Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Love, be loved, Leave, be left d’Io Sakisaka

tumblr_static_filename_640_v2

Titre : Love, Be Loved, Leave, Be Left

Auteur : Io Sakisaka

Editeur vf : Kana (shojo)

Année de parution vf : Depuis 2016

Nb de tomes : 4 (en cours)

Résumé du tome 1 : L’histoire de deux amies, Yuna et Akari, dont les visions de l’amour s’opposent. L’une est une romantique idéaliste tandis que l’autre est une adepte des choix pragmatiques et réfléchis. Leur route croise celle de deux garçons, Inui et Rio, qui ont également une conception personnelle de l’amour.

tumblr_o78vstoIXZ1satl3go1_500

Mes avis :

Tome 1

Pour cette nouvelle série, Io Sakisaka a décidé de se compliquer encore un peu la vie en suivant non pas une, mais deux héroïnes. Deux héroïnes qui en plus ont des conceptions totalement différentes de l’amour. Cela donne un titre qui alterne entre ambiance légère  voire bonne enfant et ambiance plus lourde, plus mature. Le trait de l’auteur reste résolument doux et l’atmosphère poétique, comme le démontre le titre. Je suis par contre moins de la couverture de ce premier tome que j’ai pu l’être de celles de ces autres séries.

Pour en revenir à l’histoire, nous suivons Yuna et Akari qui ont toutes les deux une vision de l’amour très différente et nous allons découvrir avec elles leurs premiers vrais émois. Si on voit assez vite se profiler les couples et les romances, on sent bien que ce ne sera pas sans complications. Comme sait très bien le faire Io Sakisaka, on va à nouveau avoir droit à des adolescents à fleur de peau qui vont sûrement trouver de l’aide et du réconfort dans l’amitié, à l’image de celle naissante entre les deux filles.

Yuna est peut-être pour l’instant le personnage qui me plaît le moins. Sa très grande naïveté m’agace parfois, surtout qu’on entend très souvent sa voix dans ce premier volume. Elle juge un peu trop facilement les autres et sa façon de toujours se dévaloriser est agaçante. Mais c’est sûrement aussi celle qui a le plus grand potentiel pour changer. Akari, elle, je l’apprécie déjà énormément. C’est une fonceuse, une battante, qui a une conception très terre à terre de la vie en général. Elle est très mature au premier abord mais on sent déjà des failles chez elle. Les deux forment un joli duo assez inattendu mais qui va me plaire, je sens. Chez les garçons, il y a le beau Rio, le prince de Yuna, qui cache de profondes blessures sous ses dehors un peu cabochard. A l’opposé, il y a le très simple Inui, l’ami d’enfance de Yuna, qui est très nature mais qui déborde de gentille et d’optimisme. Il me plaît déjà lui aussi, c’est le genre de personnage qui me donne la banane et que je trouve adorable.

Le premier tome n’étant encore qu’une longue introduction, il me tarde dans les prochains tomes de suivre les aventures amoureuses de ce quatuor. Yuna va sûrement grandir et murir et Akari va sûrement découvrir que sa belle théorie bien cartésienne ne résiste pas aux vrais sentiments. Une fois de plus, il me tarde de découvrir ce que vont donner ces romances lycéennes à la sauce d’Io Sakisaka^^

superthumb

Tome 2

Avec ce nouveau tome, je suis définitivement tombée sous le charme de la nouvelle série d’Io Sakisaka. Il se dégage quelque chose de complètement différent de ces précédentes séries avec ces deux filles qui se cherchent en amour.

J’ai beaucoup aimé que Yuna soit mise en avant dans ce tome. Ça me plaît de la voir changer au contact d’Akari et Rio. J’aime la relation qu’elle a avec ce dernier. Leur amitié et la confiance qu’ils se font est belle à voir. C’est aussi super de la voir prendre confiance en elle et s’affirmer auprès de Rio mais aussi de ses autres camarades. Il faut dire que ce dernier est très chouette lui aussi. Ce n’est pas du tout le garçon superficiel qu’on aurait pu croire et au contraire il m’a énormément touchée avec son histoire avec Akari. Il est vraiment très touchant et j’aime aussi son côté un peu jeune et naïf, près à tout pour ses amis.

