Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Shy de Miki Bukimi

Titre : Shy

Auteur : Miki Bukimi

Éditeur vf : Kana (shonen)

Années de parution vf : Depuis 2021

Nombre de tomes : 11 (en cours)

Histoire : Dans chaque pays, il existe un héros prêt à sauver le Monde. L’héroïne du Japon est une grande timide et n’est pas très populaire. Pourtant, Shy fait de nombreux efforts et elle est prête à risquer sa vie pour sauver toute personne qui se trouverait en danger ! Mais Shy devra surtout trouver la confiance en elle nécessaire pour affronter la plus grande menace qui pèse sur la planète…

Mon avis :

J’ai toujours aimé les univers de superhéros, c’est quelque chose qui me fascine. Ainsi même si je ne suis pas une afficionada, j’ai quand même été biberonnée avec Batman, Superman, Spirder-man, les X-Men, Iron-man et j’en passe. Cependant après plus de 30 ans à ce régime, j’en viens parfois à me lasser. C’est là qu’interviennent les japonais et leur pouvoir sans égal de revisiter à leur façon des mythes universels.

Shy est la toute première série de la jeune mangaka Bukimi Miki, qu’elle publie depuis 2019 dans le Shônen Champion d’Akita Shoten. Elle compte actuellement 7 tomes et semble bien partie pour continuer.

Comme les séries de superhéros habituelles, elle est portée par une brochette de personnages aux pouvoirs surhumains, l’originalité vient de son héroïne, la superhéroïne du Japon, dont la particularité est d’être une grande timide, d’où son surnom : Shy. A partir de là, le ton est donné, entre enrobage classique inspiré des histoires de superhéros qu’on connait et nouveauté avec une héroïne qui n’a pas vraiment le caractère qui va avec.

J’ai beaucoup aimé cette dichotomie. Le personnage de Shy est vraiment très attachant et on peut facilement s’identifier à elle. Quand on est timide nous aussi, on se retrouve dans ses hésitations à intervenir, à se mêler à la foule, dans ses sentiments d’infériorité et d’auto-culpabilisation fréquents. Ainsi plus qu’une série de superhéros, l’autrice propose une série humaine, sur le fait de se battre contre soi-même pour se dépasser et être celle/celui que l’on souhaite, une morale qui me plaît beaucoup.

Pour mettre cela en scène, j’ai trouvé le cadre des superhéros assez original. Avec Shy, j’avais l’impression de revenir un peu à la source de ce qu’est « un héros », c’est-à-dire un demi-dieu dans la mythologie grecque, soit un être mi-dieu mi-humain, divinité grâce à ses pouvoirs extraordinaire, humain grâce à ses traits de caractère qui peuvent apparaitre comme des faiblesses mais ne le sont pas. D’ailleurs, les autres héros croisés sont dans la même dynamique avec Spirits l’héroïne russe qui picole, ou Stardust le héros anglais mégalo un brin psychopathe. C’est un angle d’approche vraiment intéressant.

Mais l’histoire n’est pas faite que de psychologie, pour raconter tout cela, l’autrice nous embarque dans des aventures de superhéros classiques faites de sauvetages lors de grande roue coincée ou d’incendie. Ce sont au début des interventions assez classiques pour ne pas dire un peu limité. Heureusement le schéma prend vite une nouvelle ampleur avec l’arrivée d’un plus grand mal contre lequel l’ensemble des héros va devoir lutter, à commencer par Shy bien entendu, ce qui va l’obliger à se dépasser tout en restant elle-même. Avec ses teintes rappelant un peu Card Captor Sakura dans la construction narrative parfois, j’ai trouvé les premières aventures de notre héroïne timide pleine d’énergie et de bons sentiments.

Les dessins par contre ne sont pas totalement à la hauteur à mon goût. On sent que c’est une première oeuvre et il y a quelques maladresses chez eux, un côté un peu brouillon parfois avec un noir trop présent rendant leur lecteur moins nette. Le trait gagnerait à s’alléger un peu plutôt qu’à vouloir absolument remplir toute la case quitte à la surcharger, surtout que les design des personnages sont classiques mais bien vu, modernes et plein de peps.

Ainsi cette première incursion dans l’univers des superhéros made in Bukimi Miki m’a plutôt plu. L’autrice a choisi un angle de vue inédit qui emprunte à la fois à l’origine du mot héros et à ce que les américains en ont fait avec leurs superhéros après la Guerre. La série est vraiment prometteuse malgré les quelques ajustements à faire.

