La princesse vagabonde de Da Xia

chokako-manga-volume-1-simple-62220 numérisation0044

Titre : La princesse vagabonde

Auteur : Da Xia

Editeur vf : Urban China

Année de parution vf : Depuis 2015

Nb de tomes vf : 6 (en cours)

Résumé du tome 1 : Pour prendre le pouvoir, le second fils de l’empereur, Li Shimin, assassine ses deux frères et tous les membres de leurs familles. Grâce à son intelligence et sa fine lame, la princesse Yongning parvient à échapper aux hommes de son oncle et à se faire passer pour morte. Devenue une fugitive obligée de se déguiser en simple marchand, elle fait le serment de venger ses parents et de reconquérir le trône, quel qu’en soit le prix.

La-princesse-vagabonde_Page_1-720x1024

Mes avis :

Tome 1

Très bonne surprise à la lecture de cette nouvelle série chinoise. Je trouve que l’auteur a parfaitement su digérer à la fois ses influences chinoises et ses influences japonaises. Dans son trait, on retrouve très bien la peinture traditionnelle chinoise au pinceau avec un trait vif et tranchant parfois, ou poétique et éthéré d’autre fois. Certains paysages rappellent furieusement des tableaux anciens chinois, notamment ceux avec ces montagnes entourées de brumes, magnifique ! Mais il y a également, une grande influence de l’industrie du manga derrière ses planches. En effet, celles-ci sont très vives et il y a une véritable réflexion sur le choix des cadrages, ce qui donne une construction intelligente des planches qui accompagnent bien l’histoire. Pour une fois, contrairement à d’autres manhuas que j’ai pu lire, l’auteur ne met pas en avant son dessin au détriment de l’histoire, les deux sont construits de concert, bravo !

Au niveau de l’histoire, j’ai d’abord eu du mal à m’y retrouver à cause des noms chinois auxquels je ne suis pas habituée. Mais une fois, cette adaptation passée, je me suis régalée. On est en présence d’une titre mélangeant à la fois histoire et aventure, avec une princesse à qui on a volé sa place et qui cherche à se venger. Da Xia nous plonge de plein pied dans l’histoire dès les premières pages et l’on comprend vite quel sera le caractère de l’héroïne. Elle a un caractère très fort, à la fois fonceuse et réfléchie. C’est une stratège née et elle sait très bien utiliser ses avantages. Elle est également amusante. Même avant que son oncle renverse la monarchie en place, elle suivait déjà une voie différente de celle qu’on lui avait tracée et était assez indépendante, ce qui – même si c’est cliché- me plaît assurément. Son oncle qui est le grand méchant de l’histoire est encore un personnage assez obscur, ce n’est pas lui qu’on met en avant, mais plutôt les rouages du pouvoir à travers les différents conseillers encore présents, excellente idée. Le cadre est bien posé sans pour autant qu’il ait été trop creusé. On a donc des informations éparses qui donnent envie d’en apprendre plus. Dans la 2e partie du tome, elle décide de rassembler des forces pour reprendre le pouvoir, mais on voit vite que ce ne sera pas aussi aisé. Ainsi, un autre « méchant » semble pointer le bout de son nez. Méchant, qui cette fois, aura bien plus de charisme et qui deviendra peut-être un rival ou un allié de choix, mais en tout cas à la hauteur de l’intelligence de la princesse, je pense.

Vous l’aurez compris, j’ai été séduite par ce titre. L’histoire, quoique classique et rappelant celle de la Fleur millénaire, est entraînante et bien construite, ne souffrant d’aucun défaut dans ce tome. Les dessins, eux, sont superbes. Une réussite !

Tome 2

Un nouveau tome un peu moins dynamique mais tout aussi plaisant ! En effet, ici les bases étant posées, on se concentre plus sur la stratégie que développe d’un côté la princesse et de l’autre les Turcs. Chacun développe un plan plutôt brillant mais qui ne sera pas avare en morts des deux côtés. La seule difficulté dans tout ça, ce sont les nombreux noms chinois et les références à l’histoire chinoise que je ne connais pas du tout…  ce qui fait que je me suis un peu perdue parfois. Mais l’histoire reste toujours aussi passionnante, le nombre de personnages restreints ici aidant, l’intrigue se resserre. Il est très intéressant de voir la princesse assumer son rôle de stratège dans la guerre, elle montre ainsi sa grande intelligence tactique et sa capacité à s’adapter à un nouvel environnement. L’autre personnage qui m’intrigue énormément dans cette histoire, c’est le jeune chef de l’armée turque. Il a l’air aussi intelligent qu’elle, aussi fougueux et un brin fier à bras. Malheureusement leur rencontre n’a lieu que dans les toutes dernières pages et se termine par un terrible cliffhanger, ça va être dur d’attendre le prochain tome. Au niveau des autres personnages, j’ai été impressionnée par le courage, la détermination et l’altruisme de Gongsun, et je n’en attendais pas moins de sa femme. Quel beau et grand couple ! Du côté de la capitale même si les manigances font rage en coulisse, elles sont peu présentes dans ce tome, qui se concentre plus sur le nouveau rôle de Changge et la guerre contre les Turcs. Quant aux dessins, ils sont toujours de haute volée, un vrai régal pour les yeux ! Une série définitivement à suivre.

