Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

We must never fall in love ! de Haru Tsukishima

Titre : We must never fall in love !

Auteur : Haru Tsukishima

Traduction : Marie-Saskia Raynal

Éditeur vf : Pika (shojo – cherry blush)

Années de parution vf : Depuis 2022

Nombre de tomes : 1 / 9 (en cours)

Histoire : Après avoir été rejetée par celui qu’elle aime depuis toujours, Sakura pensait que les choses ne pouvaient pas être pires… Jusqu’à ce qu’elle réalise qu’un inconnu avait assisté à toute la scène ! Embarrassée et abattue, seule la perspective de sa rencontre avec son nouveau petit frère, suite au remariage de sa mère, lui permet de garder le moral. Or, il s’avère que ce « petit frère », Kaede, est non seulement un beau et séduisant lycéen de son âge, mais surtout celui qui l’a vue se prendre un râteau ! Une cohabitation mouvementée s’annonce avec ce garçon un peu trop protecteur…

Mon avis :

Tome 1

Mon goût pour les shojo me porte à être toujours curieuse de chaque nouvelle série qui a l’air un tant soit peu mignonne qui sort. Du coup, même quand c’est sur un thème éculé comme la relation entre un frère et une soeur par alliance qui viennent de faire connaissance, je suis au rendez-vous. Et ici, l’autrice de Entre toi et moi revient avec un titre qui maîtrise parfaitement les codes pour séduire les amateurs.

J’avoue avoir cherché un temps où j’avais bien pu croisé ce coup de crayon dont la finesse des traits me disait quelque chose. Haru Tsukishima, déjà croisé dans Entre toi et moi chez Kana a effectivement un trait tout doux, un peu évanescent même parfois et fait toujours un très joli travail sur les regards, ici, notamment celui de Sakura, l’héroïne, qui a de très beaux yeux de chats. Mais surtout, l’autrice aime s’amuser à reprendre de manière presque parodique les classiques du shojo. Dans Entre toi et moic’était la cultissime scène du plaquage contre le mur qui revenait souvent. Dans We must never fall in love, c’est l’amour interdit entre un frère et une soeur par alliance qui viennent d’emménager ensemble. 

Alors oui, il n’y a rien de neuf sous le soleil ici, mais quand on lit l’avertissement de l’autrice qui dit qu’elle a « la ferme intention d’utiliser absolument tous les passages obligés d’un shojo manga« , on peut aussi prendre la lecture au second degré, comme une parodie et alors on s’amuse de beaucoup à lister ces fameux passages qui nous tombent dessus. J’ai ainsi pris beaucoup de plaisir à aller à la rencontre de Sakura et Kaede, son nouveau petit frère pas si petit, qui adore se promener torse nu à la maison.

Les chapitres sont comme promis un enchaînement de scènes plus truculentes les unes que les autres où forcément les hormones de nos héros vont gentiment se réveiller. Tout commence sur un quiproquos avec Sakura qui pense avoir un petit frère vraiment petit, mais se retrouve avec un frère qui a son âge. Pire, c’est le garçon qui vient de la voir se prendre un râteau par le beau gosse des premières années… Ça débute mal.

Mais ce qui fait tout le charme, c’est aussi le caractère de Sakura, une jeune fille franche, qui a vraiment envie de faire plaisir à sa mère, son nouveau père et de protéger comme elle peut son nouveau frère même si elle est extrêmement maladroite et se met elle-même dans les pires situations. La situation va donc très vite être inversée et c’est lui qui va régulièrement venir à sa rescousse dans des situations effectivement tirées des pires clichés du shojo, mais toujours avec humour pour nous lecteurs. Il est ainsi très drôle de le voir la sauver de malaises à répétition dans la salle de bain, d’un rdv arrangé foireux au karaoké, d’une situation gênante au centre commercial avec celui qui lui a mis un râteau, et j’en passe. L’autrice semble s’amuser comme une petite folle à caser ces scènes attendues où le héros va venir la sauver sur son cheval blanc. 

Sauf que Sakura veut malgré tout être elle-même la sauveuse de son frère. Il est donc adorable de la voir au quotidien tout faire pour tenter de l’intégrer au mieux dans leur famille mais aussi au lycée malgré les bourdes qu’elle commet. Elle est vraiment toute mignonne et ce côté mignon, on le ressent puissance 10, quand en prime elle va forcément se mettre doucement à craquer pour lui, qui comme elle, est d’une maladroite prévenance envers elle. Un équilibre entre deux être qui se ressemble et qui mène à une inexorable romance interdite dont on a déjà les prémisses lors de quelques scènes prévisibles à la maison.

Rien de bien innovant donc dans We must never fall in love !, mais une parodie des shojo romantiques gentiment drôle et donc réussie pour peu qu’on lise le titre au second degré. On s’amuse de la candeur des héros et des situations improbables où ils se retrouvent conduisant à leur rapprochement interdit. Si vous avez aimé l’humour tendre et décalé d’Entre toi et moi, sa précédente série, vous devriez aussi vous amuser et craquer ici. Ce fut mon cas et j’adore vraiment les beaux yeux candides de Sakura. Une seule crainte : la longueur de la série, 9 tomes…

(Merci à Pika et Sanctuary pour cette lecture)

 > N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

©2018 Haru Tsukishima

 

9 commentaires sur “We must never fall in love ! de Haru Tsukishima

  1. J’avais vu passer sur Twitter l’intention de l’autrice « d’utiliser absolument tous les passages obligés d’un shojo manga » et j’avoue que ça m’avait intriguée, mais pas assez pour prêter plus attention à ce manga dont le résumé m’avait semblé bateau. Mais ton avis qui met bien en avant la manière dont la dimension parodique fonctionne à merveille me donne bien envie de me lancer dans cette histoire qui semble toute mignonne ! J’aime aussi beaucoup le style des dessins.

    Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que les lignes et les couleurs ont l’air très douces, un vrai sucre d’orge 🤭 L’histoire semble rigolote avec cette pauvre Sakura qui enchaîne les maladresses, une héroïne attendrissante apparemment. Par contre, c’est vrai que 9 tomes, ça peut paraître long, a voir ce que réserve l’auteure 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Exactement, un très bon bonbon sucré et régressif qui attendrit et amuse.
      Mais oui, j’avoue que plus ça va, plus j’ai du mal avec le trop de tomes sur ce type d’histoire qui en mériterait moins bien souvent ^^!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s