Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

To Your Eternity de Yoshitoki Oima

Titre : To Your Eternity

Auteur : Yoshitoki Oima

Éditeur vf : Pika (shônen)

Années de parution vf : Depuis 2017

Nombre de tomes vf : 12 (en cours)

Résumé du tome 1 : “C’est à l’épreuve de la réalité que je saurai ce que je suis… Voilà pourquoi mon voyage commence.”
Un être immortel a été envoyé sur Terre. Il rencontre d’abord un loup puis un jeune garçon vivant seul au milieu d’un paysage enneigé. Ainsi commence le voyage de l’Immortel, un voyage fait d’expériences et de rencontres dans un monde implacable…

Mes avis :

Tome 1

Nouveau titre de la collection shônen de Pika, To Your Eternity raconte le voyage sur Terre d’un immortel qui peut charger de forme après une rencontre importante. Ainsi depuis les longues années qu’il est sur Terre, il est passé de l’état de pierre, à celui de mousse, puis de loup et enfin d’humain, mais sans pour autant en acquérir la sensibilité et les connaissances. Il reste quelqu’un de mutique et de vierge qui va évoluer au fil de ses rencontres.

Au début, j’ai été un peu perturbée par l’univers de To Your Eternity. Le premier chapitre est assez dur à suivre. Il n’y a pas beaucoup de paroles. En effet, nous sommes dans le Grand Nord avec un jeune garçon que toute sa famille a abandonné et qui essaie tout de même de survivre. On est plongé dans un univers dur, âpre et profondément triste malgré toute la gaieté dont essaie de faire preuve l’enfant. Ça plombe bien le moral et la fin tragique n’arrange rien.

Les chapitres suivant changent du tout au tout et l’histoire démarre vraiment à ce moment-là. On voit l’Immortel prendre la forme de l’enfant et partir pour essayer de réaliser le rêve de celui-ci. On apprend qu’il a beau mourir, il revient toujours à la vie et chaque fois plus rapidement. Mais surtout, on fait la rencontre de deux peuples : les Yanome et les Ninanna dont la culture très folklorique fait voyager. On retrouve un petit air de Nausicaa dans leurs croyances et leur façon de vivre qui m’a plu. Et puis, on découvre la vive et attachante, March, petite fille destinée malheureusement à être sacrifiée pour apaiser le Dieu de son peuple. Elle va par hasard faire la rencontre de l’Immortel qui va vite s’attacher à elle et s’interposer pendant le sacrifice.

Dans ce premier tome de To Your Eternity, nous découvrons un univers riche et mystérieux qui n’est pas sans rappeler celui de Nausicaa de Miyazaki. Nous ne sommes par contre qu’au début des aventures de March et de l’Immortel mais cela donne déjà envie.

Tome 2

La suite du voyage d’Im est tout aussi surprenante dans ce deuxième tome. Nous découvrons à quoi ressemble un peu le village de Yanome et ses habitants mais leurs intentions sont toujours aussi obscures. On comprend juste qu’eux aussi s’intéressent à Im à cause de ses pouvoirs et de ce qu’il pourrait représenter. On découvre également que l’ours qui a été abattu n’est pas le fameux dieu Oniguma, mais dans ce monde au folklore animiste j’en viens à me demander si ce dieu existe véritablement où si certains peuples n’usent pas de croyances primitives des autres à leur profit.

D’ailleurs en parlant de croyances, Im est toujours aussi mystérieux même si l’auteur a choisi d’accélérer son évolution à la suite de la tragédie de ce tome. Im apprend ainsi à parler et à se comporter en humain à vitesse grand V et j’attends un peu d’en voir les conséquences dans le prochain tome. De même, je trouve qu’il prend de plus en plus conscience de ses pouvoirs et parvient à mieux les exploiter mais on ne voit pas encore bien pour quelle finalité. Le personnage mystérieux qu’il rencontre à la toute fin du tome pourrait avoir quelques réponses s’il ne disparaissait pas aussi vite.

To Your Eternity parvient à garder tout son charme dans ce deuxième tome. L’histoire avec March et le peuple de Yanome avance mais ce n’est au plus qu’une pierre sur la longue route d’Im. La grande histoire reste encore à écrire et je me demande vraiment dans quelle direction on va. En attendant, j’adore l’ambiance folklorique, mythologique, animiste et philosophique de cette histoire qui ne ménage pas ses lecteurs. Vivement la suite.

