Livres - Fantasy / Fantastique

Toutes les saveurs de Ken Liu

Titre : Toutes les saveurs

Auteur : Ken Liu

Editeur vf : Bélial’ – Une heure lumière

Année de parution vf :  2021

Nombre de pages : 125

Histoire : Idaho, XIXe siècle.
La guerre de Sécession a pris fin voici quelques années, et c’est désormais le temps de la ruée vers l’or. La ville d’Idaho City, en plein coeur de ce territoire de l’Union, est en effervescence, depuis qu’elle accueille une forte minorité chinoise. Celle-ci est exploitée dans les mines d’or par des Blancs sans scrupules. En dépit des préjugés, la jeune Lily Seaver, fille d’un notable de la ville, se lie d’amitié avec un Chinois lorsque celui-ci la protège de deux bandits à la petite semaine.
Prénommé Lao Guan mais surnommé Logan – nom plus facile à prononcer pour les Américains -, ce Chinois se fait remarquer parmi les siens en raison de sa taille de géant et de la teinte de sa peau, aussi rouge qu’une prune. Au fil du temps, Logan raconte à Lily les contes de Guan Yu, le dieu chinois de la guerre.
Et la jeune fille de s’interroger : qui est véritablement Logan, et quel lien entretient-il réellement avec la figure mythologique de Guan Yu ?

Mon avis :

Depuis ma découverte de la plume de l’auteur, j’ai aimé retrouver celle-ci aussi bien dans ses textes courts que longs, ses textes de SF que de fantasy. J’étais donc impatiente de le retrouver dans la novella que Le Bélial’ nous proposait cette année. Malheureusement, ça ne l’a pas fait avec moi.

Toutes les saveurs est un texte un peu ancien déjà, paru en 2012 en vo. Au cours de ses 125 pages, l’auteur nous fait le portrait de l’arrivée d’un groupe de Chinois dans l’Idaho américain du XIXe siècle et sa ruée vers l’or. Est-ce basé sur son histoire familiale ou est-ce juste le résultat d’un intérêt de sa part pour le sujet ? Je me demande.

Le récit se partage entre deux temporalités, celle du récit de ces Chinois tentant de faire ou refaire leur vie aux Etats-Unis et celle du récit de mythes légendaires que fait l’un d’eux à une jeune habitante occidentale du cru. Cela donne un sentiment assez étrange, comme si on était face à un Père Castor d’un autre temps et d’une autre origine.

Cependant connaissant l’auteur, j’ai passé mon temps à attendre un twist qui n’a pas eu lieu. Je pensais vraiment avoir une surprise mais c’est au final un récit un peu plat que l’on nous fait sur la situation des Chinois dans l’Idaho à cette époque. L’auteur fait plus oeuvre de témoin d’une époque révolue que de conteur contrairement à son habitude. Du coup, je me suis un peu ennuyée.

J’ai apprécié de découvrir brièvement, sous le regard d’une jeune enfant pure, le mauvais accueil reçu pour les Chinois, le racisme ordinaire dont ils furent victimes et les sales coups qu’essayaient de leur faire les Occidentaux. Ça montre bien combien cette culture du rejet de l’autre était déjà présente là-bas et pas seulement dirigée contre les Noirs. On présente souvent les Etats-Unis comme une terre d’accueil, elle ne fut pas très bienveillante pourtant.

Heureusement que le héros chinois qui fascine notre héroïne a du répondant et du caractère. Il parvient ainsi à faire contre mauvaise fortune bon coeur et refuse de renier sa culture pour s’intégrer. Il préfère découvrir toutes les saveurs de ce nouveau pays, les bonnes comme les mauvaises pour pouvoir fonder son nouveau foyer, mélange de culture asiatique et occidentale.

Ce texte a raisonné en moi avec les romans graphiques / BD que j’ai lu(e)s récemment chez Rue de Sèvres et qui traitent aussi de la question : Graines de cheffes et Les indésirables. C’est vraiment enrichissant.

Cependant malgré tout, j’attendais autre chose d’un texte de Ken Liu. Retrouver sa plume si agréable et faire des découvertes historiques ne m’a pas suffi. Je me suis ennuyée lors de cette lecture où j’ai attendu désespérément que ça décolle sans que ce ne fut le cas. Ce n’est pas un mauvais texte mais il ne répond pas à mes attentes, du coup, je suis passée à côté…

>> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : Yuyine, Le nocher des livres, Gillosen, Quoi de neuf sur ma pile, Vous ?

16 commentaires sur “Toutes les saveurs de Ken Liu

  1. Ah c’est marrant ma chronique arrive aujourd’hui aussi mais au contraire de toi j’ai bien aimé et je ne me suis pas ennuyée même si je comprends ce que tu veux dire quand tu expliques attendre autre chose de l’auteur, j’ai aussi un peu cherché des indices pour un « genre » de l’homme qui mit fin à l’histoire. Puis finalement c’était moins coup de poing que ça mais ça ne m’a pas gêné, c’était juste différent quoi.

    Aimé par 1 personne

  2. Je comprends ta déception de ne pas avoir trouvé dans ce texte quelque chose de plus exaltant, mais j’aime beaucoup cette idée d’un « Père Castor d’un autre temps et d’une autre origine » et je suis très sensible aux livres évoquant cette question de l’intégration sans renier sa propre culture…

    Aimé par 1 personne

  3. La couverture est superbe et l’histoire a l’air intéressante. Je vais le noter même si ton avis est mitigé car j’ai quand même l’impression qu’il y a de bonnes choses 😉 Merci pour la découverte!

    Aimé par 1 personne

  4. « Est-ce basé sur son histoire familiale ou est-ce juste le résultat d’un intérêt de sa part pour le sujet ? Je me demande. »
    Tu trouveras des éléments de réponses (voire toutes et plus encore) en regardant la rencontre avec Ken Liu que nous ont offert les Béliaux’ :

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s