Livres - Romance

Les Survivants de Shana Galen

Titre : Les Survivants

Auteur : Shana Galen

Éditeur vf : J’ai Lu – Pour elle (Aventures et Passions)

Années de parution vf : Depuis 2019

Nombre de tomes vf : 4 / 5 (en cours)

Résumé du tome 1 : Un demeuré qui n’a jamais pu apprendre à lire ! Voilà ce que pense le comte de Pembroke de son fils Ewan qui n’a pas eu le bon goût de mourir à la guerre. On ne peut lui confier que des tâches simples, par exemple assurer la protection de la fille du duc de Ridlington. Ewan accepte sans enthousiasme cette mission qui l’oblige à côtoyer la haute société… et la belle lady Lorraine qui s’ingénie à échapper à sa surveillance. Entre le mutique colosse et la pipelette rebelle à toute autorité s’engage la plus ardue des batailles. Car si Ewan ne craint ni les coups ni la mort, il n’a encore jamais affronté la passion…

Mon avis :

Tome 1 : La belle et le géant

Avec un résumé évoquant un peu la Belle et la Bête, j’avoue que je craignais le pire en ouvrant ce roman. Je ne connaissais pas l’autrice, dont je crois, c’est la première parution en Français malgré le nombre conséquent de tomes qu’elle compte dans sa langue natale. Je ne savais donc pas trop où je mettais les pieds, mais elle a su me prendre par la main et m’accompagner le temps d’une romance pleine de piquant, d’aventure et surtout de tendresse.

La belle et le géant, c’est surtout l’histoire d’un homme : Ewan, troisième fils toujours délaissé du Comte de Pembroke, qui est probablement dyslexique, handicap qu’on ne connaissait pas à l’époque où il a vécu et qui lui a valu de passer aux yeux de beaucoup pour un idiot. Cet homme appartient au club des Survivants, de valeureux soldats revenus sains et saufs du front après avoir affrontés les troupes de Napoléon mais qui gardent bien des séquelles. Contraint à travailler pour gagner sa vie, Ewan joue les gros bras dans un tripot huppé, quand il se voit un jour offrir l’opportunité de jouer les gardes du corps pour une jeune débutante de laquelle le père veut éloigner les coureurs de dots. Shana Galen va ainsi nous permettre de découvrir ce personnage si riche derrière son masque de Viking.

J’ai tout d’abord adoré le cadre de l’histoire. Cette bande d’amis, rescapés de la guerre, abîmés par celle-ci, mais qui savent qu’ils peuvent vraiment compter les uns sur les autres, m’a profondément touchée. J’ai aimé les croiser au fil de l’histoire, découvrir un pan de leur personnalité et de leur particularité dans le groupe. J’ai apprécié de les voir aider Ewan dans sa mission dans la mesure de leurs capacités. Et j’ai eu terriblement envie d’emblée de les découvrir tous, ce qui tombe bien, puisque ce sera le sujet de cette saga.

D’ailleurs, je n’ai pas eu le sentiment, contrairement à trop souvent, que ce tome 1 n’était qu’un tome d’introduction, car l’autrice donne vraiment la part belle à l’histoire d’Ewan et à sa romance naissante. Honnêtement, ce n’était pas gagné pour moi d’apprécier cette histoire d’amour. Dans un premier temps, j’ai trouvé l’héroïne, Lorraine, assez insupportable, beaucoup trop immature et frivole par rapport au sérieux et réfléchi Ewan. Mais Shana Galen a fait le tour de force de donner petit à petit une vraie consistance et une vraie personnalité à celle-ci, la faisant passer de gamine capricieuse à femme douce, compréhensive et forte, sur qui on peut compter. En effet, Lorraine ne va pas se laisser avoir par les apparences et va vraiment chercher à découvrir qui est Ewan, à comprendre comment il fonctionne et ainsi à apprendre à l’aimer pour ce qu’il est et c’est tout. J’ai été très touchée par cela dans un monde où le handicap peut être un tel frein.

La force de ce titre effectivement est clairement la forte personnalité de ces personnages. Que ce soit Ewan, qui s’entête à avancer et à rester dans le droit chemin malgré les obstacles que la vie met devant lui ; Lorrain, qui fait preuve d’une grande maturité et d’une absence de préjugés sur les gens rafraichissantes ; ou encore ses parents le duc et la duchesse de Ridlington qu’on voit en pleine reconstruction de leur couple après tant d’années de mensonges et de blessures réciproques, il en fallait du courage. Le courage est vraiment ce qui les caractérise tous et j’ai trouvé ça très beau.

Cela donne un tome passionnant à lire, qui alterne les scènes sans temps mort, passant d’un moment banal de la vie quotidienne de l’un, à une scène grinçante lors d’un bal plein d’aristocrates où se rend une autre, ou encore à un moment plus intime dans la vie d’un couple mature. Tout est parfaitement équilibré et on ne sent pas qu’une histoire n’a pas eu la place qu’elle aurait dû comme c’est parfois le cas. C’est rare.

J’ai donc passé un excellent moment avec La belle et le géant malgré mon appréhension. J’ai adoré d’un bout à l’autre, que ce soit le cadre, les personnages ou la construction de la romance, même les scènes plus osées étaient croustillantes à souhait. J’espère que les prochains tomes seront tout aussi bien écrit, le suivant étant déjà attendu début juin.

Ma note : 16 / 20

Tome 2 : La plus agaçante des femmes

Dans les séries que j’avais envie de reprendre et poursuivre, Les Survivants se plaçait dans le haut du panier, avec son premier tome qui avait frôlé le coup de coeur malgré mes réticences. Malheureusement, le tome 2 n’a pas su renouveler cette performance.

