Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Strobe Edge d’Io Sakisaka

strobeedgefull939065epL6m

Titre : Strobe Edge

Auteur : Io Sakisaka

Editeur vf : Kana (Shojo)

Années de parution vf : 2011-2012

Nb de tomes : 10 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Ninako est une jeune lycéenne sympa et naturelle. Un jour, elle croise dans le même train Ren, l’idole de son lycée. Il la bouscule et casse le strap de son portable. Pour se faire pardonner, il lui en rachète un. Ninako est ravie de cette attention. Plus tard, elle croise encore Ren dans le train et, petit à petit, tombe sous son charme. D’un autre côté, Ninako s’entend très bien avec Daiki, son ami d’enfance. Son cœur balance entre les deux garçons…

ren_ichinose___strobe_edge_by_katita_chan-d75mpfw

Mes avis :

Tome 1

J’ai déjà lu Strobe Edge il y a quelques années à sa sortie en scantrad, voici donc enfin l’occasion de redécouvrir la série en français. A l’époque, j’ai eu un gros coup de coeur et j’avais suivi la série avec beaucoup d’impatience entre chaque chapitre. En la relisant maintenant, je découvre que l’histoire est quand même très très fleur bleue. On sent également que c’est une oeuvre de jeunesse parce qu’il y a pas mal de maladresse de la part de la mangaka avec des répétition qui freine la narration dès ce premier tome.

Les personnages sont nombreux et attachants mais pour le moment seuls trois d’entre eux sont vraiment esquissés : Ren, Ninako et Daiki dont on va suivre le triangle amoureux au début. Même si Ninako est très naïve et un peu bébête, je l’ai quand même trouvée mignonne parce que c’est quelqu’un de gentil, franc et honnête. Ren, le beau gosse héros de l’histoire, lui ressemble assez sur certains points mais par rapport à elle, c’est quelqu’un de plus sérieux et posé. Il donne parfois l’impression d’être renfermé mais en apprenant à le connaître il est gentil, drôle et attentif aux autres. Daiki, c’est le copain qu’on rêve tous d’avoir, malheureusement il a laissé passer sa chance à force d’attendre que Ninako soit prête. Il a un côté un peu superficiel et mesquin qui m’agace parfois.

Ce premier tome est avant tout l’occasion pour Ninako de découvrir ce qu’est l’amour et de faire le point sur son amitié avec Daiki. Ses amies sont d’ailleurs assez agaçantes de se mêler à se point de ses affaires. Elles la traitent comme un bébé et ne l’aident pas vraiment à grandir. La découverte de ses sentiments pour Ren est assez compréhensible, les moments qu’ils passent ensemble lui permettant de découvrir de nouvelles facettes de lui, même si c’est assez répétitif. Io Sakisaka arrive très bien à retranscrire l’émotion de ces petits moments et l’incertitude de Ninako face à cette nouveauté. Il se dégage ainsi une vraie douceur de ses dessins qui sont très jolis au demeurant.

Tome 2

Io Sakisaka monte en puissance avec ce tome qui est bien moins maladroit que le premier. L’histoire devient bien plus addictive avec plein de petits moments trop romantiques ! La fin du tome précédent était assez surprenante de part la rapidité de la déclaration de Ninako, il en va de même pour le début de ce 2e tome. On voit qu’on ne va pas s’embarquer directement dans une histoire d’amour entre les deux héros mais que ça va être plus compliqué que ça. La mangaka arrive parfaitement à rendre les sentiments des uns et des autres, ceux de Ninako qui a été rejeté et ceux de Ren, plus confus, qui veut rester ami avec elle et aime la protéger. En plus, elle introduit un nouveau personnage avec Ando qui dynamise bien l’histoire. C’est un peu le troisième larron qui vient perturber le duo des héros. Il est drôle, frais, insouciant et drôlement attachant sans le vouloir parce qu’il est très gentil au fond. C’est une bouffée d’air frais. J’ai vraiment aimé l’ambiance qu’il a vite créée dans le groupe. J’ai trouvé qu’il y avait bien plus de moments amusants et rigolos dans ce tome que ce soit avec les amies de Ninako ou avec Ando, et en même temps les sentiments entre elle et Ren se compliquent. En parallèle, j’ai trouvé le développement de l’histoire de Daiki et Saiyuki très bien fait et assez réaliste. C’est encore une bonne pioche !

