Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

La Guerre des mondes (version manga) par Sai Ihara et Itotsu Yokoshima

Titre : La Guerre des mondes (version manga)

Auteurs : Sai Ihara (scénario) et Hitotsu Yokoshima (dessins) – Auteur original : H.G. Wells

Editeur vf : Ki-Oon (seinen)

Année de parution vf : 2021

Nombre de tomes : 1 / 3 (en cours)

Histoire : La nouvelle adaptation choc d’un chef-d’oeuvre de la science-fiction moderne En 1901, le quotidien de la petite ville anglaise de Mayberry est bouleversé par un événement incroyable : un énorme cylindre métallique s’est écrasé à proximité… Or, quelques jours plus tôt, une lueur inhabituelle avait été observée sur Mars. Pas de doute, l’objet vient de la planète rouge ! La population se précipite pour l’examiner et attend avec impatience l’ouverture de ce qui semble être un vaisseau spatial.
Une créature tentaculaire apparaît au sommet… et s’attaque à la foule en détruisant tout sur son passage ! Le jour suivant, d’autres Martiens atterrissent et se lancent à l’assaut de la campagne du haut d’immenses robots tripodes. Les armes humaines ne font pas le poids face à l’envahisseur… Il ne reste qu’un moyen de survivre : la fuite ! Avec son souci du détail scientifique et son sens inné du suspense, H.
G. Wells a ancré depuis plus d’un siècle l’image de l’invasion martienne dans l’imaginaire populaire. La Guerre des mondes réveille l’angoisse qui sommeille au plus profond de nous face à l’inconnu… Et si, vu de l’espace, l’homme n’était qu’un insecte impuissant ?

Mon avis :

Tome 1

Je remercie Ki-Oon pour leur confiance avec cet envoi.

Comme d’autres éditeurs ont pu le faire ces dernières années, Ki-Oon s’est lancé dans l’adaptation de classiques en manga. Mais ils n’ont pas choisi n’importe quels classiques. Les goûts de leurs patrons les portant plutôt vers la SFFF, je crois deviner, ce sont des classiques de ce genre littéraire souvent décrié que l’on retrouve chez eux, et en fan du genre, j’en suis la première ravie. Ainsi après les oeuvres fantastique et d’anticipation de H.P. Lovecraft que l’on peut lire chez eux depuis 2018, il s’attaque ce mois-ci à un classique de la littérature de science-fiction : La guerre des mondes de H.G. Wells.

Pour se faire, ils ont fait appel à deux auteurs que je ne connaissais pas Sai Ihara au scénario et Hitotsu Yokoshima aux dessins. Il premier officie depuis une vingtaine d’années aussi bien sur des shonen que seinen mais souvent au format assez court comme ici. Il en va de même pour le second avec qui il a souvent été en tandem. Il est cependant connu pour avoir réalisé les dessins du remake Kamen Rider Kuuga (une célèbre série de superhéros japonaise). Pour ce qui est de l’oeuvre originale de H.G. Wells, même si j’en ai souvent eu envie, je dois avouer que je ne l’ai pas encore lue et que je n’ai vu que son adaptation moderne dans le film avec Tom Cruise qui semble pas mal s’en éloigner d’après ce que j’ai pu lire… C’est donc fraiche de toutes influences que j’ai pu découvrir ce titre.

Premier point positif, c’est la qualité de l’objet que nous propose l’éditeur. Ki-Oon nous a vraiment gâtés avec une édition belle et soignée, très solide avec sa couverture rigide, son papier épais et agréable et ses tranches noircies. Je suis vraiment fan. On sent que leur but est d’offrir un livre qui restera durablement dans nos bibliothèque. Le format est plus petit que celui des Lovecraft mais ce n’est pas gênant car cela suffit pour le dessin très simple et aéré de Hitotsu Yokoshima dont les planches sont souvent peu surchargées en cases (5-6 maximum).

L’histoire, elle, va se découper en trois tomes et très vite on comprend que nos auteurs ne vont pas faire dans la dentelle. Ils vont vite très vite pour raconter celle-ci, au point qu’on sent une urgence nous saisir à la gorge pour ne plus nous lâcher. L’ambiance est travaillée pour coller à ce courant de la SF où les rencontres du 3e types sont de vraies menaces terrifiantes pour l’humanité. On tremble face à l’horreur de ce qui se produit ici, horreur renforcée par un trait qui se veut classique et un peu lisse et où l’horreur frappe d’autant plus fort quand elle intervient car on ne s’y attend pas. Les planches où les envahisseurs attaquent font froid dans le dos par leur découpage net et précis presque chirurgical.

