Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

In Summer de Seong Ryul

Titre : In Summer

Auteur : Seong Ryul

Editeur vf : Le Lézard Noir

Année de parution vf : 2021

Nombre de pages  : 176

Résumé : « J’ai rencontré une fille bizarre…. Elle est encore plus bizarre que je l’imaginais. Mais pourquoi je me soucie d’elle ? »
Tu es venue à moi un jour comme un soleil brûlant et éblouissant. Peut-être m’as-tu attendu tout le temps dans un paysage où je suis passé une fois ?
La crise d’adolescence brûlante que j’ai traversée durant les jours d’un été reste toujours dans mon cœur comme une légère fièvre. Cet été, qui pourrait ressembler à un cauchemar, mais pourquoi je n’arrête pas d’y penser ? En me demandant comment les lecteurs trouveront les enfants de mon histoire, mon cœur palpite.
Deux histoires d’amitié, dans de claires tonalités estivales.

Mon avis :

Il y a quelques années, je n’osais pas me pencher sur le catalogue du Lézard noir et ses titres assez particuliers à l’époque, très tournés Ero-Guro, mais depuis qu’ils ont élargi celui-ci, je trouve régulièrement des petites pépites comme ici.

Oneshot entièrement en couleur d’un jeune illustrateur coréen suivi par plus de 100 000 internautes sur Instagram, In Summer est la première publication officielle de Seong Ryul, qui couche sur papier des scènes du quotidien avant qu’elles ne disparaissent. Préférant l’aquarelle au numérique, il nous offre un titre cru mais onirique, dans la veine de ces titres estivaux que nous offre l’éditeur depuis quelques années. Un volume vraiment marquant.

Présenté sous la forme d’un recueil regroupant deux histoires se déroulant en été comme l’indique son titre, In Summer est surtout une belle chronique sociétale entre rêve et réalité cruelle où nous suivons des enfants victimes de harcèlements et brimades de la part de leurs camarades et qui font quand même tenter de lutter contre.

Le ton est volontiers un brin fantastique et surtout il nous offre à chaque fois une belle aventure. Dans la première histoire, la victime tente de vivre sa vie tranquille avec son chat en ignorant ses méchants camarades, mais lorsque son chat disparait, rien ne va plus. Heureusement il va rencontrer une jeune fille fantasque qui va l’accompagner dans ses recherches.

Avec ces deux enfants, nous voyons la ville autrement. Nous découvrons de jolis tableau de celle-ci alors que la chaleur estivale monte et que l’ombre devient une denrée précieuse. Ils vivent des aventures dignes des romans pour enfants en parcourant la ville et ses chemins cachés à la recherche du chat du héros. Cela a de loin un petit air de Miyazaki dans Le royaume des chats, et surtout cela m’a beaucoup rappelé l’étrangeté et le fantastique d’une Alice au pays des merveilles à la sauce japonaise, avec un héros qui ne sait plus trop ce qui est fiction ou réalité.

Il faut dire que la réalité qu’il vit n’a rien de glorieuse. Le jeune garçon sort du lot par son intelligence et son inventivité, ce qui le désigne comme la victime idéale des petits voyous du coin malheureusement. Ainsi derrière l’histoire légère de la recherche d’un chat, se cache en fait une belle diatribe contre le harcèlement dont certains sont victimes.

La seconde histoire est du même tonneau. On y retrouve une ancienne et présente victime de harcèlement qui le temps d’un été vont vivre une jolie aventure ensemble. Cette fois pas de fantastique mais plutôt les remords d’un passé révolu où une amie a été victime de harcèlement et ne s’en est par sortie.

C’est à nouveau une histoire pleine d’aventure, sur fond de ville côtière, de plage et d’aquarium cette fois, avec des héroïnes plus âgées mais qui vivent sensiblement la même chose. L’une est en voyage commémoratif en quelque sorte, quand elle croise l’autre qui cherche une bouée pour se sortir de la galère où elle se trouve. Et ensemble elles seront plus forte que le passé de l’une et de le présent de l’autre. C’est à nouveau une histoire très émouvante.

J’ai beaucoup aimé les dessins à l’aquarelle de Seong Ryul pour mettre en scène ces deux histoires dramatiquement poétique. Son encre coule des pages et dépasse le cadre des dessins et les limites corporelles des personnages, comme leurs larmes et leurs sentiments leur échappent et dépassent leur corps. C’est tragiquement émouvant. L’auteur joue également des ambiances. Dans la première histoire, on est dans une ville bucolique où les rayons du soleil brûlent à travers les frondaisons de la végétation. Il y a un superbe jeu sur les ombres et leur pouvoir fantastique, ainsi que sur la pluie et son pouvoir mélancolique. Dans la seconde histoire, c’est l’eau et le sable qui nous collent à la peau et aux pieds à chaque page, avec des pages d’une grande magie lorsqu’elles sont à l’aquarium, rappelant alors Igarashi Daisuke dans Les enfants de la mer.

Ainsi, ce oneshot n’est peut-être pas indispensable mais il offre deux très belles histoires poignantes où la détresse des personnages face à un harcèlement vécu se traduit par de belles aventures humaines où poésie et fantastique se mélangent pour nous emporter dans de superbes aventures estivales, portées par un trait extrêmement poétique. J’ai adoré !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 commentaires sur “In Summer de Seong Ryul

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s