Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

The One de Nicky Lee

Titre : The One

Auteur : Nicly Lee

Traduction : Loïc Aloisio

Éditeur vf : Meian

Année de parution vf : Depuis 2022

Nombre de pages  : 8 / 18 (en cours)

Résumé : La somptueuse métamorphose d’une mannequin !
Même si Teng Lele est la fille d’une mannequin célèbre, elle n’a pas vocation à entrer dans le milieu de la mode, jusqu’au jour où elle voit, dans un magazine, le mannequin numéro un dans le monde : Angus Lanson. Dès lors, elle comprend que le mannequinat est une forme d’art, ce qui fait naître en elle la vocation d’en devenir un, elle aussi ! Mais lors de sa première audition, elle subit une grande désillusion…

Mon avis :

Tome 1

Pour qui aime la BD asiatique et la mode, The One est un peu un titre mythique, un manhua qu’on attendait depuis des années en France et qu’on ne pensait peut-être pas voir finalement mais Meian nous a fait l’excellente surprise de le publier ! Ainsi, les lecteurs vont enfin pouvoir découvrir cette scène taïwanaise qui s’inspire des plus grandes mangakas jap comme Fuyumi Soryo (Mars, Cesare) ou Reiko Shimizu (Princesse Kaguya, Top Secret).

Nicky Lee est une autrice taïwanaise qui avait déjà son petit succès quand elle a publié The One. Elle venait de terminer Youth Gone WIld, une série déjà assez longue pleine de rebondissements, sorte de Hana Yori Dango revisité, mais avec The One, elle est encore passée à la vitesse supérieure. Forte de ses 18 tomes, la série est une romance épique dans l’âme sur fond de mannequinat, dans laquelle on retrouve toutes les inspirations graphiques japonaises de l’autrice aussi pour le look des personnages que le découpage des pages. C’est splendide.

Dans ce manhua, Nicky Lee nous embarque dans une histoire complexe faite d’héritage familial, d’histoires de famille, de trauma mais aussi d’amour et de passion, le tout dans les milieux du mannequinat et de la photographie. L’autrice varie les tons. Elle fait souvent preuve de beaucoup d’humour mais également parfois de sérieux et de tendresse, avec un style graphique qui accompagne à merveille ces variations. J’adore les SD (super deformated) de ses personnages dans ses moments. Cependant, l’intrigue reste assez superficielle pour le moment et pleines de facilités, qui l’empêche d’être aussi profonde qu’un Paradise Kiss, par exemple, à qui elle est souvent comparée.

Dans ce premier tome, l’artiste nous fait découvrir son héroïne, Lele, fille de deux anciens mannequins archi connus qui ont péri dans un accident quand elle était enfant. Sur un coup de tête, après avoir flashé sur les photos d’un célèbre mannequin, Angus, elle décide elle aussi de se lancer et demande de l’aide à sa tante qui est dans le milieu. Tout se passe très vite et on la suit passer des auditions et participer à un défilé. C’est un peu trop facile et son caractère très immature n’aide en rien à nous convaincre…

En parallèle, nous faisons la connaissance d’Angus, mannequin, et son frère jumeau Eros, qui bosse aussi dans le milieu mais plus anonymement. Tous deux sont très beaux en plus d’être plein de mystères et par un concours de circonstance, Eros va tomber plusieurs fois sur Lele à qui il va venir en aide, ce qui va développer un début de quelque chose entre eux. Vous voyez venir le cliché à grands sabots ? Moi oui. Mais est-ce gênant ? Pas du tout, car ce titre est avant tout un pur divertissement.

Même si tout est ultra téléphoné et donc cliché, on prend plaisir à voir la fougue de Lele, les caprices d’Angus, le charisme désinvolte d’Eros et les mystères les entourant. C’est un régal pour les yeux d’assister aux différentes séances photos ou aux défilés, l’autrice dessinant des personnages classieux aux jambes interminables dans des tenues « so mode » (ce qui est moins le cas en dehors des plateaux où je trouve les tenues assez moches sous prétexte d’être originales… Ai Yazawa sait bien mieux y faire >< )

Et malgré tout, The One a ce je ne sais quoi d’accrocheur qui donne envie de voir comment vont tourner les ambitions de Lele, les mystères des jumeaux et les relations de ce trio. Oui, le milieu de la mode peint ici est une caricature peu crédible mais on en prend plein les yeux. Alors si vous cherchez un divertissement sympa, drôle et pétillant avec un zeste de romance, foncez !

