Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Isabella Bird : Femme exploratrice de Taiga Sassa

Titre : Isabella Bird : Femme exploratrice

Auteur : Taiga Sassa

Éditeur vf : Ki-Oon (Kizuna)

Années de parution vf : Depuis 2017

Nombre de tomes : 6 (en cours)

Histoire : A la fin du XIXe siècle, le Japon s’ouvre au monde et s’occidentalise à marche forcée. Mais le pays reste un vrai mystère pour la plupart des Européens, ce qui en fait une destination de choix pour la célèbre exploratrice anglaise Isabella Bird ! Malgré son jeune âge, elle est déjà connue pour ses écrits sur les terres les plus sauvages. Isabella ne choisit jamais les chemins les plus faciles et, cette fois encore, elle étonne son entourage par son objectif incongru : Ezo, le territoire des Aïnous, une terre encore quasi inexplorée aux confins de l’archipel…
Le voyage s’annonce long et difficile, mais rien n’arrête la pétillante jeune femme ! Accompagnée de son guide-interprète, le stoïque M. Ito, la jeune femme parcourt un pays en plein bouleversement. Dans ses lettres quotidiennes à sa soeur, elle narre avec sincérité et force détails la suite de chocs culturels qu’elle expérimente. Elle veut tout voir, tout essayer, quitte à endurer chaleur, fatigue, maladie ainsi que les sarcasmes de ses pairs ! Lancez-vous à la découverte d’un Japon traditionnel désormais disparu à travers les yeux de l’intrépide Isabella Bird ! Basé sur les écrits réels de l’aventurière, Isabella Bird, femme exploratrice est un récit passionnant sur la rencontre de deux mondes, dessiné avec un rare souci du détail par Taiga Sassa, nouveau talent prometteur !

Mes avis :

Tome 1

Ki-Oon continue de surfer sur la vague de Bride Stories avec ce nouveau titre un peu comme il l’avait fait avec Arte et Reine d’Egypte et comme sur ces deux titres, c’est sympa mais il manque le petit plus. L’histoire est agréable à suivre, on apprend plein de choses. C’est beau et bien dessiné. Il y a du rythme mais on ne s’attache pas vraiment à l’héroïne ce qui est fort dommage.

Dans cette histoire, on suit les aventures d’une jeune femme britannique au Japon. Cette exploratrice veut écrire un livre sur le Japon authentique, celui qui existait avant l’ouverture à l’Occident, elle part donc à la recherche de ce qui fait le coeur de la tradition japonaise. C’est un sujet qui m’intéresse, moi qui aime beaucoup cette culture traditionnelle. J’ai donc appris pas mal de choses et j’aime avoir la vision d’une Européenne vue et corrigée par un Japonais. Cependant il faut quand même dire qu’on tombe parfois un peu dans le catalogue. Heureusement que je suis bon public.

Ça donne un récit qui manque un peu de rythme, où les points culturels s’enchaînent avec peu de liant. Le mangaka oublie un peu de proposer une vraie trame narrative autre que le voyage de son héroïne et ça se ressent dans ses débuts de chapitres ultra répétitif. J’espère qu’il va parvenir à s’affranchir de cela par la suite pour donner corps à un vrai récit dense et construit et pas juste des petites anecdotes sur la vie au Japon autrefois.

Parce que du coup, je ne me suis pas du tout attachée à son héroïne, Isabella, qui passe son temps à rougir et à être surprise. C’est bon, on a compris qu’elle venait d’une toute autre culture, ce n’est peut-être pas nécessaire d’insister là-dessus à chaque fois. De plus, on n’a pas l’occasion de creuser son personnage. Elle est très lisse et on ne sait pas grand-chose de son passé ou de sa psychologie. De même, l’interprète qui l’accompagne est un cliché ambulant. C’est le beau gosse ténébreux et mystérieux, un brin baroudeur et taiseux. Il n’apporte fondamentalement pas grand-chose au récit. Vous l’aurez compris les personnages sont le gros moins de ce titre.

Par contre, au niveau des dessins, j’ai été ravie. C’est prévis, maîtrisé et ça fourmille de détails au niveau des décors, objets et costumes. Pour autant, je ne suis pas époustouflée comme devant Bride Stories. Les personnages et leurs visage et expressions sont réussis mais très classiques. Il n’y a pas le génie de Kaoru Mori, ça reste juste sympathique.

