Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Lovely Love Lie de Kotomi Aoki

Je vous présente encore un shojo que je trouve être l’un des meilleurs sur le marché et dont j’attends chaque tome avec une grande impatience !

1303306056

Titre : Lovely Love Lie

Auteur : Kotomi Aoki

Années de parution vf : Depuis 2011

Editeur vf : Soleil

Nb de tomes vf : 18 (série en cours)

Résumé du tome 1 : Musicienne et fan du groupe Crude Play, Riko fait la connaissance involontaire d’Aki, le compositeur de son groupe préféré. Ce dernier vit de plus en plus mal sa position confidentielle au sein du groupe et sa vie sentimentale tumultueuse et secrète avec la chanteuse Mari. Un concours de circonstance et un coup de foudre vont leurs permettre d’entrer dans un univers auquel ni l’un ni l’autre ne s’était préparé. Entre une lycéenne passionnée et un jeune homme meurtri, la rencontre offrira-t-elle la guérison ou une blessure fatale ?

Mes avis :

Tome 01
Ici, la mangaka change de genre. Fini les grands malades ou l’inceste et bienvenue dans le monde du showbiz ! L’entrée en matière est assez réussie avec un monde de la musique cruellement croquée avec ses sales manigances et son côté impitoyable, ainsi que ses acteurs un brin perdu. Jolie découverte

Tome 02
Les deux héros qui se croyaient de mondes différents, se rejoignent implacablement. Riko est toujours un peu cruche et agaçante sur les bords. Aki, lui, oscille entre pathétique et antipathique. Mais ils sont tous les deux attendrissants. Bravo, pour la trad qui m’aura bien fait rire par moment^^

Tome 03
Ici on plonge à fond dans le milieu impitoyable du showbiz, et ça fait froid dans le dos. Takagi est bouffi de cynisme et on sent qu’ils se font tous manipuler. L’auteur a des propos plus sombres que dans ses autres oeuvres. C’est un régal.

Tome 04
L’auteur poursuit joliment son chemin. On continue à découvrir le passé des Crude Play et finalement Shinya n’est pas si antipathique, bien au contraire. Aki, lui, est plus contestable. Il a un caractère bien trop faible mais semble enfin vouloir changer. Il n’y a que Riko qui me laisse de marbre.

Tome 05
Très joli tome où l’auteur a très bien su équilibrer les apparitions de ces personnages. On sent que chacun d’eux est travaillé et nous touche à sa façon. Mais ce sont surtout les cas de Aki et Shinya qui m’ont intéressée. La fragilité de Mari peut aussi sembler touchante, mais elle m’agace.

Tome 06
Encore un super tome. On voit un monde du spectacle de plus en plus cruel, pourtant j’apprécie de plus en plus Takagi. La relation Aki/Shun est aussi très attachante. Et j’ai aimé l’évolution tranquille de celle entre Aki et Mush. Le retour de leur camarade de lycée du côté du marketing promet aussi

Tome 07
Aucune perte de qualité, l’histoire est toujours excellente. C’est agréable de suivre les questionnements et les déboires de Mush. On découvre un peu plus du passé de Shun. Et le dilemme d’Aki à la fin semble prometteur. Takagi est vraiment un personnage clé !

Tome 10
Encore un tome comme je les aime. Cette série est vraiment un pur régal. J’aime l’humour, la naïveté et la tendresse qui s’en dégage, malgré les petits complots qui se montent en coulisses. L’auteure gère parfaitement les différents niveaux de l’intrigue et le tout est entraînant. Ici, j’ai aimé la fragilité et les doutes d’Aki, clairement LE personnage de la série.

Tome 11
Encore un très très bon tome, cette série ne faiblit pas. On continue à en apprendre plus sur les projets de Takagi pour Mush, mais aussi sur le passé de Mari qui n’est franchement pas tout rose. Le tout est bien amené, l’auteur distille des infos au fil de son histoire. Il n’y a guère que le tournant amorcé sur la fin qui me déplaît. Sinon, c’est une très bonne idée ces petites histoires à la fin.

Tome 12
Encore un très bon tome, cette série se bonifie au fil du temps. On continue à suivre la montée de Mush mais jusqu’où cela ira-t-il ? J’ai adoré les moments d’interaction entre Shun et Aki et le retour de Crude Play. Les explications de Takagi et le plan qu’il a dessiné me plaisent. Mari est toujours aussi agaçante par contre. Et bien sûr la relation Aki-Mush est toujours aussi drôle et touchante

Tome 13
Pour ne pas changer, j’ai adoré ce tome qui cette fois se concentre sur les membres de Crude Play et en particulier Kaoru mais l’auteur sait aussi élargir son propos pour que cela touche aussi le groupe de Mush, comme si le 1e groupe passait le relais au 2nd. De plus, j’ai bien ri pendant les phases de compositions d’Aki. J’adore ce perso ! Enfin, Shinya  commence à se révéler, chouette !