Pour nous plonger dans ce récit haletant, nous nous mettons dans les pas d’un jeune photographe qui a été attiré par la rumeur de l’arrivée d’une météorite. Quand il se rend sur le site il découvre tout autre chose. L’angoisse le saisit alors. Le basculement dans la folie est à la fois rapide et progressif, mais quand il arrive il est inéluctable et inarrêtable. On suit alors sa suite presque caméra à l’épaule, mais la force de ce classique ne vient pas de ce héros pour le moment un peu trop lisse et parfait, mais plutôt de tous les va-et-vient et des rencontres qu’il fait. Cela crée une très belle dynamique faisant monter l’angoisse et la pression face à cet envahisseur qu’on ne comprend pas et contre lequel on n’arrive pas à lutter. J’ai vraiment beaucoup aimé retrouver ce sentiment que j’avais déjà éprouvé lors de la vision du film.

Cependant, je noterai quelques bémols. Tout d’abord, j’ai un doute sur la présence de la notion de force de gravité dans le texte d’origine qui date de 1898. Est-ce qu’on savait vraiment alors que celle de Mars représentait 38 % de celle de la Terre ? J’ai eu l’impression de lire un anachronisme mais peut-être que je me trompe. Avis aux connaisseurs 😉 Ensuite, même si c’est appréciable de sentir une telle tension, j’ai aussi l’impression qu’on allait un peu trop vite et qu’on survolait la caractérisation des personnages. Enfin, les dessins sont un peu trop impersonnels pour moi, ils n’ont pas la puissance de ceux de Gou Tanabe sur les textes de Lovecraft.

Ainsi, cette adaptation d’un classique de la littérature de SF fut un bon moment de lecture. J’ai trouvé que c’était une belle initiative de vulgariser ainsi un classique d’un genre si souvent décrié et j’espère que ça ouvrira la voie à bien d’autres adaptations de ce style, surtout dans un format aussi qualitatif en terme d’objet. Cependant, même si ce n’est pas enfantin comme chez Nobi Nobi, j’ai trouvé que ça manquait quand même un peu de personnalité et de relief pour vraiment être mémorable au-delà du texte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

15 commentaires sur “La Guerre des mondes (version manga) par Sai Ihara et Itotsu Yokoshima

      1. Ah oui, je vois, après j’ai pas trouvé ça « jeunesse », mais plutôt une sorte de vulgarisation.
        Dans le jeunesse je partirais plus sur du nobi-nobi ou Kurokawa.

        Aimé par 1 personne

      2. J’ai un sens plus large que beaucoup quand on parle de jeunesse, j’englobe les ados, c’est pour que je parle de ce public. C’est un bon moyen pour les réfractaires parmi eux au mot « classique » de lire ce titre je crois ^^
        Mais on se rejoint totalement sur le côté vulgarisation, ça c’est sûr 😉

        Aimé par 1 personne

      3. Ah oui, je compte aussi les ados, mais j’sais pas, même comme ça, je trouve le terme un peu réducteur 😆
        Genre moi, qui ne suis pas un ado, je suis bien content d’avoir lu ce manga, ça peut me conduire à tester le livre 😍

        Aimé par 1 personne

      4. Pour moi y a rien de réducteur, au contraire je trouve normal d’aller vers des titres dont on n’est pas forcément le public cible. On peut être adulte et aimer ce qui est jeunesse et y porter un autre regard.
        Mais tant mieux si toi aussi ça t’a donné envie de lire le roman, c’est mon cas aussi ^^

        J'aime

      5. Mais évidemment, je lis des titres jeunesse sans aucun soucis, tkt.
        Ce que je trouve réducteur, c’est surtout de classer ce manga en « jeunesse » alors qu’il ne l’est pas, on a ici un seinen assez dur et violent. C’est bien sur moins profond que le livre, mais perso, je conseillerais pas ça a des jeunes, il y a des pages assez trash ^^
        Je pense qu’on ne s’est pas bien compris sur ce titre xD

        Aimé par 1 personne

      6. Eh bien on ne sera pas d’accord. Je le recommanderais sans souci à des collégiens. Je lisais moi aussi ce type d’ouvrage sans souci à l’époque et je trouve bien plus réducteur de les détourner de ce type de titre.
        Je crois que malheureusement on ne tombera pas d’accord sur notre définition des lectures jeunesses et sur ce titre ^^!

        Aimé par 1 personne

      7. tout dépend des collégiens non ? à 11 ans tu laisserais ton gosse lire ça ? Y’a des morts partout, des corps découpés etc.. Quand on voit les PEGI dans les jeux vidéos ou les recommandations à la TV, je trouve ça un peu dur pour un collégien, surtout 6ème et 5ème xD
        Enfin, je te crois, après tout tu t’y connais mieux que moi, puisque tu en fréquentes avec ton métier, moi je les vois peut-être encore trop comme des enfants naïfs xD

        Prochaine étape, on distribue GTA en primaire o/

        Aimé par 1 personne

      8. Tu sais, j’ai lu Gunnm alors que j’étais à la fin du primaire et certains de mes élèves de CE1 ont vu des films comme Ça ou Chucky… Mais honnêtement, je tablais plus sur des élèves de 5e – 4e vu que c’est l’âge auquel j’ai découvert des bouquins de SF comme Dune, Hypérion, Fondation, Les Princes d’Ambre ^^

        Et tu plaisantes avec GTA mais on en a qui doivent y jouer les discussions dans la cour U.U

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s