Tome 2

Malgré sa toute jeune carrière, Bukimi Miki propose vraiment avec Shy un titre des plus prometteurs dont Kana a eu la bonne idée de sortir en parallèle les deux premiers tomes afin de vraiment bien appréhender l’univers.

Reprenant le même schéma général que le tome 1 avec un premier chapitre explosif, une suite de missions plus légères avant un final bien plus percutant. Une formule simple et efficace qui m’a beaucoup plu ici.

Nous retrouvons donc notre héroïne, sur la base en orbite des superhéros du monde entier dirigée par la mystérieuse Unilord. Elle y fait la rencontre de Stardust, ce héros aux airs de popstar si mal aimé par les autres à cause de son côté psychopathe. Cependant, celui-ci touche une corde sensible en faisant comprendre à Shy qu’elle a besoin de s’endurcir et de maîtriser un peu mieux ses pouvoirs pour pouvoir affronter les dangers qui l’attendent. Une étape nécessaire afin de faire grandir notre héroïne et que l’autrice a plutôt bien géré sous fond de classicisme à nouveau teinté d’originalité.

Cette originalité, elle est, comme dans toute la saga on dirait, accès sur l’intériorité des personnages. En effet, loin de la figure parfaite du héros, ceux-ci sont tous des individus avec des failles certaines, failles dont ils se servent pour développer leurs pouvoirs, grandir et protéger les autres. Stardust n’y coupe pas, tout comme les autres héros et héroïnes que nous allons rencontrer dans ce tome.

Il est donc une fois de plus question d’acceptation de soi dans ce tome très accès sur le développement des pouvoirs de Shy. J’aime que l’autrice ne cherche pas à supprimer sa timidité mais plutôt à en faire une force en exprimant tout le positif que cela referme. De la même façon, elle procède comme ça aussi avec le soi-disant manque d’empathie de Stardust, le handicap d’une autre héroïne ou le manque de confiance en lui d’un autre héros. C’est superbe comme message pour tous ceux qui se sentent mal dans leur peau et que la société a un peu trop tendance à pointer du doigt. J’aime ce message d’ouverture, de tolérance et de bienveillance.

Cependant pour développer tout ça, les chapitres sont parfois inégaux et je dois avouer que ceux occupant le milieu de ce tome me semblaient un peu anecdotiques sur la forme. J’avais même peur de retomber sur le sacro saint schéma de la mission de la semaine… Heureusement la fin vient me démentir et de quelle façon !

J’ai adoré retrouver LE grand méchant du tome 1, Stigma, qui est terriblement énigmatique et qui semble proposer un modèle de vilain ambigu qui est loin de l’archétype manichéen habituel. Le mystère qui l’entoure lui ainsi que ses acolytes relance bien l’intrigue à la fin de ce tome et promet une suite sous tension où nos héros vont partir enquêter pour voir de quoi il en retourne. C’est une proposition audacieuse et minutieuse. Là où un MHA, qui parle aussi de superhéros, a tardé à développer un fil narratif intéressant s’éloignant d’une certaine routine, ici Bukimi Miki s’y essaie très rapidement et avec succès !

Un deuxième tome à lire dans la foulée du premier pour achever de vous convaincre que cette série a vraiment du potentiel pour raconter une histoire de superhéros autrement. La volonté de mettre en valeur des traits de caractère souvent méprisés par la société est tout à l’honneur de l’autrice et fait un bien fou. Maintenant qu’elle semble avoir trouvé une bonne ligne directrice pour la suite, j’ai hâte de la lire !

Tome 3

Comme pressenti lors de mes lectures des tomes précédents, nous tenons là avec Shy un titre qui pour moi renouvelle le genre des super-héros comme cela avait le cas avec My Hero Academy à l’époque, certaines similitudes se faisant d’ailleurs sentir avec ce dernier.

Avec ce troisième l’intrigue se tourne et se centre sur Shy et son amie Spirits, alias Pepesha, qui suite à une confrontation avec un étrange ennemi a eu besoin de retourner dans sa Russie natale pour trouver certaines réponses.