Isabella Bird est une jolie découverte. C’est un titre sympathique mais qui ne m’emballe pas faute d’une vraie trame narrative. On reste pour l’instant trop en surface avec un mangaka qui a trouvé un filon qu’il essaie d’exploiter mais où il manque la petite touche personnelle, le petit plus qui m’emballerait.

Tome 2

Même si je continue à penser que ça doit être très cliché pour les japonais, j’ai passé un bon moment de lecture. J’ai aimé continuer à suivre les aventures de notre chère exploratrice sur des routes de moins en moins empruntées. C’est intéressant de découvrir le Japon profond à travers son regard et celui de son guide, que ce soit les guides de voyages version japonais, les sources d’eau chaude mixtes, ou bien la misère et la maladie dans le rural profond. C’est un portrait sans fard qui nous est fait de ce Japon bien loin de celui qu’on connait de nos jours. J’ai aimé chacune des rencontres faites par Isabella. J’ai aussi apprécié le développement progressif de sa relation avec son guide, chacun s’ouvrant un peu plus à l’autre, et prenant sur lui pour aller au-delà de ses préjugés. Je me demande juste sur combien de tomes leur histoire va s’étirer et si l’auteur ne va pas finir par s’essouffler en nous présentant ces brefs portraits du Japon d’autrefois.

Tome 3

L’essoufflement n’est pas pour de suite apparemment. Taiga Sassa nous embarque encore dans une nouvelle direction dans ce tome. Nous terminons la première partie du voyage dans les profondeurs d’un Japon miséreux malgré tout le travail effectué par sa population, pour rejoindre des bourgades plus peuplées et donc plus propres et proches des goûts européens. C’est assez triste de voir cette opposition aussi franche mais à l’image du guide-palefrenier qui les accompagnait qui avait le goût du travail bien fait, la mangaka montre la force et l’abnégation de son peuple.

Après je ne suis pas triste de quitter un peu cette misère pour retrouver la civilisation parce que c’est l’occasion de voir d’autres facettes du pays au XIXe siècle. J’ai bien aimé la ville spécialisée dans les bonbons, c’était l’occasion de revenir sur l’un des clichés de la gastronomie japonaise. J’ai également frissonné avec Isabella lors de leur descente le long d’une rivière toute sauf tranquille et j’ai apprécié le discours sur les croyances populaires.

Dans la dernière partie enfin, l’intrigue est relancée dans une toute autre direction avec leur retour à la civilisation et l’arrivée d’un nouveau personnage, le botaniste Charles Maries. Avec ce dernier, ça annonce une histoire plus compliqué que le simple voyage qui nous était promis et avec le premier, ça met bien en avant les relations compliquées entre Orient et Occident. J’aime.

Tome 4

J’ai encore pris beaucoup de plaisir à lire ce nouveau tome des aventures d’Isabella et Ito, dans lequel j’ai eu l’impression qu’ils avaient pris un vrai coup de jeune. Ça a fait souffler un vent de fraicheur sur cette lecture où l’on continue à découvrir de nouveaux pans du Japon mais également le passé de nos héros.

On revient ainsi sur la relation entre Ito et Charles Maries à travers un flashback nécessaire qui permet aussi de voir le côté négatif que peuvent avoir les étrangers dans un nouveau pays. Il n’y a pas toujours des voyageurs candides et toujours ravis de leurs découvertes comme Isabella, il peut aussi y avoir de vrais pourritures arrogantes comme Charles Maries. On apprend également qu’Isabella a de sérieux problèmes de santé, ou bien ça m’avait échappé… Ce qui la rend un peu moins gamine à mes yeux et lui donne une nouvelle profondeur sous ses dehors toujours enjouées. Le duo s’approfondit donc.

Du côté des découvertes sur notre cher pays au soleil levant, cette fois, on parle de botanique, de travail et de la position de certaines femmes japonaises, de l’occidentalisation dans les villes ou encore des différentes médecines dans ce pays. Ce sont encore des sujets intéressants traités non de manière approfondie mais sérieuse tout du moins, avec des points de vue qui font réfléchir. L’occidentalisation, par exemple, est un mal nécessaire qui a ses bons et ses mauvais côtés, mais rien n’est blanc ni noir.