Tome 3

L’histoire continue son bout de chemin dans la lignée du tome précédent. Xia Da parvient à garder mon intérêt intact malgré le changement de direction qui s’opère à nouveau dans le plan de reconquête de Changge. La géopolitique se complexifie également et là par contre, j’ai par moment du mal à suivre, les noms me gênant vraiment puisque j’ai du mal à les retenir et les resituer… Mais c’est un régal de suivre les nouvelles aventures de Changge. Une nouvelle fois, son plan se révèle fragile et elle va devoir s’adapter à un nouvel environnement, mais sa ruse l’aidera à une fois de plus. Il est vraiment plaisant de voir cette frêle jeune fille tailler sa route envers et contre tous. Tout le monde est attiré par elle sans vraiment le vouloir, elle est très forte pour cela, fascinant et agaçant à la fois son entourage. Le changement de paysage est une très bonne idée, ainsi nous ne sommes plus que sur deux fronts : les Turcs d’un côté, les Hans de l’autre. On en apprend aussi un tout petit peu plus sur les Turcs ce que j’aime particulièrement et j’espère que cela se poursuivra. C’est également l’occasion pour Changge de faire une nouvelle rencontre et ainsi de trouver une nouvelle personne à protéger, ce qui est un peu son leitmotiv quand même. Mais ça nous permet à nous lecteur de découvrir aussi ses failles, notamment sa triste relation avec sa mère. L’idée de raconter la tragique histoire de celle-ci est judicieuse. Elle change beaucoup de chose, notamment le point de vue que j’avais à la fois sur elle et sur l’oncle de Changge. En plus, les dessins sont encore une fois sublimes, vraiment je me régale de ce côté, et ils sont au diapason de l’ambiance voulue pour ce récit : à la fois triste, tragique et aventureux. Ce titre est définitivement une réussite pour moi et ce, malgré son rythme un peu lent parfois.

Tome 4

La série se poursuit sur un rythme toujours aussi plaisant. Dans ce tome, on semble avoir un peu oublié les Hans, pour se tourner complètement vers les Turcs. Se développe ainsi toutes la politique qui avait cours autour du grand Khan. Il est agréable de voir le jeu des tributs, le jeu des influences et le rôle des « héritiers » ainsi que leur rivalité. Le duel qui oppose le petit Khan à Ashina Sun est au coeur de ce tome. On découvre à travers les yeux de Changge qu’Ashina est en fait un homme bon, qui suit son coeur. C’est un peu le parent pauvre de la famille, celui qu’on a adopté et qui vient d’une autre tribus bien plus humble. Il n’a pas oublié d’où il vient. Même s’il peut se montrer cruel, il a aussi bon coeur comme il le montre avec son ancien garde du corps et la tribus de celui-ci. C’est surtout un homme très intelligent, qui sait voir loin comme il le démontre en ouvrant cette route commerciale. Même si elle ne le montre pas beaucoup, je pense que Changge est admirative et c’est pour ça qu’elle reste alors qu’elle pourrait se sauver. Sa froideur est assez ambigüe d’ailleurs. Elle cache très bien ses sentiments. Le chapitre qui est consacré à son interrogation sur son sexe est d’ailleurs très intéressant. Il montre les piètres modèles féminins qu’elle a eu étant jeune et comment elle s’est construite en réaction. Mais elle réalise également que depuis elle a croisé des femmes qui sont complètement différentes et chez qui elle peut trouver des  caractères qui pour elle étaient plutôt masculins auparavant. C’est en cela que sa rencontre avec Mimi est riche en enseignement. Celle-ci est tellement forte et courageuse. Donc entre sur interrogation de Changge sur sa place dans tout ça, les manigances politiques des Turcs et les révélations sur Ashina, je n’ai pas vu passer le temps. La fin est arrivée bien trop vite et une fois de plus, elle se termine sur une scène insoutenable, qui donne très envie de lire la suite !

