Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Darwin’s Incident de Shun Umezawa

Titre : Darwin’s Incident

Auteur : Shun Umezawa

Traduction : Frédéric Malet

Éditeur vf : Kana (Big)

Année de parution vf : Depuis 2022

Nombre de pages  : 1 (en cours)

Résumé : Charlie est né en laboratoire à la suite d’expérimentations génétiques, d’un père humain et d’une mère chimpanzé ; il est un « humanzee ». Spécimen unique, Charlie est recueilli et élevé en famille par un couple formé par un scientifique spécialiste des primates et par une avocate. 15 ans plus tard, Charlie le humanzee intègre le lycée et il fait la rencontre d’une jeune fille du nom de Lucy.
Pourtant, l’arrivée de Charlie dans la communauté humaine va créer une onde de choc. Bien vite, les implications de son existence secouent la société américaine et, au-delà, suscite des questions au niveau mondial… Entre des activistes véganes radicaux qui veulent en faire leur emblème et les bien-pensants qui estiment qu’il est la preuve vivante des dérives de la science, Charlie, qui incarne l’évolution malgré lui, va se retrouver au centre de bien des enjeux ! Lui qui aspire juste à avoir la vie la plus normale possible…
Quelles réponses l’intelligence particulière de Charlie va-t-elle trouver face aux terribles difficultés qui se présentent à lui ?

Mon avis :

Tome 1

Moi quand on me vend un titre avec un singe en couverture et Darwin dans le titre, forcément ça ne peut que faire biper mes signaux d’amatrice de SF et de philosophie sur la nature de l’homme, l’humanité.

Avec une forme de classicisme relevant de l’art, Shun Umezawa qui depuis ses premières productions se frotte à la science-fiction et au thriller, nous présente un très bon mélange des deux, dans un titre en cours de 4 tomes, désormais bien connu depuis qu’il a remporté le Prix Taishô cette année, alors qu’il n’est publié dans le Monthly Afternoon que depuis juin 2020. On comprend très bien ce prix précoce dès qu’on entame notre lecture.

Shun Umezawa officie depuis une dizaine d’années et si on ne le connaissait pas vraiment à l’étranger, il a dû faire ses armes au Japon, car on sent dès les premières pages une très grande maîtrise, maîtrise de sa narration, maîtrise des genres qu’il va exploiter, maîtrise de ses personnages et idées. Concrètement, je n’ai pas trouvé de défauts à ce premier tome.

J’ai été happée par le récit d’entrée de jeu. On est dans une ambiance très américaine, rappelant nombre de séries à tension de ce pays qui ont su nous passionner. On y découvre un monde légèrement futuriste qui pourrait très bien être le nôtre hormis quelques avancées qui sont parfaitement inscrite dans le récit. On y sent donc l’influence d’une SF d’anticipation très proche de nous et ça fonctionne à merveille.

Le thème général nous embarque dans un monde où le héros est mi-humain, mi-chimpanzé, avec le meilleur côté de chacun, l’intelligence de l’un et la force de l’autre. C’est un personnage singulier qui réfléchit beaucoup, ce qui le rend marquant et attachant. Mais forcément une telle créature dérange et suscite des intentions et ambitions. Le premier tome pose donc les enjeux : des terroristes qui se disent vegan, qui utilisent cet idéal de vie pour semer la terreur et qui compte bien utiliser notre héros, Charlie. Avec lui et ses parents, un scientifique et une avocat qui l’ont adopté et élevé, il est justement question de ce qu’est la vie d’un vegan et de la réception par des gens en face qui sont souvent opposés et braqués.

L’auteur touche donc des sujets sensibles : le terrorisme, la haine de l’autre, la différence : représentée par Charlie et par les vegan, mais aussi la question de la définition de l’humanité telle qu’on peut la retrouver posée depuis la Controverse de Valladolid. Et il manie ces concepts avec une aisance, une finesse et une justesse rare. Je trouve qu’il pose à chaque fois la bonne distance. Il pose les bonnes questions, trouve les bonnes réponses qui parfois n’en sont pas et c’est normal. J’ai beaucoup aimé. J’ai aimé les réflexions derrières, j’ai aimé la liberté des échanges, j’ai aimé les libertés de choix.

L’ensemble mélange développements sur les progrès scientifiques avec ce que peut être Charlie, des réflexions philosophiques sur nous et les êtres pensants qui nous entourent, mais aussi une ambiance de thriller à l’américaine palpitant et stressant, avec en prime un touche adolescente et familiale. C’est très riche.

Le dessin est peut-être, et je dis bien peut-être, le point le plus faible ici car il est assez passe partout, parfaitement dans la norme seinen, sans rien qui dépasse, sans point saillant remarquable le faisant sortir du lot. Cependant, est-ce qu’on peut le lui reprocher ? Absolument pas car il est très propre, très bien fait, avec de vraies gueules qui sortent des caractéristiques asiatiques pour vraiment coller à l’ambiance américaine, et surtout il y a deux-trois planches vraiment saisissantes avec Charlie et son regard globuleux, qui happent et font froid dans le dos.

Je me doutais avant d’entamer cette lecture que j’allais aimer Darwin’s Incident mais je ne pensais pas que ce serait à ce point. On est dans un hommage très actuel de la Planète des singes avec des réflexions philosophiques et de société qui parlent aux gens des années 2020, le tout dans un format classique mais parfaitement maîtrisé, qui est plein de tensions et de mystères, qui pousse à la réflexion et qui percute. Je n’en demandais pas tant. J’ai adoré !

>> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : L’Apprenti Otaku, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

©2020 Shun Umezawa / ©Kana (Dargaud-Lombard.s.a.) 2022

12 commentaires sur “Darwin’s Incident de Shun Umezawa

    1. Tu as raison, vu comme c’est sur un fil parfois, on n’est pas à l’abri d’une chute. Mais ça fait du bien de ne pas bouger son plaisir sur un titre qu’on n’attendait pas forcément comme ça ^^

      J’aime

  1. Le titre m’avait intriguée, mais contrairement à toi, la couverture ne m’avait pas donné envie d’aller plus loin alors que ce manga semble riche de réflexions intéressantes, et d’offrir un personnage atypique que l’on a envie de découvrir et de suivre. Quant aux illustrations, j’accroche beaucoup, du moins aux planches que tu as mises en exemple.

    Aimé par 1 personne

    1. La couverture peut avoir un double effet. Soit ça rappelle King Kong et La planète des singes et ça fait envie, soit on voit juste un singe et bof.
      Si tu as aimé les illustrations ici, ça devrait te plaire, car elles sont vraiment représentatives, et comme tu l’as compris c’est un manga riche de réflexions, vraiment pertinent.

      Aimé par 1 personne

  2. Je vois que comme beaucoup tu as adoré le premier tome et je te rejoins sur toutes les qualités que tu évoques. J’ai également beaucoup aimé mais je trouve l’ensemble un peu trop classique pour l’instant (les dessins y sont certainement pour beaucoup). Mais ça fait du bien de lire un manga aussi efficace et comme tu le dis, riche! Cela promet sur la durée

    Aimé par 1 personne

    1. Tu n’as pas tort non plus quand tu dis que c’est classique. Oui les dessins renforcent cette idée mais l’ensemble est aussi déjà vu pour qui lit de la SF hors mangas, mais personnellement ça ne me dérange pas tant que c’est bien fait ^^

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s