Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Lonely World d’Iwatobineko

Titre : Lonely World

Auteur : Iwatobineko

Editeur vf : Ki-Oon (seinen)

Années de parution vf : Depuis 2021

Nombre de tomes vf  : 2 (en cours)

Résumé : Une fillette et son protecteur golem sur les traces de l’humanité disparue… Les golems sont des robots autonomes, créés pour remplir toutes les fonctions nécessaires à la société. Même en l’absence d’humains, ils continuent leur travail inlassablement… Shii, une petite fille, erre seule dans une ville remplie de ces machines, où d’effrayants « cônes’ la poursuivent sans qu’elle sache pourquoi. Dans sa fuite, elle ne croise aucun autre représentant de son espèce.
Seuls des golems la fixent en silence… Alors qu’elle est sur le point d’être capturée, l’un d’entre eux, Bulb, lui porte secours et l’invite à le suivre chez son maître. Or, celui-ci est décédé depuis longtemps… mais le robot n’en a pas conscience. Et lorsque Shii le lui apprend, il enclenche le mode auto-destruction ! La fillette panique. Cet automate est son unique soutien depuis qu’elle s’est réveillée le jour même, sans mémoire ni repère…
Elle le convainc d’accepter une nouvelle mission : la protéger, elle, la dernière humaine ! Avec son aide, elle devra se faire une place dans ce monde étrange et résoudre le mystère de la disparition de ses créateurs… Entrez dans l’univers à la fois poétique et inquiétant de Lonely World, où l’humanité a repoussé trop loin les limites de la science…

Mes avis :

Tome 1

Depuis quelques années, les relations jeunes humains – golem ou créatures surnaturelles ont la côte. Je suis pour ma part assez bon public et avec l’arrêt au Japon de Somali, pour raison de santé de l’auteur, j’ai donc été contente de voir la relève assurée par Lonely World.

Ce seinen issu du magazine Manga Action de l’éditeur Futabasha est tout juste lancé au Japon avec ses deux petits tomes parus. C’est la jeune autrice Iwatobineko qui est derrière cette nouvelle série à l’étrange cadre post-apocalyptique. Cependant, elle ne va pas bien vite avec ces 2 petits tomes sortis en l’espace de 3 ans et il faut espérer qu’une suite arrivera prochainement.

Pour ce qui est de ce premier tome, il nous invite à plonger dans un univers plein d’une mélancolique poésie. Nous découvrons une étrange ville peuplée de golems qui semblent vivre en autonomie et autarcie, seuls sans humain. Le jour où débarque une petite fillette poursuivie par un groupe d’entre eux, les autres sont fort surpris et l’un d’eux Bulb la prend sous son aile.

J’ai beaucoup aimé découvrir l’étrangeté de cet univers à travers le regard naïf et vierge de notre jeune héroïne qui vient de se réveiller dans un monde qui lui est inconnu. Il faut juste accepter certaines petites facilités comme le fait que malgré son absence totale de souvenirs elle sache parler et faire plein de choses par exemple. Elle nous entraîne en tout cas rapidement avec ses aventures dans les méandres de cette cité aux faux airs de cité interdite. Tout est mystérieux et entraînant, donnant envie d’en découvrir plus sur ce qui se trame derrière cette fausse tranquillité.

L’autrice a imaginé un monde rempli de golems aux fonctions diverses et variées, dont la principale fonction, comme dans les lois robotiques d’Asimov, repose sur la sauvegarde de l’humanité. Shii étant la seule humaine du coin, forcément ils font tout pour la protéger et lui venir en aide. Mais ce serait un peu trop simpliste si cela s’arrêtait là. Il y a comme bien souvent un aspect retord dans cette loi qu’on voit venir à découvrir au fil des rencontres et des aventures de notre jeune héroïne. C’est donc moins simple que prévu.

L’ambiance a des faux airs de titres connus, notamment de par l’architecture de cette ville, les tissus et aux motifs qui la recouvre elle et ses habitants. Nous sommes donc dans un titre qui dégage une aura réconfortante. L’histoire, elle, est également un peu cousu de fil blanc. Pour qui a déjà lu de la SF avec un personnage débarquant dans un monde inconnu, se trouver un protecteur, puis faire des rencontres troubles et partir à la recherche de ses origines n’a rien d’original. Pour autant, tout est bien fait ici et cela rend le récit entraînant et l’histoire immersive.

Les dessins d’Iwatobineko sont un peu irréguliers au début, avec des cases qui franchement détonnent par rapport aux autres, et des moments où cela manque un peu de décor en arrière-plan. Mais très vite cela s’améliore pour donner quelque chose de vraiment joli avec son air ethnique. J’ai beaucoup aimé la variété de design proposé pour les golems, ainsi que la poésie des lieux qui sont vraiment dépaysant. Cependant, je ne peux m’empêcher de penser à Nadia ou le secret de l’eau bleue quand j’y regarde de plus près, ce qui est une jolie référence vu que j’avais beaucoup aimé ce dessin animé à l’époque.