Au contraire de Yuna, Akari m’a un peu saoulée ici. Elle a un côté vachement égoïste et surtout complètement dans son monde. Elle ignore vraiment ce qui se passe autour d’elle et ne se rend compte de rien, c’est bien dommage. Elle est ici bien moins sensible que Yuna et pourtant je sens en elle un potentiel certain mais qui malheureusement s’efface devant ses brusques revirements amoureux. C’est en fait, une vraie ado qui ne sait pas trop où elle va. J’espère qu’Io Sakisaka développera un peu mieux cet aspect du personnage par la suite et notamment sa relation ambigüe avec le très posé Inui qu’on ne connait pas encore très bien mais qui a tout du type posé et rassurant.

maxresdefault

Tome 3

Encore un très joli tome, plein de douceur qui m’a mis le coeur en joie. J’aime décidément beaucoup l’ambiance de cette série que je trouve encore plus subtile dans la description des sentiments bien compliqué de ces adolescents. J’aime énormément la dynamique qui se met en place dans le quatuor et ensuite dans les différents duos. Dans ce tome, les trois romances se mélangent allègrement. Akari découvre ses sentiments pour Inui, c’est amusant de la voir aussi candide. Elle s’interroge, se questionne, se perd un peu avant de finir par se trouver. Inui, lui, est vraiment très très naïf, c’est fou. Mais c’est le genre de personnage dont j’aime beaucoup la fraicheur et la droiture et je pense qu’il ira bien avec Akari, il la posera et l’apaisera. Pour l’instant, on n’en est qu’aux prémices, c’est amusant de les voir se tourner autour, de les voir rougir, s’effleurer…

Mais face à tout ça, Io Sakisaka n’oublie pas le pauvre Rio, spectateur malgré lui de la naissance des sentiments de « sa soeur » et de son ami. C’est ici que la voix de Yuna se fait essentielle pour décrire les affres dans lesquels il est plongé. Cette injustice qu’il doit ressentir à ne rien pouvoir faire ou dire est criante et ce n’est pas étonnant qu’il explose dans les dernières pages lors d’une scène superbe d’émotion. En même temps, j’ai déjà un peu l’impression que ses sentiments sont sur la pente descendante et qu’il fait ça pour mettre cartes sur table et passer à autre chose. En tout cas, j’ai été vraiment touchée par la détresse de Rio, tout comme par celle de Yuna qui elle aussi assiste impuissante à sa souffrance. Elle a bien changé depuis les débuts. Elle s’est vraiment ouverte aux autres et j’aime la voir parler avec de plus en plus de monde, alors j’espère que Rio va vite la remarquer et voir tout ce qu’elle fait pour lui. La petite scène lors du marathon me donne espoir en ce sens.

Voici donc encore un tome riche en émotion où chacun voit ses sentiments perturbés et avance aussi à son rythme et grandit.

Tome 4

J’ai eu un peu plus de mal avec ce tome qu’avec les précédents. J’ai trouvé le rythme assez pénible à suivre alors que ça ne me l’avait pas fait lors de ma lecture des chapitres à leur sortie. Je pense que c’est parce qu’on s’intéresse principalement à une seule question dans ce tome, celle qui nous tenait en haleine depuis le premier tome : que va-t-il advenir de la relation entre Rio et Akari maintenant que celui-ci a fait le premier pas ?

Malgré le fait que j’ai eu du mal parce que ça prend trop de temps, que ça occupe tout le tome, j’ai tout de même trouvé qu’Io Sakisaka traitait le sujet avec beaucoup de justesse encore. Le malaise d’Akari est normal. Sa réaction est compréhensible aussi bien vis-à-vis de Rio et que de Yuna. Mais surtout qu’elle bonheur de découvrir qu’elle n’est pas juste une fille sans cervelle qui tombe amoureuse du premier venu comme on nous l’a présentée au début. Voir par de brefs flashbacks, le sacrifice qu’elle a accepté pour protéger sa famille et surtout sa mère, est très beau. Ça montre toute la tendresse et tout l’amour qu’elle éprouve pour eux. Et surtout ça montre combien les gens, et parfois nous lecteurs, nous trompons sur elle, et j’adore la façon dont la mangaka a amené ça.

Elle a aussi très bien mené les réactions de ceux qui l’entoure. Ils ont tous bien changé depuis les débuts. Rio est bien plus mature. Il s’est beaucoup rapproché de Yuna avec qui il a une vraie relation de confiance. J’adore la dynamique entre les deux. Yuna l’a fait changer tout comme il l’a fait changer elle. Celle-ci a vraiment pris confiance en elle et ça fait du bien de la voir gronder Rio, mais aussi défendre Akari avec autant de passion. Le seul encore un peu en retrait et qui semble cacher quelque chose d’ailleurs, c’est Kazu. J’aimerais vraiment qu’Io Sakisaka le développe plus.

En attendant, un chapitre se clôt définitivement avec ce tome et un autre semble s’ouvrir à la toute fin de celui-ci par une petite scène truculente comme la mangaka sait le faire parfois.

Ma note : 16 / 20

omoi__omoware__furi__furare_by_katita_chan-d8u0tun

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s