Livres - Romance

Les Ravenel de Lisa Kleypas

couv69774714 couv22324228

Titre : Les Ravenel

Auteur : Lisa Kleypas

Editeur vf : J’ai Lu (Aventures et passions)

Années de parution vf : Depuis 2016

Nb de tomes vf : 3 (en cours)

Résumé du tome 1 : Une canaille, c’est ainsi que Devon Ravenel se définissait à l’époque où il menait une vie futile et égoïste. Ce qui lui convenait tout à fait. Jusqu’au jour où la mort inattendue de son cousin Théo fait de lui le nouveau comte de Trenear. Un destin auquel rien ne l’a préparé. Du jour au lendemain, le voici criblé de dettes, à la tête d’un gigantesque domaine comptant plus de deux cents familles de métayers. Accablé par tant de responsabilités et conscient de son incompétence, Devon décide aussitôt de tout vendre pour reprendre son existence bohème. N’est-ce pas ainsi qu’agirait tout bon vaurien de sa trempe ?
Mais c’était avant de rencontrer Kathleen, la veuve de son cousin, une jeune femme courageuse, pétrie de grands principes, qui va révéler le héros qui sommeillait en lui…

Mes avis :

Tome 1 : Coeur de canaille

Pour une fois, j’ai eu beaucoup beaucoup de mal à entrer dans cette histoire de Lisa Kleypas. Cette dernière est pourtant l’une de mes auteures préférées de romance, mais ici la mayonnaise n’a pas prise. Pourtant il y avait tout pour me plaire : des personnages qui se prennent le bec, deux frères qui vivent en dilettante, une histoire de famille haute en couleur. Cependant, je n’ai pas du tout accroché aux deux héros.

Je n’ai pas aimé le côté prude et coincée ainsi que donneuse de leçon de Kathleen. Je n’ai pas aimé le côté évaporé du héros qui finalement va prendre ses responsabilités. Je n’ai pas non plus aimé leur romance. Je trouve que Devon tombe amoureux d’elle de façon incompréhensible pour quelqu’un qui n’a jamais eu de tels sentiments pour une femme et qui au contraire s’en débarrasse dès que celles-ci s’attachent. Du coup, je n’ai rien compris à leur histoire, je n’ai jamais été touchée par elle surtout qu’ils étaient loin l’un de l’autre la plupart du temps. Je n’ai pas aimé que Devon cherche à dicter sa conduite à Kathleen, s’impose à elle, et qu’elle le laisse faire. A croire qu’elle change complètement de personnalité juste parce qu’elle couche avec lui. Déplorable !

A côté de ça, j’ai adoré le frère de Devon qui lui change de façon claire et logique. Je l’ai trouvé très touchant à vouloir autant aider son frère et à se mettre à prendre ses responsabilités sans s’en rendre compte, même si quand il s’en rend compte on sent bien que ça le gène de ne plus être le même. J’ai surtout adoré les jeunes belles-soeurs de Kathleen. Les jumelles sont de vraies bout-en-train qui j’en suis sûre vont les rendre fou quand on pourra lire leur histoire. Je sens que ça va être loufoque et farfelu avec elle, plein de rire et de fraicheur. Il me tarde de lire les tomes qui leur seront consacrés. J’ai aussi adoré l’histoire naissante entre la soeur aînée Helen et le beau Rhys. Elle promet d’être très belle et passionnée. J’espère que le prochain tome leur sera consacré.

C’est donc un premier tome qui me laisse un sentiment mitigé. J’ai préféré les personnages et les histoires secondaires que les héros et leur romance…

Ma note : 14 / 20

Tome 2 : Une orchidée pour un parvenu

Encore une fois, ce n’est pas le coup de coeur attendu et j’en suis vraiment désolée. Je ne retrouve pas le piquant, que j’aime d’habitude chez Lisa Kleypas, dans les romances de la famille Ravenel.  Pourtant la famille elle-même ne manque pas de piquant, leurs relations et leurs échanges ainsi que les situations dans lesquelles ils se mettent sont drôles et amusants, mais malheureusement les romances sont ultra fades.