Tome 3

Ce nouveau tome démarre tout doucement par la rencontre d’un nouveau personnage au destin tragique une fois de plus. J’avais peur de m’ennuyer un peu, puis petit à petit, je me suis laissé prendre au jeu et j’ai fini par beaucoup aimer.

J’ai trouvé le petit nouveau Googoo très sympathique. Il a un coeur énorme. Il sait qu’on le traite mal mais ça ne l’empêche pas de rester foncièrement gentil, après il va aussi apprendre à ne pas se laisser marcher sur les pieds pour autant. Et surtout, j’aime beaucoup la relation qu’il développe au fil des pages avec Im. C’est amusant de le vir jouer les grands frères et lui apprendre comment se comporter et voir ce dernier chercher son aide aussi. Leur relation me semble assez équilibrée, chacun apportant quelque chose à l’autre. J’aime beaucoup.

Pour autant, l’auteur n’oublie pas le côté fantastique de son histoire. Elle ne s’attarde pas juste sur les blessures de Googoo et les apprentissages d’Im, elle continue à développer son univers. Une menace encore bien mystérieuse pèse sur Im et semble le connaitre mieux que lui même. La voix off confère une atmosphère toute particulière à ces moments où le fantastique revient d’un coup dans l’histoire. J’aime beaucoup.

J’ai donc à nouveau passé un vrai bon moment d’évasion avec To Your Eternity. J’apprécie de plus en plus les personnages et l’univers continue à m’intriguer. J’en redemande.

Tome 4

Je ressors bouleversée mais ravie de ce tome qui entame un nouvel arc dans l’histoire.

J’avais peur dans les premières pages de tomber dans un quotidien certes plein d’émotions mais un peu banal mais c’était mal connaître l’auteur qui a le chic de tout bouleverser brutalement. Ainsi après avoir vu Imm prendre ses marques et vivre une vie paisible auprès de ses amis, Yoshitoki Oima choisit d’envoyer tout valser en faisant intervenir l’antagoniste d’Imm qui va rabattre toutes les cartes. Imm va alors montrer combien il a changé. Il prend enfin conscience de ce qu’il a à perdre et de ce qu’il doit faire pour que ça n’arrive pas. Il prend aussi conscience dans une certaine mesure de son rôle de mémoire vivante des gens qu’il croise, réalisant que c’est à travers lui qu’eux aussi peuvent aspirer à une certaine immortalité.

C’est vraiment très bien amené et raconté. C’est prenant, émouvant et bouleversant. On perd des personnages auxquels on s’était attaché mais d’autres changent et grandissent grâce à cela et ne nous en deviennent que plus chers. La mangaka a vraiment créé une fable douce amère très belle à suivre et un univers riche mais cohérent qui ne fait que s’enrichir au fil des aventures. On est maintenant loin de l’Imm apathique des débuts. Il n’a pas seulement gagné la parole, il a aussi gagné une âme.

Mon seul regret ou petit point noir dans ce tome, c’est la direction prise à la toute fin du tome. Je ne suis pas fan de l’arrivée d’Imm sur cette île prison, ni de l’idée du tournoi pour gagner sa libération… mais je ne demande qu’à me tromper.

Tome 5

Encore un tome des plus surprenants. Décidément, je ne saurai jamais quelle voie va emprunter Imm dans ses aventures pour devenir humain. Le nouvel univers dans lequel il évolue est à nouveau plein de surprises même si ce n’est pas forcément mon préféré après le précédent que j’avais tant aimé.

Ici, on continue à découvrir cette île prison et ses habitants ainsi que son mode de fonctionnement. Ceux-ci sont très intéressant. J’ai aimé découvrir cette vie foisonnante au sein même de l’île alors qu’elle a été conçue pour priver des gens de leur liberté. Imm est toujours aussi ignorant mais il fait encore de belles rencontres qui vont sûrement l’aider à grandir et à s’approcher un peu plus de l’humanité que lui souhaite l’homme en noir. J’ai beaucoup aimé le petit groupe de fils et filles de criminels sur lesquels il tombe et avec qui il va se lier. Sa promesse de les aider lui ressemble bien et j’aime assez la dynamique entre eux. Je suis par contre plus surprise et sceptique du retour d’un certain personnage encore une fois complètement dérangé.