Mélange d’intrigue intimiste et de combats à la saveur de super-héros bien connue, ce nouvel opus fut aussi palpitant à suivre que les précédents. L’autrice manie parfaitement les différents éléments de son récit. Elle met en scène une jolie amitié qui se noue entre les deux super-héroïnes. Elle fait un récit âpre de la vie de jeunes orphelines dans une Russie où la misère fait rage. Et elle imagine une confrontation mère / fille assez percutante et poignante où leurs pouvoirs opposés ne sont pas en reste.

Si la mise en scène fait déjà vue, le travail sur les émotions, les sentiments et ressentiments est très joli et donne une touchante vraiment poignante à la série. Les « méchants » proposent ainsi autre chose que juste la volonté de dominer le monde ou asservir le genre humain. La dénonciation qui est faite de certains de nos travers est juste et on sent ainsi qu’un point de bascule est tout à fait possible et plausible. C’est quelque chose qui me plait assez car j’ai l’espoir d’un tournant plus sombre pour certains « héros », ça m’intéressait.

Ainsi, même si l’intrigue est plus compacte avec ce centrage sur Pepesha, je trouve la saga vraiment prometteuse avec un beau travail sur les émotions qui permet de renouveler un peu un genre des super-héros trop souvent laissé aux mains des Américains et de leur comics Marvel and Co. Ça fait du bien de voir de jeunes auteurs proposer autre chose même si l’influence des grands titres du genre n’est jamais bien loin ><

Tome 4

Alors que je suis un peu lente et que je viens seulement de réaliser que le logo de la série rougit tout comme son héroïne…, la série, elle semble avoir trouvé son rythme entre tranche de vie gentillet et combat contre l’organisation Amalarilk qui souhaite un monde sans adulte. Ça se laisse très bien lire mais cela a un côté déjà vu que fait que la série manque d’intensité.

En effet, alors que je trouvais le concept assez enthousiasmant, l’autrice ne parvient pas vraiment à concrétiser la chose et propose une histoire encore un peu tiède pour le moment. C’est cependant plein de bons sentiments qui font chaud au coeur et les différentes rencontres sont l’occasion de discussion à coeurs ouverts qui touchent. Toutefois dans un titre mettant en scène des superhéros, je m’attends à plus d’action et moins de palabre, ce qui n’a pas été vraiment réussi dans ce tome.

Celui commençait pourtant bien avec le combat entre Pesh et sa mère, sous le regard attentif de Shy. Le premier chapitre offrait de jolies scènes de combat, scènes qui furent malheureusement vite torpillées par l’orientation plus psychologique du récit. En effet, l’autrice profite de cet affrontement pour plutôt revenir longuement sur la relation mère-fille des deux femmes, aussi bien du point de vue de l’enfant que de la mère. En soi, c’est touchant, avec de belles paroles, de beaux développements sur la parentalité et les relations parents-enfants, mais c’est vu et revu malheureusement, alors je n’ai été qu’à moitié touchée.

A la place, j’aurais aimé un vrai développement autour d’Amalarilk sur lequel nous n’avons des informations qu’au compte-goutte. Informations, en plus, déjà entendues, il me semble. J’aime le potentiel de ce groupe et de son leader et j’aimerais qu’il soit mieux exploité, mais l’autrice ne m’entend pas vraiment pour le moment ^^!

Elle préfère mettre en scène et appuyer sur le côté banal et normal de son héroïne, comme elle l’illustre dans la dernière partie. Shy se retrouve malade et se fait aider par sa camarade de classe et amie à qui elle apprend qu’elle a perdu sa soeur aînée. Shy sauve un petit garçon et tombe sur une journaliste qui cherche sa voie et elle l’aide dans ce sens. Shy se balade avec son amie et tombe sur une jeune fille un peu perdue qu’elle prend sous son aile. Ce sont tous des petits instantanés de la vie de l’héroïne qui la montre sous son jour timide, banale, mais profondément gentille et toujours au petit soin pour les autres. C’est mignon tout plein, mais ça ne vole pas très haut non plus ^^!

Je ne sais pas si c’est moi qui n’étais pas dans de bonnes dispositions ou si le titre marque le coup, mais j’ai été moins convaincue ici. J’ai trouvé le tome un peu mou, un peu trop bavard, manquant d’action, de secrets et de révélations. J’en attends plus.

