Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

King of Eden de Takashi Nagasaki et Ignito

Titre : King of Eden

Auteurs : Takashi Nagasaki (scénario) Ignito (dessins)

Éditeur vf : Ki-Oon (seinen)

Année de parution vf : 2018-2019

Nombre de tomes vf : 6 (série terminée)

Résumé du tome 1 : L’archéologie sauvera-t-elle le monde ?
Des villages entiers sont rayés de la carte par de gigantesques incendies aux quatre coins du globe. Thaïlande, Écosse, Espagne… le scénario est toujours le même : les cadavres calcinés des habitants portent des traces de morsures et ont subi de telles déformations qu’ils n’ont plus rien d’humain…
Étrangement, un jeune archéologue coréen, Teze Yoo, semble lié à ces tragédies : sur chaque site, il achève le dernier survivant avant de brûler les corps. Mais pour les services de renseignements internationaux, il est surtout le suspect numéro un quant à la propagation d’un virus convoité par les groupes terroristes du monde entier ! Le Dr Itsuki, elle-même archéologue et ancienne camarade de classe de Teze, est recrutée par les services secrets coréens pour retrouver sa trace. De l’Angleterre à la Chine en passant par la Roumanie, la chasse à l’homme est lancée !

Mes avis :

Tome 1

Ce nouveau seinen de chez Ki-Oon démarre comme un excellent Thriller. Dès les premières pages, le duo Nagasaki – Ignito nous embarque dans une quête effrayante et haletante où l’on cherche à résoudre un mystère pouvant sauver l’humanité. On se croirait en plein thriller américain. Le découpage est ultra dynamique, les dessins sont d’un réalisme saisissant et les personnages bien campés. Il y a tous les ingrédients pour en faire un excellent titre si les auteurs ne se perdent pas en route.

J’ai été très agréablement surprise par le savant mélange entre fantastique et réalisme froid de ce premier tome. Les mangakas revisitent des mythes ultra connus comme l’histoire d’Abel et Caïn, les Loups-garous et les Vampires, mais ils leur donnent une dimension résolument moderne en impliquant terrorisme et guerre bactériologique. J’ai beaucoup l’ambiance qui en découle qui est d’abord très prenante mais aussi effrayante. Ils assument parfaitement la dimension adulte du récit. Certains passages sont gores à souhait et font bien froid dans le dos voire remuent les intestins, rien ne nous est épargné.

Le chapitre d’ouverture quasiment tout en couleur plante bien le décor et nous faire rentrer de plein bien dans le récit. Le rythme ne se relâche pas une seconde ensuite. On passe d’une tragédie à l’autre, d’une enquête à l’autre, le tout sans s’en rendre compte. Les personnages que l’on découvre au fil des pages sont de suite bien définis et s’ils correspondent aux crédos du genre, ils restent efficace. L’implication de la docteure – archéologue avec le renseignement coréen me rappelle ce qu’on peut trouver dans les films catastrophes américains dont je suis si friande.

Pour le moment, on reste sur un tome d’ouverture qui présente les protagonistes en jeu, leur camp et les enjeux, mais c’est vraiment terriblement bien fait et très addictif. Il me tarde vraiment de découvrir la suite et d’en apprendre plus sur ce terrible virus, sur celui qui peut contrôler les bêtes et sur le responsable de leur propagation.

Tome 2

Dans cette suite, on reste sur les mêmes dynamiques que dans le premier tome et donc tout naturellement j’y ai trouvé les mêmes qualités que précédemment. Le découpage des pages et du scénario est toujours aussi dynamique. L’impression d’être en plein film se confirme. L’intrigue reste haletante et stressante. Au début, j’ai quand même eu un peu de mal à ressituer tous les personnages et les différents groupes auxquels ils appartiennent mais ça m’est vite revenu. La menace se précise et le mélange de mythologie, d’histoire, de politique, de trafic et de complotisme marche plutôt bien. Cependant tout est vraiment calibré comme dans les films du genre avec les méchants qui ont des bonnes têtes de méchants, le héros ténébreux qui a de mystérieux pouvoirs, l’héroïne qui le connait et qui essaie d’aider selon ses moyens, le groupe des mafieux un peu bêtes mais bien glauques, etc. On est en plein film de genre.

