Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Deep Sea Aquarium Magmell de Kiyomi Sugishita

Titre : Deep Sea Aquarium Magmell

Auteur : Kiyomi Sugishita

Éditeur vf : Vega (seinen)

Année de parution vf : Depuis 2018

Nombre de tomes vf : 3 (en cours)

Histoire : Découvrez les mystères de la nature et ses créatures improbables avec le Deep See Aquarium Magmell !
Keitaro Amagi est un jeune homme passionné par les océans. Enfant, son père lui a transmis cette fascination pour ces mondes mal connus. Devenu adulte, il répond alors tout naturellement à une embauche pour devenir simple balayeur au tout nouveau Magmell Deep Sea Aquarium. Ce gigantesque complexe sous-marin vient d’ouvrir et offre à ses visiteurs une découverte inédite de la faune sous-marine, à 200 m de profondeur. La passion de Keitaro l’emmènera sur des chemins inattendus au service du Magmell. Auprès du professeur Minato, le balayeur devra apprendre les secrets des calamars géants, sauver une espèce en danger, se confronter aux pêcheurs, et apprendre à préserver autant que possible un monde marin toujours plus mis en danger par les activités humaines.

Mes avis :

Tome 1

Avec Deep Sea Aquarium Magmell, je découvre un nouvel éditeur de manga français : Vega, qui s’est spécialisé dans les seinen et à la tête duquel on retrouve Stéphane Ferrand qui vient de chez Glénat, à qui l’on doit entre autre Les Enfants de la Baleine. C’est donc avec curiosité que j’ai acheté ce tome puis me suis lancée dans sa lecture.

De facto, je peux vous dire que c’est un livre qui ne dépareille pas auprès des autres manga de ce genre. La couverture est bien travaillée. L’impression est de qualité, la mise en page aussi. La traduction a l’air bonne, j’ai juste remarqué 2-3 maladresses au fil du récit mais rien de grave. Je regrette juste l’absence de pages couleurs mais peut-être n’y en avait-il pas non plus à l’origine.

Venons-en maintenant au coeur de cette chronique, l’histoire. Deep Sea Aquarium Magmell est vraiment un titre d’ambiance. Dès la couverture, on comprend qu’on va être dans une histoire assez contemplative quand même et c’est le cas. Nous découvrons avec le héros l’univers du premier aquarium construit en profondeur. C’est original, du jamais vu et ça permet de développer un monde à part. J’ai aimé la façon dont l’autrice apporte tout un tas d’informations sur cet univers des profondeurs sans qu’on tombe dans l’article d’encyclopédie. C’est fait avec beaucoup de doigté au fil des chapitres et sans jamais nous surcharger. Il vaut mieux peu et bien, que trop et mal, ce qu’elle a parfaitement compris.

Nous suivons donc, un jeune garçon, Kotaro, fasciné par l’océan et ses mystères, qui s’est fait embaucher comme nettoyeur mais qui rêve à tellement plus. Au fil des chapitres, avec lui, on découvre le fonctionnement de cet aquarium si particulier. On croise des visiteurs tous très différents dans leurs attentes, mais aussi le personnel qui fait fonctionner ce lieu. Le tout donne un ton doux et chaleureux, très bienveillant, où de belles leçons de vie sont données au détour de chaque histoire sur les préjugés, l’amour, la vie, etc. J’ai beaucoup aimé ce ton tranquille, un peu façon tranche de vie, dans cet univers pourtant si dépaysant.

En effet, le titre invite complètement à l’évasion. Les paysages sous marins sont enchanteurs. Les créatures mises en avant, même si on sent leur force et leur possible dangerosité, sont fascinantes. La finesse et la poésie des dessins m’a complètement embarquée. Je me suis retrouvée souvent avec des étoiles dans les yeux comme le héros que ce soit pour découvrir le monde dans l’aquarium, dans l’abysse ou à la surface. L’autrice sait vraiment nous inviter à voyager.

Dans ce premier tome, une belle histoire se développe donc autour de Kotaro à travers les rencontres qu’il fait et le cadre enchanteur où il travaille. Petit à petit, la mangaka fait même naitre un fil rouge pour donner un peu plus de substance à son récit et qu’il ne reste pas juste une simple tranche de vie aquatique. Je n’ai pas eu un coup de coeur, mais j’ai été enchantée par cette découverte. Je revisiterai avec plaisir de Magmell dans les prochains tomes et j’assisterai volontiers à l’évolution de Kotaro dans cet univers.

Tome 2

Même verdict que pour le premier tome, cette suite reprend la même recette avec des chapitres consacrés à chaque fois à un animal des abysses qu’on met en avant au cours d’une aventure qui est également l’occasion pour le héros de faire une rencontre pour l’aider à s’orienter vers ce qu’il veut faire de sa vie. C’est simple et classique mais cela fonctionne plutôt bien avec moi.

Ici, on s’attache entre autre à parler du père photographe de notre héros, à un jeune cuisinier qui veut mettre en avant les produits des abysses, et au vétérinaire en chef de l’installation qui revient pile pour un sauvetage risqué. Au cours des chapitres, on continue à voir Kotaro mûrir et se chercher. Il se pose et nous pose des questions intéressantes sur la vie, la mort, la solitude. Je dois avouer que j’ai été assez perturbée par celle du cuisinier qui a l’air de vouer un vrai amour aux créatures peuplant l’abysse, tout comme Kotaro, et qui pourtant parle sans état d’âme de comment il va les cuisiner… Je ne suis pas végétalienne et pourtant ça m’a dérangée. Pour le reste, je suis toujours autant séduite par l’ambiance douce et contemplative de cette tranche de vie aquatique.

Par contre, j’ai été surprise par l’amorce assez brutale du tome, qui s’ouvre dès la première page sur une histoire bonus. J’ai cru qu’il y avait un problème avec mon tome mais pas du tout c’était normal. Je regrette encore une fois qu’on n’ait pas de pages couleurs, cette série en mériterait vraiment.

Tome 3

J’ai encore passé un bon moment avec ce titre tranche de vie au cadre dépaysant. Les histoires ne paient pas de mines et pourtant elles sonnent justes et savent nous toucher. Leur simplicité est une vraie réussite pour moi et le décor même s’il n’est qu’en arrière-plan me passionne et crée une ambiance enivrante et mélancolique. Si en plus, on ajoute les dessins toujours très beaux et plein de détails et de finesse, on tient un titre vraiment sympa à lire tus les deux mois.

Dans ce tome, j’ai particulièrement aimé la brève histoire de cette enseignante dépassée par son métier qui trouve du réconfort grâce à l’un des soigneurs qui pourtant semble être le plus hermétique de la bande. C’est sûrement parce que sa détresse a résonné en moi. J’ai aussi beaucoup aimé découvrir le passé de notre apprenti pêcheur et sa rencontre avec son mentor, c’était un joli moment touchant montrant comment surmonter un problème d’intégration. Enfin, j’ai été ravie de voir l’autrice reprendre son fil rouge autour du père du héros. Enfin, on en apprend un peu plus sur lui et sa relation avec le directeur de l’aquarium. Il y a ici quelque chose de vraiment prometteur tant le drame et les émotions sont à fleur de peau. Si l’autrice joue la bonne carte, ça peut être merveilleux.

Ma note : 15 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

8 commentaires sur “Deep Sea Aquarium Magmell de Kiyomi Sugishita

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s