Note : le tome se termine par une longue histoire annexe sur les débuts de l’histoire de Ren et Mayuka que j’ai trouvée très touchante. Les inquiétudes de Mayuka sont superbement retranscrites. Par contre, Ren donne plus l’impression de vouloir l’aider, la sauver que de l’aimer…

Tome 3

Après un début un peu mou dans ce tome, j’ai complètement fondu face à la percée d’Ando. Il prend de plus en plus d’importance dans l’histoire, dans le groupe et auprès de Ninako. J’ai beaucoup aimé apprendre à le découvrir. Son passé enrichit vraiment le personnage et donne du relief à l’histoire qu’il est en train de créer avec Ninako. J’ai aimé le voir prendre conscience naïvement de ses sentiments, puis commencer à se battre pour eux, même si Ninako ne comprend pas grand-chose une nouvelle fois. J’ai aussi aimé le rapprochement de celle-ci avec Ren, à la fois ami et peut-être quelque chose de plus. Tout le monde commence à se rendre compte que Ren est très à l’aise avec Ninako, qu’il peut être lui-même avec elle, mais lui ne le remarque pas bien sûr. Cela fait remonter à la surface les incertitudes de sa petite amie, ce qui promet une situation explosive bientôt surtout avec le remariage annoncé du père de Mayuri. Décidément Io Sakisaka a le don pour créer des histoires simples et pourtant diablement addictives avec des éléments on ne peut plus classiques mais tellement touchants.

Tome 4

Je retrouve le sentiment d’excitation et d’appréhension que j’avais ressenti lors de ma première lecture de ce titre. La tension monte entre les trois héros dans ce tome. Ando se lance et fait sa déclaration à Ninako. J’ai trouvé ce moment très beau et très juste quand il lui explique qu’en amour on ne peut pas se contenter de regarder de loin. Il me fait vraiment craquer mais avec Ren qui réalise ses sentiments ça va être dur pour lui. Ce dernier est de plus en plus proche de Ninako et tout le monde se rend compte qu’il y a plus entre eux, même lui. Et même si ça m’agace, vu son caractère je comprends très bien sa réaction et sa volonté de s’éloigner d’elle pour faire taire ses sentiments. Son choix est dur mais réfléchi et assumé. J’ai adoré la mise en scène réalisé par Io Sakisaka au moment où il choisit Mayuri, c’était très beau. Elle a d’ailleurs truffé ce tome de scènes plus romantiques les unes que les autres où les petits accidents de la vie ont bon dos ^^

Tome 5

Plus l’histoire avance plus elle se complexifie et les sentiments des uns et des autres se compliquent. Dans ce nouveau tome, j’ai trouvé l’ambiance plus sombre et pesante. Ninako est toujours aussi attachante, elle est moins gamine et plus mature au fil du temps. Les décisions qu’elle prend ne sont pas simples mais elle les assume. Ando me plait toujours autant. Il est vraiment patient et compréhensif avec elle, tout en ne lâchant pas le morceau. Son passé qui revient discrètement est essentiel pour comprendre qu’il n’est pas le garçon superficiel qu’on croit. En parallèle, Ren commence un peu à m’agacer à se refermer sur lui et à tout garder pour lui. Ses amis semblent vouloir l’aider mais chacun dans une direction opposée ce qui n’aide pas. Quant à Mayuri, comme elle le dit, elle a enfin pris une décision d’adulte. C’est beau une rivale comme elle qui est si honnête et sincère, les dernières pages qu’elle partage avec Ren sont très belles. Quant à l’histoire supplémentaire ajoutée en fin de tome, elle tombe à point nommé. Je me doutais bien que c’était de lui dont Ando parlait plus tôt ^^

strobe_edge_582696

Tome 6

Sentant peut-être la fin approcher, Io Sakisaka commence à délayer son histoire ici. Ren est enfin séparé de Mayuri mais ça ne change pas grand-chose pour Ninako vu qu’il n’est pas prêt à faire un pas vers elle. Celle-ci compte aussi lui laisser le temps de panser ses plaies alors il ne se passe pas grand-chose entre eux malheureusement. Ando a beau dire de son côté qu’il veut tout faire pour que Ninako tombe amoureuse de lui, on ne le voit pas passer à l’offensive dans ce tome. Bref, je me suis un peu ennuyée niveau romance. Par contre, j’ai trouvé très belle l’histoire d’amitié de Ren et Ando qui est en train de repartir. Avec lui, Ren se comporte naturellement, ce qui est rarement le cas tellement il est engoncé la plupart du temps… Enfin, même si ça part d’un bon sentiment, je trouve assez superficiel le développement du passé de Sayuri qui s’annonce.