Du côté de l’histoire, Takashi Nagasaki, prend le temps de poser son scénario. Les différents groupes sont mieux définis ici. On commence à voir les passerelles entre eux aussi. Le danger se précise à la fois grâce aux révélations du héros mais aussi grâce aux recherches du groupe de l’héroïne, ce qui permet de tisser une toile plus claire. L’ambiance reste sombre et glaçante à souhait, les morts pleuvent, le danger est omniprésent et on ne sait pas qui sera le prochain à disparaître. C’est vraiment très bien fait et ça ne peut que donner envie de lire la suite.

Tome 3

Ce thriller est toujours aussi passionnant à suivre. Ce tome s’ouvre intelligemment sur un long flashback nous racontant en partie ce qui s’est passé lors des fouilles auxquelles a participé Teze autrefois et qui a conduit au retour du Roi-Loup. C’est sombre, c’est tendu, ça fait frissonner à souhait et en même temps, c’est passionnant de voir comment ils ont conduit ces fouilles et les enjeux que l’on pressent derrière.

Ce long chapitre passé, on retourne dans le présent où le camp des gentils est à la recherche de ceux ayant survécu au retour du Roi-Loup parce qu’ils sont sûrement immunisés contre le virus et qu’ils ont besoin d’eux pour élaborer un vaccin. De plus, ils sont eux aussi en danger car le groupe de mafieux à l’origine de la propagation du virus va sûrement chercher à les enlever aussi. J’ai trouvé cette partie plus classique et moins palpitante, car plus évidente. Je suis plus intéressée par ce que prépare Teze de son côté et la mythologie du Roi-Loup qui n’a au final pas beaucoup avancée depuis la dernière fois.

Ce troisième tome est en quelque sorte plus calme que les précédents. Il nous permet de souffler un peu et de combler certains blancs, avant je suis sûre de repartir de plus belle dans ce thriller horrifique et fantastique.

Tome 4

Je suis toujours autant ébahie par les qualités d’écriture des auteurs de cet excellent thriller. Dans ce quatrième tome, on commence enfin à y voir plus clair dans cette histoire qui élargie de plus en plus son champ dans le même temps.

On se retrouve ainsi avec un mélange d’histoire très géopolitique qui concerne l’ensemble de la planète, et d’une histoire plus restreinte autour d’un petit groupe d’individus et d’un mythe ancien. J’aime beaucoup le mélange qui fait très cinéma américain. Cette sensation est renforcée dans le tome par les nombreux va-et-viens de par le monde des protagonistes que l’on suit. On retrouve Teze et le Dr Morgan en Europe, Lua au Japon, les différents présidents et personnages politiques des grandes puissances se voient lors d’enrevues à tour de rôle en Asie, tandis que le professeur et sa fille se volatilisent. Ça fait beaucoup de mouvements. On passe d’un endroit à l’autre très rapidement et ça dynamise vraiment la narration, j’adore.

Autre chose que j’ai beaucoup aimé, c’est qu’en développant la relation de maître à élève entre Teze et le Dr Morgan, on revient sur le passé du premier, comment il est devenu un subbotnik, comment il a été formé, quel lien il a avec le « Loup ». C’est très prenant et bien fait en étant amené par petite touche.

De la même façon, on nous apporte tranquillement au fil des pages, de plus en plus d’éléments de géopolitique avec une présence bien plus importante des dirigeants de ce monde. Cela donne une critique assez terrible et acerbe de la façon dont les plus grandes puissances pensent et veulent gouverner tout le monde. Mais pour le coup, c’est assez réaliste, ce qui fait que la petite bombe lâchée en toute fin de tome a sonné assez ridicule à mes oreilles… Alors qu’à l’inverse, j’avais trouvé très judicieux également la critique faite sur le basculement de la menace des armes nucléaires vers les armes chimiques et bactériologiques.