Tome 5

Comme je le craignais un peu l’auteur est reparti à alterner petites histoires anecdotiques et vaste complot mondial, mais ce dernier ne parvient pas à prendre l’ampleur qu’on aimerait lui voir…

Bukimi Miki a vraiment mis l’accent sur son héroïne dans cette série qui porte son nom. Ainsi, toutes les histoires que peut faire la terrible organisation Amalarilk n’auront jamais la première place. Non, l’auteur préfère à la place parler de son héroïne, de ses amies, de ses relations aux autres et de la façon dont elle va prendre confiance en elle. Un choix audacieux mais qui ne paie pas toujours.

Je dois avouer que la première moitié de ce tome où Teru et Iko font la connaissance d’une jeune princesse shinobi échappée de son village, qui souhaite gagner en indépendance, n’a pas brillé par son originalité et son intérêt. J’ai trouvé ça mignon mais plat et déjà vu. Certes, c’est chaleureux, la relation amicale entre les trois filles se construit naturellement et avec humour, mais il lui a manqué quelque chose.

Heureusement du coup que ça ne traine pas en longueur et qu’assez vite Amalarilk pointe le bout de son nez. Ceux-ci sont toujours en arrière-plan à chaque fois que Teru rencontre et s’approche de quelqu’un. Ici, notre princesse cache aussi un sombre passé dont elle n’a pas encore parlé et il n’y a pas que son arme qui semble magique. L’auteur nous relance donc dans un combat où Shy va devoir prendre les choses en main et c’est une bonne chose pour nous réveiller.

Cependant, ce tome ne vient qu’amorcer cette nouvelle affaire. On y voir un centrage sur Shy à qui on confie la place de leader dans cette mission de sauvetage qu’il faut organiser à Tokyo. Un travail a alors lieu de la part du mangaka pour montrer l’évolution de son héroïne et combien elle doit prendre sur elle pour grandir et avancer. C’est traité positivement et avec bienveillance, la preuve au-delà de leurs qualités, Shy choisit avant tout ceux en qui elle a appris à avoir confiance, ce qui lui permet elle-même d’avoir confiance.

Ainsi contrairement aux autres titres sur les super-héros auxquels Shy peut faire penser – il y a des mises en scène rappelant furieusement My Hero Academia -, le titre continue à suivre sa propre voie, une voie plus intimiste par son attachement à la personnalité de l’héroïne. Alors certes, ce tome n’est pas le plus passionnant depuis le début, mais il continue à la faire joliment évoluer, ce qui donne envie d’en voir le résultat lors d’une mission sous tension dans le prochain tome.

Tome 6

Bukimi Miki continue de nous proposer sa version revisitée du shonen de superhéros. Entre combats contre les antagonistes d’Amalarilk et conversation profonde sur le mal être de chacun, nous avançant lentement mais sûrement vers d’autres très belles confrontations.

J’ai à nouveau été séduite par le concept étrange de la série dans ce 6e tome. Malgré un schéma typique emprunté à une série comme Saint Seiya, où chaque héros va affronter son équivalant pendant que les autres avancent, j’ai beaucoup aimé la dynamique de ce tome. Oui, c’est prévisible, oui c’est gentillet et un peu bateau, mais ça fait du bien aussi de retrouver de tels sentiments.

Ainsi, j’ai apprécié le duel entre les deux garçons et leur définition de ce que c’est d’être un garçon, l’un voulant être viril, l’autre aimant tout ce qui est mignon, et les deux tombant d’accord sur le fait que le mieux c’est d’être soi-même et que la société devrait nous accepter. Cette volonté d’accepter, on la retrouve avec Pepshka qui affronte en quelque sorte la disciple de sa mère, une jeune fille qui comme elle porte un masque. La façon dont ces deux opposées se complète fut très joliment mise en scène malgré la rapidité de leur duel. J’ai aimé la tendresse que l’on ressent alors et l’envie de protéger chacune d’elle. Mais je retiens surtout leur discours comme quoi, on a le droit aussi de ne pas toujours être jovial, d’être même parfois un peu froid et réservé, car cela ne veut pas dire qu’on ne ressent rien.

Enfin, la grosse partie du tome est bien sûre consacrée aux jumelles shinobi. Nous avions déjà eu des chapitres sur les autres héros, il nous restait à découvrir Ai. Son histoire avec sa soeur et leur vision opposée du devenir des ninja est volontiers poignante. On sent que l’autrice utilise tous les ingrédients connus pour émouvoir son lectorat et ça marche. Alors oui, c’est facile et prévisible, mais on se laisse quand même piéger et on est touché par leur histoire et le confrontation que cela annonce.