Tome 5

LE meilleur tome de la série ! C’est le tome du changement et cela ne se fait pas sans bouleversement et souffrance. Dès le premier chapitre, on retrouve Ashina Sun en grande difficulté, il est blessé lors d’une embuscade montée par son « cousin » et il doit reculer, une première dans l’histoire. Je trouve que depuis quelques temps, l’auteur cherche vraiment à lui donner une figure de plus en plus humaine et y parvient à merveille. Elle veut nous montrer que même les hommes bons peuvent tuer quand ils font la guerre mais qu’elle n’en reste pas moins bons. J’aime de plus en plus la complexité d’Ashina Sun. Sa réaction quand il apprend d’où il vient est bouleversante chez un homme tel que lui, surtout quand on se rappelle ses premières apparitions, et j’aime le choix qu’il fait alors. On comprend bien pourquoi Changge a décidé de le suivre. D’ailleurs, il offre à celle-ci un statut à part, en la considérant comme un « frère ». Tout comme Ashina, Changge va devir subir de sévères revers de fortune dans ce tome, en découvrant que celle qui lui était la plus proche, celle qu’elle considérait comme une soeur l’avait en fait trahie. Cette trahison, elle va avoir beaucoup de mal à s’en remettre. Elle va complètement la désarçonner et lui faire remettre en question tout les choix qu’elle a fait, ce que je comprends très bien. Mais ce qui me gène plus, c’est que l’auteur se sente alors obligé de lui faire retrouver pour cela son statut de femme, comme si faiblesse émotionnelle = propre aux femmes. Pourtant son histoire est peuplée de femmes fortes et qui savent le rester tout en étant féminine. Ainsi, j’ai aimé découvrir les manigances de Yicheng et Jinse, même si je n’en comprends pas encore tous les tenants et les aboutissants. Leur histoire est tellement triste qu’elle ne peut m’émouvoir. J’ai aussi aimé la rencontre avec Jing Dan qui sera à coup sûr quelqu’un d’important dans l’évolution de Changge. Enfin, le retour sur le devant de la scène du vieux Qin et de A Dou me font espérer pas mal de choses, comme une alliance entre Changge et Ashina Sun pour reconquérir le trône de celle-ci. En tout cas, j’aime de plus en plus ce titre. La façon dont rien n’est jamais acquis pour personne et dont ils doivent avancer malgré les obstacles est vraiment un message positif.

Tome 6

Malgré une impression de calme et sérénité, ce tome est tout aussi riche que les précédents. La nouvelle vie de Changge (A Li) se retrouve perturbée par son passé qui n’est pas si facile que ça à effacer. Petit à petit, on retrouve la Changge combattante et tenace qu’on a connue mais elle conserve aussi un calme et une grâce inouïs comme si elle était un peu d’un autre monde. Ainsi se mélangent des intrigues politiques liées à son passé de princesse, des conflits d’intérêts entre marchands et « mafieux » mais aussi les recherches que mettent en place ses anciens alliés Turcs. Cet ensemble rythme vraiment bien le tome qui oscille donc entre un certain calme, lié à la philosophie taoïste qu’elle côtoie dans son nouveau refuge, et aussi une précipitation liée aux événements qui convergent vers elle. J’ai beaucoup aimé les nouveaux personnages qu’elle a rencontré, que ce soit Jing Dan la prêtresse taoïste qui est aussi maligne et intelligente qu’elle ou Situ Langlang qui cherche à faire d’elle sa disciple. Tous deux sont des éléments moteurs qui vont la pousser à changer tout comme cela avait déjà été le cas avec Ashina Sun. D’ailleurs, je suis ravie que ce dernier soit enfin au courant pour elle, ou du moins en partie, et cela m’a beaucoup amusée de le voir se déguiser en Han pour partir à sa recherche. On sent vraiment une nouvelle dynamique se mettre en place autour de lui. La seule chose avec laquelle j’ai eu un peu de mal pendant cette lecture, c’est le rôle et les attaques de la Salamandre rouge contre le temple Liu Yun et Jing Dan, je sens qu’il y a quelque chose de bien plus vaste derrière. Affaire à suivre dans le prochain tome qui s’annonce tout aussi passionnant.

Tome 7

Sous des faux airs d’introspection, ce tome est en fait bourré d’action. J’ai eu du mal au début avec tout le blabla taoïste. J’avais que la philosophie et la religion ne sont pas ma tasse de thé et que, je trouve, ça obscurcit vite une histoire pour pas grand-chose. Bref, une fois que Changge a pris sa décision, les choses avancent bien et ce tome est celui de la réunion. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur permet les retrouvailles avec Ashina Sun et Changge. Chacun peut réaliser combien l’autre a changé mais surtout chacun se rappelle ce qu’il doit à l’autre et ils consolident ainsi leur amitié. Leur relation est l’une des choses que j’apprécie le plus dans la série et je suis curieuse de suivre son évolution. Mais ce n’est pas la seule chose que j’ai aimé loin de là, j’ai trouvé l’aspect politique très bien traité entre les manigances de la patronne du temple, celles du chef de la caravane et celles du conseiller de l’Empereur, le tout pour le bien ou pas de Changge. Tous ces fils se mêlent et s’entremêlent à merveille pour trouver leur apothéose dans l’attaque du temple dans lequel il ne reste plus que Changge et la prêtresse. La bataille que livre la première est sanglante et vraiment marquante. C’est l’une des plus belles scènes de la série, j’en suis vraiment fan. C’est pourquoi, j’ai eu un petit pincement au coeur quand je l’ai vu se refondre dans la peau d’une jeune fille de bonne famille sur la fin pour pouvoir se réintroduire dans la cité impériale. J’ai dont été d’autant plus ravie de voir Ashina Sun la secouer dans les dernières pages et j’attends beaucoup de la suite maintenant qu’elle semble avoir un nouveau plan pour reprendre le pouvoir.

Ma note : 17 / 20

Publicités

6 réflexions sur “La princesse vagabonde de Da Xia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s