Je reste sous le charme de cette série d’aventure qui sait me dépayser à chaque fois et me surprendre parce que je ne sais jamais trop quelle direction elle va prendre.

Tome 6

Avec ce tome 6, Yoshitoki Oima clôt un nouveau chapitre important du parcours d’Im. Par contre, cette fois, j’ai été moins surprise que d’habitude, les éléments permettant les retournements ayant déjà été présentés et utilisés par le passé.

On retrouve donc un Im toujours prisonnier sur l’île mais entre les mains d’Hayase cette fois, qui a viré complètement barjot. Pendant ce temps-là, les enfants ont pris le pouvoir avec Tonali à leur tête et ont gagné la chance de pouvoir quitter l’île, mais celle-ci ne veut pas abandonner Im. C’est alors que les Knockers décident de montrer le bout de leur nez.

To Your Eternity continue à surfer sur ce qui a fait son succès, de beaux sentiments d’amitié, le questionnement des relations parents-enfants et l’apprentissage de la vie, le tout sur fond d’une action bien dosée qui dynamise l’histoire. Ça donne un résultat plaisant mais assez classique où l’on devine un peu les interventions et sacrifices des uns et des autres. Im a encore grandi à leur contact. Ceux-ci se sont aussi trouvés grâce à lui et avancent désormais dans une voie qu’ils ont choisi. Im finira par reprendre ses pérégrinations et sous notre regard attendri retrouvera une dernière fois la vieille Piolan avec qui il vivra encore de jolis moments avant de lui dire au revoir. Une page se tourne vraiment ici mais on nous annonce déjà un peu le prochain chapitre dans les toutes dernières images avec cette chasse aux Knockers. J’aimerais que ça évolue un peu de ce côté-là et qu’un vrai scénario apparaisse pas juste un affrontement binaire. A suivre…

Tome 7

Cette série n’en finit pas de me ravir. L’auteur nous embarque encore dans un nouveau voyage avec ce nouvel arc, un voyage très introspectif pour Im qui se questionne de plus en plus sur son rôle sur Terre, son identité et ses relations avec les autres. Cela donne un tome qui fait beaucoup réfléchir et qui sait également toucher notre fibre sensible et nostalgique.

On retrouve ainsi au début un Im qui vit seul sur une île déserte depuis dieu sait quand. Il a décidé de rester seul par peur de perdre d’autres êtres chers. Il met ainsi en lumière notre peur de l’engagement de façon très juste, je trouve. Mais les choses vont être telles qu’il va être obligé de s’impliquer à nouveau dans la vie des mortels. C’est fait simplement et pourtant c’est très bien amené avec une histoire dynamique qui avance bien et des nouveaux personnages hauts en couleurs qui font bien bouger Im. Du coup, je n’ai pas vu le temps passer tout au long de ce tome. On passe d’un endroit à l’autre avec une grande facilité, tout coule de source et est limpide.

C’est aussi l’occasion de revenir sur son passé, les gens qu’il a rencontrés et de revoir ceux pour comprendre tout ce qu’ils lui ont apporté. C’est très émouvant. J’aime beaucoup la façon dont l’auteur gère cela et l’intègre dans une vaste histoire sur plusieurs siècle qui pourtant est régi pour des règles fixes : Im est immortel, les knockers menacent l’humanité, Im veut les éliminer mais il a besoin d’aide pour ça. Ce dernier point est la nouvelle dynamique intéressante de cet arc. On voit tout le processus qui amène Im à cette douloureuse décision pour lui. Ça montre bien le poids de la solitude et surtout l’importance des liens sociaux. Ensuite, tout l’aspect quasi religieux autour d’Im me plaît assez et je trouve le tout bien mieux géré et mis en scène que dans Fire Punch où l’on retrouvait ces thèmes.

Ici, nous avons une histoire sensible, qui nous emporte à chaque tome dans un nouveau voyage dépaysant qui pourtant fait résonner bien des choses en nous. C’est touchant.

