Livres - Science-Fiction

Superluminal de Vonda N. McIntyre

Titre : Superluminal

Auteur : Vonda N. McIntyre

Traduction : Daniel Lemoine

Éditeur : Mnémos (Stellaire)

Année de parution : 2022

Nombre de pages : 382

Histoire : Désormais, l’humanité peut mener des vaisseaux au-delà de la vitesse de la lumière. Afin de rejoindre le prestigieux corps des pilotes interstellaires, Laenea n’hésite pas à sacrifier son coeur humain pour une machine sophistiquée. Mais pour aller encore plus loin, vers de nouveaux mondes distants ou d’autres dimensions, devra-t-elle renoncer à tout jamais à sa nature humaine ou pire, à aimer ?

Mon avis :

Autant je lis pas mal d’autrices dans mes lectures en général, autant je trouve qu’en science-fiction mon paysage est assez restreint. Il est donc temps que je l’élargisse. Ainsi, je suis ravie que Mnémos ait l’intention cette année et l’année prochaine de nous faire découvrir Vonda N. McIntyre, une autrice récompensée à plusieurs reprises par des grands prix de l’imaginaire et dont Superluminal, fut selon eux « un pivot de l’histoire de la science-fiction avec son voyage spatial tragique et dépaysant ».

Je n’avais absolument pas entendu parler d’elle auparavant mais l’appareil critique fourni par l’éditeur avec une préface d’Olivier Bérenval et une interview réalisée par Sue Lange m’ont vraiment donné envie de la découvrir, car celle-ci dans les années 70-80 proposait une SF inspirante rappelant celle d’Ursula Le Guin mais avec sa propre touche peut-être un peu plus scientifique et moderne encore que cette dernière. Superluminal est donc le premier roman qu’on peut découvrir d’elle chez nous avant une somme annoncée pour 2023 regroupant deux autres de ses romans phares : Loué soit l’Exil et Le serpent du rêve. J’ai hâte.

J’ai été séduite dès les premières lignes par le style fort simple et accessible de l’autrice. Le titre me faisait craindre une SF peut-être un peu trop exigeante pour moi qui avait surtout envie d’évasion et réflexion facilement accessible, mais l’autrice n’est pas allée là-dessus. Certes, elle parle de voyages interstellaires allant plus vite que la lumière mais ce n’est pas leur aspect technique qui compte et j’ai même trouvé l’autrice assez légère avec les aspects scientifiques de son oeuvre, expliquant peu de choses et laissant notre imagination faire le reste la plupart du temps.

En revanche, elle m’a passionnée par son histoire remplie d’humains transformés ou en cours de transformation et de société reposant sur un tri des individus en fonction de leurs capacités, poussant à une ségrégation en mode West Side Stories avec des héros amoureux mais déchirés par leurs classes différentes.

L’autrice nous entraîne dans un monde où les humains parviennent à voyager plus vite que la lumière, mais les pilotes sont des êtes à qui on a arraché le coeur pour le remplacer par une machine avec de supporter de traverser « le Flux » et rares sont les élus. Ils vivent entre eux et supportent mal les humains « ordinaires ». On les appelle dont péjorativement : « les Aztèques ». Au sein des humains, il y a encore un autre peuple, qui a évolué différemment et peut communiquer avec les grands mammifères marins avec lesquels ils vivent, tandis qu’ils peuvent aussi se mêler à nous sans trop marquer physiquement leurs différences apparemment. Ils sont représentés par Orca, une jeune aventurière qui rêve plutôt de voyager dans l’espace que dans les océans. Mais tout cet univers, comme les ressorts du voyage interstellaire, sont peu décrits par l’autrice, comme si ce roman s’inscrivait dans un univers plus large croisé dans d’autres travaux. Il me semble que c’est le cas et il serait judicieux de nous les publier pour assouvir notre soif.

Nous, nous suivons d’abord Laena, une jeune femme qui vient d’offrir son coeur en sacrifice pour pouvoir piloter les vaisseaux à travers le temps et l’espace. Tout nous porte à croire que ce sera l’héroïne que nous suivrons et c’est chouette, tout comme chez Becky Chambers ou Mary Robinette Kowal, d’avoir un personnage féminin positif qui est ravi des futures découvertes qu’elle va faire. Ça change de tous ces héros masculins, l’autrice se plaisant pas mal à inverser les rôles, nous présentant des femmes fortes et des hommes un peu plus falots.