Avec efficacité et surtout émotion, Bukimi Miki continue de déployer son univers tout en nuances où les méchants ne sont pas de vrais méchants et où les héros ne sont pas des surhommes. J’aime cette ambivalence dont elle fait preuve. J’aime que ce qui est considéré généralement comme une faiblesse n’en soit pas une ici, mais plutôt un point positif et utile pour se rapprocher et apprendre à connaître et comprendre l’autre. Cette aura très positive dans l’histoire fait vraiment du bien. Après l’ensemble est archi classique et prévisible malgré ses belles paroles et ses combats punchy, ce qui donne juste le rang de série sympathique à la série.

Tome 7

Fan de My Hero Academia lisez aussi Shy. Tout ce que vous aimez lors des phases de combats de MHA, vous le retrouverez également ici !

Shy est en effet une belle réinterprétation moderne du thème du super-héros, tout comme l’est MHA. Sauf qu’il accentue encore plus le thème des fragilités qui deviennent des forces, de ce que les gens perçoivent comme des faiblesses qui une fois acceptées permettent de se transcender.

L’autrice est tout aussi à l’aise que Kohei Horikoshi pour mettre en scène depuis le dernier tome des antagonistes qui passent à l’action et lancent une attaque globale. On suit à tour de rôle les membres du groupe des héros qui ripostent. La narration est ultra dynamique avec une caméra à l’épaule qui passe de l’un à l’autre pour rendre le récit de ces combats vifs. A l’aide d’ellipses bien choisies, on avance ainsi assez rapidement. Pour autant, Bukimi Miki n’oublie pas de développer ses personnages, parfois de manière tendre et rigolote, parfois de manière plus sérieuse, mais toujours avec sincérité, chacun affrontant soit son alter-ego soit son opposé pour grandir en tant qu’héros et être humain.

Je me suis ainsi amusée avec une Lady Black amoureusement timide. J’ai trouvé adorable le duel en miroir de Mian Long et Furax qui se trouvent tour à tour mignon et viril et s’envient. J’ai adoré découvrir un autre Stardust, qui rêve d’être le plus super-héros le plus gentil, quand il a affronté le chef des méchants et son acolyte Vade Retro. A chaque combat, l’autrice met en avant les qualités tirées des faiblesses des super-héros mais aussi de leurs opposants, le tout dans un cadre fantastique rappelant des titres comme X des Clamp, avec ce dôme noir opaque, sorte de kekkai moderne.

Quant au duel fratricide (si quelqu’un à le terme au féminin, je suis preneuse ;)) entre Ai et sa jumelle, il tient toutes ses promesses. Il est complexe, poignant, émouvant et dramatique. La façon dont l’autrice mélange leur histoire de vie avec les codes japonais propres aux shinobi est très bien fait. J’avoue juste ne pas être fan de la présence de Shy qui est de trop pour moi. J’aimerais bien qu’elle se fonde plus dans le décor et ne soit pas LA super-héroïne qu’on met autant en avant partout dans chaque combat ou presque, ça empiète de trop sur les autres comme si elle était plus importante ou meilleure qu’eux et ça me dérange, mais je sais aussi que c’est le credo de la saga.

En attendant, l’autrice a vraiment fait des progrès dans ses dessins, ceux-ci sont bien plus dynamiques et lisibles qu’au début. Ils ont en même gagné en drame et en noirceur. La symbolique y est forte jusque dans la mise en scène de chacun des combats qui est vraiment propre au héros mis en avant. Ainsi, j’ai beaucoup aimé cet ultime combat de soeurs à la mode japonaise typique avec technique de sabre, influence de la lune et présence de créatures mythiques. C’était top.

Je me suis vraiment régalée avec ce nouveau tome de Shy. J’ai été surprise par la hausse de qualité de l’histoire qui sort un peu de ce schéma à l’unité qu’elle avait auparavant pour offrir des combats plus massifs. J’espère que cela se poursuivra car c’est dans ce format que j’aime les histoires de super-héros et si en plus Bukimi Miki continue de creuser cette veine de héros fragiles devenant plus forts grâce à cela, je sens que je vais adorer.

Tome 8

Quoique pleine de bonnes intentions, cette série me lasse de plus en plus à la lecture. Je trouve la narration un peu poussive et certaines scènes un peu répétitives, ce qui diminue mon plaisir.