Tome 5

Ce tome marque une petite déception pour moi. Je ne suis pas une grande fan de la série mais je prends tout de même plaisir à suivre les aventures japonaises d’Isabella depuis les débuts. Or ici, l’auteur décide de nous faire la surprise de revenir longuement sur le passé de notre aventurière pour nous faire comprendre comment elle l’était devenue. Malheureusement, ce fut trop pour moi. Je me suis ennuyée à la lecture de ces chapitres. J’ai trouvé que c’était trop larmoyant et mélodramatique. J’ai trouvé ça vain et creux tant tout était téléphoné. Bref, c’était mauvais. Après, je n’enlève pas ces qualités de narrateur et de dessinateur au mangaka mais ce choix narratif là était particulièrement maladroit et grossier. Du coup, on ne passe que très peu de temps au Japon dans ce tome. On découvre juste rapidement une très tradition liée aux nuisibles qu’on ne creuse pas beaucoup. Et à la fin du tome, on repart sur les craintes d’Ito concernant la suite du voyage pour Isabella à cause de sa santé, ce qui le pousse dans aux dernières extrémités. Je reconnais que ça coulait un peu de source, que je sentais que ça allait arriver mais ça ne me passionne pas des masses, je préférais quand on les voyait juste voyager et qu’on apprenait des choses sur les traditions japonaises…

Tome 6

Suite des pérégrinations d’Isabella et le niveau remonte cette fois même si la mangaka reste pas mal dans son format un lieu = une nouvelle aventure = une nouvelle observation pour le carnet de voyage de l’héroïne, mais peu de développement de celle-ci.

Avec sa couverture tout feu tout flamme, Taiga Sassa annonçait déjà la couleur. La première partie de ce tome est consacrée à la rencontre d’un nouveau personnage, un médecin cette fois, et à une nouvelle aventure culturelle typique : la lutte contre le feu à la japonaise. L’occasion de parler de la différence entre occident et orient. J’ai beaucoup aimé les réflexions sur la médecine et la façon d’utiliser les savoirs de chacun selon ce qu’on traite. Cela m’a également beaucoup intéressée de découvrir la façon différente qu’avaient les japonais pour lutter contre le feu aussi à cause de leurs particularités.

Dans le côté informatif, l’aventure suivante où l’héroïne découvre comment les japonais fabriquaient le fameux papier Japon dont la qualité n’est plus à vanter auprès des bibliophiles avertis, est particulièrement enrichissante et complète bien ce que certains auront déjà lu dans La petite faiseuse de livres 😉

Enfin, dernier passage ultra touchant, celui de la rencontre d’une veuve de fraiche date. L’occasion de découvrir les étapes d’un enterrement au Japon autrefois. J’ai beaucoup aimé tout ce que j’ai appris et qui différait tellement de nous. C’est une toute autre conception. Mais surtout j’ai été extrêmement touchée par cette pauvre femme qui vit sa douleur de manière tellement intérieure qu’on ne peut qu’être ému. L’écho que cela trouve avec les deuils vécus par l’héroïne est bien amené. C’était vraiment super de voir autant de femmes fortes mises en avant dans ce tome !

Cependant le gros bémol vient du fil rouge, celui-ci n’avance quasiment pas. L’héroïne a très peu avancé dans son voyage. On n’en apprend quasiment pas sur elle et la situation entre elle et Ito n’est pas du tout réglée. On reste dans un statu quo dont je ne suis pas très fan.

Alors oui, j’aime apprendre plein de choses sur le Japon d’autrefois, ça m’enrichit vraiment et c’est passionnant parce que c’est raconté de façon totalement fluide avec les histoires contées. Mais j’ai aussi besoin que ce ne soit pas juste épisodiques et que cela s’inscrive dans quelque chose de plus vaste et dense qu’actuellement. Là, c’est un peu léger donc oubliable.

Ma note : 14 / 20

2 commentaires sur “Isabella Bird : Femme exploratrice de Taiga Sassa

  1. « L’occidentalisation, par exemple, est un mal nécessaire qui a ses bons et ses mauvais côtés, mais rien n’est blanc ni noir. »
    Exactement, un peu comme pour tout.
    Non, je ne crois pas qu’on avait évoqué cela chez Isabella, au contraire on s’imagine qu’en décidant de vouloir voyager ainsi et longtemps on a une certaine ouverture d’esprit (enfin pas tout le monde) et une santé au top.
    D’après LA et le blog je n’ai pas lu le 3, soit je n’étais pas en état de dire qqch soit je l’ai vraiment zappé o_O.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s