Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Hidamari ga kikoeru de Yuki Fumino

Titre : Hidamari ga kikoeru – Entends-tu le chant du soleil ? / Hidamari ga kikoeru – Limit

Auteur : Yuki Fumino

Éditeur vf : IDP Boys Love (Hana Yaoi)

Année de parution vf : Depuis 2016

Nombre de tomes vf : 2 (série finie) + 1 (série en cours)

Histoire : Kôhei, étudiant atteint de surdité, est souvent incompris par les autres, ce qui l’a amené à prendre ses distances petit à petit avec son entourage. Mais un beau jour, il va faire la rencontre de Taichi, étudiant dans la même université que lui. De nature joviale et qui n’hésite pas à dire franchement tout ce qu’il pense, cet étrange garçon va toucher Kôhei au plus profond de son cœur avec ces quelques mots : « Ce n’est pas de ta faute si tu es malentendant ! ». Il est loin de s’imaginer à quel point Kôhei va peu à peu changer grâce à lui.

Mes avis :

Tome 1

Je continue ma découverte des titres yaoi publiés par IDP Boys Love dans sa collection Hana, grâce à une amie qui m’en a ramené tout plein. Vous allez donc avoir droit à une petite semaine spéciale Yaoi sur le blog ^^

Hidamari ga Kikoeru est un titre qui me faisait de l’oeil depuis sa sortie grâce aux superbes couvertures de Fumino Yuki qui sont douces et poétiques, mettant ses personnages dans un cadre bucolique enchanteur. J’ai donc de suite sentie que l’ambiance du titre allait et me plaire et ce fut le cas.

Dans ce titre, l’autrice aborde un sujet peu lu dans les mangas en général : la surdité mais pas celle où on n’entend plus rien, celle juste où on entend moins bien, mais qui est tout aussi gênante. On suit donc un jeune étudiant un peu fou fou qui va tomber par hasard sur un malentendant. Une belle amitié et plus va se nouer entre eux. Taichi vient d’une famille dysfonctionnelle, il a été recueilli par son grand-père qui ne roule pas sur l’or et a besoin de travailler pour payer ses études. Or comme il a le poing facile, il se fait virer de partout. C’est alors que par hasard, il tombe sur Kohei, un jeune malentendant avec qui il partage un déjeuner. Il va voir en lui, le moyen de manger gratuitement tout en l’aidant à prendre des notes de ses cours.

La mangaka nous parle ici de deux jeunes à la dérive. L’un s’énerve pour un rien et laisse le temps passer sans vrai but dans la vie. L’autre s’est complètement refermé sur lui-même après plusieurs déceptions à cause de son handicap. Leur rencontre va d’abord donner naissance à une belle amitié où chacun va trouver profit de la situation de l’autre pour arriver à trouver sa place dans leur relation naissante. Kohei est celui qui va peut-être le plus profiter de cette relation ici parce que le caractère enjoué et solaire de Taichi va le tirer de la noirceur dans laquelle il était tombé. C’est beau et touchant de le voir retrouver la parole, trouver sa place dans leur relation et au sein de la société. Le chemin n’est pas encore terminé mais un bon bout a déjà été accompli.

Dans ce yaoi, j’ai aimé que la relation entre les deux héros démarre par une amitié et que les sentiments amoureux, si on peut déjà parler de sentiments amoureux, ne naissent que progressivement et maladroitement, et cela en dépit du fait que ce soit deux hommes, parce qu’on sent bien que le propos est ailleurs, plus vaste qu’une simple relation homosexuelle. On parle surtout de handicap, de bienveillance envers les handicapés, d’adaptation de ceux-ci à notre monde mais aussi de notre monde à eux. C’est vraiment un très beau titre, triste et dur parfois, mais plein de promesses.

Tome 2 : A la poursuite du bonheur

Dans ce second tome encore plus épais que le premier, nous poursuivons les aventures de Kohei et Taichi, la découverte maladroite de leurs sentiments, la poursuite de leur travail d’acceptation du handicap par eux et par les autres, la découverte d’un but dans leur vie. Hidamari ga kikoeru se révèle ainsi un titre assez complet quand il traite du handicap mais aussi de la vie estudiantine.

Dans ce tome, on voit un peu plus les personnages secondaires qui gravitent entre les personnages. La mangaka développe son univers en même temps qu’elle creuse leur relation et leur caractère. Ils sont tous les deux de plus en plus touchant de part la maladresse qu’ils mettent à se dévoiler l’un à l’autre. Taichi n’est plus seulement un jeune fou fou qui part dans tous les sens sans savoir où aller. Kohei n’est plus seulement un jeune malentendant mal dans sa peau et refermé sur lui-même. Chacun d’eux fait des efforts pour avancer et progresser. Ils se trouvent un but dans la vie, s’ouvrent aux autres, et apprennent ainsi à de connaître, se comprendre et réalisent aussi leurs sentiments l’un pour l’autre même si l’on sent que rien n’est simple et évident pour eux. Fumino Yuki brosse ainsi le portrait de l’évolution naturelle d’une relation amicale vers une relation amoureuse avec une grande douceur et beaucoup de justesse. Elle nous fait passer par toutes les étapes possibles hésitations, indécisions, incompréhensions, malentendus, etc. Je suis fan.

Les dessins eux sont toujours aussi beaux, doux, fins, avec plus de décors que ce que l’on voit habituellement dans les yaoi. A l’image de cette seconde couverture, on sent l’histoire plus lumineuse et enjouée. Dans ce tome, on aborde la transition entre la vie étudiante et la vie active, qui sera au coeur de la série spin-off qui devrait arriver prochainement. Ça me tarde déjà !

Hidamari ga Kikoeru – Limit : Tome 1

Avec Limit, Fumino Yuki nous propose de découvrir la suite des aventures de notre gentil couple maintenant que Taichi est entré dans le monde du travail. Nous avons donc droit à une histoire sur comment maintenir une relation de couple quand l’un travaille et que l’autre est étudiant.

Kôhei et Taichi ont chacun accompli bien du chemin depuis les débuts de cette saga. Dans ce premier tome de Limit, nous nous concentrons sur Taichi, celui qui travaille désormais. Nous le voyons donc, avec le sourire, commettre les mêmes maladresses au travail qu’il le faisait dans ses études. C’est toujours quelqu’un de fonceur, d’honnête et profondément gentil mais qui ne pense pas toujours plus loin que le bout de son nez, ce qui aura vite fait d’agacer son chef M. Chiba.

Bien sûr quand l’un des deux travaille, l’autre membre du couple peut expérimenter bien des déconvenues et c’est ce que l’autrice cherche à nous montrer avec Kôhei, qui non seulement ne voit plus beaucoup Taichi, mais qui en plus commence à être bien jaloux du fameux Chiba dont il parle tant. C’est amusant de voir Kôhei jaloux, il essaie de se montrer plus possessif mais sa gentillesse revenant vite au galop l’empêche d’aller trop loin.

Dans ce premier tome, nous alternons donc entre petits moments drôles de la vie de Taichi au travail + quelques leçons de vie qu’il reçoit là-bas en se confrontant au handicap dans le monde du travail ; et petits moments doux entre Kôhei et lui, même s’ils sont peu nombreux, ils gardent tout leur sens car ils se soutiennent l’un l’autre (Taichi avec son grand-père malade, Kôhei avec ses doutes sur sa surdité). Je suis impatiente de découvrir la suite.

Ma note : 17 / 20

10 commentaires sur “Hidamari ga kikoeru de Yuki Fumino

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s