Tome 14

Nouveau tome aux sommets où enfin les machinations de Terada sont révélées au grand jour. Shinya se révèle aussi insupportable dans ce tome entre son baiser forcé avec Nagahama (je veux qu’elle finisse avec Shin moi >.<), puis ses paroles hyper blessantes juste parce qu’il veut soi-disant protéger Mush, il m’agace ! Heureusement la nouvelle à la fin le montrant le rend un peu moins désagréable. En tout cas, je préfère la façon dont Aki gère l’histoire, finalement il est bien plus mature. D’ailleurs j’aime toujours autant sa relation avec Shin, quelle belle amitié ! Takagi est toujours fidèle à lui-même, d’un recul, d’une froideur et d’un calcul sans pareil. Par contre, je suis intriguée par la dame qu’il rencontre à la fin pendant le concert, en plus elle semble bien intéressée par Mush. Et justement, parlons du concert, j’ai adoré le petit moment dans les coulisses où Aki e révèle ^^ et son idée pour contrer Terada est super. J’espère qu’on aura d’autres images du concert dans le prochain tome, parce que par contre on ne voit pas encore l’impact de la voix de Mush sur le public, mais juste sur Terada (et je comprends un peu son envie d’avoir un univers à elle sans Mush.
Bref, encore un très très bon tome !

Tome 15

Encore et toujours une excellente lecture. Chaque tome est un réel plaisir. L’univers développé par K. Aoki est toujours aussi riche et maîtrisé. Elle ne cherche pas à se montrer complaisante avec l’industrie musicale ni avec le milieu des idols, et c’est ce qui fait sa force. Ça et la psychologie toujours très fine des personnages, à l’image de celle de la manager de Mush, dont la jalousie et le malaise sont saisissants. Ce qui arrive à Terada fait aussi froid dans le dos et montre la cruauté des fans entre eux. De même, la façon dont on pousse Mush à se séparer de ses amis de toujours est aussi très cruelle, je ne sais pas comment elle va gérer ça et si elle va l’accepter, mais c’est clair qu’elle est bien plus douée qu’eux et qu’elle mérite d’aller plus loin. Il est d’ailleurs intéressant de voir qu’elle se tourne plutôt vers une autre star pour chercher des conseils plutôt que vers Aki, le pauvre. J’ai trouvé qu’il était d’ailleurs un peu en retrait sur ce tome, dommage parce que j’adore ce personnage et que son alchimie avec Mush est excellente.

Par contre, petit point négatif : le dessin est de moins en moins bon. Moins de détails, des coiffures faites à grands traits, à la va-vite. Je suis déçue.

Tome 16

Je vais encore me répéter mais j’ai adoré ce tome. Celui-ci se place d’abord sous le signe de l’inspiration. Comment faire pour la trouver et lui donner corps. Puis petit à petit, on bascule avec plaisir sur la relation complexe qu’il y a entre Aki et Shinya. J’ai adoré comment l’auteur la développe en montrant comme ce dernier envie le premier et en même temps ne peut s’empêcher d’adorer tout en détestant le personnage. Le rôle que joue Mush pour maintenir l’équilibre entre eux sans le savoir est crucial. Et la dynamique qui en ressort est géniale. J’ai adoré les moments de créations mais aussi la performance de Mush devant Aki. J’en redemande ! SI seulement, il pouvait lui écrire une chanson qu’elle chanterait avec son groupe ou en solo.

La deuxième partie est plus sombre. Elle marque un tournant dans la série. En effet, Shun va être au coeur de vrais bouleversements dans le groupe à cause de sa situation personnelle. C’est d’ailleurs l’occasion d’enfin le découvrir. Sa situation familiale n’étant pas simple, mais j’ai trouvé fabuleux ce que son père à fait pour eux, et j’aime l’amour qui se dégage de leur relation. Comme ils sont en tournée au loin, c’est Aki qui va faire le lien et ainsi il montre à quel point son amitié avec Shun est importante. Leur relation est très belle elle aussi. Ils peuvent vraiment compter l’un sur l’autre, et au vu de la demande de Shun et de la réponse d’Aki, ça n’annonce que du bon pour le prochain tome, mais chut. (Chouette preview au fait ^^)

Petite note : toujours des problèmes au niveau du dessin, la coiffure de la mère de Nagahama est affreuse :/

Tome 17

Je me répète mais cette série est trop géniale ! J’ai encore passé un très bon moment. C’était bourré d’émotions et je n’ai pas vu le temps passer. Par contre, du côté de l’édition ce n’était pas trop ça. Il y avait quelques fautes de grammaire qui m’ont vraiment gênée et quand on voit le temps qu’ils mettent à sortir les tomes, on se dit qu’ils pourraient mieux les relire.