Nous avons cependant droit d’entrée de jeu à une romance qui semble des plus clichées et fleur bleue car directement inspirée des drames comme Tristan et Yseul, Roméo & Juliette, West Side Stories. Mais heureusement l’autrice est plus intelligente que cela et transforme cette histoire en véritable moteur d’une histoire beaucoup plus riche et complexe sur les différences de classes sociales, l’évolution humaine, la folie génétique et la passion pour l’espace. J’ai beaucoup aimé les différents niveaux de lecture qui s’accumulent au fil des chapitres et nous bouleversent parfois dans notre routine.

Ainsi, j’ai été touchée par l’histoire à travers le temps et l’espace de Laena et Radu, deux êtres très différents, venant de mondes différents, de classes différentes. Leur passion est belle et sincère, quoique un peu rapide pour Laena. Celle de Radu a un quelque chose de naïf et enfantin assez touchant. Elle va transformer les deux personnages et les lier à jamais à cause de l’impossibilité de leur histoire, qui sera même physique, et elle ravira le lecteur par les surprises qu’elle va apporter car la romance est au coeur de tout. C’est elle qui sera le moteur de leurs aventures spatiales et des découvertes qui auront lieu sur les pilotes, le flux et les différentes dimensions de notre univers. J’ai adoré !

Cependant, je dois reconnaître que l’autrice est allée un peu trop vite en besogne pour moi dans les derniers chapitres. J’ai eu le sentiment d’une véritable précipitation l’empêchant de pleinement développer les conséquences de ce qu’a produit la rencontre de ces deux êtres après les ultimes révélations sur leur nature et celle de l’univers. Il y avait une dimension politique et scientifique prometteuse qui est bien trop vite évacuée alors que la révolte grondait et j’ai trouvé un certain retournement final bien trop abrupt pour être crédible, mais bien pratique pour conclure. J’aurais voulu plus après tant d’aventures.

Car l’aventure fut au rendez-vous assurément. Après un début peut-être un peu mou de ce point de vue là car centré sur la romance nécessaire à la suite, on voyage ensuite beaucoup sur Terre et dans l’espace. J’ai été fascinée par la vie sur cet espèce de port flottant sur Terre, tout comme à bord de ces vaisseaux où la vitesse dépasse celle de la lumière, ce qui implique que seuls quelques individus peuvent être éveillés pour les manoeuvrer. Les manoeuvres dans l’espace à travers le flux et à la recherche d’une planète méconnue puis d’un vaisseau perdu furent fascinantes et passionnantes, même sans entrer dans les détails techniques que je croyais trouver. J’ai vraiment beaucoup aimé ce décor de SF pure, classique mais efficace sur moi.

Superluminal m’a donc fait découvrir une nouvelle plume de la SF, ancienne et pourtant très actuelle : Vonda N. McIntyre, une autrice qui n’hésite pas à mettre en scène des amours impossibles comme moteur d’une aventure portant ensuite sur le transhumanisme et les voyages interstellaires et inter-dimensions. J’ai adoré le voyage. J’ai été surprise par un certain changement narratif. J’ai aimé avoir des héroïnes fortes et une inversion des rôles traditionnels. C’était passionnant et vraiment prenant à lire, une fois mis le nez dedans impossible de lâcher. Il me tarde donc 2023 pour lire d’autres textes de l’autrice et je compte sur Mnémos pour continuer à nous faire découvrir de tels classiques oubliés !

(Merci Mnémos pour cette lecture et cette découverte)

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Zoé, Syndrome Quickson, L’Epaule d’Orion, Le nocher des livres, Vous ?

8 commentaires sur “Superluminal de Vonda N. McIntyre

  1. Je te remercie pour la mention !
    Oui je me retrouve dans ce que tu évoques au sujet de certains points rapidement évacués et pas suffisamment approfondis. Peut-être as-tu mis le doigt sur ce qui me chiffonnait dans ce roman, que j’ai adoré aussi, mais qui m’a parfois laissée perplexe sur la portée des événements.
    Je redoutais aussi la complexité technologique mais ici, j’ai ressenti la même chose que toi : peu de détails, ce qui justement permet à l’imagination de s’épanouir pleinement. Ca a été un super beau voyage dans le Flux et je suis contente qu’il t’ait plu aussi !

    Aimé par 1 personne

      1. Moi aussi j’y retournerais bien ! Et oui, c’est vrai que souvent on râle quand on manque de détails mais là qu’il y en ait peu était vraiment bienvenu ! Ca aurait rendu le voyage tellement plus lourd s’il y avait eu des tonnes d’explications. Tellement moins magique aussi 🙂

        Aimé par 1 personne

    1. Oui, souvent les publications de Mnémos sont assez discrètes, pourtant ils commencent à avoir un catalogue des plus intéressants et surtout aiment publier des titres un peu plus anciens, ce que j’adore !
      A découvrir 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s