Tome 8

Encore un tome riche en aventures. La couverture me faisait un peu craindre le pire, de même que la personnalité fantasque du Prince, le nouveau moteur de l’histoire. Cependant l’autrice a plus d’un tour dans son sac pour réussir à nous faire apprécier un tel personnage. En lui, au fil des pages, on découvre un homme sensible mais fort, un homme de conviction, qui aime son peuple et fait tout pour lui. Il n’est pas sans défaut non plus, il peut se montrer brusque, égoïste voire égocentrique, mais au fond de lui il a un coeur immense et c’est un vrai plaisir de suivre un tel personnage. Il rejoint la longue galerie de personnages croisés par Im au cours de ses aventures. Avec lui, on parle de succession, de religion mais aussi d’amour et de résurrection. C’est encore une fois très riche comme lecture. On voit Im évoluer sans cesse, grandir et devenir plus complet. On va de surprise en surprise. C’est parfois beau et tendre, parfois sombre et cruel. On ne nous épargne pas la cruauté humaine même si on nous montre aussi les bons côtés de l’humanité parfois. Rien n’est blanc ou noir ici et c’est l’une des forces de ce titre qui ne cesse de me surprendre.

Tome 9

La série se poursuit et je n’aurais pas cru le dire un jour, devient plus claire au fil des chapitres. Im s’est fait tout un tas d’amis et c’est avec eux qu’il va élaborer un plan pour lutter contre ses ennemis naturels : les knockers. L’histoire est intéressante à lire, le rythme reste soutenu mais je n’ai pas eu de coup de coeur pour ce tome parce tout semble aller comme sur des roulettes et qu’il manque le grain de sable déclenchant une vague d’émotion chez moi. J’ai tout de même apprécié de voir Im se lier avec le prince, de voir celui-ci changer et prendre les choses en main, ce que je n’aurais jamais cru au début. Cette série aime bien nous surprendre pour ça avec des personnages qu’on attendait pas. C’est aussi sympa de voir Im combattre et utiliser ses différentes personnalités. Ce que l’on apprend sur les knockers me séduit aussi, ça voudrait dire que leur but et leurs personnes sont plus complexes qu’on ne le croyait. Du coup, le combat s’annonce passionnant et la solution vers laquelle le Noir pousse Im me séduit, ça fait très japonais, très naturaliste, très Ghibli ^^ To Your Eternity reste donc une lecture shonen qui détonne et me plaît à chaque tome. Je me demande encore vers quoi elle peut évoluer et c’est vraiment un plaisir de s’interroger avec elle.

Tome 10

Quand on repense aux débuts de la série, c’est assez amusant de voir où nous en sommes désormais parce que je pense qu’on aurait difficilement pu le prévoir. Depuis plusieurs tomes, l’auteur a su créer un vrai groupe autour d’Im et lui donner aussi enfin un but concret, ce qui fait vraiment grandir son personnage et nous fait vivre bien des émotions.

Des émotions, il y en a toujours eu dans cette histoire mais je suis surprise de voir à chaque tome comme le mangaka les renouvelle. Ici, la fameuse attaque d’ampleur des knockers qu’on attend depuis un moment est toute proche. Im a décidé de réagir et de protéger les futures probables victimes. Il a travaillé dur pour ça et avec l’aide de Bonshen il va se constituer un nouveau groupe d’amis que j’ai adoré. Au début, j’avais un peu de mal avec l’idée, j’avais peur qu’ils ne soient que des pions, mais à travers les chapitres, l’auteur donne corps à chacun d’eux et c’est touchant. Chacun a son histoire ce qui les rend d’autant plus humain et cette humanité se transfère par ricochet à Im.

Le tome est donc plus calme, centré sur les émotions et la préparation aux combats mais cela lui confère une aura toute particulière que j’ai beaucoup aimé. J’attends désormais le grand combat, mais déjà je salue le travail accompli par le mangaka sur ce shonen d’héroïc fantasy si différent de tout ce que j’ai pu lire.

Tome 11

Même si c’est moins complexe qu’au début, les drôle d’aventures humanistes d’Im se poursuivent. Depuis quelques tomes, l’histoire a pris une autre dimension. Im s’est fait un vrai groupe d’amis qui compte pour lui et qu’il a envie d’aider et de sauver des knockers. Du coup, il s’est posé, il a développé ses pouvoirs et a enfin à comment vaincre ces créatures. Dans ce tome, chacun passe à l’action et ça envoie !

