Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Shirley de Kaoru Mori

Titre : Shirley

Auteur : Kaoru Mori

Éditeur vf : Ki-Oon (Kizuna)

Année de parution vf : 2019 (pour cette réédition)

Nombre de tomes vf : 2 (en cours)

Histoire : Madame Bennett est la patronne d’un petit café où il y fait bon vivre. Avec son travail, elle n’a pas le temps de s’occuper de sa grande maison dans laquelle elle habite seule. Un soir, elle trouve sur le pas de sa porte une petite fillette: Shirley Medison, âgée de 13 ans à peine, qui est venue pour l’annonce. Madame Bennett va très vite s’attacher à sa nouvelle domestique à la fois gentille, douce et habile…

Mon avis :

Tome 1

Shirley est le premier titre de Kaoru Mori paru chez nous, à l’époque chez Kurokawa. Je dois avouer que si depuis je n’avais pas découvert Bride Stories, puis Emma chez Ki-Oon, je n’aurais peut-être bêtement pas acheté ce titre qui à l’origine était un oneshot. Shirley est clairement une oeuvre de jeunesse et cela s’en ressent sur bien des points.

Pour une mangaka connue surtout pour son superbe coup de crayon et ses décors fouillés, dans Shirley l’autrice fait preuve de beaucoup de sobriété. Son dessin n’est pas encore assuré et les décors sont assez vides. Cependant, au fil des pages, on commence à distinguer un petit quelque chose, de jolis décors se profilent en arrière-plan, une tenue est joliment mise en valeur, un personnage se met à posséder une certaine aura. Et on sent comme ça peu à peu les prémices de ce qui fera le succès de la mangaka quelques années plus tard. En celui, c’est très intéressant de lire cette oeuvre.

Ensuite, j’ai aimé et j’ai à la fois été frustrée par le contenu de ce tome. Shirley se compose à la fois d’une histoire s’étalant sur 5 chapitres, consacrés à l’héroïne éponyme du titre, et de deux histoires courtes. Les trois sont en fait des tranches de vie de 3 soubrettes en Angleterre à la fin du XIX, et les trois ont un goût d’inachevé un peu frustrant.

Pour autant, ce sont de belles histoires. Dans la première, une femme célibataire de l’aristocratie qui tient également son propre café, engage une jeune orpheline de 13 ans comme femme de chambre et très vite une belle relation, presque de grande soeur à petite soeur se noue entre elles. J’ai beaucoup aimé leur complicité et la douceur qui s’en dégage. Dans la deuxième, c’est la relation entre une domestique et son jeune maître de 5 ans, un peu délaissé par sa mère, que nous suivons avec la même bienveillance chaleureuse. Ce petit garçon m’a touchée droit au coeur. Enfin, la dernière est celle qui donne peut-être le plus le sourire, parce qu’on y suit à nouveau une soubrette mais travaillant pour un vieil hurluberlu qui adore faire des farces à son personnel.

Ces trois histoires forment un tout de par leur ton chaleureux, leur bienveillance envers les personnages croisés et la douceur que l’on ressent en les lisant. J’aime beaucoup le fait qu’on suivent des femmes fortes peu importe leur statut dans la société. Cela donne une vraie sensibilité au titre que l’on retrouvera dans toutes les parutions de l’autrice. De plus, les relations entre les personnages donnent à chaque fois le sourire que ce soit quand l’une d’elle protège l’autre, ou quand l’une fait des farces à l’autre. On sent une vraie camaraderie chaleureuse se dégager d’eux.

Ce qui fait que malgré le côté un peu inabouti de ce titre j’ai beaucoup aimé. Heureusement, l’autrice semble l’avoir repris quelques années plus tard pour proposer un second tome. J’espère qu’on y recroisera nos 3 héroïnes et que certains points restés dans l’ombre seront éclaircis. J’avoue que je n’aurais pas été contre une saga avec elles, mais quelque chose de plus léger et moins mélodramatique d’Emma qui se déroule dans le même univers ^^

Tome 2

Quelle magicienne cette Kaoru Mori, elle parvient à rendre passionnante une simple histoire entre une domestique et sa patronne. J’en suis baba.

10 ans après le premier tome des aventures de Shirley et Mme Cranly, la mangaka revient à ses premiers amours et poursuit leurs petites histoires. On retrouve donc leur quotidien à la fois banal et plein de saveurs. Contrairement au premier tome, on se concentre presque exclusivement sur elles ici. L’autrice fait le choix de développer leur relation à la fois dans l’espace clôt de leur demeure mais aussi dans le regard des gens qu’elles croisent. C’est assez amusant et touchant de voir ces deux femmes de classes sociales complètement différentes interagir ainsi. On trouve un certain écho de Mme Cranly dans Shirley. Cette dernière est vraiment une source de joie dans la vie de la première. Elle rayonne littéralement à travers les pages aussi bien dans ses tâches quotidiennes que dans les missions qu’elle accomplit parfois ponctuellement pour sa maîtresse.

C’est l’occasion pour Kaoru Mori de nous présenter ce qu’elle sait le mieux faire : des portraits de femmes. J’ai aimé retrouver la force de caractère, la détermination et le goût pour la liberté de Mme Cranly. C’est vraiment une maîtresse femme aussi bien dans son café que chez elle, et elle le prouve encore dans ce dernier chapitre très émouvant elle est retrouve une ancienne connaissance. J’ai été touchée par la douceur et les doutes de la petite Shirley, qui grandit et grandit encore au contact de sa maîtresse. Elle sort enfin un peu de la maison et s’interroge sur son devenir.

Le souci, c’est qu’une fois le tome refermé, on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine frustration. Celle d’avoir quitté trop tôt nos deux amies, alors qu’on aurait aimé encore les suivre un moment. J’espère vraiment que Kaoru Mori trouvera le temps de poursuivre cette série et d’écrire de temps en temps des petits chapitres sur celles-ci, mais pas juste pour en faire une histoire anecdotique. Parce que oui c’est mignon de voir leur quotidien mais imaginer une histoire avec un vrai fil narratif, ce serait encore mieux, surtout qu’il y a potentiel à raconter des choses entre l’ancien fiancé de Mme Cranly et les bonnes qu’on avait croisées dans le premier tome. Alors je croise les doigts.

Shirley fut donc une nouvelle fois une très belle lecture pleine d’émotion. La relation entre les deux héroïnes continue de se développer dans ce deuxième tome, qui ne sera pas le dernier, je l’espère. Les dessins sont toujours aussi doux, beaux et poétiques, cela manque juste un peu de décors quand on sait de quoi est capable la mangaka. Amatrices, amateurs de titres tranches de vie et historiques, Shirley vous attend !

Ma note : 15,5 / 20

11 commentaires sur “Shirley de Kaoru Mori

      1. Je comprends très bien alors, y a des univers/thèmes qui nous accrochent et d’autres pas du tout.
        Oui ses dessins sont sublimes. Il faut espérer pour toi qu’elle sorte de sa zone de confort alors pour que ça puisse peut-être t’intéresser lol

        Aimé par 2 personnes

      1. Ouais, non, la vie d’une servante, ça me passionne pas vraiment…
        Je pourrais essayer, c’est sûr, mais ça me branche pas vraiment et vu que je suis loin d’être à jour dans tous mes titres, je préfère me focaliser sur ceux que je connais ^^

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s