Celle d’Helen et Rhys suit le même chemin que celle de leurs aînés. Je n’ai pas reconnu le Rhys du premier tome, je l’ai trouvé bien trop vulgaire, et j’ai trouvé Helen très fade et bien trop soumise. Leur romance étant déjà lancée dans le tome précédent, il n’y avait pas ce que je préfère habituellement dans ce type de titre. Leur histoire s’est donc vite approfondie et la suite n’a fait que traîner en longueur. Franchement à part, la dépuceler, puis attendre qu’ils puissent se marier pendant qu’Helen se ronge les sangs pour avouer son secret, il ne se passe pas grand-chose entre eux. Aucun ne change fondamentalement et le secret d’Helen est bateau. En plus, on sait très bien comment va réagir Rhys alors ça n’a que peu d’intérêt. Seules les petites scènes de celui-ci avec la soeur d’Helen à la fin ont relevé le niveau.

Ce n’est donc pas la romance qui m’a fait lire ce tome mais plutôt les autres relations entre les personnages. Je suis toujours aussi fan des jumelles dont il me tarde de lire les histoires, surtout Pandora – la créatrice de jeux. J’ai aussi adoré découvrir « la mère adoptive » de Kathleen, lady Berwick, une vieille dame forte et sûre d’elle mais un peu excentrique comme je les aime. J’ai aussi été intriguée par « l’ami » de Rhys, Severin que j’espère retrouver. Et Devon et Kathleen que je n’aime pas trop sont peu présents heureusement, j’ai largement préféré voir le frère de ce dernier, Weston, qui me semble vraiment être un garçon prometteur. Enfin, même si elle n’apparait pas longtemps, j’ai eu le coeur serré par la petite Carys.

Ce sont donc leurs séjours à Londres, leur visite du magasin de Rhys, du British Museum et tous les petits moments qu’ils passent ensemble que j’ai trouvé savoureux grâce à l’exubérance et la tendresse de chacun d’eux. Mais la romance, elle, m’a profondément ennuyée.

Ma note : 14 / 20

Tome 3 : L’insoumise apprivoisée

Ça y est, j’ai enfin eu mon coup de coeur ! J’ai littéralement dévoré ce petit bonbon sucré qu’est le tome 3 des Ravenel où l’on découvre la romance entre la pétillante Pandora et le charmant Gabriel.

On retrouve à nouveau dans ce tome tout ce que j’avais déjà apprécié dans cette saga avant, c’est-à-dire de l’humour, de l’aventure, une romance piquante et surtout des familles adorables dans lesquelles il fait bon vivre. J’ai adoré retrouver les Ravenel même s’il ne restait plus que les 2 jumelles à marier. J’ai trouvé Devon parfait dans son rôle de chef de famille et j’ai adoré la façon très mature dont il considère l’avenir de Pandora. J’ai aussi été plus que ravie de revoir la famille de Gabriel, celui-ci est en effet le fils de Sebastian et Evangeline, les héros du Diable en hiver dans la saga la Ronde des saisons, pour laquelle j’avais eu un gros gros coup de coeur. C’est ma saga préférée parmi toutes celles que j’ai lu en aventures & passions, c’est dire ! Alors imaginez ma joie de les retrouver surtout qu’ils n’ont pas du tout changé et que leurs enfants sont à leur image.

Gabriel, le héros de cette histoire, est pour moi la révélation de la saga. C’est l’homme parfait dont on rêve toutes. Il est beau, intelligent, pétillant, amusant, caustique mais aussi tendre, prévenant, très proche de sa famille. Bref, c’est l’homme parfait ! J’ai beaucoup aimé sa conception du mariage et toute la considération qu’il a pour les femmes surtout pour l’époque.

Pandora a toujours été mon membre préféré des Ravenel. Elle est drôle, amusante, pétillante, pleine de malice, intelligente et atypique. C’est une jeune femme décidée qui a été marquée par le drame de ses parents mais qui croque la vie à pleine dent et sait très bien ce qu’elle veut. Son côté « pile électrique » qui ne tient pas en place m’amuse, de même que le fait qu’elle ai su garder son âme d’enfant tout en ayant des idées très arrêtées sur la condition féminine.

La rencontre entre ces deux énergumènes ne pouvait qu’être rocambolesque et qu’est-ce que j’ai pu en rire. La suite de leur romance est aussi pleine de peps. Ils se tournent autour, se cherchent, se chauffent, s’éloignent, s’interrogent, bref nous tiennent en haleine par leurs petits jeux de séduction. Chacun a peur de s’engager. Pandora ne veut pas perdre son indépendance et a peur de ne pas être à la hauteur. Gabriel a peur de ne pas trouver ce qu’ont ses parents et a peur aussi d’effrayer la jeune femme à cause de ses désirs et de sa possessivité. Au final, ils deviennent un couple qui s’équilibre bien. Chacun apporte quelque chose à l’autre. Gabriel est adorable quand il cherche à aider Pandora à résoudre ses problèmes et celle-ci se montre très ouverte avec lui quant à ses appréhension. Ce couple est une évidence en plus que ne l’avaient été les parents de Gabriel.