J’ai passé toute ma lecture quasiment en apnée. On assiste à la défense de la ville par Im et ses amis, tandis que les knockers attaquent sans relâche. C’est dur à voir. L’auteur ne nous épargne pas. Il montre bien que c’est un combat sans fin et peut-être même perdu d’avance, mais que nos amis ne comptent rien lâcher. On enchaine donc les scènes de batailles, en alternant les points de vue et les lieux de défense, ce qui dynamique vraiment la lecture.

Les affrontements sont variés mais toujours Im est au centre. C’est la clé de voûte et quand la clé de voûte peine, la défense vacille et des pertes ont lieu. C’était immanquable, mais ce n’est pas facile à digérer pour autant. Le fait de le montrer depuis le point de vue d’Im accentue encore cela. De plus, l’auteur a la bonne idée d’allier combat et réflexion, celles d’Im sur lui-même et sur l’immortalité. C’est puissant et émouvant.

Avec cette tension omniprésente qui empêche tout le monde de se reposer, la lecture n’est pas facile mais tellement pleine d’émotions. On regrette ceux partis trop tôt, on tremble pour ceux qui reste et on est émerveillé par le retour de certain. Décidément, l’auteur gère son récit de main de maître et nous tient en haleine !

Tome 12

Yoshitoki Oima nous offre un nouveau tome toujours aussi surprenant dans tous les sens du terme et du début à la fin en prime !

La couverture annonçait la donne, c’est le tome des retrouvailles. Im vient de se faire attaquer par le knocker de Kahaku qui lui a volé toutes ses formes. Pendant ce temps-là la bataille bat son plein. Le lecteur est ainsi sollicité de tous les côtés, avec des batailles dramatiques d’un côté, et un héros en grand danger de l’autre. La surprise et l’émotion sont au rendez-vous avec l’arrivée d’un sauveur inattendu pour Im. J’ai beaucoup aimé la mise en scène autour de sa « résurrection », c’est un bel hommage à tout ce qu’on a vécu jusqu’à présent et ça remue beaucoup de choses en nous. On retrouve des personnages qu’on a aimés et regrettés, on en quitte d’autres avec qui la rupture est brutale et tragique. C’est dramatique et nostalgique à la fois avec une grosse dose de mélancolie.

La lutte contre les knockers reste bien présente en arrière-plan avec ici aussi une mise en scène top, faite de va-et-vient incessant qui font parfaitement sentir l’inspiration des batailles de siège du Moyen-Âge et des débuts de l’ère moderne. On passe d’un lieu à l’autre, d’un point de vue à l’autre. On voit les assaillants évoluer et proposer de nouvelles formes de combats. On voit les défenseurs faire preuve d’héroïsme et de sens du sacrifice au nom des gens qu’ils aiment. La petite larme n’est jamais loin quand on suit leur ultime combat.

Tout cela pour parachever l’évolution d’Im, cette ancienne pierre faite homme, qui a est parfaitement devenu humain et ressent et partage les émotions de ceux-ci. Im a trouvé sa place, sa famille, son but dans la vie. C’est une très belle conclusion à cette longue première partie, car surprise des dernières pages Yoshitoki Oima annonce tout à coup une nouvelle aventure pour son héros dans un lieu et temps qui ont de quoi surprendre, en tout cas pour moi car je n’imaginais pas le récit aller dans cette direction.

Nouveau tome coup de coeur, encore une fois. Décidément cette série ne cesse de me surprendre depuis ses débuts !

Ma note : 16 / 20

8 commentaires sur “To Your Eternity de Yoshitoki Oima

  1. « On est maintenant loin de l’Imm apathique des débuts. Il n’a pas seulement gagné la parole, il a aussi gagné une âme. » tout à fait
    En même temps, s’ils avaient voulu nous dérouler toute l’histoire, ils n’auraient pas fait passer 4 ans d’un coup XD.

    Aimé par 1 personne

  2. « Quand on repense aux débuts de la série, c’est assez amusant de voir où nous en sommes désormais parce que je pense qu’on aurait difficilement pu le prévoir. Depuis plusieurs tomes, l’auteur a su créer un vrai groupe autour d’Im et lui donner aussi enfin un but concret, ce qui fait vraiment grandir son personnage et nous fait vivre bien des émotions. » +1
    Tu le dis si joliment
    J’ai dû relire le tome 10 pour mieux en profiter, mais bon vu le côté particulier de l’histoire et la chaleur trop intense, je pense que j’ai bien fait. Les mots me sont mieux venus et j’ai mieux suivi.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s