> N’hésitez pas à lire aussi les avis de : , Vous ?

Tome 2

Nicky Lee reprend les mêmes ingrédients dans ce deuxième tome et confirme le côté addictif de son oeuvre qui n’en est pourtant qu’à ses débuts.

Après un premier tome axé sur le désir tout nouveau de Lele de se lancer, cette suite, elle, propose d’assister à ses premiers contrats et ses premiers défis dans le monde du mannequinat alors que sa carrière débute en fanfare. C’est toujours aussi rocambolesque et peut crédible, mais totalement envoûtant et addictif également.

J’aime beaucoup le peps que l’autrice met dans le récit de ce parcours professionnel et la rencontre de cette passion, ce qu’elle twiste avec une promesse de romance pimentée entre Lele et Eros, qui n’en est encore qu’aux prémices des prémices mais s’annonce déjà fort scotchante à lire. Il y a quelque chose de magnétique entre eux qui s’annonce mais pour l’instant cela reste en marge.

Le plus important est effectivement de suivre les performances et le développement de Lele. On s’amuse de la voir gaffer lors d’un défilé, trouver une façon bien à elle de remporter un contrat lors d’une mise en scène avec une mannequin mondialement connue. Elle s’amuse et ça nous fait un bien fou ! Après, j’aimerais bien que l’autrice donne un peu plus de profondeur à tout ça, car avec le passé de Lele, il y a de quoi faire, mais pour l’instant ça reste juste sympathique. C’est dommage.

Les dessins de Nicky Lee, eux, sont toujours aussi chouettes, pleins de belles poses bien classes, de looks extravagants et très mode, mais aussi de moments plus loufoques avec un trait un peu ridicule qui m’amuse bien. Elle maîtrise vraiment son sujet.

Manhua d’inspiration shojo toujours aussi amusant à lire, The One peine cependant à franchir le stade de pur divertissement pour aller vers le profond et toujours. Tant pis, on prendre plaisir à suivre les délire de l’autrice au Xième degré et à voir le futur couple phare se bouffer le nez avec piquant à défaut de panache. C’est mignon et drôle, ce qui fait aussi le job, surtout que ça reste malgré tout diablement addictif.

Tome 3

Maintenant que la série est bien lancée, on voit bien les ingrédients que compte utiliser l’autrice tout du long : de l’humour, de la romance piquante et une dose de fascination avec ce métier devant les objectifs, sans oublier les mélodrames. Pas désagréable mais un peu léger.

 Lele est désormais au Japon pour un gros projet photo avec deux autres stars mais elle peine un peu à suivre, perturbée notamment par Eros qui n’arrête pas de la faire chevrer. L’autrice nous offre donc un tome pétillant avec l’optique de rapprocher ces deux âmes indépendantes.

J’aime assez l’humour et la dynamique du duo Lele-Eros, le décalage entre les deux m’amuse mais clairement c’est également un duo horripilant avec une jeune femme immature et un homme trop sûr de lui et un peu trop froid. Ce n’est pas une relation qui devrait faire rêver même si l’autrice tente toutes les situations possibles même les plus trash pour les rapprocher et nous mettre des papillons dans le ventre. Le mélange humour, souvent lourd et cradingue, et romance piquante est assez étrange, mais on ne peut s’empêcher de regarder comme quand un accident est sur le point de se produire.

Avec ce gros centrage sur la romance à venir, on en oublierait presque pourquoi ils sont là, c’est dommage. On passe plus de temps avec les histoires annexes qu’avec le coeur de leur métier alors que c’est ce qui offre les plus pages à la série… Ainsi quand Lele se réveille et en a fini avec ses bisbilles avec Eros, sa jalousie envers Feidna et ses propres délires, elle est fascinante devant un objectif et c’est ce que j’aimerais voir plus.