Le roman tourne autour de leur « flirt » dans une première partie. C’est drôle, frais et pétillant. Puis vient le temps de se découvrir par la suite, c’est un peu plus calme mais terriblement touchant. La fin est un peu rapide à mon goût, j’aurais aimé ne pas déjà les quitter et j’espère bien les croiser dans de prochaines histoires. D’ailleurs, j’espère qu’on en aura une sur le détective Ransom et sur le docteur Gibson qui me semblent avoir une bonne alchimie ^^

Ma note : 17 / 20

Tome 5 : Lady Phoebe

Nous restons avec les Ravenels et les Challon (la famille de Sebastian et Evangeline) dans ce cinquième tome mettant en scène des personnages plus âgés et matures que ce à quoi nous sommes souvent habitués, pour une romance à la fois plus lente et plus âpre. Je n’ai pas été entièrement convaincue…

Phoebe, la fille de Sebastian et Evangeline, a perdu son mari qu’elle aimait profondément depuis toujours. Elle est désormais veuve avec deux jeunes enfants et elle doit assister au mariage de son frère avec Pandora Ravenel, la soeur de la brute qui harcelait son mari enfant. Elle n’a pas très envie d’y aller mais n’a pas le choix. Elle n’a pas très envie de côtoyer cet homme mais les bonnes manières l’y obligent. Elle n’a pas envie de tomber sous son charme mais son coeur l’y oblige.

West Ravenel est un ancien vaurien repenti qui dirige maintenant la propriété de son frère avec générosité et talent. Il a été marqué par la façon dont il a été élevé qui l’avait transformé en petite brute, enfant, puis en débauché ivrogne, adulte, mais il a changé et n’est plus le même homme. Sa rencontre avec Phoebe est une révélation, un coup de foudre. Sauf qu’il se sent indigne d’elle avec un tel passé. Arrivera-t-il à voir que l’homme qu’il est devenu la mérite ?

Nous sommes avec deux personnages aux sentiments complexes. Je comprends le chagrin de Phoebe, sa difficulté à tourner la page, son envie d’être fidèle à sa promesse et de protéger ses enfants. Elle peut se révéler agaçante en cela, mais au final elle écoute aussi quand on lui donne des conseils. Sa relation avec West est d’ailleurs très belle pour cela car ce qui va les rapprocher ce sont justement les enfants de cette dernière et ils sont adorables. West va très vite montrer des qualités évidentes pour être un bon père lors de scènes adorables que j’ai adorées. Mais ça ne se limite pas à ça. Il est également question de la gestion du domaine et là, on va assister à des conversations honnêtes et posées entre eux, où même si l’un n’est pas d’accord, il est près à écouter, ce qui change tout. Ainsi avant même qu’une romance pointe le bout de son nez, c’est la belle entente entre ces deux caractères qui m’a séduite.

Cependant à cause de cette maturité, de cette complexité, j’ai également trouvé la romance un peu fade. West est complètement sous le charme, c’est une évidence. Mais c’est beaucoup plus long pour Phoebe et cela repose peut-être un peu trop sur le physique agréable de notre ancien vaurien au début. Du coup, si je trouve qu’ils s’accordent bien, leur aventure ne m’a pas passionnée et les scènes charnelles ne m’ont pas paru émoustillantes malgré les efforts déployés par l’autrice. Non, ce qui m’a charmée ici, c’est leur belle relation avec les enfants et non leur relation romantique…

Lisa Kleypas aimant pimenter ses histoires et faire des rappels à ses anciens textes, elle nous a également régalés, une fois de plus, de retrouvailles avec des personnages connus ici de la Ronde des saisons, et j’ai adoré cela. Quel plaisir de revoir Sebastian et d’entrapercevoir tous ses amis de cette saga, qui reste ma préférée de l’autrice.

Cela a donné une romance douce et agréable à suivre qui se construit dans le temps avec quelques ellipses judicieusement choisies et des enjeux bien trouvés autour de l’héritage et des propriétés des enfants de Phoebe, qui sont vraiment au coeur de cette romance. Je n’ai pas été 100% séduite mais l’histoire, elle, est très bien écrite. Je suis juste plus sensible à des histoires un peu plus piquantes et aventureuses qu’ici.

Ma note : 14,5 / 20

2 commentaires sur “Les Ravenel de Lisa Kleypas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s