Place à un nouveau membre des Survivants cette fois avec le chef de la bande, celui qu’on appelait Le Guerrier, voire Le Guerrier Puceau pour les plus courageux lol Neil, fils illégitime et vétéran de guerre, est chargé de faire rentrer chez elle Lady Juliana, qui est partie s’occuper d’un orphelinat dans un coin malfamé de Londres. Sauf que la demoiselle n’a aucune intention de l’écouter.

Je pensais qu’avec une histoire se passant dans un orphelinat et donc avec des enfants, j’allais passer de francs moments de rigolades et que j’allais beaucoup m’amuser. Ce ne fut pas vraiment le cas. L’histoire fut très sérieuse de bout en bout et comme ce n’était pas vraiment ce dont j’avais envie, je suis un peu passée à côté malgré les qualités de cette romance.

Tout d’abord, j’ai aimé que l’intrigue tourne autour de deux personnages ayant du mal à faire leur deuil, l’un d’un frère, l’autre d’une soeur, cela leur apportait une belle profondeur. J’ai également trouvé intéressant que le cadre soit un orphelinat et qu’on ne fasse pas de ses membres des anges, mais au contraire des enfants marqués par la vie et des petites crapules attachantes pour certains. Le décor est bien planté et bien exploité puisque la menace qui va peser sur le couple (oui, il y en a toujours une dans les romances historiques, ne cherchez pas…) est en lien avec l’orphelinat.

Il y a également une belle alchimie entre les deux héros. Neil est très séduisant, brun à la peau matte et aux yeux bleus, miam ! Tout comme Juliana attire tous les regards quand elle sort avec sa tignasse rousse et sa peau de pêche. Mais ils ont tout deux un fort caractère qui fait des étincelles. Neil décide très vite de prendre les choses en main, inculquant un peu de savoir vivre à ses orphelins et réparant une maison qui tombe en ruine. Ce n’est pas du goût de Juliana qui n’aime pas qu’on essaie de la pousser vers la porte de sortie. En effet, ce n’est pas par caprice qu’elle est là, cela apporte un vrai sens à sa vie. Ainsi, ça fait forcément des étincelles entre eux. Sauf que pendant longtemps, il ne se passe rien parce que tout le reste prend le pas et ensuite quand enfin la romance commence, je la trouve un peu précipitée. Le final est d’ailleurs un modèle de précipitation pour avoir un happy-end.

Du coup, même si certains éléments ont pu me séduire, j’ai trouvé que l’agencement des choses entre elles ne fonctionnaient pas trop. J’espère que les prochains tomes avec Rafe et Jasper seront plus proches du tome 1 que j’avais beaucoup aimé.

Ma note : 14 / 20

Tome 3 : Insensible à ses charmes

J’avais l’espoir de retrouver le piquant, l’aventure et la tendresse des débuts dans ce tome consacré à Rafe. J’en bien eu l’aventure mais pour le reste je cherche encore. Décidément Les Survivants sont sympathiques à lire mais ne tiennent pas toutes leurs promesses…

Rafe est Le Séducteur du groupe, on en attend parler avec légèreté depuis les débuts et forcément ça m’inciter à croire que l’histoire qui lui serait consacrée serait peut-être plus drôle et piquante que celles de ses confrères. Espoir vite douché ! On découvre un personnage plus complexe, marqué par l’abandon de sa mère et qui fui l’engagement pour ne pas souffrir à nouveau. Malheureusement ce genre de trauma familial est un peu du vu et revu et l’autrice ne creuse pas plus que cela. Du coup, alors que je pensais l’adorer, j’ai trouvé Rafe bien fade. Son jeu de séducteur n’est qu’un masque et il n’a ni la carrure ni la répartie suffisante pour me séduire, moi.

Face à lui, nous allons retrouver Colette, une française venue en Angleterre pour aider son père, ancien tueur à gages de Napoléon, à se faire libérer. Elle joue donc les espionnes contre son gré pour les royalistes français. Rafe est chargé de la démasquer sauf que contrairement aux autres femmes, elle ne semble pas sensible à son charme. Ça c’est ce que l’autrice veut nous faire croire, mais en fait on voit très très vite qu’elle y est sensible et Rafe le remarque également. Du coup, on n’a presque pas ce jeu du chat et de la souris qui aurait pu faire toute la saveur de cette romance et c’est bien dommage. A la place, on se retrouve très vite avec deux héros tiraillés par leurs fidélités qui s’opposent. C’est de suite un peu moins vendeur…

C’est tout le drame de ce titre, la romance ne décolle pas vraiment pour moi parce qu’elle joue trop sur le tragique de la situation des deux héros. A l’inverse, l’aventure, elle, est bien plus intéressante heureusement. C’est donc ce dernier aspect qui m’a plu. J’ai aimé suivre notre apprentie espionne et l’apprenti envoyé de la Couronne qui veut la démasquer. Les deux ne savent pas y faire, ce qui rend la chose fort drôle. En plus, leur aventure avance en général d’un bon rythme tout du long. Les cent dernières pages sont assez enlevées entre fugue, fuite dans les rues de Londres, bagarre avec de la racaille, sauvetage inespéré, etc. Il n’y a que l’apparition de Gaines à la fin, qui sort de nulle part, et qui cloche dans tout ça, même si c’est grâce à lui que tout se déroule bien. En tout cas, mon âme aventureuse a été rassasiée, c’est moins le cas de mon âme romantique.

Insensible à ses charmes porte au final bien mal son titre, c’est plutôt tout l’inverse. Même si je n’ai pas eu la romance que j’avais imaginée et souhaitée, j’ai tout de même passé un bon moment grâce à l’aventure vécue par les héros. Cependant, mon aventure avec cette saga s’arrête là, deux petites déceptions en deux tomes, c’est trop.

Ma note : 14 / 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s