Il y a d’ailleurs le même souci de dosage dans l’histoire annexe qui conclut le tome. Celle-ci revient sur les parents de Lele à une époque où ils n’étaient pas encore ensemble et où sa mère tentait de séduire son père. C’est assez grossier et ça manque terriblement de finesse alors qu’il y a quelques moments plein de fulgurance et de poésie quand chacun baisse ses barrières, c’est dommage. L’autrice cherche trop à en faire des caisses et perd souvent cette subtilité dont elle sait pourtant faire preuve par moment. En plus, ici, on sent clairement qu’elle avait plein de choses à dire mais qu’elle manque de pages, ce qui n’aide pas… J’espère qu’elle reviendra sur ce couple fort intéressant avec cette mannequin fascinante et cet homme bi-sexuel.

The One reste donc ce que je pressentais, un bon divertissement léger et drôle mais vraiment trop foutraque et superficiel pour marquer les esprits et se hisser parmi ces romances qui dévastent le coeur et restent longtemps en tête. L’autrice manque le coche en ne mettant pas assez en avant les carrières de nos personnages et manque de justesse dans l’utilisation de l’humour.

Tome 4

Sorti en même temps que le tome 3, celui-ci est quasi identique avec les mêmes qualités et mêmes défauts…

Lele et Eros sont toujours au Japon à se chamailler à la moindre occasion sans qu’on est beaucoup l’opportunité de les voir travailler, alors que leurs disputes ont clairement un impact sur le boulot de Lele. Mais nouveauté, après Feidna, ils sont rejoint par Angus, qui va mettre encore plus le bazar.

C’est fou comme l’autrice mise tout sur l’humour et les pseudo drame plutôt que de développer une intrigue solide et sensible. Cela donne un mélange amusant et un peu barré mais tellement superficiel malgré le potentiel du passé des jumeaux par exemple. Dommage.

En attendant, je m’amuse à voir Eros et Lele succomber peu à peu sans le savoir ni vouloir le reconnaître, le tout sous le regard jaloux de leurs amis. Je me régale surtout des premiers pas de mannequins photos de Lele, qui est subjuguante dans cette version androgyne qu’elle nous montre ici. J’aime vraiment énormément ce que Nicky Lee propose en terme de mode, moins en dehors des plateaux où je trouve, le plus souvent, les looks totalement dépassés et mal accordés même pour l’époque…

Quelque chose est né le temps de ces deux tomes, le temps de cette mission au Japon, que j’espère voir se développer dans les prochains tomes avec peut-être un poil moins d’humour, ou mieux dosé, et bien plus de sentiments et de développement des personnages, car j’en ai un peu marre de la Lele archi naïve et pleureuse ^^!

Tome 5

Virage et retrouvailles réussis avec ce tome où on se concentre pleinement sur l’évolution de Lélé et non sa relation avec les jumeaux, ça fait un bien fou !

On avait quitté Lélé dans le tome précédent au Japon avec les jumeaux au cours d’un shooting pour une grosse campagne où son côté « pleureuse » m’avait agacée. On la retrouve à Taïwan avec sa famille après une grosse perte qui va la faire grandir d’un coup. L’autrice joue très bien la carte de cette évolution en coupant un peu son héroïne du reste du monde pour la propulser par la même occasion. Un tome salvateur.

J’ai beaucoup aimé cette évolution subite à marche forcée de l’héroïne. Certes, nous sommes dans du totalement rocambolesque avec une tante qui joue les méchantes employeuses exploiteuses pour mieux la faire sortir de sa coquille et atteindre les sommets qu’elle la savait capable d’atteindre, mais c’est un peu le propre de la série, ce surjeu, alors on l’accepte. J’ai pris plaisir à voir Lélé arrêter de pleurer, redresser la tête et avancer. Sous le trait de Nicky Lee, elle est vraiment sublime maintenant qu’elle est sûre d’elle comme mannequin. La dessinatrice s’en donne d’ailleurs à coeur joie avec les nombreux looks dont elle l’affuble lors de ses multiples séances photos. C’est très plaisant à voir.