J’aimais l’idée de base d’avoir des héros imparfaits qui ouvertement à notre regard travaillent là-dessus pour que ça devienne l’une de leurs forces. J’aimais dans cet arc l’opposition entre les deux soeurs jumelles à l’interprétation différente de leur art de shinobi. Et j’aimais que l’auteur ait donné la part belle à plusieurs personnages dans le tome précédent.

Cependant dans ce tome les longs échanges pour convaincre Abysse, la soeur tombée du mauvais côté, ont été très poussifs pour moi. L’héroïne, Shy, toujours elle…, se sert de son expérience de grande timide et petite handicapée sociale pour tenter de montrer qu’elle peut la comprendre et la faire rebasculer du bon côté. C’est très mignon tout ça mais un peu fade et convenu à lire aussi. Du coup, ça ne m’a pas touchée.

De plus, le trait de l’autrice qui se veut vif et incisif est également un brin brouillon lors des scènes d’action, elle m’a donc parfois perdue au cours de ce périple graphique. Sans parler de la surenchère de scènes d’action où tout explose sans que ça n’apporte grand-chose au final. Oui, c’est beau, ça a du charme avec ce côté âme déchirée, mais est-ce suffisant, non ?

Je trouve vraiment que depuis quelques tomes l’autrice s’embourbe dans ce qu’elle veut raconter et n’avance pas vraiment, cela donne des actions et scènes bien trop étirées sans raison puisqu’à côté il ne se passe pas grand-chose. S’il y avait un vrai bon développement des personnages autre que : « oh les pauvres, ils sont faibles, ils souffrent, allez ils vont lutter et se remettre » à chaque fois, peut-être que mon intérêt se raviverait. Pour l’instant, je trouve la série de plus en plus répétitive et mollassonne avec un fil directeur qui s’étiole.

Shy est donc une petite déception au fil des tomes. Après un démarrage avec un concept alléchant, l’autrice ne parvient pas à en faire quelque chose de suffisamment dynamique, creusé ou émotif pour faire décoller son titre. Elle se contente de resservir sans cesse la même recette et c’est lassant, même si ça reste mignon et un peu touchant de voir ces héros plein de fragilités mais je voudrais qu’elle transforme l’essai !

Tome 9

Alors que malgré un concept fort plaisant autour de la représentation des super-héros, j’ai souvent été un peu sévère avec les aventures de Shy, je sais aussi reconnaître quand l’autrice nous offre un superbe développement comme c’est le cas ici avec les jumelles shinobi.

Coincés dans une bulle, nos héros se confrontent à leurs peurs et névroses pour vaincre leurs adversaires eux-mêmes complètement éclopés par la vie. Depuis plusieurs chapitres, l’histoire se concentre sur Ai et Mai, deux jumelles shinobis séparées par les attentes de leur famille et la façon dont elles ont choisi d’y répondre mais aussi dont cela les a marquées. Après avoir ouvert leur coeur et s’être retrouvées, elles doivent livrer une dernière bataille pour sauver Tokyo.

J’ai beaucoup aimé le ton volontiers plus sombre et introspectif de cette suite. Tout en s’inspirant à fond des codes de la culture japonaise autour des shinobis et de leur philosophie de vie, l’autrice ajoute également comme l’avaient fait certaines de leur prédécesseurs dans le shojo, une touche beaucoup plus moderne dans cette Tokyo en proie d’être dévastée. On se croirait à la croisée des chemins entre X des Clamp, Sailor Moon de Naoko Takeuchi et le monde des super-héros. J’ai adoré !

L’autrice fait preuve d’une très belle profondeur dans l’écriture des personnages, évoquant rédemption, pardon, retour sur soi, apprentissage, acceptation de soi, etc. Elle noue aussi de très belles relations fondées sur l’entraide, le soutien, le partage, l’acceptation et l’ouverture aux autres. Cela donne lui à de superbes scènes de communion du groupe formé par les jumelles et leurs amis, rappelant celles, cultes, de Sailor Moon. Tout cela dans une volonté de faire évoluer et grandir les personnages en tant que héros mais surtout en tant que personne, non pas en rejetant ce qui les rend différent, mais en l’acceptant et en le promouvant, pour que le regard des autres change et qu’ils soient plus inclusif. J’aime ce message !

