Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Hokusai de Shotaro Ishinomori

Titre : Hokusai

Auteur : Shotaro Ishinomori

Editeur vf : Kana (sensei)

Année de parution vf : 2010 + réédition de 2014

Nombre de pages  : 238

Résumé : Découvrez la destinée de l’un des plus grands maîtres de l’estampe japonaise. Quand Tetsuzô prend le nom de HOKUSAI il a déjà plus de 40 ans. L’auteur de La grande vague de Kanagawa doit tout recommencer pour s’imposer en tant que dessinateur. À travers ses voyages et ses rencontres, entrez dans la vie trépidante de l’homme qui a émerveillé l’Occident: HOKUSAI !

Mon avis :

Depuis quelques temps, probablement à cause de mes lectures historiques, je m’intéresse à l’art japonais d’autrefois et notamment aux estampes. J’avais vu il y a quelques années le film d’animation sur la fille d’Hokusai, Miss Hokusai, mais il me restait à découvrir l’histoire du maître que je ne connaissais que dans les très grandes lignes. Pour cela, la biographie romancée de Shôtarô Ishinomori fut parfaite !

Revenons un instant sur ce dernier. Né en 1938, en 1955, il participe à un concours dans Manga Shonen et est remarqué par Osamu Tezuka qui lui demande de devenir son assistant pour travailler sur Astro Boy. Il est un des membres principaux du Tokiwasō, un appartement où de grands auteurs de manga se retrouvaient pour « penser ensemble ». Il est le créateur de Cyborg 009 (1964), Le Voyage de Ryu (1969) et Kamen Rider (1971), entre autre pour les titres les plus connus chez nous, dont certains eurent une adaptation TV marquante. Son œuvre s’inscrit majoritairement dans la pensée qui domine la littérature japonaise de la deuxième moitié du XXe siècle : un pays ravagé et brisé par une puissance destructrice, le traumatisme des bombardements atomiques restant très présent dans les mentalités. Il meurt le 28 janvier 1998, à 60 ans, un musée lui étant consacré est ouvert en 2001.

Dans Hokusai qu’il a écrit dans la dernière partie de sa vie, en 1987, il fait preuve d’une grande maîtrise. On y voit parfaitement qu’il a été l’élève et l’assistant de Tezuka tant la narration emprunte au grand maître, mais là où celle-ci a parfois mal vieilli et est devenue poussive, ce n’est pas du tout le cas de celle d’Ishinomori où tout est d’une grande fluidité, rendant l’histoire racontée passionnante à suivre.

Il revient lors d’une dizaine de chapitres sur des moments clés de la vie du grand artiste que fut Hokusai, de sa naissance à sa mort mais de façon non linéaire, pour créer une vraie oeuvre humaine et non juste une biographie classique. Pour casser ce classicisme, il introduit d’ailleurs un ton volontiers drôle et gouailleur à son oeuvre. Il insère également des anecdotes pas toujours à la gloire du maître et ne le présente pas seulement comme un artiste mais surtout comme un homme. J’ai adoré !

J’ai trouvé passionnant de découvrir l’homme qui se cachait derrière Hokusai, qui n’est d’ailleurs pas son vrai nom, mais juste l’un des nombreux noms d’artiste qu’il a pris de son vivant. L’auteur nous montre la misère dans laquelle l’artiste a vécu la plupart du temps dans sa vie, le peu de reconnaissance qu’il avait, ses difficultés à vivre de son art, tout ce qu’il a donné pour celui-ci d’ailleurs, mais aussi sa passion pour les femmes ou encore le peu de cas qu’il faisait de sa famille. Hokusai devient une personne très humaine – et peu attachante pour ma part – sous ses yeux.

Mais bien sûr, il n’oublie pas de nous parler de l’artiste, ce qui était quand même ma plus grande motivation ici. J’ai adoré découvrir comment travaillaient les artistes à l’époque, la vie qu’ils pouvaient mener, les conditions dans lesquelles ils travaillaient, avec quels instruments, quels idéaux, quelles manières. Tout cela est englobé dans le cheminement de vie de l’artiste donc cela n’a rien de poussif, loin de là. Le suivre dans ses pérégrinations et ses différents lieux de vie, mais aussi assister à l’évolution de son art est passionnant, surtout qu’une fois de plus l’auteur n’en fait pas trop, il ne cherche pas à être exhaustif et c’est ce qui rend le titre agréable à lire.

Il a de plus un trait simple et accessible, presque humoristique et burlesque même quand il le veut. Mais surtout il a trouvé malin de glisser au fil des pages et des aventures de son héros, des extraits de son oeuvre, on suit ainsi l’évolution de son trait et de ses thèmes, ainsi que les raisons qui l’y poussent, ce que j’ai adoré. C’était fort agréable et cela m’a donné envie de découvrir les originaux.

Ainsi, cette biographie romancée de Hokusai m’a apporté tout ce que j’attendais d’elle. Elle m’a offert les informations biographiques et artistiques que j’attendais sur ce grand artiste, mais également les aventures nécessaires pour rendre cela passionnant. Et surtout, j’ai découvert ici un mangaka dont le style m’a beaucoup plu et que j’ai envie de lire à nouveau.

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Chronique d’un newbie, Les lectures de Sophie, Il était une fois un manga, Calypso, Ma petite médiathèque, Vous ?

Et une rapide bibliographie dans La Boite à Manga.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

15 commentaires sur “Hokusai de Shotaro Ishinomori

      1. J’ai aussi lu Kuzuryu mais j’ai plus aimé l’expérience graphique que l’histoire que j’ai trouvée répétitive ><
        Par contre, je ne savais pas qu'il avait fait un titre sur Musashi, ça ça m'intéresse beaucoup, et je note Sabu et Ichi, que j'ai souvent vu passer. Cyborg 009 est sur ma wishlist avec Le voyage de Ryu ^^
        Merci pour tes conseils 😉

        J'aime

      2. Avec plaisir!
        Comment j’ai pu oublier le Voyage de Ryu 😱 En plus il tient en 5 tomes.
        Pour Kuzuryu je comprends ce que tu veux dirr et tu verras qu’il y’a des éléments similaires niveau personnages dans Sabu et Ichi…

        J'aime

    1. Oh merci pour le compliment, tu m’en vois ravie !
      Non, je ne connais pas ce manga, mais j’ai vu un film d’animation du même nom. C’est son adaptation ?
      Et oui, j’aimerais bien trouver d’autres titres d’Ishinomori chez nous, en tout cas plus facilement.

      Aimé par 1 personne

      1. Mais de rien!
        Oui le film est une adaptation du manga mais je ne l’ai pas encore vu donc je ne sais pas si l’adaptation est fidèle ou non.
        C’est tellement dommage qu’il sois difficile de trouver du Ishinomori en dehors de ceux publié par Kana.. J’aime énormément Le voyage de Ryu perso

        Aimé par 1 personne

      2. J’avais trouvé le film très intéressant en tout cas ^^
        Oui, Ryu est sûrement celui qui me tente le plus, mais impossible à découvrir à l’heure actuelle vu les prix de l’occasion…

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s