Autre avantage de ce tome, en ne voyant pas les jumeaux, que pourtant j’adore, la série prend un virage plus sérieux à l’image de la relation entre Lélé et sa tante qui est au coeur de ce tome. On apprend enfin à connaître cette dernière et si en off elle remplace un peu Lélé dans sa posture de pleurnicheuse, en face c’est une force de la nature, donc j’ai apprécié le rôle de directrice d’agence, parce qu’elle a vraiment fait évoluer sa pupille. En off, j’ai été attendrie par la relation qu’elle va nouer avec son meilleur ami devenu amant de circonstance. D’un côté, j’ai trouvé ça frais de parler ainsi de sexe entre amis de manière aussi décomplexé. De l’autre, j’ai trouvé ça d’une maladresse confondante de faire du seul personnage gay, finalement un type qui découvre qu’il aime les femmes, et un élément comique de l’histoire. Pourquoi toujours ridiculiser ce genre de personnage ?

La série repart en tout cas sur d’excellent rail avec une héroïne prête à vivre de nouvelles aventures. Nicky Lee est peut-être allée un peu vite en besogne ici, mais elle fait prendre un sacré virage à Lélé et on prend plaisir à admirer sa nouvelle version plus sûre d’elle et moins pleurnicheuse qui nous offre de superbes planches et une personnalité moins lisse. J’ai hâte de découvrir ses nouvelles aventures de l’autre côté du Pacifique !

Tome 6

Série addictive malgré ses défauts, The One se dévore toujours et ce même quand je trouve le scénario moins inspiré d’un tome sur l’autre.

En décollant pour les Etats-Unis, je savais que Lele allait fatalement retrouver les deux frères beaux gosses qui l’avaient tant marquée au Japon. J’étais prête, mais je pensais quand même que l’autrice se renouvellerait un peu. Si j’ai apprécié de voir la façon dont elle racontait avec humour ses premiers pas dans un nouveau pays avec les différences culturelles auxquelles on s’attend et un métier qui n’a pas la même dimension à Taïwan et là-bas, j’ai parfois eu l’impression que l’autrice en faisait trop.

Nicky Lee a un humour très simple et assez répétitif qui repose sur les éléments un peu rétrogrades même s’il faut les remettre dans leur contexte des années 2000. Ainsi la voir plaisanter sur les mannequins qu’on saoule et traite comme des prostituées, sur les orgies entre personnes consentantes ou sur les personnes aux orientations sexuelles autre qu’hétéronormées a légèrement tendance à m’agacer. Clairement, je ne trouve pas cela très sain.

Heureusement vient se glisser de manière assez addictive la romance qui pointe le bout de son nez entre Lélé et Eros, ainsi que la relation complexe entre Eros et son jumeau Angus, et pour finir le passé compliqué de ces deux garçons. Il y a donc matière à dévier de ces traits saillants qui me déplaisent. Bien que très classique, j’ai pris plaisir à voir renaître la relation chien-chat de Lélé et Eros avec ce dernier qui fait tout pour résister mais ne peut s’empêcher de succomber. J’ai aimé qu’on commence à parler de son passé si particulier et notamment qu’on mette en valeur ses qualités d’organisateur de défilés. Ça change.

Ça manque peut-être un peu de mode pour moi dans ce tome, les précédents ayant été bien garnis mais comme ce sont les débuts de Lélé à New York, il y a une excuse. J’espère juste qu’on la reverra un peu plus évoluer dans ce monde dans les prochains tomes avec de vraies scènes dédiées et pas juste de la gaudriole.

The One est donc une série pleine de peps et d’humour avec une romance prometteuse mais qui peine encore à trouver son équilibre entre humour et sujets plus sérieux. Cependant, heureusement que Meian sort les tomes deux par deux, cela permet de mieux réfréner son envie de se jeter sur la suite. Enfin ceci en espérant que les prochains tomes sortent désormais de manière plus régulièrement maintenant que les choses se sont calmées IRL.

Tome 7

Nous voilà repartis à la conquête des podiums ou plutôt des magazines de mode mais qu’est-ce que notre héroïne prend comme chemins détournés !

Bien décidée à percer dans l’univers de la mode, Lele s’est envolée pour N.Y où elle a commencé à faire son trou, notamment après avoir retrouvée Eros et sa bande. Cependant, elle n’est pas encore aussi connue qu’elle l’aimerait et pour faire la nouvelle campagne de la célèbre marque Yac, elle a un handicap de taille : elle est asiatique !