En plus, la mise en scène de l’autrice est percutante. A la fois sombre et lumineuse, pleine de désespoir et d’espoir, elle m’a fait vibrer. J’ai aimé cette façon dont elle digérait à la fois les représentations de scènes d’action et de tension comme on les voit dans les comics et films de super-héros américains, et les représentations de fin du monde à la japonaise, comme on les voit dans bien des mangas cultes comme Akira, Sailor Moon ou X. C’est pêchu et introspectif à la fois.

Puis après cette superbe conclusion sur les jumelles, loin d’avoir le coup de mou attendu et qu’on a déjà connu, l’autrice poursuit sur sa lancée, allant à la conquête d’un autre membre de l’équipe des antagonistes pour tenter de la comprendre et l’amener sur la voie de la guérison. On rencontre ainsi un nouveau super-héros singulier, celui de la France, dont le super pouvoir repose sur l’art et la peinture. On aime les clichés ! Après chaque super-héros a des caractéristiques de ce genre en lien avec l’image qu’on a de son pays, alors c’est amusant. On retombe donc dans quelque chose de plus classique mais non moins savoureux.

Il faut dire que l’autrice continue encore et toujours de développer son univers, nous apprenant des choses sur le fonctionnement de Stigma et de ceux ayant rejoint son groupe. Elle offre même une nouvelle transformation à Shy dans les ultimes pages qui vient nous interpeler sur la raison de celle-ci et ses conséquences. Elle tente aussi de faire évoluer la population en la confrontant à la vraie face des héros. Bref, tout ce qu’elle a mis en place depuis le début continue d’évoluer et elle accompagne cela fort joliment.

Série que j’ai souvent critiqué pour ses longueurs et son manque d’impact malgré des propos intéressants, Shy a réussi le tour de force ici, d’offrir une conclusion juste et émouvante à la destinée tragique de ces jumelles shinobis, le tout en s’inspirant à la fois du mythe des super-héros à l’américaine et d’oeuvres mangas cultes mettant en scène une Tokyo au bord de la rupture. Magnifique !

Tome 10

Déjà le 10e tome de cette série fort sympathique, d’une autrice toute aussi sympathique qui semble beaucoup mettre d’elle-même dans ce titre, notamment quand il est question de dépasser ses limites et sa timidité, sentiment qui me parle énormément.

Ainsi même si nous sommes clairement dans un tome de transition fait d’un gros lot de chapitres anecdotiques cela reste une belle lecture, positive, chaleureuse et encourageante. J’ai adoré suivre Shy/Teru dans son quotidien et ses rencontres, que ce soit lorsqu’elle aide une starlette comme dans les vieux dessins animés de mon enfance, ou quand elle nous partage sa passion pour les récits d’horreur, elle, qui semble avoir peur de tout. C’est charmant.

Et puis, il y a, pour les lecteurs français, ce chapitre bonus qui nous semble directement adressé au milieu du tome : celui d’une convention japonaise organisée à Paris où le héros français Lavoir, qu’on voit en couverture, invite Shy et où ils parlent du cosplay d’une superbe manière. Passion souvent moquée ou dénigrée par ce qui ne connaissent pas, il est fait ici un mode d’expression parfait pour les gens cherchant à briser leur coquille et à s’épanouir au-delà de leurs fragilités respectives. J’ai été très touchée et de même, j’apprécie beaucoup que Lavoir soit un héros non-genré 😉

Cependant, derrière tous ces petits chapitres anecdotiques, l’autrice n’oublie pas son histoire fil rouge et elle revient bien vite vers Amalarilk, tout d’abord dans l’intro du tome où elle nous présente l’ensemble de ses membres aux noms diablement bien traduits ! Petite préférences perso pour Furax Lafracasse 😉 Puis, ils reviennent sur le devant à la fin de ce volume, se rappelant à nous de manière inopinée, croisant sans le savoir le chemin de Shy cachée derrière l’identité de Teru, lors d’une rencontre improbable entre elle et Candy Lovesong qui a un coup de foudre pour elle. C’est léger et décalé, mélangeant le goût de Teru pour l’horreur avec la présence de Flemmard Mollasson, sorte de zombie vivant, et la peur de ce que pourraient faire ces anti-héros barré. A part, relancer l’histoire vers eux, je n’ai pas trop compris ce qu’a voulu raconter l’autrice ici, mais c’était drôle.

