’espace, avant de se sentir rattraper par un sentiment, logique, de nostalgie de chez soi et de peur de ne pas rentrer quand les contacts s’atténuent. Le peu que l’on apprend sur ce qu’il se passe sur Terre est une belle dystopie glaçante qui donne une jolie profondeur au récit.

Ainsi, malgré le faible nombre de pages, l’autrice a réussi à imaginer un récit prenant avec de l’aventure et de la réflexion aussi bien humaine que scientifique. Le drame quand il a lieu n’est jamais exagéré mais juste humain, ce qui rend le récit totalement crédible. J’ai eu, en le lisant, le même sentiment que lors de mes visionnages de films comme Interstellar ou Seul sur Mars, ce qui est gage de qualité pour moi.

Comme annoncé, nous sommes vraiment dans une science-fiction positive et humaine, où l’individu est au coeur du récit pour nous offrir une aventure réaliste et futuriste. Rien n’est superflu dans cette nouvelle et ça donne vraiment envie de découvrir Becky Chambers sur un texte plus long.

SPOILER sur la fin : J’ai été soufflée de voir l’autrice aller au bout de son idée et proposer un final aussi âpre et pourtant plein d’espoir.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Chut Maman lit, Yuyine, Ombrebones, Au pays des Caves Trolls, Le chien critique, Les lectures de Maki, Le monde d’Elhyandra, Zoé prend la plume, Les chroniques de Hash Broodiers, Le syndrome Quickson, l’Imaginarium de Symphonie, Vous ?

14 commentaires sur “Apprendre, si par bonheur de Becky Chambers

  1. Le space opera ne m’a jamais attirée, mais j’avais noté cette novella, et je semble avoir bien fait parce que tu mentionnes des points auxquels je suis sensible comme la dimension humaine du récit et le fait que ce soit complexe mais crédible et accessible.

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense que l’autrice a vraiment sa façon à elle de raconter un space opera prenant les marqueurs du genre et ajoutant ses ingrédients. Ça pourrait effectivement te plaire et l’investissement est faible vu le peu de pages 😉

      Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup ta chronique ! J’y retrouve tout ce qui m’avait plu dans ce beau texte. Et merci pour le lien 🙂
    Comme toi, j’ai découvert l’autrice par cette novella, et ça m’a aussi donné envie de lire ses autres écrits, notamment sa quadrilogie. Il y a une douceur dans ce texte que j’ai trouvée originale pour de la SF (mais peut-être que ce n’est pas si original, je ne lis pas beaucoup de SF mais en tout cas ce n’est pas l’idée que je me fais du genre).

    Aimé par 1 personne

      1. Je n’ai pas encore lu d’autres romans de cette autrice, en revanche j’ai vu que l’espace d’un an faisait partie de la sélection à 1,99 dans l’opallstars, j’en ai profité 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. Merci pour le lien ! Ça a été un coup de cœur pour moi aussi. Quant à ses autres romans, je les ai lu aussi et ils sont dans la même idéologie même s’ils souffrent parfois de quelques longueurs. C’est chaque fois un enchantement ❤️

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s