Pour suivre à nouveau les aventures totalement rocambolesques de cette jeune mannequin fragile, Nicky Lee nous offre une aventure survitaminée où la romance prend un sacré coup d’accélérateur et va faire battre notre coeur comme jamais ! J’ai adoré suivre le rapprochement totalement improbable et maladroit entre Eros et Lele. Ce dernier sans s’en rendre compte, la fait totalement succomber à son charme de bad boy écorché par la vie. Cette dernière sans s’en rendre compte totalement follement amoureuse de cet homme fragile et plein de secret. Un très joli et émouvant duo.

L’autrice nous gâte en plus avec de nombreuses scènes sexy entre eux, mais également des révélations sur le passé d’Eros et sur celui des parents de Lele, ainsi qu’une cinquième roue au carrosse qui va venir titiller sa jalousie pour le pousser dans les bras de belle. Un tome vraiment riche pour enfin faire avancer l’histoire de tous côtés. Romance et mannequinat prennent leur essor, chaque de manière excessive et tout sauf crédible, mais chacun avec passion, rendant la lecture addictive. J’aime assez le mélange, une fois accepté la légèreté de l’histoire.

L’autrice en plus nous offre de très jolies planches autour de ses héros avec des mises en scène tour à tour douce et sexy. Elle a aussi un vrai sens du burlesques avec ses SD très drôles qui truffent le manwha sans avertissement. Elle allège ainsi grandement une ambiance parfois un peu lourde et malaisante, comme lorsqu’elle évoque le monde du mannequinat qui décidément n’est pas que luxe et paillette. Même si elle essaie de faire passer ça avec humour, elle dénonce quand même la façon dont il pousse à torturer les corps et dont il exploite ceux-ci presque comme dans l’industrie du sexe, ce qui est révoltant.

Tome pêchu et sexy, ce 7e volume dévoile une intrigue riche en rebondissements qui satisfera autant les amateurs de romances, que ceux de mode ou encore d’histoires de vie écorchées. Le triangle amoureux autour de Lele se met petit à petit en place avec un duo de jumeaux hyper sexy. On aimera ou non la grande naïveté agaçante de l’héroïne mais n’empêche, elle sait rendre cette aventure drôle et addictive. Et c’est ce qu’on demande d’un tel divertissement !

Tome 8

Avec encore plus d’émotion et peut-être un peu plus de sérieux, Nicky Lee nous entraîne encore plus profondément dans les aventures new-yorkaises de notre mannequin en herbe, qui décidément se retrouve entre deux frères très intéressants.

Avec plus de force que dans le tome précédent encore, l’autrice continue d’écrire l’histoire de Lele et d’Angus et Eros, mêlant ceci avec le contrat extraordinaire qu’elle a décroché avec le photographe de leur rêve. Tout s’entremêle et s’accroche entre eux, leur histoire présente avec leurs démêlés amoureux et familiaux, mais aussi leurs traumas passés réciproques, ce qui crée un épais nuage agité au-dessus de leur tête.

Je fonds totalement devant l’avancée des relations de ce trio. J’aime voir la façon très âpre dont on commence à deviner le passé tourmenté d’Eros, celui que leur père a gardé mais n’a pas bien traité pour autant, qui est ultra fragile et a déjà essayé d’en finir, ce qui le rend désormais accroc à son frère. On sent que Lele en réalisant ses sentiments à ce moment-là de l’histoire se place vraiment entre eux deux. Elle réveille les vieux démons de l’un et la tendresse de l’autre, ce qui la fait grandir à son tour et c’est charmant. J’aime voir comment la confrontation de sa naïveté due à l’univers protégé dans lequel elle a grandi se confronte avec les traumas des deux frères qui eux n’ont pas été épargnés.

Avec ce focus psychologique, l’histoire avance lentement, elle. Le shooting d’Angus et Lele n’en est encore qu’à ses prémices. On a rencontré le photographe, découvert qu’on le connaissait et on suit désormais ses idées un peu farfelues pour faire ressortir la vraie personnalité de ses héros. Eros, lui, a fini son défilé et se fait remarquer par la relation qu’il affiche avec Lele, mais ça avance assez tranquillement au final. C’est beaucoup plus la romance qui nous agite et elle le fait très joliment avec cette impression de cocon qui se crée entre Lele et Eros.