King of Eden continue donc à avoir un rythme très entraînant, avec un côté tranquille mais avec une tension qui monte et qui semble annoncer de nombreux bouleversement. Je reste totalement sous le charme de cette histoire mélangeant si facilement mythe ancien et géopolitique actuelle.

Tome 5

L’histoire continue à être extrêmement prenante mais commence à marquer un peu le pas dans  ce tome qui nous pose un peu. Le mélange entre le fantastique, l’horrifique et le politique se fait de plus en plus sous nos yeux et devient plus compréhensible que cela a pu l’être dans les autres tomes.

Les loups passent à l’action un peu partout dans le monde pour mettre la pression sur les états du monde entier. En ligne de mire, nous avons la situation en Turquie où le roi/président (? je ne me rappelle plus) a voulu s’opposer à eux et en a récolté les dommages. Du coup, j’ai suivi avec avidité la réunion des différents états membres de l’ONU venus parler de la situation avec d’un côté le trio USA-Chine-Russie qui s’était rapproché des Loups et de l’autre le duo Japon-Corée du Sud qui souhaite s’y opposer quitte à quitter l’organisation. Les relations et les échanges sont tendues et c’est très crédible.

En parallèle, l’équipe de Teze passe à l’action aussi, ayant appris que leur salut viendrait peut-être de la tête de Dracula. Ils partent donc chacun à sa recherche, mais celui-ci communique avec eux en rêve et leur présente une toute autre piste. Sous couvert d’aventure fantastique, nous voilà parcourant le monde à la recherche de lieux emblématiques de nos mythes. C’est passionnant. En plus, les différents protagonistes se retrouvent enfin pour amorcer un nouveau pan de notre histoire où Teze, nouveau Adam, va devoir trouver son Eve.

La surprise continue à être au rendez-vous. L’histoire est toujours aussi complexe et bien orchestrée. Takashi Nagasaki et Ignito nous entraînent de main de maître dans leur aventure.

Tome 6

Déjà la fin de cet excellent thriller, je ne m’y attendais pas, je pensais qu’on avait encore pas mal de tomes à découvrir avant de voir le récit se terminer. Pour autant, je ne vais pas faire durer le suspens, j’ai trouvé la fin très bonne et je ne suis pas du tout déçue par cette série qui m’aura séduite jusqu’au bout.

Dans ce dernier tome, le rythme est haletant et l’action omniprésente car nous sommes engagés dans une course contre la montre pour vaincre le Roi-loup. En parallèle, on en apprend énormément sur la mythologie derrière ce peuple et c’est passionnant. Moi qui ne suis pas fan de tout ce qui a trait à la Bible, ici ses écrits sont revisités avec talent, mélangeant mythe et Histoire avec beaucoup d’astuce. Enfin, l’encrage politique de l’aventure n’est pas oubliée puisqu’on découvre la décision prise par les 3 plus grandes puissances et la réaction des autres pays ensuite à leur encontre. C’est donc une toile savamment tissée qui se dévoile sous nos yeux dans ce dernier tome et on ne s’ennuie pas une seconde.

J’ai trouvé que depuis le premier tome, la série avait su trouver son rythme et son ton, et que les auteurs n’en démordaient pas jusqu’au bout. J’ai cru un temps que la résolution allait être un peu trop simple et rapide, mais c’est oublier le dernier coup de théâtre qui nous attendait. La réponse finale apportée ne plaira peut-être pas à tout le monde car elle a un côté inachevé qui peut déplaire, moi je la trouve parfaite pour la série. Je suis donc impatiente de retrouver d’autres histoires de ces auteurs, ensemble ou séparément.

Ma note : 16 / 20

9 commentaires sur “King of Eden de Takashi Nagasaki et Ignito

  1. Ah je viens juste de finir le tome 2. J’ai envie de lire la suite. C’est palpitant. Du suspense à la urasawa.
    Faire le parallèle avec un film est une bonne idée. Ça ferait un bon scénario.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s