Livres - BD / Illustrations

Mademoiselle Baudelaire de Bernard Yslaire

couv11198354

Titre : Mademoiselle Baudelaire

Auteur : Bernard Yslaire

Editeur vf : Dupuis (Aire Libre)

Date de sortie : le 23 avril 2021

Nombre de pages  : 160

Résumé : Deux cents ans après sa naissance, Baudelaire continue de marquer les générations et le poète plane sur l’œuvre d’Yslaire depuis les origines. C’est pourtant Jeanne Duval, celle que le poète a le plus aimée et le plus maudite, que le dessinateur a choisie pour revisiter dans ce chef-d’œuvre la matière sulfureuse et autobiographique des Fleurs du mal. De Jeanne, pourtant, on ne sait presque rien, ni son vrai nom, ni sa date de naissance, ni sa date de décès. Aucune lettre signée de sa main ne nous est parvenue. Restent quelques témoignages, des portraits dessinés par Baudelaire lui-même, une photo de Nadar non authentifiée, sans oublier les poèmes qu’elle lui a inspirés. Jeanne, « c’est l’invisible de toute une époque » qui réapparaît dans la résonance féministe de la nôtre. Elle qui était stigmatisée comme mulâtresse, créole et surnommée « Vénus noire » en référence à la « Vénus hottentote », aimante tous les préjugés d’un siècle misogyne et raciste.

1

Mes avis :

Je suis fan du travail d’Yslaire depuis ma découverte de l’univers de la famille Sambre quand j’étais adolescente. J’avais été frappée par la dramaturgie de son histoire et la beauté romantique de son trait ainsi que ses partis pris forts en matière de couleur. J’ai donc été ravie que Babelio et Dupuis me proposent de le retrouver sur autre chose comme ça avait été le cas dans Le ciel au-dessus du Louvre.

Mademoiselle Baudelaire est une oeuvre biographique mais pas que. C’est également un très bel objet livre avec une biographie fort pertinente à la fin sur l’artiste ici dépeint. La lecture s’est avérée très riche et dense, et les fans du dessinateur apprécieront comme moi de retrouver toute sa virtuosité. On retrouve en effet à merveille le style dramatique et poétique d’Yslaire pour une histoire se déroulant en même temps que sa première épopée, celle des Sambre, c’est-à-dire dans les années entre les années 1820 et 1870.

Le récit est sombre, tourmenté comme l’artiste dont il dépeint la vie. Sa relation avec sa muse Jeanne est bouillonnante et explosive. Ça m’a beaucoup fait penser à ses premiers héros torturés : Julie et Bernard. Sauf qu’ici, nous sommes quand même dans un récit qui se veut historique. L’oeuvre est d’ailleurs assez juste historiquement parlant avec à peine quelques arrangements pour aider à la narration.

Celle-ci se veut immersive et didactique, nous plongeant avec délice et douleur dans les différents âges de la vie de Baudelaire sous le prisme du regard rétrospectif de Jeanne. Yslaire mélange oeuvre de fiction et documents de l’époque (tableaux, gravures, coupures de presse, extrait des textes de Baudelaire). On y découvre sa relation compliquée avec sa mère, sa vie de bohème avec son accoutumance aux prostituées et la maladie qu’il en a découlé, sa relation ombrageuse avec Jeanne, ses amitiés avec le gratin artistique contestataire de l’époque, son problème récurrent de dépenses et de dettes, son travail de critique, traducteur et poète également bien sûr.

Jeanne est l’autre personnage clé et fascinant de cette histoire. Narratrice de l’histoire, c’est à travers les yeux de cette femme qu’on connait si mal, qu’on découvre Baudelaire et ses travers. Toutes les facettes de l’artiste sont présentes et ce n’est pas un portrait complaisant. Yslaire cherchant à être le plus réaliste possible malgré tout le mal que peut en penser Baudelaire qui lui préférait le symbolisme et la modernité poétique. Il s’échappe toutefois de petites touches métaphysiques introduites lors de certaines scènes par les substances que prend Baudelaire et qui lui font parfois avoir des hallucinations, ou bien quand son imagination l’emporte au loin près des créatures fantastiques et mythologiques qui peuplent ses écrits.

C’est fascinant de voir combien le trait d’Yslaire se confond si bien avec la plume de Baudelaire dont on entend souvent les vers. Le trait est profond émouvant, ravageur, contestataire, brut et portant tellement poétique. Il est subjuguant.

Plus qu’une biographie, c’est ici le portrait d’une époque et le récit d’une relation complexe mais terriblement humaine entre un artiste et sa muse que nous présente Yslaire. Un superbe ouvrage pour les amateurs et les curieux de cette période.

Merci à Babelio et Dupuis pour cette lecture.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6 commentaires sur “Mademoiselle Baudelaire de Bernard Yslaire

  1. Tiens, j’avais vu la pub de cette BD sur babelio. Ravie de voir davantage de pages (quelles belles teintes et choix des couleurs avec le doré ! ❤ ). Ton avis donne envie de plonger à la rencontre de cette demoiselle pleine de charme et de mystère.

    Aimé par 1 personne

  2. J’attendais ta chronique à son sujet et je ne suis pas déçue 😁 le mélange entre fiction et documents d’époques m’intrigue beaucoup ! Je connaissais pas du tout le travail de Yslaire mais du peu que j’en ai vu, ça vaut le coup d’œil, merci pour cette chronique qui donne encore plus envie, je le note plutôt deux fois qu’une ! 😊

    Aimé par 1 personne

    1. C’est trop gentil !
      Je suis tombée par hasard sur le travail d’YSlaire quand j’étais ado et alors que j’avais totalement décrochée de la BD franco-belge mais sa palette m’a totalement emballée de même que le mélodrame parfaitement géré de ses histoires qui me faisait penser à des tragédie grecque. Alors je suis ravie si j’arrive à partager ma passion et à donner envie de le découvrir 😀

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s