Pour en revenir à l’histoire, ce tome se concentre sur le groupe Crude Play qui est à un tournant de sa carrière. Shinya a bien compris qu’il jouait les bouches trous et que ce serait toujours le cas, puisque les autres attendront toujours le retour d’Aki, en particulier Shun. Dans ce tome, il se la joue grand seigneur en laissant sa place pour qu’Aki puisse la reprendre et réintégrer le groupe. J’ai énormément apprécié ce sacrifice de la part de Shinya et je ne comprends pas trop pourquoi Takagi dit que ça signe l’arrêt de mort du groupe. Au contraire, j’ai trouvé que le groupe avait encore plus d’énergie, de peps et de charisme sur scène avec le retour d’Aki auprès d’eux. Je suis hyper contente de le voir sortir de l’ombre et reprendre sa place avec eux, le tout sous le regard de Mush.

Celle-ci aussi est en pleine ascension même si on aurait tendance à l’oublier avec les Crude Play qui attire toutes les lumières sur eux. Takagi lui montre qu’elle a du talent, il lui dit qu’elle a sa propre marque de fabrique et on sent qu’il croit en elle. Mais surtout, c’est l’émission à laquelle elle va participer qui va la révéler, on le sent bien. Rien que lors des répétitions, elle avait une prestance incroyable et a séduit tout le monde. Il me tarde vraiment de la voir véritablement sur scène avec eux et plus avec son groupe de copains qui, c’est malheureux, la tire vers le bas. Quant à sa relation avec Aki, pour moi, elle est acquise maintenant. Il suffit de voir comme il l’appelle pour lui raconter ce qu’il se passe et lui demander de l’aide. J’adore leur couple et j’espère qu’il supportera la nouvelle célébrité des deux.

Tome 18

Je suis encore toute retournée par ce tome qui sait tellement bien décortiquer les sentiments des membres de Crude Play. On parle enfin de leur groupe et ce n’est pas trop tôt. J’ai vraiment aimé que la mangaka ose mettre sa romance un peu sur pause pour se consacrer plutôt au groupe.

C’est très intéressant de voir la relation si complexe que Shun entretient avec son groupe et sa famille, mais aussi celle qu’entretiennent Shinya et Aki l’un avec l’autre. Tous les nons dits qu’il y a entre eux leur pourrissent vraiment la vie et vont tout foutre en l’air alors qu’on aurait pu croire que le groupe avait enfin atteint des sommets et était parvenu à son point culminant. La jalousie qu’Aki et Shinya entretiennent l’un envers l’autre est déchirante. On ressent vraiment toute la souffrance d’Aki sur scène, mais aussi toute celle de Shinya qui le regarde. Celui-ci devient alors une vraie pourriture avec son manager et j’en suis bien triste. Ce n’est pas normal qu’il fasse ressortir toute sa frustration sur elle. Par contre, j’aime vraiment sa relation apaisée avec Riko. Celle-ci sans s’en rendre compte arrive à le calmer et à le réintégrer au groupe mais pour combien de temps encore. Il faudrait vraiment qu’ils crèvent l’abcès et se parlent.

D’ailleurs, c’est encore ce manque de communication qui semble à l’origine de la décision déchirante sur laquelle se termine le tome et qui met vraiment en péril tous les personnages que nous suivons. Kotomi Aoki est vraiment cruelle avec nous, à chaque fois qu’on croit ses personnages heureux, elle nous montre que dans le showbiz tout n’est que temporaire et illusoire et que la chute n’est jamais loin. Ainsi, j’ai vraiment peur pour l’avenir de de Riko mais aussi pour celui des Crude Play.

Ma note :  17 / 20

 

Publicités

Un commentaire sur “Lovely Love Lie de Kotomi Aoki

  1. Je ne lis pas encore pour garder la surprise, quand je lis juste le début « Je me répète mais voilà encore un super tome de L.L.L. J’ai adoré » *o* », je suis joie.
    En tout cas, ça fait plaisir une série de cette qualité 🙂 *o*

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s