Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Léviathan de Shiro Kuroi

Titre : Léviathan 

Auteur : Shiro Kuroi

Éditeur vf : Ki-Oon (seinen)

Année de parution vf : Depuis 2022

Nombre de tomes vf : 1 (en cours)

Histoire : Au fin fond de la galaxie, le Léviathan, un immense vaisseau spatial, flotte à la dérive. Quand des pilleurs d’épaves s’y introduisent, ils découvrent le journal intime d’un collégien, Kazuma, relatant les événements qui ont eu lieu dans les entrailles du navire… À sa lecture, l’évidence s’impose : un survivant de la catastrophe se cache quelque part dans le dédale des ruines !
Des années plus tôt, le jeune Kazuma est en plein voyage scolaire vers la Terre. La fête tourne court quand des explosions d’origine inconnue détruisent une partie de la coque du vaisseau ! Voilà les passagers immobilisés au milieu de nulle part… L’adolescent et sa camarade Futaba surprennent alors une conversation entre leur professeur et un robot de maintenance : les réserves d’oxygène sont insuffisantes pour tenir jusqu’à l’arrivée des secours… Le seul espoir de survie est un caisson de cryogénisation niché au cœur du géant de métal. Or, il ne peut contenir qu’une personne… Malheureusement pour les élèves, l’enseignant comprend vite qu’il a été entendu. C’est le début d’une lutte sanglante pour préserver le secret !
Dans un décor angoissant dépeint avec une minutie extrême, Léviathan nous emporte dans un voyage au bout de l’enfer. Comment garder son humanité dans l’étendue glacée de l’espace ?

Mon avis :

Tome 1

Nouvelle création Ki-Oon comme ils ont le chic pour en dénicher. J’adore déjà Lost Children dont je me régale depuis 2018 et Leviathan dans son genre démarre encore mieux.

Découvert dans le Ki-Oon mag de l’année dernière, la série de Shiro Kuroi est une exclusivité française annoncée en 3 tomes et se déclinant dans un format bâtard entre celui des seinen classiques et des grands formats de la collection « Latitude », le tout avec une reliure souple, une jaquette amovible au dessin qui nous interpelle directement par le regard du personnage et des tranches teintées de noir pour mieux nous plonger dans l’ambiance.

L’ambiance, c’est ce qui fait tout le sel de cette série. A peine entrouvrons-nous le tome qu’on se sent plonger dans un mix d’Abyss (pour l’exploration) et d’Alien (pour le huis clos oppressant) avec une grosse pincée de Sa majesté des mouches (pour les enfants cruels), c’est splendide ! On sent que nous sommes en présence d’un mangaka qui maîtrise à merveille les codes de cette SF spatiale à demeure où le vaisseau est le lieu de tous les dangers et les enfants la source de toute la folie, c’est passionnant. Alternant entre un présent où des pilleurs d’épaves explorent le vaisseau, lisant le journal d’un des derniers passagers et cherchant à savoir ce qui a eu lieu, et un passé où l’on suit un groupe de gamins en voyage scolaire à qui il arrive une grosse tuile, on est direct accrochés.

L’histoire est fort classique en soi. On se retrouve sur un vaisseau aux allures de bateau fantôme, qui a vécu de sévères avaries et a été déclaré perdu, que des hommes explorent dans le présent. L’ambiance est stressante comme dans Abyss de Cameron. Nous attendons à chaque tournant de tomber sur ce qui a mal tourné et le dessin oppressant de l’auteur aide beaucoup en cela à nous y immerger. Découvrir à travers le journal d’un des anciens passagers ce qui a eu lieu est aussi un classique du genre mais c’est très bien fait. A ses côtés, on est au plus près de ceux qui perdent complètement la tête suite à la catastrophe. On suit caméra à l’épaule la plongée dans le côté sombre de l’âme humaine de chacun des survivants et c’est fascinant.

Il faut alors avoir le coeur accroché car avec un trait qui se rapproche de celui d’Oshimi, notamment dans ses dernières séries ultra dérangeantes que sont Happiness et Les Liens du sang, l’auteur nous entraîne dans les tréfonds de l’âme humaine et ce n’est pas beau à voir. On oscille sans cesse entre fantasme et réalité. La peur se saisit vite de nous et un climat de terreur et de folie froide règne vite car petit à petit tout se déglingue. Le héros est un témoin intéressant de cela car il assiste à des défaillances clés de ces camarades et subit même celle de la fascinante et effrayante Futaba, qui rappelle tant la figure de la mère dans Les liens du sang quand elle s’en prend à lui en mode psychopathe.

On se retrouve dans un classique de la SF parfaitement digéré, desservi par un rythme entêtant et stressant où la folie semble peu à peu gagner tout le monde et interroge sur la réalité de ce qui se passe. Un climat oppressant de huis clos où le danger est partout et la mort au bout du tunnel, le tout dans un trait semi-réaliste fait d’une multitude de petits traits parfaitement réussi car il nous fait parfaitement ressentir ce malaise qui s’empare du héros et des pilleurs. C’est fascinant.

Avec sa conclusion semblant nous conduire vers une Battle Royale en plein espace, Leviathan propose une excellente entrée en matière pour ce nouveau projet Made In Ki-Oon vraiment soigné pour lequel je ne regrette pas d’avoir attendu. Il arrive ainsi à point nommé pour nous saisir et nous sécher. Excellent !

(Merci à Ki-Oon pour cet envoi et leur confiance !)

 >N’hésitez pas à lire aussi les avis de : L’Apprenti Otaku, Hungry Bug, Floriane, Vous ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

9 commentaires sur “Léviathan de Shiro Kuroi

  1. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, on avait déjà rapidement échangé au sujet de ce titre tous les deux, et je suis ravi de voir que le côté Sa Majesté des Mouches n’est pas une vue de l’esprit de l’obsédé du roman que je suis 😄

    On se retrouve donc tout à fait en phase dans nos avis sur le titre ma foi.

    Aimé par 1 personne

    1. Peut-être lors de la sortie du titre dans le mag, ça me dit quelque chose ^^
      Oui oui ton obsession n’en est pas une où est partagée lol
      Excellent titre sinon au démarrage vraiment efficace 👌

      J’aime

  2. Je suis un peu moins emballé que toi après lecture du premier tome même si j’ai dans l’ensemble apprécié. J’aime l’ambiance, le dessin, le côté « Sa majesté des mouches » mais j’ai trouvé certaines scènes un peu plan plan et prévisibles et la fin du tome me fait un peu peur pour la suite mais dans l’ensemble c’est un belle sortie! (et un très beau livre)

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense voir un peu ce que tu veux dire. Oui, il y a effectivement des scènes attendues, que j’ai vu comme des hommages ou très grosses envies de pondre sa réinterprétation de la chose, mais qui peuvent paraitre plan-plan c’est vrai. J’espère que la suite saura nous satisfaire à toutes les deux 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s