L’autrice nous gâte encore une fois en nous offrant de nombreuses scènes non pas sexy cette fois mais plutôt tendre. Si la relation entre Lele et Eros démarre sur le principe dune fausse relation, on sent vite que ça évolue vers autre chose de bien plus tendre et profond et ce malgré les réticences du principal concerné. Ils sont du coup trop mignons quand ils sont ensemble. De la même façon, on sent quelque chose se nouer entre Angus et Lele lors des shooting et la fragilité du premier ainsi que le côté madone de la seconde sont très joliment rendu sous le trait de l’autrice. Je regrette juste d’avoir le sentiment sur certaines cases d’avoir un vrai copier-coller de planches d’Ai Yazawa, c’est de plus en plus flagrant. Je veux bien qu’elle s’en soit inspirée mais à ce niveau-là quand même, on frôle le plagiat !

Moins d’humour, plus d’émotion et de tendresse, voici la recette concoctée par Nicky Lee sur ce nouveau tome qui est une franche réussite. Je suis tombée sous le charme de cette Lele de plus en plus propre à guérir les coeurs martyrisés de ces deux frères blessés par la vie et leur passé familial.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 commentaires sur “The One de Nicky Lee

  1. Coucou ^^ Maintenant que j’ai fini ma chronique je peux enfin passer commenter ton article 😀 Je n’ai pas encore relu les tomes 3 et 4 donc je parlerai juste du début.

    Comme toi, je n’espérais plus la venue de The One. J’ai lu la série une première fois il y a quasiment dix ans à l’époque où elle était encore en cours. J’avais énormément aimé et j’espère que ce sera à nouveau le cas – mais je n’en doute pas trop.

    Je suis peut-être spéciale mais le côté exagéré ne m’a pas trop dérangée. C’est vrai que ça paraît facile mais comme la tante de Lele travaille dans le milieu, elle la pistonne carrément. x) Il faut quand même qu’elle fasse des efforts cependant et son retour d’expérience du début est appréciable.

    Le côté rencontres impromptues qui se multiplient me fait tellement penser à ces shôjo de la même époque XD Du coup, pareil que toi, ça ne me gêne pas du tout.

    En tout cas, comme tu le dis, c’est un très bon divertissement. De mon côté, c’est la partie drame qui me tient en haleine. J’ai l’information et j’ai envie de revoir comment l’autrice a amené tout ça.

    Aimé par 1 personne

    1. Salut,
      Oui quand on l’a découvert à l’époque et qu’on sait certaines choses (enfin je ne me rappelle pas de tout de mon côté ><) cela a une toute autre saveur.
      Et clairement on est dans une aventure à la Hana Yori Dango avec plein de rebondissements farfelus. Personnellement, ça me donne envie de lire la suite, mais je reconnais aussi que c'est moins dans l'air du temps et donc que ça n'a pas toujours très bien vieilli.
      J'apprécie donc ma lecture parce qu'elle est addictive mais tout en me disant qu'il y a quand même pas mal de petites choses dérangeantes dedans ^^!
      Bref, j'ai le cul entre deux chaises lol
      Par contre, ces dessins *0*

      Aimé par 1 personne

      1. Pareil, c’est vraiment différent et on n’a pas tout à fait un œil neuf sur la situation. x)

        On sent clairement toute cette vibe des années 2000 dans les shôjo avec tous ces rebondissements et cette façon de tenir le lecteur en haleine. Comme tu le dis, ça a parfois un peu mal vieilli et pas sûre que certains aspects seraient traités de la même façon.

        Je vois tout à fait ce que tu veux dire xD De mon côté, j’essaie de relativiser en me disant qu’il est témoin de son époque d’une certaine façon.

        D’ailleurs, c’est assez fou toutes les références et rapprochements qu’on peut trouver. J’avais pensé à Skip beat, qui est ultérieur, et bien sûr à Nana x)

        Pour les dessins c’est clair ! En plus ils ne cessent de s’améliorer si mes souvenirs sont bons ♥

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s