Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

The First love melt in ultramarine de Yuki Ringo

Titre : The First love melt in ultramarine

Auteur : Yuki Ringo

Éditeur vf : Taifu comics (yaoi)

Année de parution vf : 2017

Nombre de pages :174

Histoire : Suite à une grave blessure à l’épaule, Kengo se voit contraint d’arrêter le baseball. Alors qu’il est totalement déprimé et perdu depuis la perte de sa passion, il fait la rencontre d’un étrange élève dans la salle de musique de son lycée. Yoshioka est en fait un camarade de classe de Kengo, mais pour une mystérieuse raison, il ne suit plus les cours depuis un an. La musique semble être sa seule échappatoire face aux démons de son passé. De son côté, Kengo ne peut rester impassible et décide de rester près de lui. Une lueur d’espoir vient d’apparaître…

Mon avis :

Après avoir découvert Ringo Yuki avec Goodbye Lilac et Tamayura pour lesquels j’avais eu de gros coups de coeur, j’ai cherché une oeuvre plus ancienne : The first love in ultramarine, dont le titre me plaisait bien.

L’histoire est telle que je m’y attendais. Nous suivons un jeune joueur de baseball un peu paumé après sa blessure à l’épaule qui fait la rencontre d’un autre lycéen encore plus perdu que lui, que la vie semble ne pas avoir épargnée. L’histoire est rondement menée dans ce oneshot, le rythme est soutenu, au point que parfois je me suis dit que ça allait peut-être un peu vite et que j’aurais aimé qu’on creuse les personnages ou du moins qu’ils prennent plus leur temps parce qu’ils sont vraiment très intéressants.

En effet, j’ai beaucoup aimé découvrir ces deux garçons. Le premier, Kengo, est peut-être un peu trop lisse et simple au début, mais il s’étoffe vraiment au fil des pages. J’ai aimé sa franchise, sa spontanéité, sa candeur aussi mais surtout sa bienveillance et son tact. Il sait vraiment prendre soin des autres, les écouter et avancer à leur rythme. Cependant le plus intéressant reste indubitablement Yoshioka dont le triste passé est au coeur de l’histoire. Yoshioka a redoublé et ne va plus en classe suite à des incidents horribles qui se sont passés l’année précédente et qui montre l’ampleur que peut prendre le harcèlement dans les lycées japonais. J’ai été très touchée, pour ne pas dire écoeurée, par ce qui lui est arrivé, l’autrice sachant parfaitement le mettre en scène pour nous alerter.

Dans ce oneshot, le sujet du harcèlement est coeur de l’histoire, mais aussi celui l’homosexualité chez les adolescents et dans les lycées, qu’elle est l’image que cela donne aux autres, comment réagissent-ils, ont-ils droit de tout faire et dire. La mangaka n’ose pas frapper un grand coup sur la table pour dénoncer ce qui peut se passer mais elle fait passer le message avec beaucoup de justesse et montre combien la reconstruction est dure et douloureuse et nécessite l’aide des autres.

Concernant le dessin, il me plaît toujours autant. Il est doux, fin, mélancolique et puissant quand il le faut. On ressent parfaitement les sentiments agités des personnages à travers le trait de Yuki Ringo. C’est une vraie réussite.

Mon seul regret est que l’histoire s’arrête si vite malgré les quelques pages bonus tout à la fin. Je pense qu’il y a un vrai potentiel ici, que l’autrice sait déjà nous toucher avec des sujets sensibles, mais qu’ici on n’est qu’aux prémices de ce qu’elle sera ensuite capable de faire.

Ma note : 15 / 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s