Tome 7

Finalement je comprends mieux pourquoi on est revenu comme ça sur le passé de Sayuri aussi bien dans ce tome que dans le précédent, Io Sakisaka ne le faisait pas que pour délayer son histoire, mais aussi pour permettre à Ren d’aller de l’avant et c’est assez bien fait, c’est même judicieux. Mais Ren n’est quand même pas une foudre de guerre, il hésite encore énormément, ce qui est très frustrant à suivre. Lui-même je ne sais pas comment il fait pour se contenir à ce point, c’est dire ! Par contre, du coup je suis hyper touchée par son personnage qui vole peu à peu la vedette à Ninako. Je suis ravie de la tournure qu’a pris l’histoire de Sayuri, et j’ai adoré les réactions de Yuu, c’est une perle ! J’espère juste que le retour d’une autre ex- dans la série ne va pas se transformer en ce que je crains et n’aime pas parce que j’aime bien la nouvelle relation de Ren et Ando (même si ce dernier était un peu effacé ici snif).

Tome 8

La fameuse ex- n’a pas tout à fait semé la zizanie comme je le croyais mais elle y a quand même contribué malheureusement, ce qui délaye encore un peu plus l’histoire… C’est vraiment dommage cette tendance qu’on les personnages à s’apitoyer sur eux-mêmes, à s’auto-flageller, à se culpabiliser et au final à se compliquer la vie. Là, Ninako est la championne et mon dieu qu’elle est pénible ! C’est vraiment dommage parce que Ren avait décidé de prendre le taureau par les cornes, enfin façon de parler avec lui parce que ce n’est pas vraiment une foudre de guerre. Mais j’aime bien sa rivalité franche avec Ando. Ils ont mis carte sur table et redeviennent peu à peu des amis même s’ils aiment la même fille. Ren montre de plus en plus ses sentiments devant ses amis, il est mignon. Il ne lui reste plus qu’à les montrer à Ninako et il serait temps !

Tome 9

Dans cet avant dernier tome de cette série toujours aussi addictive, j’ai trouvé Ninako particulièrement agaçante. C’est une vraie girouette dont je n’arrive plus à cautionner les mauvaises décisions. Elle essaie de se cacher derrière de bonnes intentions pour ne pas avancer mais au final c’est très très pénible à voir. C’est d’autant plus dommage que Ren avait enfin décidé de foncer, ce qui donne lieu à des scènes ultra romantiques où les jolis cadrages et les beaux dessins de l’auteur créent une atmosphère très douce. A côté de ça, le pauvre Ando est complètement à la ramasse et il fait de la peine à voir. Il a vraiment tout donné jusqu’au dernier instant mais ça n’aura pas suffit. J’ai aimé les instants qu’il passe avec Ren. On voit qu’Io Sakisaka, dans ce titre, n’est pas juste là pour nous offrir une romance lycéenne mais aussi pour nous donner une belle leçon sur l’amitié. Ces deux garçons sont très touchants quand ils sont ensemble tellement ils sont francs et honnêtes l’un envers l’autre. Ça donne envie que chacun d’eux trouve le bonheur.

Tome 10

Et voilà déjà arriver la fin de cette adorable série. La moitié du tome seulement est consacrée à l’histoire principale, le restant étant des histoires annexes de celle-ci dont une consacrée à Manabu qui m’a beaucoup plu parce que comme je le pensais ce personnage avait bien plus à offrir que le rôle d’idiot de service qu’il tenait. Du côté de Ren et Ninako, il a encore fallu un coup de pouce d’Ando pour les aider. Celui-ci est vraiment mon chouchou dans la série, je suis triste qu’il n’ait pas réussi à conquérir Ninako mais en même temps c’était un peu couru d’avance, l’auteur ne voulait pas de ce couple et ça se sentait. En tout cas, j’ai adoré son intervention et la réaction de Ninako qui le comprend si bien. J’ai aussi adoré quand enfin Ren et elle se mettent ensemble. C’est une très belle scène comme sait si bien les dessiner Io Sakisaka, plein d’émotions et de douceur, nous donnant des papillons dans le ventre. Ensuite, ils sont tout mimi ensemble mais restent fidèles à eux-même. J’ai beaucoup ri quand Ninako a raconté ce moment à ses camarades de classe qui lui demandaient et je suis contente que l’auteure ne nous laisse pas en plan comme ça mais ait rajouté une petite histoire où on les voit quelques semaines plus tard à se poser encore des questions sur leur relation.

Au final, j’ai vraiment beaucoup aimé cette bluette lycéenne aussi bien à la première qu’à la seconde lecture. Io Sakisaka a un sacré coup de crayon et un don pour raconter des histoires toutes simples, plein de douceur et sans la moindre once de méchanceté. Ici, pas de rival(e) à abattre mais des personnages sérieux, honnêtes et fidèles à eux-mêmes. La mangaka parle d’amour mais encore plus d’amitié avec ce groupe de camarades où tous sont solidaires. J’ai vraiment passé un excellent moment et il me tarde de la retrouver dans Aoharaido (Blue Spring Ride) !

Ma note : 16 / 20

strobe_edge_583416

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s