Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Le Chat qui rendait l’homme heureux et inversement d’Umi Sakurai

Titre : Le Chat qui rendait l’homme heureux et inversement

Auteur : Umi Sakurai

Éditeur vf : Soleil

Années de parution vf : Depuis 2021

Nombre de tomes vf : 2 (en cours)

Résumé : Fuyuki Kanda est seul et triste. Un jour, il décide d’entrer dans une animalerie où il remarque Fukumaru, un chat pas très beau, gros et plus très jeune. Ce dernier semble triste et désespéré car personne ne veut de lui. Pourtant, de manière inattendue, l’homme va l’adopter ! Ainsi commence l’histoire d’un quotidien plein de tendresse, entre un homme et un chat en mal d’amour.

Mon avis :

Tome 1

Aujourd’hui sort à nouveau sur les étals un nouveau titre avec un chat. Encore me direz-vous ? Oui, mais ici, l’autrice nous propose un titre entre humour, drame et tranche de vie, particulièrement mignon, touchant et émouvant. Comment ne pas craquer ?

Dans un format un peu plus grand et un peu plus fin que la normale mais avec quelques pages couleurs en prime, je découvre le premier titre d’Umi Sakurai a être édité chez nous. Série toujours en cours au Japon avec 7 tomes, Le Chat qui rendait l’homme heureux et inversement a d’abord été publié par Square Enix dans son magazine Shonen Gangan. Shonen tranche de vie donc, il a cependant tout pour plaire également aux amateurs de titres plus adultes tant il reprend les codes, brouillés un peu désormais, du seinen et du josei.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé découvrir les courtes scénettes de la vie de tous les jours de cet homme veuf et de son chat qu’il vient d’adopter. Au fil de leurs petites aventures, nous en apprenons plus sur chacun d’eux et nous voyons comment chacun vient combler la solitude de l’autre pour ainsi former un joli duo inédit : celui du beau vieux monsieur et chat patapouf dont personne ne voulait.

Les histoires courtes qui les mettent en scène gagnent petit à petit en longueur mais reste dans un format bref qui reprend les codes des séries humoristiques. C’est classique et efficace, jouant sur l’altérité des deux personnages, mais aussi sur leur méconnaissance de la vie à deux entre un humain et un animal pour chacun. Ainsi, le chat Fukumaru découvre-t-il la vie en appartement avec un maître après avoir passé des mois (des années ?) enfermé dans une cage dans une animalerie. Son maitre, lui, apprend à vivre seul avec un animal de compagnie, lui donnant tout l’amour qu’il ne peut plus donner à sa femme. Ils ont tous les deux des blessures à combler grâce à la présence de l’autre.

Ensemble, ils vont découvrir les petits rien qui dans la vie rendent heureux. C’est adorable de voir ce beau vieux monsieur prendre aussi bien soin de son chat tout moche et devenir gaga de lui. J’adore le contraste dans les dessins et l’histoire entre le côté beau et classieux du maître et celui plus cartoonesque de Fukumaru. C’est drôle et touchant de voir celui-ci découvrir la vie. C’est d’ailleurs une bonne idée de nous permettre aussi d’entendre ses pensées, même si bien sûr le côté humanisé de celles-ci, leur font perdre un peu en réalisme ce qu’elles gagnent en fraicheur.

Vous l’aurez compris, tout m’a séduit dans ce tranche de vie où un format court humoristique se mêle à un quotidien tendre et touchant. Umi Sakurai a su trouver la bonne recette pour renouveler le genre du manga de chat pour moi qui n’avais lu que Chi, Le chat aux sept vies et La Fille du temple aux chats. J’ai été émue par la rencontre de ces deux êtres solitaires et la petite vie qu’ils se construisent. J’ai ri de leurs bêtises comme j’ai eu de la peine pour leurs drames. Un bien bel arrivage chez Soleil.

>> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Les voyages de Ly, MangAstra, Chloé, Sydouce, Vous ?

Tome 2

Voilà le retour d’une grosse dose d’émotion toute douce et mignonne qui met un gros boost au coeur !
Ce tranche de vie tout simple reposant sur la rencontre d’un veuf qui se sent un peu seul et d’un chat que personne ne voulait adapter est une bouffée d’air frais !

Umi Sakurai a parfaitement ciblé pour ce qui pouvait attendrir notre coeur dans le quotidien entre un maître et son chat et s’emploie à nous le rendre à travers des chapitres courts de longueurs diverses, de la simple page à un petit chapitre de 5-6. Aucune répétitivité ne naît de l’exercice surprenamment, alors qu’on aurait pu le croire et nos sentiments pour les héros ne font que croître.

Dans ce nouveau tome, j’ai adoré voir les héros se dévoiler maintenant qu’ils sont installés ensemble. On ressent beaucoup d’émotion lorsque cet homme veuf a un coup de blues et repense à sa femme défunte, à leur vie à deux, ou à son enfance solitaire. C’est déchirant mais le réconfort qu’il trouve dans les bras de son chat Fukumaru est un vrai rayon de soleil qui réchauffe son coeur et le nôtre. Magnifique !
Alors oui, les scènes et situations s’enchaînent rapidement. Elles n’ont rien d’original. Mais ça fait du bien aussi de voir porter en image un quotidien aussi positif où même la déprime a voix au chapitre mais est tournée de façon à nous faire avancer et aller mieux au final.

J’adore l’ambiance douce et chaleureuse du titre avec cette pointe de mélancolie. Les héros sont éminemment positif. C’est attendrissant de voir cet homme d’âge mûr s’attendrir à ce point pour son chat, jouer comme ça avec lui, tout lui passer et aller même jusqu’à dormir avec lui. Il offre à cet être dont personne ne voulait un foyer vraiment chaleureux et voir celui-ci s’étaler sous nos yeux nous fait un bien fou.
Le jeu de l’alternance entre le dessin super classe du héros, cassé par son chat tout moche et ses airs de papa gâteau, renforcent ce sentiment de plénitude. C’est archi chaleureux.

Ainsi les aventures de Fukumaru et son maître continuent de me plaire et de me faire du bien. C’est attendrissant de les voir ensemble. Après un tome consacré à leurs premières fois, voici une suite qui nous propose de les voir plus dans un quotidien installé. L’occasion ainsi de revenir sur leurs failles et traumas avec tendresse et émotion, mais toujours positivement car l’amour est plus fort que tout !

(Merci à Soleil et Sanctuary pour ces lectures)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© 2018 Umi Sakurai / Square Enix

10 commentaires sur “Le Chat qui rendait l’homme heureux et inversement d’Umi Sakurai

  1. Je ne vais pas te faire l’affront de te dire que je suis méga tentée depuis l’annonce de sa sortie, même si le format scénettes, ce n’est pas ce que je préfère. Heureusement, ce genre d’histoires s’y prête à merveille et puis, il y a l’air d’avoir beaucoup de tendresse entre ce veuf et son chat et de l’émotion entre les pages.

    Aimé par 1 personne

    1. Ça n’aurait pas été un affront, juste une confirmation 🤣
      Oui, l’émotion est au rendez-vous et j’avoue que j’apprécie d’avoir un héros plus âgé qu’habituellement. Après comme je le disais plus haut, j’appréhende un peu la lassitude sur la longueur…

      Aimé par 1 personne

      1. Ou la preuve que je commence déjà à radoter 🙂
        C’est vrai qu’avoir un héros d’âge plus mûr, ce n’est pas si courant.
        La lassitude, c’est ce que je crains avec le format petites scènes de vie, mais bon, la vie avec un chat, ce n’est jamais ennuyant 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s