Du coup, même si c’était un tome de transition banal où on alterne entre chapitres relevant du quotidien et petites missions sans grande portée, j’ai encore une fois aimé le ton de ce tome, surtout lors du passage de Shy/Teru en France aux côtés de Lavoir. L’autrice en profite cependant pour introduire de nouveau héros et je suis curieuse de voir ce que Nirvana et ses acolytes vont apporter à l’histoire.

Tome 11

Après un tome tranquille, il se passe plein de choses dans celui-ci, l’autrice renouvelant clairement ses personnages et camps pour relancer sans intrigue. Il faut donc avoir les yeux partout et c’est assez agréable !

Introduit à la fin du tome précédent, les Shining Six, sont un groupe de héros atypiques comme l’autrice aime en introduire. Loin du cliché du héros propre sur lui, ce sont d’anciens hacker, catcheur, voyous et bagarreurs, qui sauvés par la lumière de la soeur de Teru, elle-même ancienne héroïne, se sont donnés pour objectifs d’aider les gens. J’aime cette façon dont l’autrice introduit l’idée qu’on peut être bon même après avoir commis des fautes, que le rachat et la rédemption sont possibles.

En plus, avec ce nouveau groupe, on s’éloigne un peu des héros qu’on connaissait pour offrir une nouvelle dynamique autour de Teru et celle-ci étant l’héroïne de l’histoire, celle qui s’est fait remarquer par Amalarilk qui la cherche, ce n’est pas plus mal. On en apprend plus sur sa soeur. On la voit évoluer et accepter encore différemment ses pouvoirs et les responsabilités qui sont avec. Il y a aussi un travail intéressant sur l’évolution de ceux-ci, sorte de fusion avec ceux des jumelles shinobis disparues. Ça renouvelle bien la série.

Ainsi fini les missions anecdotiques et place peu à peu à une nouvelle dynamique, un nouveau groupe sur place au Japon pour affronter Amalarilk et contrer ses projets. Ces derniers sont vraiment des « vilains » comme mon coeur les aime, c’est-à-dire bien plus nuancés que le méchant de base. J’ai du coup beaucoup aimé l’affrontement entre Furax Lafracasse et Pulse, héros de Singapour. Furax est peut-être le méchant de l’histoire mais il est également le révélateur de la petitesse de la population autour de lui qui le juge plus pour mon apparence que ses actes en le traitant de monstre, ce qui n’est pas bien, comme nous le fait sentir Shy. Quant à Lovesong, j’ai aimé la voir prendre soin de lui et percer à jour Teru 😉

Entre nouvelle Teru en construction, plus sûre d’elle, avec de nouveaux pouvoirs en cours d’exploration, nouveau groupe de héros autour d’elle et méchants qui viennent la traquer jusqu’au Japon car ils sentent son potentiel, la série repart sur de très bons rails pour ce nouvel arc. Il y avait même un petit air de My Hero Academia dans l’affrontement en ville que l’autrice a parfaitement mis en scène. C’était très chouette à voir !

Objet de divertissement certain, Shy est également une série qui sort du lot dans son approche des super-héros et des vilains. Déjà convaincue par les précédents tomes, la façon dont l’autrice relance son histoire avec de nouveaux éléments prometteurs et le rappel des anciens qu’elle vient mixer avec me plaît beaucoup. J’ai aimé cette plongée dans le passé de la soeur de Teru. J’ai aimé les nouveaux héros pas si gentils qui la rejoignent autour de cette mythologie du Bouddha et de son éveil. J’ai aimé les nouveaux affrontements avec Amalarilk. J’ai hâte de voir où ça va nous mener.

 (Merci Kana et Sanctuary pour ces lectures)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

B lecture

10 commentaires sur “Shy de Miki Bukimi

  1. Je suis contente que tu es appréciée de découvrir SHY. Moi aussi je suis lasse dans l’ensemble des super-héros vu que l’on se fait matraquer depuis des années par ce genre, mais ce titre m’a beaucoup plu de par son héroïne et ce que la mangaka en fait dans son intégralité. C’est une première œuvre oui, mais je trouve qu’elle s’en sort vraiment très bien. C’est humain et c’est parfois ce qui manque dans le genre.

    Aimé par 2 personnes

  2. « La volonté de mettre en valeur des traits de caractère souvent méprisés par la société est tout à l’honneur de l’autrice et fait un bien fou. Maintenant qu’elle semble avoir trouvé une bonne ligne directrice pour la suite, j’ai hâte de la lire ! » +1

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s