Lonely World est donc un nouveau titre du catalogue de Ki-Oon qui a su me séduire, non pas par l’originalité de son univers mais par le charme de son ambiance. Si vous êtes férus de mystères comme moi et que vous aimez les histoires dont les héros sont de jeunes enfants innocents, ce titre est fait pour vous. Si vous cherchez une SF post-apocalyptique plus sombre et adulte, je ne suis pas sûre que vous y trouverez ce que vous cherchez. A vous de voir 😉

>> N’hésitez pas aussi à aller lire les avis de : L’apprenti Otaku, Les voyages de Ly, La pomme qui rougit, Vous ?

Tome 2

Après une découverte sympathique mais en demi-teinte, le deuxième tome confirme malheureusement ce sentiment. J’aime l’univers, j’aime le folklore des dessins, mais il me manque cruellement quelque chose auquel vraiment me raccrocher.

Iwatobineko surfe clairement sur la monde de ces titres où les enfants sont plongés dans des mondes imaginaires étranges et cruels aux côtés d’une créature qui les protège. Le fait cette fois d’accoler un golem et toute une civilisation moribonde à cette jeune enfant, qui en plus a perdu la mémoire, est une bonne idée. Encore faut-il savoir l’exploiter et c’est encore bien timide chez l’autrice. On sent qu’elle est jeune, qu’elle tâtonne, qu’elle ne sait pas encore bien quelle direction prendre, alors elle tente des choses, mais ça manque de profondeur et de relief.

Dans ce nouveau tome, Shii poursuit sa découverte des golems et de la ville. Emmenée par le golem Teefer après que Bulb ait été très abîmé en tentant de la sauver des cônes qui la poursuivent, Shii se lie avec de nouvelles créatures. On revient encore une fois sur le lien entre humains et golem/robots avec cette obligation pour ces derniers d’obéir aux premiers. J’ai aimé la façon toute mignonne dont l’autrice contourne un peu la règle, c’est sympathique mais ça reste superficiel, tout comme le traitement réservé à la fin de vie de certaines créatures croisées. L’ensemble manque de noirceur et de réflexions plus profondes.

Il en va de même par la suite lors des retrouvailles avec Bulb et les chapitres qui vont viser à aller le faire réparer. On retrouve la relation attachante des deux héros, une relation de dépendance émouvante où chacun est la béquille émotionnelle de l’autre. A défaut d’être original, c’est gentillet de voir Bulb développer des émotions et apprendre à prendre soin de Shii. Chaque rencontre est l’occasion pour Shii de montrer combien elle a grand coeur pour ces golem laissés à l’abandon. Elle est émouvante dans sa recherche et son partage d’affection. Mais c’est un peu léger pour moi.

La ville que l’on continue à découvrir, elle, me fascine avec ces différentes strates, avec ce qu’on découvre au détour des conversations sur ce qu’on fait les humains autrefois : reprogrammation des robots, fin de vie, esclavage sexuel, robot-nourrice, etc. Je regrette juste que cela ne soit qu’à la marge de la marge de l’histoire et qu’on passe plus de temps à trouver la relation des héros mignonne qu’à approfondir tout ça. Ça donne le sentiment qu’on nous offre un très bel écrin qu’on ne peut qu’admirer de loin sans en voir toutes les richesses et c’est frustrant.

Le dessin d’Iwatobineko, lui, s’améliore de page en page. Il y a moins de maladresses qui sautent aux yeux. Les cases sont un peu plus remplies. Il y a toujours une belle attention à développer un univers qui s’appuie sur un folklore moyen-oriental et/ou hindou qui me plait bien. La vision qu’elle offre de la ville, inspirée de titres comme Gunnm et son Zalem m’a beaucoup plu.

Reste qu’une fois le tome refermé, je ne garde pas grand-chose en mémoire de cette série conçue pour être agréable à lire grâce à des personnages attachants qu’on a envie d’aider et de soutenir, mais évoluant dans un univers sous-exploité, ce qui est particulièrement frustrant. Lonely World est sympathique mais il reste trop superficiel pour moi.

(Merci à Ki-Oon et Sanctuary pour ces lectures)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

10 commentaires sur “Lonely World d’Iwatobineko

  1. Ca m’a amusé tes remarques sur les facilités scénaristiques comme le fait que Shii sache faire plein de choses et parler, c’est le genre de détail que je ne relève pas souvent quand je suis plongé dans ma lecture.

    Sinon plutôt d’accord avec ce que tu dis, comme tu le sais, j’ai bien apprécié malgré le manque d’originalité. Le mystère fonctionne sur moi du coup je suis plutôt content.

    Le souci de rythme que tu soulève me fait peur par contre.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est le défaut de la chroniqueuse en moi, je cherche toujours les + et les – dans mes lectures et à moins d’un coup de coeur, j’ai toujours ça derrière un coin de ma tête quand je lis ^^!

      Je suis plus difficile côté mystère même si c’est un élément qui me plait. Trop de pétard mouillé, j’ai besoin de solide et j’espère vraiment voir le titre aller au bout 😀

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s